Dans la chaleur de février

Dans la chaleur de février

Il a fait froid pourtant, au début du mois de février. Mais pas longtemps. Et finalement lorsque j’ai repensé aux quatre semaines qui venaient de s’écouler, c’est leur chaleur qui s’est imposée.

Comme chaque année, le mois a commencé par des festivités : mon anniversaire, le jour de la chandeleur. Mon mari a cette qualité de savoir rendre ces moments magiques. Comme chaque année, il m’a gâtée de milles petites attentions adorables. Et je raffole de chacun de mes cadeaux : une boite à lunch en inox, une nouvelle tasse pour mon travail, des stylos pour mon BuJo, un porte-clé adorable choisi par mon grand… Mes beaux-parents aussi m’ont fêtée chaleureusement, nous étions chez eux le dimanche suivant et avons profité de la neige en abondance dans leur région plus montagneuse. Pierre a pu faire de la luge et un bonhomme de neige, il était content ! Charles en revanche n’a pas beaucoup apprécié, à sa hauteur la neige ne le faisait que trébucher.

Le week-end suivant, les parrains de mes fils sont venus nous rendre visite. Deux anciens amis de mon mari, qu’il connait depuis la maternelle, que je connais depuis aussi longtemps que lui. Ils n’ont pas encore d’enfants et pourtant ils ne manquent jamais de s’occuper de leurs filleuls et cela me touche vraiment.

La semaine d’après, c’est le front de Charles qui était chaud, tendance brûlant… Il a ramené de son jardin d’enfants un virus qui nous a mis k.o. tous les deux pendant près de dix jours ! Je n’en voyais plus la fin… Au programme : toux, forte fièvre et nausée (accompagnée d’autres réjouissances que je vous laisse imaginer). Je n’avais plus été malade depuis si longtemps hors grossesse, cela m’a décontenancée. Devoir m’occuper en plus d’un petit être dictatorial, gémissant – et évidemment insomniaque – en même temps a vraiment été compliqué à gérer pour moi. Enfermée avec Charles dans notre appartement mal rangé j’ai cru devenir folle.

Alors c’est l’ambiance qui est devenue chaude tendance survoltée. Je me suis retrouvée à claquer la porte au nez de mon mari (Pierre : « Maman pourquoi tu cries que tu fais tout à la maison ? ») et à hurler bien fort sur le petit dernier (Pierre : « Maman, ça veut dire quoi insupportable ? Très méchant ? »). Heureusement c’était le moment où j’ai pu retourner travailler. Lorsque mes collègues m’ont vue revenir, ils m’ont demandé gentiment : « Ça va mieux tu es sûre que tu es guérie ? » ce à quoi j’ai répondu sans rigoler que c’était le travail ou la psychiatrie.

En février j’ai été pour la première manifester ici, en Allemagne. C’est presque une tradition que je connais depuis mon arrivée : lorsqu’un meeting de l’extrême droite est organisée dans une ville, une contre-manifestion l’accompagne. Malheureusement cela n’a pas empêché dix députés de cette mouvance d’entrer au parlement cette année… Une réaction à la vague migratoire récente et une tendance européenne au populisme sûrement. De quoi me donner envie de bouger moi aussi en tout cas, même si je ne suis pas sûre que ça serve à quelque chose. Nous avons préféré avec Ulrich ne pas y emmener les enfants, il est donc resté les garder et je suis allée manifester seule avec un ami prof de français. De quoi me donner un vrai coup de jeune cette fois – et de chaud, entourée de 8 000 autres personnes !

A peu près en même temps est apparue la chaleur, la vraie, le soleil dans le ciel qui réchauffe nos joues ! Quelques jours étonnants pendant lesquels nous avons retrouvé la joie de bruncher sur notre balcon ou de jouer au parc. A l’extérieur, mes enfants s’occupent pendant des heures. Pierre trouve très vite des camarades de jeu pendant que Charles joue inlassablement à la balle. Et moi, j’aime bien papoter avec d’autres mamans ou observer les autres enfants pour passer le temps. Dehors. Ce fut donc l’occasion de se rappeler que la belle saison, c’est quand même hyper chouette et d’avoir bien hâte de la voir revenir – en espérant qu’elle soit vraiment belle cette année. Même si cette joie s’est accompagnée d’un peu d’inquiétude au sujet du réchauffement climatique, c’est vrai.

Virus mis à part, c’était pas mal, février !

12 réactions au sujet de « Dans la chaleur de février »

  1. Team début février, au rapport ! 😉 c’est un mois que j’apprécie généralement plutôt parce que c’est l’hiver « pour de vrai » c’est-à-dire gel mais temps sec ou neige 🙂 cette fois, petites gelées du matin, beau soleil l’après-midi, tout ça ne m’a pas fait renier non plus mon mois de naissance, bien au contraire !
    Et nous voilà en mars avec le vent et la pluie…. mais j’ai vu les petites jonquilles au jardin, le printemps est bien au bout du chemin 😉

    Les virus …. je compatis au plus haut point. Mes plus mauvais souvenirs avec ma fille jusque là (elle a 20 mois) datent de son premier hiver, maman solo la semaine à gérer bb qui ne dort pas, qui reste collé, les virus qu’elle me transmettait généreusement, la maison, le boulot… je me souviens juste d’un long tunnel de fatigue qui a duré 2,5 mois. Heureusement, lorsque le papa rentrait le vendredi, il était opé et prenait le relais pour me laisser récupérer. A ce moment là, j’ai eu une grosse pensée pour les mamans solo tout court !
    Premières neiges pour bb aussi mais elle a pu en profiter. Je lui ai montré qu’on pouvait faire de la luge sur les fesses… imagine-toi qu’après elle a essayé sur la terre par temps sec … 🙂 🙂 🙂 bonjour l’état des vêtements ! En revanche, nous étions dans une nouvelle période de cauchemards à répétition et ces temps passés dans la neige l’ont remise sur les rails : neige, bain et repas chaud = gros dodooo ouf !
    Je vous souhaite de passer de beaux moments printaniers 🙂

    1. Oh bon anniversaire avec un peu de retard à toi aussi alors ! Je pars dans le sud de la France dans dix jours chercher le printemps 🙂 .

  2. Ici aussi nous avons profité de cette chaleur inattendue de février pour passer du temps au parc, pour le plus grand plaisir de ma grande qui aime être dehors, et un peu moins de ma petite qui comme elle ne marche pas encore ne trouve pas cela très intéressant. Nous avons multiplié les promenades en poussette avec cette impression de renaitre. Alors qu’il faut bien le dire, en Bretagne l’hiver n’a presque pas existé cette année.
    J’espère que tous ces méchants microbes vont vous laisser tranquille pour le reste de l’hiver et ce début de printemps.

  3. Les manifestations… ça me manque, j’en ai fait énormément à Paris, surtout que j’ai eu ma chambre de bonne dans le quartier des ministères et mon premier appart à Bastille ! Dans les deux cas, beaucoup de manifs sous mes fenêtres ! Ici, c’est une ambiance différente mais 8000 manifestants, c’est vraiment une forte mobilisation !
    Chez nous aussi, ambiance tendue ce week-end après plusieurs semaines de microbes et virus variés. Mais tout le monde est en forme depuis… hier !
    Bon mois de mars !

    1. Bon bon bon encore un point commun on dirait… J’habitais dans le septième pendant mes études, c’est ce que tu appelles le quartier des ministères ? J’espère que les virus vous laisseront tranquille désormais, j’ai lu que vous aviez annulé vos vacances à cause d’eux c’est vraiment la poisse…

      1. Incroyable, on a habité dans le même quartier ! Finalement, tout le monde est en pleine forme et je n’ai pas été contaminée par la méchante gastro ! Du coup, on a réussi à seulement décaler nos vacances en les raccourcissant un tout petit peu.

  4. Je vais résister très fort et ne pas parler de la vie politique allemande … ne pas penser à ce qui se passe en ce moment aux élections, ne pas penser à ce(ux) qui arrive(nt) dans les instances de représentation …

    Par contre je te rejoins, j’évite de ramener mes enfants dans les manifs.

    1. Pourtant moi ça m’intéresserait beaucoup que tu en parles ! J’adorerais en général avoir ton point de vue d’allemande sur la vie en France puisque tu es dans la situation inverse de moi. J’avais déjà beaucoup aimé ton article sur les horaires de travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.