Comment j’ai fini par aimer la piscine

Comment j’ai fini par aimer la piscine

J’ai détesté la piscine enfant. Mais vraiment. A tel point qu’au lycée, j’ai réussi à m’en faire dispenser définitivement pour une fausse histoire d’allergie. A posteriori je trouve d’ailleurs que ce n’était pas une bonne idée : avoir une mauvaise note sur mon dossier du bac ne m’aurait pas tuée.

J’ai détesté l’ambiance. Les vestiaires gelés, le contact de mes pieds sur le carrelage froid et mouillé, le pédiluve dégoûtant, les sèche-cheveux brûlants. J’ai détesté nager aussi. Disons que je n’ai jamais appris : mes grands-parents qui nous emmenaient à la plage avaient trop peur de nous enlever nos brassards. Et quand l’école m’a emmenée à la piscine pour la première fois tous les enfants savaient déjà nager sauf moi. Alors je me souviens surtout de nous toutes en maillot, recroquevillées sur le bord, à regarder les deux pauvres collégiennes à qui c’était le tour, sous le chronomètre et la moue antipathique de la prof.

Au final je n’ai jamais bien su nager, j’ai su flotter tout juste. Et c’est quelque chose que j’ai vraiment regretté, et que je regrette encore. J’ai regretté à la plage, adolescente, quand j’étais incapable de plonger proprement du ponton. J’ai regretté pendant mes études, quand j’ai découvert avec effroi que la plupart des concours de la haute fonction publique comportait une épreuve de sport. Et je regrette encore, parce que la natation est un sport sain et facile à pratiquer, même adulte.

Alors voilà, ne souhaitant pas que mes enfants reproduisent mes erreurs, je voulais qu’ils sachent nager. Pas en faire des champions à la Camille Lacour, non ! Juste qu’ils sachent plonger et faire un peu de crawl. J’ai cru d’abord qu’ils avaient le temps, je n’imaginais pas emmener un bébé à la piscine. Et puis quand Pierre a su marcher j’ai découvert une raison de me presser : j’étais morte d’inquiétude en présence de points d’eau.

Tous nos amis avaient alors déjà inscrit leurs bébés à la piscine du quartier. Nous les avons rencontrés par hasard en été : l’aisance dans l’eau de leur progéniture m’a bluffée. Et puis j’ai commencé à comprendre le système allemand. En Allemagne, l’apprentissage de la nage est valorisé par de petites médailles, comme les étoiles en ski. Le niveau le plus connu, c’est l’hippocampe, à partir de cinq ans. Avoir un hippocampe sur son maillot, cela signifie qu’on sait sauter, nager 25 mètres et plonger pour se saisir d’un objet au fond de l’eau. Et bien sûr, c’est mieux si on est inscrit dans un club assez tôt pour le préparer.

Finalement nous avons donc choisi d’inscrire Pierre à la piscine un peu plus tôt que prévu. Ancien grand nageur passionné, Ulrich se réjouissait de toute façon d’accompagner notre fils à ces cours qui, jusqu’à trois ans, s’effectuent en présence d’un parent.

Les premiers mois, les cours plaisaient à Pierre et à son papa. Et puis au bout d’une petite année, au moment de la naissance de son frère – hasard ? – les choses ont commencé à se gâter. Pierre ne voulait plus aller nager, c’était la crise chaque samedi. Il ne voulait plus aller nager… avec son papa. Il disait qu’il voulait y aller avec moi. Moi la maman si gauche dans l’eau, dégoûtée de la piscine, quelle blague ! Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour ses enfants surtout… C’est ainsi que je me suis retrouvée, à 34 ans, tout juste sortie des suites de couche, chaque samedi matin après avoir tiré mon lait, dans un cours de petits nageurs. A la piscine ! On ne saura jamais très bien pourquoi, les choses se sont alors arrangées, Pierre a recommencé à apprécier ses cours. Et moi j’ai découvert par la même occasion que j’aimais ça.

Parce que cette piscine et ces cours n’ont rien à voir avec ce que j’ai connu enfant. Déjà il fait chaud, l’eau est chaude, vraiment ! Je ne passe pas mon temps à grelotter. Et puis les profs sont sympas, souriants – sexys pour la plupart – il y a de la musique,  des douches avec des portes, des vestiaires agréables, plein d’espace pour les enfants, un café à la sortie. Les cours sont construits autour du jeu, tout en étant assez sérieux. Les enfants portent des brassards pendant une quinzaine de minutes seulement. Le reste du temps, les plus petits apprennent à « tomber dans l’eau ». On leur chante des chansons. On leur apprend à taper des pieds sur le ventre ou le dos. Les plus grands commencent à apprendre à plonger correctement, à faire des mouvements de brasse ou la planche. On les initie aussi à nager avec des palmes. Bref, j’ai été conquise, vraiment.

A tel point que depuis j’ai pris un abonnement : je me rends trois fois par semaine dans cette piscine ! J’y ai pris des cours d’aquagym post-naissance (avec babysitting intégré), j’y prends désormais des cours de Pilates (dans une petite salle adjacente). Et évidemment, depuis février, une fois la vague de virus hivernaux passée… J’ai commencé les bébés-nageurs avec Charles ! Il faut voir ce colosse agiter dans l’eau ses cuisses costaud, son petit maillot bouffant motif chatons. Il est à croquer, définitivement. Et petit à petit je crois bien que tout le personnel nous connaît. Le week-end dernier ils m’ont tous salués après une semaine d’absence : « Alors, c’était bien les vacances en France ? ».

La semaine d’avant, le cours des petits nageurs de Pierre s’était terminé. On lui avait remis son diplôme de grenouille. Fini la séance avec maman, désormais il nagera sans moi et pourra préparer vraiment, seul avec les grands et le moniteur, son diplôme d’hippocampe. Finalement ce rituel du samedi matin c’était devenu le nôtre, un petit moment rien qu’à nous, sans papa, sans Charles, peut-être que c’est pour ça qu’il avait eu l’intelligence de le réclamer. Ça va drôlement me manquer. Heureusement j’ai pris soin de choisir un horaire pour son cours de grand qui me permettra de l’accompagner. Peut-être qu’on prendra le goûter ensuite rien qu’entre nous au café et qu’il me racontera ce qu’il a fait.

Si on m’avait dit qu’un jour j’aurais le coeur serré parce qu’un cours de natation se termine !

57 réactions au sujet de « Comment j’ai fini par aimer la piscine »

  1. Je suis comme toi, j’ai détesté les cours de piscine en groupe ! Déjà pas parce que je ne sais pas nager mais parce que je nage plutôt mal et qu’on a essayé de me couler quand j’étais petite.
    En revanche si je n’aimais pas la piscine en groupe, j’adore l’eau ! Faut dire que notre voisin chez mes parents à une piscine et qu’on y a passé tous nos été de l’age de 6 ans à l’adolescence (et j’y vais toujours l’été quand je descends chez mes parents).
    Je voulais inscrire Choupette aux bébés nageurs mais à Paris c’est un peu compliqué (piur pas dire impossible). Parce que franchement, elle adore tellement l’eau. Le bain a toujours été un grand moment de plaisir et comme je le disais personnellement j’adore l’eau également donc je me disais que ça serait sympa . A voir peut être à la rentrée si je peux concrétiser cette envie !

    1. J’espère oui que tu pourras ! Pour Pierre nous n’avons commencé qu’à 18 mois et ce n’était pas un souci (c’est peut-être même mieux d’attendre que le premier hiver chargé en virus soit passé pour commencer). Sinon je me retrouve bien dans ta description : finalement moi aussi j’ai toujours aimé l’eau… mais pas la piscine 🙂 .

  2. Comme je me retrouve en tes mots ! Pour ma part, la vie nous joué parfois des drôles de tours, je partage ma vie avec un entraîneur de natation … Donc la piscine est omniprésente à la maison (chronos qui sonnent a pas d’heure …) et pour Marmotton je fais des efforts mais ce n’est pas encore la joie !

    1. C’est exactement ça ! Je n’ai pas développé mais mon mari a été joueur de Waterpolo à très haut niveau, ça joue bien sûr un rôle 🙂

  3. Excellent ! C’est incroyable ce que les enfants nous poussent à faire, à nous dépasser, à aller bien au delà de ce qu’on pouvait être avant ! C’est une très jolie histoire en tout cas, merci de l’avoir partagée 🙂
    Et sinon je trouve ça super chouette le système allemand, que des enfants si jeunes puissent avoir des cours de natation.

  4. Je suis comme toi, la piscine c’est pas mon truc, pour les mêmes raisons.
    J’ai eu de la chance, à l’école je n’y suis jamais allée. Mais mes parents m’ont plusieurs fois inscrite à des cours. J’ai toujours détesté !
    Ma grande commence à réclamer la piscine, elle adore l’eau, pour le plus grand plaisir de mon mari. Mais j’aimerai que mes filles sachent nager, je trouve cela important.
    Je trouve ça bien ces petits diplomes de piscine, c’est important de savoir nager et se débrouiller dans l’eau sans pour autant devenir athlète.

    1. Je suis ravie de lire que je ne suis pas la seule à avoir été dégoutée de la piscine enfant… Et comme tu dis sans atteindre un haut niveau je trouve ça important de savoir nager.

  5. Je crois qu’on ne doit pas être doué en France pour apprendre à nager aux enfants ou du moins à notre époque. J’ai des souvenirs affreux des cours de piscine. J’avais même mis à la poubelle tous les tickets de mes cours tellement ça me traumatisait et je ne voulais pu y retourner. J’ai appris à nager seule avec mes brassards et avec un maitre nageur en vacances pour le retrait des brassard. Verdict, comme toi, à part la brasse, je ne sais rien faire dans l’eau et en plus j’ai été longtemps handicapé par un problème d’oreille qui m’empêchait à l’époque de mettre la tête dans l’eau et aujourd’hui de plonger ou descendre profondément… Du coup, la piscine n’est pas un amour pour moi…
    On voulait éviter ça pour Tess mais ici il faut se battre pour avoir accès aux bébés nageurs… Je n’ai pas réussi à avoir de la place et j’ai arrêté de me battre quand j’ai vu que les séances étaient le samedi après-midi juste pendant la sieste ou lorsque nous sortons. Nous allons donc à la piscine par nous même mais pas assez régulièrement car Tess n’est vraiment pas franche dans l’eau. Je pense que dès que possible, on l’inscrira à un vrai cours! Affaire à suivre… Mais elle n’est pas partie pour devenir championne de natation pour le moment!

    1. Ca peut encore changer et puis elle n’a pas besoin de devenir championne si elle sait juste se débrouiller c’est super ! En tout cas je note qu’il y a un marché à prendre en France apparemment vous êtes nombreuses à ne pas avoir eu de place en cours de bébés nageurs…

  6. Vraiment, je trouvais aussi que c’était une horreur d’aller à la piscine avec l’école. Au delà de ça, j’aime assez l’eau, mais mon 5 ans et demi est plutôt effrayé, il ne supporte pas l’eau sur le visage et n’a donc encore jamais mis sa tête sous l’eau. Je ne sais pas bien à quel âge on commence à nager, je n’ai plus souvenir de ça. Ton article me donne envie de me pencher sur l’idée, je vais chercher autour de moi des cours de piscine, etc 😀

    1. C’est vrai qu’avec ces cours j’ai l’impression que mes fils n’ont pas trop d’appréhension pour le moment. Pierre n’aime quand même pas trop plonger mais il le fait et il est même capable d’aller récupérer quelque chose au fond de la piscine ce dont je serais à peine capable aujourd’hui ! J’espère que tu trouveras un cours qui te convient 🙂 (et ne te laisse pas décourager s’il y a une liste d’attente, nous y étions aussi mais finalement ça bouge assez rapidement).

  7. Tout comme toi je n’ai jamais été une grande fan de la piscine, je détestais ça à l’école et ce n’est pas grâce aux cours de piscine de l’école primaire que j’ai réussi à nager. Mon mari, lui adore la piscine depuis son plus jeune âge et il a même fait pas mal de compétitions jusqu’en Terminale et par conséquent c’est un excellent nageur. Du coup, ça fait un duo de l’enclume (moi) et le dauphin (lui). Pour mon fils, dans ma ville c’est la croix et la bannière pour pouvoir inscrire les enfants aux bébés nageurs (en gros faut être pote avec des gens qui gèrent l’association pour avoir une place), du coup, c’est mon mari qui gère cette partie pour notre fils en reprenant des exercices vu sur des vidéos de cours de bébés nageurs et ça fonctionne plutôt bien car notre fils adore la piscine (et moi aussi accessoirement qui me suis réconciliée avec la piscine).

    1. C’est super que ton mari soit investi comme ça ! Et finalement ton histoire a beaucoup de points communs avec la mienne 🙂 .

      1. En effet. Oui j’ai de la chance que mon mari soit investi pour faire aimer la piscine à notre fils, parce qu’avec moi seule il était mal barré vu que je nage comme une enclume (mon mari me surnomme le Godzilla de la piscine). De plus, je regrette que dans notre coin, les piscines sont pas hyper top ou adapter aux enfants, nous allons à une piscine qui est à 30 minutes en voiture mais qui est très propre et vraiment top pour les petits.

  8. C’est super ces cours ! J’aimerais bien qu’il y ait la même chose par ici !!!
    Moi j’adore nager et on a été à la piscine avec Petit Lapin à partir de ses 15 mois. Il a eu peur 3 minutes puis a adoré. Mais la piscine a beau proposer un cours bébé nageurs, en fait ils ne font que sortir plein de jouets et laisser parents et enfants se débrouiller 🙁 au moins maintenant on sait que Petit Lapin n’a pas peur, mais on a un peu lâché l’affaire depuis l’arrivée de sa soeur. La piscine propose des cours aux petits à partir de 4 ans, ça fait encore loin. Alors d’ici là j’espère arriver à retourner à la piscine avec Petit Lapin, même sans cours, pour qu’il continue à se familiariser avec l’eau, et qu’il puisse profiter de s’amuser avec des brassards (les dernières fois où on y a été, il commençait tout juste à en porter).
    En tout cad c’est doublement chouette que ça ait pu te réconcilier avec la piscine !!

    1. C’est dommage les cours de bébés nageurs que tu décris, on peut déjà faire tellement de choses à tout âge avec les petits dans l’eau… Cela dit y aller avec eux librement en famille c’est très chouette aussi 🙂 .

  9. Joli témoignage que le tien! Je trouve ça chouette que tu aies vaincu ton appréhension initiale pour finalement la transcender et en faire quelque chose de positif! C’est génial! Depuis que les enfants sont tout petits (six et quelques mois), on a pris l’habitude de les « lâcher » quelques secondes dans l’eau, dans la piscine de mes parents. Au départ, j’avais vraiment peur qu’ils avalent la tasse. Et puis en fait, ils conservent bien le reflex d’apnée quand ils sont bébés! Du coup, que ce soit Chucky ou MCM, ils ont su se débrouiller très tôt dans l’eau. En tous cas, MCM nage toute seule, mais elle ne sait pas encore sortir la tête hors de l’eau pour respirer, il faut tout le temps être avec elle pour la rattraper. Je trouve ça génial que le système allemand encourage l’autonomie dans l’eau! C’est formidable de les voir évoluer sans peur et avec aisance!

    1. Avec Pierre donc nous avons commencé vers 18 mois et il avait déjà perdu ce réflex. Mais avec Charles j’ai commencé à six mois et en effet pour le moment il l’a conservé, c’est impressionnant !

  10. Waouh ! Ce système d’apprentissage me rend très envieuse !
    Moi aussi je suis beaucoup allée à la piscine cette année. Les bébés nageurs étaient la seule activité accessible aux moins de trois ans, donc j’y ai inscrit notre aînée à l’automne. Avec l’arrivée de sa sœur, ce créneau était le seul moment de tête à tête qu’elle pouvait avoir avec un adulte proche – son Papa, sa Maman ou ses tantes qui ont défilé pendant les semaines où je ne pouvais pas encore aller dans l’eau.
    Ça m’a donné envie de nager mieux moi aussi, et j’ai pris quelques cours particuliers. Je n’avais jamais appris à nager le crawl et ça me fait beaucoup de bien de me voir progresser dans un domaine que je pensais avoir écarté pour toujours. Sans compter que c’est un moment en solo, et qu’ils sont pour le moment très rares et très précieux ! Y as-tu pensé aussi ?

    1. Ouah c’est super félicitations ! J’avais pris des cours pour adultes à Paris il y a longtemps mais je n’avais pas accroché. Et ici pour le moment je savoure juste mon cours de Pilates le soir une fois les deux couchés…

  11. J’ai vécu de vrais traumatismes enfant avec les cours de natation, notamment une conn**** de monitrice qui m’avait jetée à l’eau alors que j’avais peur, je m’étais ouvert le menton … Bref, tout comme toi, expérience pas top.
    Maintenant j’apprécie la piscine même si j’ai certains aspects qui me rebutent notamment la partie où il faut se sécher et s’habiller … J’ai l’impression d’être tjs humide à la sortie de la pisicne.
    Nous avons pris la décision avec mon mari d’aller aux bébés nageurs quand nous serons parents, justement pour que nos enfants n’aient pas la même phobie que moi, et j’espère que je prendrai autant de plaisir que toi !

    1. Oh la la les monitrices et autres professeurs de sport, il y en a vraiment des pas très doués… J’espère aussi que tu trouveras une structure qui répond à tes attentes le moment venu !

    1. Pas simple de s’organiser ou parce qu’ils n’apprécient pas ? En tout cas tout ça n’est pas toujours évident en effet !

  12. Mon problème est assez différent, j’ai peur de l’eau. Alors pas la phobie de fou qui te gâche la vie non plus mais disons que quand ça commence à trop chahuter ou à jouer à couler les autres, je sors. L’océan ne me fait pas peur mais je respecte ses dangers. Je sais d’où tout ça vient, ce sont des petits traumatismes enfantins (coincée sous un matelas dans une piscine blindée d’enfants et méchamment emportée par un rouleau atlantique).
    Ajoute à cela qu’un enfant de ma famille a, heureusement bien soignée, subi une noyade sèche et je te laisse imaginer ma confiance dans l’élément eau 😉
    Du coup, j’ai amené ma fille aux bébés nageurs dès 5 mois et demi. Je veux absolument qu’elle sache nager et s’en sortir au mieux s’il lui arrive une galère. Bon, hum… faut pas rêver, je suis complètement stressée quand on y va. On y va donc systématiquement avec son papa car je ne veux pas lui refilee mes angoisses ! En tout cas, ça me rassure de voir que, à 13 mois, elle a le réflexe de « tout fermer » quand on la « coule ».
    Ton article me fait réfléchir, peut-être l’inscrirai-je à des cours de natation. Au moins elle aura les bons gestes de nage, je vois bien que ça me manque (à part une brasse faut pas trop m’en demander 😉 ).
    C’est vrai que nos enfants nous obligent à nous remettre en question ou à pousser des portes qu’on aurait tendance à ne jamais pousser. Je trouve que c’est une bonne chose, ça nous bouscule un peu, ça évite de s’empâter (pas sûre de l’orthographe pour celui-là 😉 ).

    1. Je comprends ta peur après ce que tu as vécu… Et je trouve ça super que tu te forces pour que ta fille évolue différemment avec l’eau ! En effet, les enfants nous poussent parfois à remettre en question nos acquis 🙂 .

  13. Whaou, je trouve ça super ces cours avec des petits niveaux à acquérir, et ta piscine a l’air top avec plein de choses proposées pour tous. C’est génial pour tes garçons, et oui je pense que c’est un plus d’être à l’aise dans l’eau 🙂 .
    Contrairement à toi, j’ai toujours adoré nager, d’ailleurs c’est le seul sport que j’apprécie ahah ! Mais en te lisant, je me rend compte que mes enfants ne savent pas nager et que je ne les emmène jamais à la piscine (si j’y vais c’est pendant ma pause le midi). On habite dans un village et la piscine la plus proche n’a qu’un grand bassin, elle est vieillotte en plus, pas du tout agréable. Alors si on veut aller dans une chouette piscine pour les petits, c’est minimum 1/2heure de route, déjà ça me refroidit…
    Mais c’est vrai que c’est important et je serais un peu triste si mes enfants ont peur de l’eau… Je vais essayer de me motiver pour les emmener de temps en temps !

    1. Oh oui si tu aimes il ne faut pas hésiter à partager ça avec eux, je suis sûre que ton enthousiasme sera communicatif 🙂 .

  14. Perso, j’adore la piscine, d’ailleurs j’ai commencé dès que j’ai pu avec les garçons . Faut dire qu’ayant grandi dans les îles, apprendre à nager, c’est une question de survie…
    Ils ont l’air top vos cours, j’aurais aimé avoir le même système ici, parce qu’ils refusent de leur donner des cours avant 5 ans

  15. Oui, encore une fois! Tu sais bien montré comme, nous aussi, on grandit avec eux! C’est très émouvant… J’adore partager ces moments avec mon fils même si je n’ai pas (encore?) passé le cap d’y aller seule.. Bravo!a

  16. Le système allemand a l’air très sympa! Ici il y a les bébés nageurs mais pas de cours de natation avant 3 ans.

    J’aime bien la piscine pour faire du sport ou s’amuser avec les amis, mais pas les deux à la fois ! Du coup je n’ai plus nagé depuis des années parce qu’il n’y a pas de piscine olympique accessible au public pas loin de chez moi et que je n’aime pas faire les longueurs dans ube piscine où j’ai pied…
    J’ai aussi retrouvé le chemin de la piscine récemment pour amener ma grenouille aux bébés nageurs. Ici les cours sont rares et chers aussi mais on a trouvé une séance ouverte à tous et encadrée par maîtres nageurs et ça nous convient bien.

    1. En fait comme j’expliquais ici aussi avant trois ans les cours sont en présence d’un parent donc c’est un peu l’équivalent des bébés nageurs j’imagine (même si à partir de 18 mois ils appellent ça « cours pour les petits nageurs »). C’est super en tout cas que vous ayez trouvé une activité parent – enfant qui vous convienne, je trouve que ça fait tellement de bien !

  17. Je crois que j’aurais pu écrire l’article contraire ☺ Petite j’ai appris à nager à 5 ou 6 ans. Puis j’ai fait une dizaine d’année en club. J’adorais ça (et adore encore) J’ai toujours été frustrée de ne pas faire de natation avec le collège ou le lycée. Pour une fois que j’aurais pu me démarquer en sport ! Mon mari, c’est l’inverse. Il n’aime ni l’eau ni la piscine. Pour mes enfants j’aurais adoré leur offrir l’équivalent des cours de Pierre et Charles. Mais, même si on trouvait, d’un point de vue logistique ça me paraît très difficile. Et puis maintenant il faut que je trouve du handisport pour Alphonse et j’espère dégoter de la natation pour l’année prochaine !

    1. Ouahou félicitations pour ton parcours de nageuse ! J’espère que tu trouveras ce que tu souhaites pour Alphonse et que tu nous raconteras ça !

  18. ça a l’air super le système allemand. Ici pas de cours avant 6 ans, ce que je trouve tard, pour des questions de motricité. Et difficile d’avoir des créneaux.. bref, l’enfer pour apprendre à nager alors que ce devrait être vital ! j’en ai déjà 1/4 qui sait nager… il m’en reste encore 3 :/ !

  19. Oh, ton article me donne tellement envie ! Il faut dire que j’aime beaucoup la piscine, contrairement à toi à l’origine (et à mon mari, qui ne sait à peu près que flotter lui aussi). J’ai appris à nager tôt, j’ai fait de la natation (y compris des compétitions) pendant plusieurs années, et j’aime toujours beaucoup ça. J’ai hâte d’emmener mon hippocampe à la piscine (et ça me fait sourire de savoir qu’il existe un diplôme de nage avec ce nom-là !) mais par chez moi les bébés-nageurs sont le samedi, et je travaille… Je verrai sans doute pour l’emmener sans bénéficier d’un cours particulier.

    1. Si tu partages cette passion dès le début c’est encore mieux ! Et je te conseille de commencer tôt, ce n’est pas indispensable mais je vois la différence avec mon deuxième : il a bien conservé le réflex de retenir sa respiration quand il plonge, c’est magique !

  20. Alors moi c’est de sports de balle que je me suis fait dispenser pour le bac et c’est pas demain que je vais écrire un article « comment maintenant j’aime ça »… Ce que je trouve dommage c’est que le sport est une des seules matières du bac que tous devraient être encouragés à pratiquer régulièrement tout au long de leur vie et que les méthodes utilisées et les objectifs généralisés découragent souvent les « nuls » (ok a la piscine il n’y avait pas de « montante-descendante » comme au volley – tu les sens mes mauvais souvenirs ? mais il fallait nager 1km pour l’épreuve dans mon souvenir et la simple brasse ne suffisait pas, j’avais du apprendre la brasse coulée pour l’occasion c’est inaccessible à quelqu’un qui n’a pas les bases … pourquoi ne pas pratiquer dans le plaisir et simplement mesurer le progrès ? bref …. moi je comprends tout à fait que tu aies été dispensée et je pense que te forcer à un tel programme n’aurait fait que renforcer ton dégoût de ce sport….
    En tout cas, il n’est jamais trop tard, j’ai pris des cours pour apprendre à nager le crawl il y a 5-6ans et on était pleins d’adultes à galérer (et au final y arriver ;))
    Pour les bébés nageurs allemands, je ne savais pas qu’ils faisaient différemment des Français et ici c’est papa qui s’y colle (j’ai fait la première séance et c’était plein de chansons en allemand dont tous les parents semblaient connaitre les paroles, moi je chante comme une casserole et je ne suivais pas, ca m’a traumatisée et c’etait une bonne excuse pour avoir 2h pour moi le dimanche matin 🙂

    1. J’ai eu deux heures pour moi le samedi matin aussi pendant un temps mais méfiance, ton fils pourrait t’imposer le même traitement un jour 😉 . Pour le sport au bac j’ai longtemps eu cet avis aussi, que dans cette matière les nuls n’étaient pas du tout encouragés… Mais finalement un jour je me suis demandée si ce n’était pas le cas pour toutes les matières. Finalement ça m’a peut-être juste choquée pour le sport et la musique parce que j’étais nulle justement ?

  21. J’avais soigneusement fais abstraction du coup que ton fils t’a fait parce qu’autant te dire que c’est ma grosse angoisse 😀
    Pour le sport tu as raison, c’est comme ça pour toutes les matières : tu peux tout a fait mettre en parallèle les montantes descendantes avec les profs qui distribuent les copies dans l’ordre des notes par exemple, qu’on m’explique en quoi c’est constructif…. Mais pour avoir été nulle en anglais et en sciences, je reste convaincue non seulement que c’est en sport que les nuls sont le plus « humiliés » vu que leur niveau est à la vue de tous en permanence pendant tout le cours (qui plus est en maillot de bain pour la piscine !) mais qu’en plus le sport est LA matière que tous devraient continuer à pratiquer toute leur vie (il doit bien s’etre dit quelque part qu’elle est importante pour tous vu que c’est la seule obligatoire a avoir le meme nombre d’heures de cours, de coeff au bac et de programme pour ttes les series générales, technologiques ou pro). Je vois beaucoup moins de conséquences au niveau santé/équilibre pour ceux qui font une croix sur les maths (l’école, encore un sujet sur lequel je peux partir loin :))

    1. Concernant l’importance du sport sur la durée oui je suis d’accord avec toi 🙂 . Pour le reste moi je n’étais nulle que dans cette matière donc je n’avais pas de point de comparaison mais si tu me dis que c’est pire je te crois 😉 .

  22. C’est rigolo car quand j’étais enfant (en France) on avait justement le même principe de niveaux de nage : grenouille, hippocampe, dauphin… et un petit carnet comme pour le ski !
    Pour ma part j’ai toujours aimé l’eau(bébé nageurs, natation en club ensuite et maintenant pour le plaisir). Du coup j’ai hâte d’emmener ma fille aux bébé nageurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.