Blog, réseaux sociaux : le temps des doutes

Blog, réseaux sociaux : le temps des doutes

J’ai pris un jour de libre pour moi, comme j’essaie de le faire chaque mois depuis que j’ai repris le travail. Cette journée, je la consacre toujours plus ou moins aux mêmes activités : je fais nos comptes, je regarde un film, je cuisine parfois en écoutant Christophe Hondelatte, je colorie mon Bullet Journal. Et j’écris un article de blog aussi.

Aujourd’hui je viens de déposer mes garçons au jardin d’enfants, je suis installée dans la cuisine à notre nouvelle jolie table ornée d’un si joli bouquet de fleurs. C’était la fête des mères le week-end dernier. Le soleil traverse les stores entrebâillés. Je suis en train de me préparer un café, avec du sucre et de la crème. Je me réjouis de cette journée pour moi, j’ai déjà pu prendre le temps de lire et de jouer avec les enfants. Mais je n’ai pas envie d’écrire.

Je repense avec nostalgie à toute l’énergie que j’ai mis dans cet espace, à ces milliers de mots enchaînés, aux débats incroyables qu’ils ont pu générer. Je me souviens du tout début, de mon premier congé parental, 2014 – 2015. De Rose, Flore, et Chat-mille qui étaient mes mentors. J’ai été tellement triste à chaque arrêt. Je suis triste aussi de constater que beaucoup de mes fidèles commentatrices ne sont plus là. De nouvelles arrivent, et c’est sans doute normal. L’amour dure trois ans, je pense que la plupart des passions également.

J’ai adoré venir ici. J’ai adoré écrire, j’ai adoré vous lire, j’ai adoré cette petite pointe dans le ventre à chaque publication, cette fierté enfantine à chaque sélection. Mais en ce moment, je constate que je peux m’en passer. J’ai des idées de choses à dire, je pourrais vous parler de l’avancée de ma demande de nationalité allemande, de mes réflexions autour du féminisme. Je pourrais puis je me dis : « A quoi bon ? Qui ça intéresserait ? ». J’ai perdu cette urgence du partage.

Analyser mon comportement sur Instagram – le petit frère du blog – m’a permis de comprendre un peu mieux ce qui se passait. Je ne me suis jamais mise de pression sur IG, ne me suis jamais fixée de rythme de publication. Et je publie de moins en moins. Je n’ai plus le temps de prendre mes enfants en photo de dos, de faire une image qui soit à la fois suffisamment jolie tout en préservant leur intimité. J’ai l’impression d’avoir déjà tout montré, je me surprends à prendre toujours les mêmes photos. Et puis je dois jongler avec ceux qui me lisent : les copines du blog comme ma famille. La dernière fois que j’ai pris le temps de publier plusieurs photos, c’est lorsque mes enfants étaient malades et que j’étais coincée à la maison. Alors seulement, l’envie est revenue.

Je crois qu’il y a un peu de tout ça dans ma lassitude ici. Le manque de temps évidemment. Le manque d’envie aussi, parce que j’ai retrouvé grâce mon travail et mes activités en dehors de la maison une vie sociale bien remplie. Le manque d’idées, après vous avoir déjà presque tout livré. La gêne provoquée par un anonymat définitivement levé. Et puis la technique. WordPress qui me presse de mettre à jour une version PHP – ce dont je suis incapable sans de longues heures de recherche et de travail.

Je ne vous annonce pas la fermeture de cet espace pour le moment. J’aimerais encore tellement durer, comme Annouchka ou comme Aki. Mais je vais faire différemment : écrire au gré de mes envies. Et tant pis si je n’ai envie qu’une fois par mois ou moins ou plus. Et si l’envie ne revient pas ? On verra.

75 réactions au sujet de « Blog, réseaux sociaux : le temps des doutes »

  1. Il y a une grosse vague de désaffection et de doutes sur les blogs, en ce moment. Tu n’es pas la première à te poser ces questions. C’est vrai que c’est difficile de durer, surtout en racontant son quotidien qui est forcément répétitif. Ou alors il faut se diversifier, parler lecture, sujets sociétaux ? Mais bon, quand on n’a plus envie, on n’a plus envie !

    1. Je me suis déjà beaucoup diversifiée je crois, j’ai donc l’impression d’avoir déjà beaucoup dit dans les autres domaines aussi. On verra si l’envie revient d’elle-même 🙂 .

  2. Ainsi va la vie… elle est faite de cycles. je suis plutôt absente moi aussi ces derniers temps, mais je te garde toujours dans un coin de ma tête, comme quelques unes de copines de blog rencontrées virtuellement ou en vrai . les belles femmes sont partout sur cette planète ! je t’embrasse !

    1. Moi aussi je te garde bien présente dans un coin de ma tête et j’espère quand même avoir de tes nouvelles de temps en temps 🙂

  3. Je suis triste de ne plus pouvoir te lire si souvent, triste de te voir arrêter même si je le sentais depuis le début de l’année.
    L’essentiel est que toi tu te sentes bien, d’écouter tes envies. Il y a un moment pour tout. Il ne faut pas se forcer, cela ne donne rien de bon. Suis tes envies.

    1. Merci ! Tu es une si fidèle commentatrice, je suis désolée de te laisser comme ça pour un temps au moins. C’est gentil de ne pas m’en vouloir.

  4. Je crois que le blog est une aventure fugace pour beaucoup. pour en avoir lu énormément depuis la naissance de ma fille (2014), je me rends compte que si peu sont encore en ligne. En tant que lectrices je m’en souviens très bien et beaucoup de ces voix me manques, un peu comme des amies qu’on aurait perdues de vue, je me demande où elles sont. Je me rends compte qu’il faut une ténacité très forte pour tenir un blog, pour garder la foi finalement. Alors bravo pour ce que tu as accompli, car oui tu as écris longtemps, de très beaux articles ; j’espère continuer à te lire, à l’occasion si l’envie est là.

    1. Merci beaucoup Ptite Carotte, tu fais partie de mes plus anciennes lectrices en effet et ça me touche de savoir que tu es encore là 🙂 .

  5. Je ne peux que te comprendre… Je suis dans la même mouvance en ce moment et finalement, je suis revenue plus pour prendre des nouvelles des copines et leur en donner un peu que de vraiment partager sur des articles à thèmes. Je n’ai plus le temps en ce moment même si parfois, j’ai des idées qui arrivent et l’envie de partager.
    Tout ce que j’espère, c’est quand même continuer à avoir de tes nouvelles par ici ou par là car tu fais partie de ces personnes que j’aime retrouver dans cet espace 🙂
    Bref, vis ta vie, reviens écrire quand tu en as envie, on sera toujours là pour te lire et partager… et entre 2, on se rejoint en MP 😉

    1. Décidément nous sommes synchrones pour pas mal de choses et ce n’est peut-être pas un hasard (les deux ans de nos petits derniers qui approchent et la page de la toute petite enfance qui se tourne…).

  6. Je comprends tout à fait car ce qui t’arrive raisonne beaucoup en moi sur d’autres sujets. En réalité, on aimerait toutes faire plein de choses. Pour ma part, ce serait prendre le temps de lire, de jardiner, de coudre/tricoter, de jouer avec ma fille, d’être dispo chaque soir pour elle afin d’avoir la patience nécessaire pour mieux gérer le tunnel 18h -> 20h, continuer à ne cuisiner que du fait maison pour ma fille tant qu’elle accepte encore de manger absolument de tout, préserver notre vie de couple par quelques sorties entre adultes, organiser des sorties, des weekends…. tout en développant mon activité et ma 2ème partie de carrière, ce qui implique de répondre à des appels d’offres, démarcher et prendre le temps de me former à une autre facette de mon métier.

    En me lisant, tu as dû arriver à la même conclusion que moi : ce n’est pas possible de faire tout ça, ou alors c’est bâclé. Or, je n’aime pas du tout bâcler quoi que ce soit.
    Puis, je suis fatiguée par ces multiples envies en réalité car je me mets une pression supplémentaire.
    J’en suis arrivée à me forcer à me concentrer sur l’essentiel, en tout cas mon essentiel du moment, finalement, je dois admettre qu’on n’a pas le temps pour le reste. J’ai donc arrêté de me prendre la tête parce que mon ouvrage au crochet n’est pas terminé, tant pis s’il prend plus de temps que prévu. De toute manière, j’ai dû le démonter plusieurs fois à cause de mon inattention devant le shéma.
    Ce n’est qu’un exemple mais ton amour de l’écriture délaissé me rappelle beaucoup mon amour pour le fil et le travail manuel en général que je délaisse aussi. Ce n’est pas que ça ne m’apporte plus rien, simplement, ma vie actuelle ne me laisse pas le loisirs de satisfaire ce plaisir comme je souhaiterais le faire. Du coup, je le délaisse. Qui sait ? Dans les années futures, j’y reviendrais sûrement mais ce sera de nouveau un plaisir et non plus une obligation que je me suis imposée. Ça ne correspond pas à ma vie actuelle, c’est tout.

    J’ai eu beaucoup de plaisir à te lire, j’ai découvert ton blog tardivement et ton écriture est un vrai « apaisement » pour moi. Moi qui vis des mots, je ne les trouve pas sur ce coup là 😉 disons que l’on ressent bien le personnage sympathique et humble derrière le texte, ce qui permet d’aborder des sujets sur un ton bienveillant. Dans notre société actuelle, c’est un petit trésor que tu as créé là. Donc merci.

    Je resterai abonnée et aurais plaisir à te relire si l’envie te revenait.

    Peut-être à bientôt… ou pas, je te souhaite le meilleur 🙂

    1. Merci du fond du coeur pour tes gentils mots qui me touchent profondément. C’est exactement comme ça que je ressens les choses en effet, un amour que je vais délaisser un temps mais vers lequel je reviendrai, j’en suis à peu près sûre (une fois que j’aurais résolu ce fichu problème technique !).

  7. Je comprends tout à fait ce mélange de saturation et de lassitude! c’est quelque chose que je ressens cycliquement, mais finalement l’envie de partager revient toujours pour moi… au moins pour l’instant. Dans tous les cas, je crois qu’il ne faut pas se mettre de pression. il faut que ça reste un plaisir, et une vraie envie! je crois que tu auras toujours quelqu’un pour te lire – mais si ça ne suffit pas être le moteur de ton envie d’écrire, alors laisse passer le temps jusqu’à ce que ça revienne…ou pas! Quelque part on ressent une sorte de responsabilité par rapport aux gens qui aiment nous lire – mais il faut avant tout penser à soi et il n’y a pas mort d’homme quoi qu’on fasse ;o)

    1. Je suis d’accord et c’est justement de cette responsabilité que je voulais me débarrasser. Retrouver un peu de spontanéité 🙂 .

  8. Moi j’aime te lire, même si j’ai très peu le temps de lire les blogs en général, et d’écrire (je ne comprends pas comment font « les autres »). Tu feras comme tu le sens. Mais je pense que l’envie d’écrire, si elle est là, ne disparaît jamais vraiment. Tu as peut-être tout simplement besoin d’un autre support, plus privé, plus intime ?

    1. J’en ai déjà un, mon BuJo sur lequel j’écris parfois « sans queue ni tête » et ça me fait énormément de bien.

  9. Oh que cet article m’attriste ! Décidément, ce n’est pas ma journée….
    Cela dit, pour l’avoir vécu à plusieurs reprises, je comprends complètement cette démotivation qui, chez moi, s’incruste régulièrement, pour plein de raisons différentes : je me retrouve dans les tiennes, j’en ai d’autres également.
    J’ai toujours admiré ta constance, ta régularité et cette pugnacité qui rend ton blog si équilibré (et si addictif !). Mais je sais que l’on peut aussi tirer du positif de manière plus ponctuelle et j’espère que tu continueras à te livrer par ici : cela me manquerait bien trop !

    1. J’espère aussi que l’envie reviendra de temps en temps 🙂 et que les problèmes techniques ne vont pas définitivement m’empêcher aussi, car ils sont un vrai frein en ce moment !

  10. je suis complètement ta réflexion.
    Aussi, les enfants grandissent et les mamans prennent confiance et ont moins besoin de l’approbation de la blogosphère…
    J’ai fermé tous mes comptes de réseaux sociaux. Je ne lis plus que 2-3 blogs (dont le tien donc).
    Mais surtout je ne comprends plus les publications. Je fais quelque chose de bien : une tarte, une sortie, un achat…je l’affiche, et tout le monde répond « c’est génial je note pour la prochaine fois ». Au secours. Sans réseau on ne savait pas quoi faire à diner ou où aller le week-end ??? Que nous apporte de connaître le poids et l’âge du premier dessin, bouton de fièvre, phrase rigolote d’un enfant qui N’a rien demandé ? Ça change quoi si on ne lit pas la publication ? Rien. Ça n’apporte rien.
    Je change mes habitudes et fréquente désormais les blogs « spécialisés » dans un domaine précis qui m’intéresse vraiment, ou j’apprends sans perdre mon temps.
    Par contre, contrairement à toi, chaque fermeture de blog me réjouit : c’est que la blogueuse a trouvé un équilibre dans sa vraie vie et n’a plus besoin de ses béquilles virtuelles, même quand ce sont des blogueuses intéressantes et où drôles. Profite !

    1. J’ai un avis moins négatif sur les blogs ou les réseaux sociaux… C’est vrai qu’on s’intéresse aux sorties et aux idées des autres, aux progrès des enfants des autres mais pour moi c’est pareil ou presque que dans la vraie vie, ni mieux ni moins bien. Et dans la vraie vie aussi d’ailleurs, je redécouvre en ce moment d’autres intérêts que la maternité. En ce sens tu as raison, c’est peut-être une bonne nouvelle.

      1. j’ai mes sœurs et mes amies très proche en chair ou au téléphone tous les jours et pourtant je ne sais pas ce qu’ils ont mangé ni combien de taches ils ont fait sur leur t-shirt ect… pas tout à fait comme la vraie vie, plutôt l’image que l’on veut donner de sa vie et je comprends que cela puisse être lassant.

  11. Il est vrai que lire les blogs et échanger permette un peu de vie sociale quand on est à la maison ou que l’on n’a pas de jeune parents dans notre entourage proche. Et puis tout vas si vite maintenant, j’ai l’impression qu’il y a davantage de monde sur Instagram. L’avantage est que tout est au même endroit. L’inconvénient, c’est qu’on ne maîtrise pas l’algorithme, qui nous cache souvent des compte que l’on suis. Pour moi, les deux sont complémentaires, mais cela veut dire aussi pas mal de temps passer sur internet.
    En tout cas, je pense qu’il est important que tu t’écoutes. Il n’y a aucune obligation à publier 1 fois par semaine et puis tu as aussi le droit de faire une pause et de revenir ou pas. En réalité, tu n’as de comptes à rendre à personne même si c’est toujours agréable de savoir quand une blogueuse que l’on suit arrête.
    J’espère tout de même te lire de temps en temps 🙂

    1. Tu fais partie des plus anciennes que j’ai connues ici, c’est gentil de me laisser un petit mot. En effet Instagram n’est sans doute pas étranger à ce phénomène de plus en plus les blogs sont délaissés à son profit malheureusement.

  12. Comme je te comprends… ce qui me fait douter de mon côté c’est l’investissement temps et l’incertitude d’apporter réellement quelque chose à quelqu’un Prends le temps qu’il te faut Au plaisir de te lire

    1. Cela demande beaucoup de temps en effet et quand il vient à manquer c’est compliqué de s’accrocher encore. En revanche je suis sûre que nos écrits apportent toujours à quelqu’un !

  13. Tu fais bien de suivre tes envies. La vie est courte et déjà parsemée de contraintes… Inutile de s’en rajouter quand d’autres passions nous animent.
    Cela étant dit, j’espère quand même avoir encore le plaisir de te lire !

  14. Je comprends bien tes doutes, j’ai moi aussi vu les blopines des débuts, celles dont les enfants sont nés à peu près au même moment que FeuFolet, fermer les unes après les autres…
    Moi-même, j’ai du mal aussi à trouver la motivation d’écrire des articles de « qualités », c’est plus devenu un espace de recap/synthèse du moment présent.

    Pour IG, l’arrêt du fonctionnement de l’appareil photo de mon téléphone a considérablement réduit mes publications…
    Mais j’apprécie beaucoup d’avoir des nouvelles de Pierre et Charles de temps en temps.

    1. Ici aussi l’appareil photo de mon téléphone me fonctionne plus ! Du coup je dois me rabattre sur le reflex et c’est plus rare… J’espère que tu continueras à être présente en tout cas, sur le blog et sur IG, sinon ta petite famille me manquerait !

  15. Triste de lire ça et à la fois je m’y attendais un peu. Lectrice depuis la 1ère heure de ton blog ou presque, mes commentaires se sont espacés avec le temps, au fil de la reprise du travail et du temps en moins. Mais aussi des doutes que m’apportent moi aussi chaque jour les réseaux sociaux et les promesses que je me fais d’y passer moins de temps au risque d’avoir loupé l’essentiel.
    J’aime beaucoup ton blog, ton écriture. Tes sujets m’ont souvent touché et mille fois je me suis retrouvé dans tes dires.
    J’ai aussi l’impression que la page « blogs » en général est en train de se tourner, même SNT et DMT ne récoltent plus que quelques commentaires… ou alors d’autres jeunes mamans qui goûtent à peine à la parentalité ouvrent de nouveaux blogs?
    Je pense aussi qu’instagram y est pour beaucoup en effet.
    Je continuerai à structer tes articles car ta plume va beaucoup me manque malgré tout. Mais je comprends. Tu as envie et besoin d’autre chose, je suis dans une réflexion similaire et mon compte insta est quasi au point mort.
    Un peu de nostalgie pour moi en pensant à ces lectures qui ont accompagné mes congés parentaux. Cette page se tourne donc, ça fait un pincement au coeur.
    Bises à toi et à tes garçons et à bientôt quand même 🙂

    1. Oui cette page qui semble se tourner me fait un gros pincement au coeur aussi. J’espère avoir de tes nouvelles de temps en temps quand même ! Je pense qu’Instagram n’y est pas pour rien en effet dans le désamour rencontré par les blogs. Mais c’est sans doute une mode aussi, qui passera. En attendant je te rejoins l’essentiel est de ne pas passer à côté de l’essentiel justement 🙂 .

  16. C’est l’histoire de la vie, un cycle éternel, tout ça, tout ça…
    Merci pour toutes les belles choses qu’on a partagées, j’espère que tu ne disparaîtra pas complètement (mais la priorité n’est pas là) ! Prends soin de toi <3

  17. En tant que lectrice, je suis très triste de lire cet article. J’adore ta plume. Je me suis souvent retrouvée dans tes récits (d’endormissement et de portage ;)), j’ai été émue quand tu t’es livrée sur des expériences douloureuses d’accouchement et d’allaitement, j’ai aussi été bousculée par tes « unpopular opinions » parfois (je n’oublierai jamais ton article sur la religion). A plusieurs reprises, tes articles m’ont poussée à réfléchir et à écrire à mon tour.
    En tant que « maman-blogueuse » (à mon échelle !) de la même génération, je comprends très bien tes réflexions. Je ne sais pas si l’amour dure 3 ans, mais la petite-enfance, oui. Nos aînés, sur lesquels nous avions tant à dire, à partager, ont passé ce cap – Flore surtout évoquait beaucoup le fait qu’elle voulait préserver la vie de son petit garçon qui grandissait et révélait sa personnalité. Ils grandissent, et nous aussi. Enfin, je ne peux parler que pour moi, mais je sens que cette période « jeune maman qui découvre tout et qui a besoin de beaucoup échanger » s’est progressivement terminée – et peut-être même que la période « maman de jeunes enfants » s’achève aussi, alors c’est dire si les choses changent… Je m’en rends compte surtout quand je vois mes amis devenir jeunes parents à leur tour. Ils se passionnent pour ce qui m’avait passionné aussi. Je reste très intéressée par la parentalité et la petite enfance, mais avec moins d’urgence, moins de flamme. Je n’ai plus besoin de savoir quoi mettre dans ma valise de maternité. Je ne pense plus au casse-tête de la diversification alimentaire. En revanche, et j’y pense car tu parles dans ton article de féminisme, je me sens bien plus concernée (et même révoltée !) qu’avant par ces sujets corollaires de la maternité : les violences obstétricales, les tabous sur le post-partum, le baby blues, la charge mentale, etc. Libérer la parole sur ces sujets, c’est un peu ma nouvelle mission de maman expérimentée. Mais j’avoue que je l’interprète plutôt dans la vraie vie que sur le blog.
    Bref. Je vais conclure ce trop long commentaire, en te souhaitant le meilleur, très sincèrement. Je continuerai à lire chacun de tes articles, même sans planning 😉

    1. Nous nous suivons depuis le tout début alors bien sûr je comprends tout ce que tu dis. Une page qui se tourne, celle de la petite enfance, et une page du coup plus difficile à écrire, celle du blog sur d’autres thèmes. Mais l’article sur le féminisme me trotte dans la tête depuis trop longtemps, je suis quasiment sûre de l’écrire un jour, promis 🙂 .

  18. C’est une étape qu’on traverse toute je crois, les bloggueuses. Les doutes, l’énergie qu’on place dans ce blog, et parfois on en a plus envie. Lassée comme tu dis, l’impression d ‘avoir fait le tour ou d’être fatiguée. Alors une pause s’impose en durée indéterminée pour faire un point. J’en ai fait un aussi, j’ai réduit mes publi à une par mois et le plaisir reste du coup !

    Line de https://la-parenthese-psy.com/

    1. Je pense que ralentir le rythme pour s’écouter est nécessaire à un moment, en tout cas je le ressens aussi comme ça pour le moment 🙂 .

  19. Snif !…
    J’ai remarqué que beaucoup de blogueuses mamans laissent leur blog vers les 2-3 ans du dernier. J’avais par ailleurs vu que c’est le temps que prennent les hormones pour revenir à un seuil normal après une grossesse. Je me demande s’il n’y a pas une donnée biologique au besoin d’échanger entre mères. Et que le besoin disparaît progressivement avec les taux d’hormones qui baissent. Certaines blogueuses ont 10 enfants et tiennent la cadence pendant 10 ans, et dès que le dernier enfant à 2-3 ans, le blog ferme.
    Les blogueuses mamans qui perdurent au-delà des 3 ans du dernier enfant, assouvissent d’autres besoins et switchent sur d’autres registres : sortie d’un livre (besoin de reconnaissance ?), sponsorisation extrême (besoins financiers ?) etc…
    Bref, je crois que c’est naturel. Ton blog restera une super ressource pour les jeunes mamans à leur sommet hormonal.

    1. C’est très intéressant cette théorie, je ne la connaissais pas mais elle s’applique en effet à pas mal de cas autour de moi 🙂 .

  20. J’en suis exactement au même point que toi. Et puis j’ai cette envie de me recentrer sur moi, de m’impliquer plus dans la vraie vie, à travers la vie associative de mon quartier, l’écologie et le zéro déchet, ma vie de famille. Bref, retrouver du sens, sans pour autant déconnecter totalement. Trouver un juste milieu, un équilibre quoi.

    1. Cette année j’ai redécouvert la vie associative aussi et je pense que cela a beaucoup joué en effet : retrouver le plaisir d’échanger en vrai.

  21. Je te lis toujours avec un grand plaisir même si je ne commente plus beaucoup. Souvent j’aurais plein de chose à dire alors je remets mon commentaire à plus tard par manque de temps, et finalement je laisse le temps filer… C’est la même chose pour mon blog, les idées sont la mais je ne prend pas le temps d’écrire. Finalement j’avais plus de temps en travaillant alors j’espère reprendre en retrouvant le chemin du bureau cet été ! Et j’espère que toi aussi tu retrouveras l’envie de nous écrire, que ce soit pour nous parler de la vie de tous les jours, de livres ou de politique !

  22. Coucou Alice,
    Saches que j’adore te suivre et lire ton blog , même si je n’ai jamais commenté , ce blog permettait de garder un lien , de suivre l’ évolution des enfants, car grâce aux réseaux sociaux nous avons pu nous connaître depuis la grossesse de Charles …je comprends très bien ce que tu expliques, et heureusement que tu nous annonces pas la fin de ton blog et j’attendrai patiemment que tu écrives , car tu as un don du partage dans ton écriture ..
    A bientôt Alice
    Vero maman de Leny

    1. Oh ton message me touche tellement ! Ca me donne envie de laisser des nouvelles sur notre petit groupe ! Je suis très émue que tu sois encore là après tout ce temps.

  23. Je me retrouve dans ton ressenti car les questions que tu te poses, je pense qu’on se les pose toutes régulièrement, ça vient par vagues, ça repart. Un blog est forcément mortel. Surtout s’il parle de parentalité. Il accompagne une tranche de vie bien particulière, très riche, mais sur laquelle on peut vite se répéter, et puis le temps passant, on se pose moins de questions, on ressent moins le besoin d’écrire à propos de nos difficultés, parce qu’on en rencontre moins. J’ai beaucoup aimé te lire, et j’espère te voir encore régulièrement par ici 🙂

    1. Merci beaucoup pour ton gentil message. C’est vrai que j’ai épuisé le thème de la parentalité, à fortiori maintenant que mon aîné grandit et commence à avoir son intimité aussi. Et il n’est pas si facile de se renouveler et de trouver d’autres thèmes j’ai l’impression petit à petit d’avoir déjà tout dit.

  24. J’apprécie toujours autant de te lire mais si je ne commente pas automatiquement. C’est sans doute normal d’avoir un essoufflement mais c’est chouette si tu ne ferme pas ton blog… Je pense que c’est bien de suivre ton envie, écrire quand tu le sens et si tu n’écris pas pendant un mois, ben c’est pas grave…
    le fait que tu n’es plus anonyme joue peut-être aussi, une perte de liberté ?
    Tes réflexions autour du féminisme m’intéresseraient personnellement 😉 ! Au plaisir de te relire peut-être bientôt .

    1. J’écrirai mon article sur le féminisme un jour, promis. En attendant comme tu dis je vais suivre mon envie. Et continuer de te suivre avec amitié sur Instagram évidemment !

  25. Bonjour,
    Je pense que le mieux c’est que tu fasses comme tu le sens et que tu ne te sentes pas obligée d’écrire ! Il faut que ça reste un plaisir de venir échanger , raconter ; -) et c’est vrai qu’on est tellement dans l’air de l’immédiateté qu’on ne prend plus la peine de répondre car ça prend du temps même si on peut lire les articles et liker. Les gens lisent peut être aussi moins les blogs…en tout cas le maître mot avec ton blog que ça reste un plaisir !

    1. J’ai l’impression que globalement, les blogs sont moins lus, et qu’Instagram occupe désormais le créneau notamment avec cette sensation d’immédiateté comme tu dis. De mon côté je vais en effet essayé de me recentrer sur mes envies – et le peu de temps que j’ai à y consacrer 😉 .

  26. Salut, j’ai découvert ton blog il y a quelques mois seulement. Je suis une étudiante suisse de 21 ans en première année, donc encore très loin de toutes les préoccupations liées à la maternité, le mariage et la famille(attention, je sais bien que tu écris sur plein d’autres sujets!!!). J’ai beaucoup aimé ta façon d’écrire, de décrire ton quotidien ; les jolis moments mais également tes périodes de doutes. Il y a une certaine mélancolie dans ton écriture ,tu retranscris ta réalité d’une façon saisissante. J’ai aimé ton courage aussi, ton article sur « l’envie » était magnifique. Tu es réelle contrairement à toutes ces femmes qui s’acharnent à nous montrer un quotidien parfait et qui , dans la réalité , est sans doute loin de l’être. Oui, la vie c’est beau ,ça peut même être magnifique. Mais c’est aussi plein d’incertitudes ,des moments ou l’on se dit « Qu’est ce que diable je fous là? Je suis dans la bonne direction? ». Un peu de tristesse évidemment en lisant que (peut être) tu nous quittes. Mais je comprends tes raisons. Alors profite bien de ta vie ,de ta petite famille ,de tes amis et ton travail! Je te fais des gros becs(comme on dit chez moi) 🙂
    Une petite suissesse

    1. Oh merci beaucoup pour ce message qui me touche énormément ! Je suis toujours émue quand je découvre de nouvelles lectrices. Et je suis contente de lire que certains de mes articles t’ont plu.

  27. Je te comprends ! Je n’écris plus depuis presque un an. Avec la naissance de mon fils, l’envie s’est envolée et le temps vole lui aussi… Même si mes commentaires se font plus rares, je lis tous tes articles. Je te suis restée fidèle ; ) Si tu arrêtes le blog, j’espère que tu continueras à nous donner des nouvelles, via IG par exemple. En tout cas toi et ton blog, vous avez contribué à ce que je me lance dans cette aventure merveilleuse bien qu’éphémère. Alors un grand merci! Et à très vite!

    1. Merci à toi d’avoir toujours été présente depuis les débuts ou presque 🙂 . J’espère vraiment que nous continuerons à nous donner des nouvelles quoiqu’il arrive.

  28. Naaaaaaannnn. Mais comment vais-je avoir de tes nouvelles? En tout cas, je te comprends, j’hésite pour ma part à supprimer Instagram ou ne plus suivre de compte de « mamans », j’ai l’impression d’en avoir un peu fait le tour.

    1. Si tu supprimes Instagram en plus ça va vraiment devenir compliqué de te donner des nouvelles 🙂 . Mais je comprends totalement ton ressenti, la sensation d’en avoir fait le tour – et d’y perdre trop de temps aussi me concernant.

  29. Un peu triste mais si l’envie n’y est plus c’est comme ça! En tout cas je serais très contente de te relire si l’envie revenait!

  30. Je viens de découvrir ton article (j’ai un peu de retard de lecture). J’ai découvert ton blog il y a quelques mois et tes articles m’ont tout de suite beaucoup plu et intéressé, pas seulement pour le côté franco-allemand.
    Profite de la vraie vie, c’est le plus important et si tu reviens parfois ici, ça sera toujours un grand plaisir de te lire. Liebe Grüße.

  31. J’avais pas eu le temps de commenter quand j’ai lu ton article sur mon tel entre deux tâches, j’ai été très touchée que tu penses à moi mais je suis pas du tout sûre de mériter la caractéristique de blog vivant en ce moment !!!

    Je suis pas surprise de ta décision, je la sentais venir je crois. Tu avais un rythme pour moi quasi industrielle avec ton blog, tu t’étais pleinement investie dedans comme si ton second métier. C’était un défouloir à côté du quotidien, ta pause pour te secouer les neurones. Tu en as moins besoin maintenant que tu retrouves un temps pour toi en dehors des enfants et de chez toi, c’est normal !! Je pense que de temps à autre tu auras envie de partager des choses avec nous mais sans te sentir obligée de le faire, comme un loisir agréable 🙂 Dans tous les cas on sera toujours content de te revoir passé à mon avis !!

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire ma vieille copine de blog ! Je partage totalement ton analyse et j’espère aussi repasser de temps en temps, pour ce loisir agréable comme tu dis 🙂 .

  32. Je te lis depuis presque le tout début (et j’étais retournée en arrière quand je t’avais découverte, donc j’ai tout lu!) mais je crois n’avoir commenté qu’une seule fois. Alors juste un mot pour te dire que te lire va me manquer. Je comprends et respecte toi choix. Après tout, tu ne nous dois rien. Et je pense que lire des billets que tu te serais sentie forcée ou même fait violence pour écrire ne serait pas aussi plaisant.

    Mais n’étant pas sur IG, c’est vrai que ça va faire bizarre de ne plus suivre et, en un sens, voir tes petits grandir. C’est drôle comme on s’attache alors même qu’on ne se connait pas (et que tu ne sais rien de moi, même pas que j’existe de l’autre côté de l’écran).

    Tes reflexions m’ont en tout cas accompagnée ces dernières années, et m’ont souvent poussée à la reflexion moi aussi. Je t’en suis reconnaissante. J’espère qu’on aura de tes nouvelles de temps en temps, et je te souhaite bonne route.

    1. Merci pour ton commentaire qui me touche profondément ! Ça me fait tout drôle d’imaginer que tu aies tout lu, ça m’intimide presque, merci encore 🙂 .

  33. Comme tu le vois j’arrive comme souvent après la bataille… Pourtant je suis là, je lis, mais c’est vrai que c’est sporadiques. Comme mon écriture sur mes blogs d’ailleurs 😉 Je comprends ta lassitude, qui ne l’a pas à un moment donné ? J’aime te lire en tout cas, beaucoup, beaucoup, alors j’espère te voir revenir encore ici (ton dernier article m’a beaucoup interpellé, tu peux le voir avec mon commentaire d’ailleurs !). A bientôt <3

    1. Je suis toujours là comme tu as pu le constater, et j’ai adoré écrire mon dernier article et découvrir les commentaires qu’il avait suscités. J’espère donc durer, mais de façon moins régulière qu’avant.

    1. Est-ce que tu as déjà été dans cette situation PHP / OVH / Mac ? Si oui je veux vraiment bien qu’on en discute en privé !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.