Charles a 18 mois

Charles a 18 mois

Je pensais qu’en donnant à mon fils un nom de roi et de président, il aurait une certaine sagesse naturelle… En fait non. Parfois je suis à deux doigts de dire que c’est un enfant difficile. Le reste du temps, j’essaie d’être indulgente.

Alimentation

Charles est un bébé qui mange bien. Il a presque toujours bon appétit, il aime goûter nos plats. Depuis le mois de décembre, j’ai arrêté de lui faire des purées, il partage nos repas, que je complète le soir si besoin par un petit biberon. Il mange seul aussi depuis un moment, il se débrouille très bien avec la cuillère, de mieux en mieux avec la fourchette.

Niveau mensurations, il porte du deux ans (taille 86) depuis septembre déjà et dans certaines marques, cette taille commence déjà à être trop petite. Il chausse du 23 – 24, et il pèse 12,5 kilos. Souvent, les gens pensent qu’il est plus grand que son âge.

Sommeil

Ça reste un sujet compliqué… Le soir il s’endort tard : vers 21 heures souvent, et même s’il n’a fait qu’une heure de sieste. Je pense d’ailleurs que cet été déjà, on essaiera de la supprimer. La nuit il se réveille systématiquement entre deux et quatre heures du matin pour boire un gros biberon.

Motricité

Son agilité physique continue de m’impressionner. Il nage sans aide avec des brassards, tire dans un ballon avec le pied depuis longtemps. Il sait monter plusieurs marches sans aide, les descendre aussi avec une rambarde. Il conduit à toute allure son porteur. Il essaie déjà de courir et de sauter, et n’est pas loin d’y arriver.

Communication

J’ai eu peur un temps qu’il soit en retard au niveau du langage. En fait, je crois que j’ai été trompée par mon expérience. Son frère avait dit ses premiers mots vers 14 mois, deux mois avant de savoir marcher. Je n’étais donc pas habituée à avoir pendant plusieurs mois un bébé qui marche, mais ne parle pas. Finalement, Charles a dit ses premiers mots à 16 mois et depuis les progrès sont fulgurants.

Il a commencé par imiter les bruits d’animaux et de véhicules. Désormais, en français il sait dire : balle, coucou, canard, escargot, fini, dodo, caca, d’accord, tombé, pain, biberon… Et en allemand : da (ici), doch (si), nochmal (encore une fois), mehr (encore de quelque chose), auto (voiture), heiss (chaud)… Il sait aussi dire papa et maman mais il ne nous appelle pas encore vraiment ainsi. Il appelle Gabriel en revanche, son copain de la crèche. Il commence tout doucement à associer des mots pour faire une espèce de phrase : « papa dodo » ou « mehr pain ».

Personnalité

Avec lui j’ai appris que l’opposition et la frustration pouvaient vraiment commencer avant 18 mois. Il ne veut pas que je lui change sa couche ? Il me laboure la poitrine de coups de pieds. Il ne veut pas aller dormir ? Il hurle comme si on essayait de l’égorger. Il n’arrive pas à faire marcher un jouer ? Il le jette à travers la pièce. Je ne veux pas lui donner de chocolat ? Il se roule par terre. Lorsqu’il veut le même jouet que son frère, le plus souvent, c’est l’aîné qui finit par lâcher. Je le comprends.

Le fait qu’il ne sache pas encore vraiment parler complique les choses évidemment puisque parfois, je ne comprends même pas ce qu’il veut, l’origine de la crise. Pour l’apaiser, il n’y a rien d’autre que son biberon d’eau, cet objet doudou dont il ne se sépare presque jamais.

A côté de ça il a ces moment de grâce pendant lesquels il peut, longtemps, se passionner seul pour une activité. Récemment il a ainsi découvert le dessin, la peinture et les autocollants. Même les éducatrices ont remarqué que, pour son âge, il était capable de se concentrer longtemps.

Parfois il m’énerve tellement, je le gronde et je crie, je lui dis que j’en ai marre. Alors sa bouche fait un demi-cercle vers le bas et il me fait de la peine. Je me dis que le pauvre, ce n’est pas facile d’être le cadet, que les sources de frustration sont forcément plus nombreuses. Je regrette aussi de ne pas pouvoir lui accorder plus de temps rien qu’à lui. Heureusement, nous avons cette heure à nous entre 20 et 21 heures, après que son frère est couché. C’est toujours le moment où on se retrouve. Et juste avant de le coucher, il y a ces livres qu’il aime tellement.

Mon bébé si grand.

43 réactions au sujet de « Charles a 18 mois »

  1. La dure vie de petit frère ou de petite sœur ! Forcément confronté(e) aux frustrations de pas pouvoir faire ou de ne pas avoir le droit de faire tout ce que l’aîné(e) fait… et en même temps, ils en bénéficient tellement. Je le vois avec ma cadette. Elle a trois ans de moins que son frère et elle dessine déjà bien mieux que lui au même âge par exemple. Elle a commencé à jouer à Uno à deux ans parce que son frère lui a expliqué les règles et a commencé à lui apprendre à reconnaître les chiffres. Mais elle est frustrée de ne pas avoir droit de faire les mêmes choses que son frère… Chaque situation dans la fratrie a ses avantages et ses inconvénients.

    1. Je pense aussi que sa position dans la fratrie augmente sa frustration… Dur dur de ne pas avoir le droit / la possibilité de faire tout comme son frère !

    1. J’aimerais vraiment y croire… Malheureusement il n’y a vraiment plus de progrès en la matière depuis des mois… Mon mari et moi avons un peu accepté la situation maintenant, ça passera forcément un jour mais je ne sais vraiment pas quand.

  2. Je suis curieuse de connaitre le prénom de ton fils…
    Que dire si ce n’est pas que chaque enfant évolue différemment et comparer peut créer des inquiétudes…
    Quand je lis ton article, je ne peux pas m’empêcher de me demander si mon fils, qui a à peine quelques semaines de plus que Charles, se développe normalement…
    Au niveau moteur, il marche, court, grimpe, rampe… Se déplace sans souci!
    Mais au niveau du langue, on sent sa frustration de ne pas pouvoir dire ce qu’il veut… Je pense que c’est la raison de certaines colères… Il dit des mots et petites phrases: je veux, je veux ça, y a plus, je veux, canard, caca, papa, maman, au revoir, balle, tutute, boire, mami, bébé et j’en oublie quelques uns! Ce qui est impressionnant par contre, c’est qu’il comprend vraiment tout! Parfois je lui dis quelque chose sans être certaine et je le vois agir (ex: « tends les jambes, assieds-toi correctement » et hop il se place comme demandé), je suis vraiment épatée de voir ça!
    Je suis aussi dans une phase ou parfois ‘je craque’ et je crie… Et je m’en veux de voir son visage triste ou parfois même qu’il a eu peur parce que j’ai crié et qu’il n’est pas habitué… Du coup, je pleure devant lui et je lui explique que parfois c’est trop et que je m’énerve de répéter 100 fois de ne pas faire ceci et cela (jeter dans les wc’s notamment!) et que donc ça déborde… Pas facile cette dualité de sentiment…

    1. Mais ton petit dit déjà plein de petits mots comme le mien !! Et puis je n’ai pas précisé mais Charles ne prononce pas parfaitement, c’est surtout son père et moi qui comprenons.
      Moi aussi je culpabilise toujours beaucoup quand je crie, j’ai horreur de ça et ça me fait honte, parce que je sais qu’il ne fait pas exprès. Mais nous sommes humaines, et parfois c’est vraiment dur… Je pense qu’il sait quand même à quel point je l’aime.

  3. LOOOOOL ton article me fait sourire, ton Charles me fait beaucoup penser à ma fille, avec elle c’est l’ascenseur à émotion entre le kiff total et l’énervement à bout ! Elle a quelques mois de plus et parle bien, du coup, je te confirme que, même si son caractère est affirmé, les choses se décantent beaucoup plus depuis qu’on comprend l’origine du problème plus facilement 😉
    Aussi ton article me fait dire que les bébés apprennent vite les mots qui les intéressent « encore » « faim » « boire » « dodo » « pain », je me demande s’ils n’ont pas tous le même vocabulaire de départ 🙂 🙂 🙂

    En vue du terrible two, actuellement, on fait toujours en sorte de lui laisser un choix entre deux paires de chausson, deux pantalons et on la force à dire oui. Je m’explique : à partir du moment où elle a trouvé le non, elle disait non systématiquement. On est donc rentré dans son jeu en respectant ses non (du coup, ce qui n’appelle pas à un choix, n’est pas une question, c’est ça ou rien). Et on a pris le pli de lui poser la question aussi quand on sait qu’elle va dire oui, « tu veux du pain ? oui ou non ? ». Depuis, je trouve que ses réponses sont plus cohérentes. je croise les doigts pour que ça allège les crises du terrible two… (c’est dans 3 mois !)

    En ce qui concerne la patience, ma fille est comme Charles. Si elle n’y arrive pas, elle pique des crises. En revanche, elle veut bien de l’aide si je lui propose plutôt que de la lui imposer. J’en ai parlé autour de moi car j’étais inquiète de cette impatience mais on me répond généralement que les autres enfants sont pareil. Ton grand était-il plus patient ?

    En tout cas, article léger qui m’a bien fait rire 😉 (sauf pour les nuits, ça; c’est la déprime)

    1. Je confirme que cette histoire de sommeil est parfois dure à vivre mais bon, la plupart du temps on vit avec finalement… On a trouvé des astuces avec mon mari en se relayant depuis ma reprise du travail.
      Mon grand était clairement plus patient et surtout moins affirmé à cet âge, encore très bébé fusionnel. Il a aussi fait les crises typiques du « terrible two » mais après deux ans seulement, c’était donc différent. Avec Charles je ne m’attendais pas à ce qu’il se comporte ainsi si tôt !
      Je trouve aussi ce vocabulaire de départ intéressant, son frère avait quasiment le même. Des mots qu’on utilise souvent et qui les intéressent particulièrement…

      1. Dommage pour la patience alors ! J’espère que cela lui passera.
        En y refléchissant, je trouve que notre fille est un beau reflet de ce qu’on attend peut-être inconsciemment d’elle : nous n’en aurons pas d’autres, du coup, je ne suis pas non plus hyper pressée qu’elle grandisse. À côté de ça, nous la poussons à l’autonomie sur ce qui nous intéresse. Résultat, elle ne veut pas dire son nom, elle dit bébé, elle sait très bien nous faire rigoler et nous charmer (câlin « teuplaît » « bisous »), elle a marché tard, et la propreté, elle n’est pas pressée. À côté de ça, en une semaine elle a appris à manger seule « proprement », elle a un langage variée, fait ses nuits, grimpe partout, range ses jouets, sait faire doucement, etc. C’est précisemment ce qui nous paraît le plus important à son âge.
        Or, la place du 2eme est encore plus ambivalente puisqu’il y a les attentes des parents, celles de l’aîné (son héros pour la vie) et celles de fait par sa place de 2nd.
        Désolée du pavé, je trouve tout ça passionnant ! 😉

  4. Merci pour cet article !
    J’apprécie toujours autant tes articles sur la parentalité, et étais donc ravie de voir que c’était le thème que tu avais choisi pour ton billet cette semaine ! 🙂
    Je déduis du biberon nocturne que pour le moment, les deux frères continuent à faire chambre à part et que Charles continue à dormir près de toi ?…
    (je pose la question parce que je suis moi-même impatiente de faire dormir nos deux filles ensemble, mais la cadette n’a que 12 mois et des nuits agitées, je sens que c’est encore loin !…)

    1. J’ai l’impression que ça fait longtemps que je ne t’avais pas croisée par ici du coup je suis ravie de te retrouver ! Oui les deux frères continuent malheureusement de faire chambre à part. Et vu que pour le moment il n’y a aucun progrès du côté de Charles – on est à un réveil par nuit minimum – on n’envisage pas de faire autrement à court terme… Ce n’était clairement pas prévu comme ça mais on s’adapte. Mon aîné ne fait plus de sieste et a impérativement besoin de ses longues nuits récupératrices.

  5. Il a bien trouvé sa place dans votre famille je pense avec son caractère affirmé 🙂
    Pour 18 mois, c’est vrai qu’il fait grand aussi bien physiquement qu’au niveau de la motricité. Le langage aidera sûrement à apaiser la frustration d’ici les prochains mois, j’en suis sûre .

  6. Joyeux demi-versaire petit Charles
    Dit donc, tes enfants parlent super tôt , LutinCoquin a parlé à 18 mois et j’étais déjà scotché par rapport au deux ans de son aîné …
    Il effectivement l’air grand (je crois qu’il a presque les mêmes mensuration que LutinCoquin ) et avec un sacré caractère.
    Bon, j’avoue, j’ai souris quand tu as dit qu’il se couchait tard, 21h … je tairai donc le rythme de sommeil de mon insomniaque de FeuFolet (même si j’avoue que c’est plus facile qu’en c’est l’aîné)

    1. J’ai déjà accepté qu’il serait un tout petit dormeur… J’espère juste qu’un de ces jours il acceptera de laisser les autres dormir ! Du coup je veux bien les astuces que tu as mises en place pour ton grand – si je me souviens bien il joue souvent dans son lit ?

      1. Alors, comme on a la facilité d’avoir une chambre par enfant, il joue dans sa chambre.
        Ici, on lui a ouvert son lit vers 18 mois. Il a une guirlande lumineuse qui lui permet de jouer tranquillement dans la pénombre.
        Ensuite, on a beaucoup répété/insisté sur le fait que le soir, c’est le « moment des parents », qu’il a le droit de jouer dans sa chambre tant qu’il n’a pas sommeil. Petit à petit, le nombre de rappel a diminué, actuellement on en ai a 1 à 3 par soir.
        Pour le matin, on a investi dans un réveil « sam le mouton », tant qu’il a les yeux fermés, FeuFolet peut jouer dans sa chambre et même sortir pour aller dans la salle de jeux, tant qu’il le fait discrètement
        Je dirais que les choses sont bien en place depuis qu’il a deux ans et demi.

  7. Ton petit roi semble avoir un caractère qui ressemble à celui de Gustave… et d’Enerstine. C’est vrai que ça demande beaucoup d’énergie ! Courage pour les nuits

  8. Je retrouve un peu de Basile dans ton expérience avec Charles. Bien qu’il soit plus petit (8 mois), je peux déjà dire qu’il a du caractère. J’avais peur qu’il ne prenne pas assez sa place, et bien sisi il s’impose sans problème et sait très bien faire comprendre ce qu’il veut. Personnellement j’ai encore du mal à être avec les 2 en même temps. Pas au niveau de leur survie hein, ça ça va. Mais quand Martin me demande de jouer, ça ne peut jamais durer longtemps car Basile arrive, «casse» tout et me demande de l’attention (que je ne lui refuse jamais c’est un bébé!). La seule solution que j’ai trouvé pour l’instant, c’est de prendre du temps pour le grand en allant le chercher beaucoup plus tôt de temps en temps. Et fais le maximum pour passer des moments de qualité avec Basile le lundi (je suis en week-end décalé et le garde a la maison). Mais ce n’est pas toujours simple sauf si super u et le pédiatre nous offrent des moments uniques…
    En tout cas il est toujours intéressant de lire le ressenti des mamans de 2!

    1. Comme toi je me rends compte que j’ai du mal avec mon rôle de « maman de fratrie ». Je me sens plus à l’aise avec un seul enfant, et ça m’a fait bizarre au début de le constater.

  9. Ah des nouvelles de Charles! Et bien écoute (ou plutôt lis!), je trouve qu’il évolue très bien ce Charles! C’est une force de la nature et il sait ce qu’il veut donc c’est plutôt positif! Effectivement il a l’air moins posé que son frère mais est-ce un problème?

    Si ça peut te rassurer, petit chou a eu 18 mois le 1er février (avec exactement la même prématurité). Il pèse 2 kg de moins que Charles! oh! Mais à part ça, il marche, court, grimpe… mais ne parle toujours pas! Enfin il papote en continue mais seul lui comprend! Ma maman, institutrice en maternelle, m’a dit « il ne peut pas tout faire »! En attendant ses dents poussent avec des nuits qui vont de 13h d’affilées sans un bruit (c’est arrivé une fois mais faut la garder en mémoire!) à des réveils toutes les heures et le besoin d’avoir papa à côté de son lit…

    Alors encore une fois courage pour les nuits! On y croyait plus et il a arrêté de manger tout seul (malgré les « conseils » de le frustrer qu’on a pas suivi!). Et pour le « sale caractère » disons qu’il sait ce qu’il veut mais sache que moi aussi je me prends moult coups de pieds durant les changes!

    1. Ça fait sacrément mal les coups de pied pendant les changes ! Je suis contente d’avoir des nouvelles de ton fils grâce à cet article et de lire qu’il va bien. Niveau dents Charles fait une pause, il n’en a toujours que huit 😉 .

    1. Je me souviens quand j’avais lu ton article sur ton « bulldozer » je n’en revenais pas à tel point j’avais l’impression de lire la description du mien ! D’ailleurs ici aussi il se réveille toujours en pleurant et ça m’exaspère (non seulement il nous réveille sans arrêt, il pourrait au moins nous offrir un sourire 😉 !).

  10. C’est marrant comme les bébés sont à la fois tous les mêmes et tellement uniques. Je vois plein de similitudes avec les miens, mais aussi des choses clairement différentes. Pour le change, ici ca fait des mois qu’on les change debout devant la table basse avec un jouet, c’est bien plus facile.
    Et si ca peut te rassurer, malgré les nuits très faciles, on en a toujours et encore un dans notre chambre. J’ai bien trop peur que l’un réveille l’autre en cas de maladie/dent/réveil sans raison. Les gens qui ont des petits de moins de deux ans dans la même chambre sont mes héros mystérieux, je comprends pas comment ils y arrivent.

      1. Si je peux me permettre, je veux bien un tuto aussi 😉 j’ai toujours l’impression de la remettre n’importe comment; du coup j’appréhende le passage au pot

      2. Haha. Tu utilises des jetables ou lavables? Les lavables, ça dépend des couches, il y en a plus faciles à mettre que d’autres. Et les jetables, on utilise celles qui s’enfilent comme une culotte. Et pour laver les fesses, je leur fais lever la jambe. Pour les filles c’est parfois un peu limite et je dois l’allonger mais pour les garçons ça marche top.

        1. J’ai acheté des couches culottes hier ! Pour l’instant je n’ai osé le changement debout que pour la « petite commission » mais ça marche déjà très bien !

        2. Merci merci! Testé ce weekend et approuvé! Il continue de jouer pendant que je le change et lève la jambe sans souci (il faut juste qu’il pense à la reposer!).

  11. Ça doit être le lot des cadets d’avoir un sommeil de m… Euh un sommeil compliqué 😉
    Je n’en dirai pas plus car c’est déprimant (par contre ma 3e fille dort très bien, si un jour vous voulez agrandir la fratrie).
    Pour le changement de couche, je le fais debout : nettoyage avec gant et savon et on utilise des couches-culottes (sans les scratchs).
    Bonne soirée

  12. Bonjour Madame 😉
    Quel beau bilan ! Je ne réagirais que sur tes cris .
    Je suis moi meme une gueularde et quand c est trop c est trop !
    Un petit exemple qui va peut etre te rassurer, comme tu le sais la grenouille est rentré a l ecole cette annee, et le we dernier il avait encore plein de devoir. On y a passé 3h samedi et 3h dimanche ( c etait de la connerie de ma part mais je voulais que l on termine). Résultat des courses dimanche j ai vraiment perdu patience et j ai crié en lui disant 2+1 ca faisait 3 et qu il le savait par coeur bref je ne te fais pas un dessin.
    Quand on a eu terminé il a joué dans sa chambre et je l ai appellé pour le diner et la il arrive me prend dans ses bras et me dit:
    « T es la meilleure maman du monde « , je le regarde ahurie et lui dis tres honnetement  » la maintenant j ai plutot l impression d etre une maman horrible » et il me répond  » je suis desole maman j aurais du mieux me concentrer » j ai fondu en larme et je me suis excusée auprès de lui aussi. On s est fait un gros calin en pleurant sur le sol de la cuisine et la question etait réglée.
    Donc oui Charles sait que tu l aimes
    Bonne soirée
    Olive

    1. Oh merci c’est gentil de me rassurer… Moi aussi j’ai cette tendance « naturelle » à crier, d’ailleurs parfois je m’énerve juste contre moi-même à voix haute !

  13. Un bien joli portrait de ton grand bébé !
    L’hippocampe a beau être l’aîné (ou plutôt fils unique pour l’instant), son caractère a tendance à s’affirmer aussi. Mais il ne parle pas du tout encore et s’exprime donc par des cris et des plaintes parfois rudes pour les nerfs ! Et je pratique (laborieusement) le change debout plus souvent qu’à mon tour, l’hippocampe agrippé à son arche d’éveil (il ne tient pas encore debout sans appui, mais y travaille) !

    1. Le change debout ça va être mon nouveau challenge maintenant ! J’ai commencé depuis l’écriture de ce post et ça se passe beaucoup mieux comme ça finalement…

  14. Pour le sommeil, je ne comprends pas pourquoi personne n‘a fait attention au passage dédié dans le Laurence Pernoud. Le mien date de 2001 mais ma mère (qui a élevé 9 enfants) connaissait déjà la technique et m‘en avait parlé dès que mon aînée est née et je l‘ai relu dernièrement en rafraîchissant mes connaissances pour mon 4ième. À partir de 5 kgs, un bébé a assez de réserves pour dormir 8h d‘affilée. La nuit quand il se réveille, on lui propose de l‘eau et pas du lait! Tu lui expliques bien sur pendant le rituel du soir qu‘il est assez grand pour dormir jusqu’au matin et que tu ne lui donneras que de l‘eau s‘il se réveille. Crois moi qu‘au bout de 3-4 nuits, il ne se réveillera plus pour „rien“. Il faut juste être forte et ne pas craquer s‘il pleure mais le recoucher. Le mieux est qu‘il soit dans sa chambre pour ne pas se réveiller au moindre couinement — les bébés couinent en dormant, pleurent même parfois, et si on les prend trop tôt, on les réveille. Voilà, méthode utilisée par toute ma famille avec succès, et que j’ai réappliquée dernièrement sur mon 4 ieme. je ne me lasse pas d‘en parler et comme j‘aime le dire aux sceptiques, on est pas obligée d‘etre fatiguée pour être une bonne mère 😉

    1. Je sais qu’au fond il suffirait sans doute que j’ai un peu plus de volonté… Mais souvent la nuit venue je n’ai pas le courage et je suis plutôt en mode « prête à tout » pour qu’il se rendorme au plus vite. Je pense que nous en viendrons à une méthode plus volontaire à une occasion (en vacances ou pour ses deux ans).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.