Ce que je pense des gilets jaunes

Ce que je pense des gilets jaunes

Ça fait trop longtemps que nous n’avons pas parlé politique ici. On en parlera sans doute plus souvent dorénavant, le petit changement de design de ce blog n’y est pas étranger. Je ne suis plus qu’une maman.

Depuis le mois de novembre j’en entends tellement parler de ces gilets jaunes. On m’en parle aussi évidemment, même en Allemagne ils sont connus. Avec un petit côté humoristique – ridicule parce qu’ici, ce sont surtout les cyclistes qui les utilisent. Beaucoup de collègues m’ont demandé mon avis sur le sujet. Mais pour tout vous dire je ne sais pas bien quoi en penser en fait. J’ai eu envie d’écrire cet article surtout pour connaître vos avis.

Vous le savez – et si vous ne le savez pas je vous invite à relire cet article – je me situe en politique plutôt au centre droit – option libérale et non conservatrice. Après l’élection d’Emmanuel Macron, un journaliste avait demandé à Edouard Balladur – qui aura 90 ans cette année – s’il pensait que les concepts de gauche et de droite étaient dépassés. Ce à quoi il avait répondu : « Non, je pense qu’il y aura toujours des gens qui placeront la liberté en premier et d’autres l’égalité ». J’appartiens spontanément à la première catégorie, mais de manière mesurée – parce qu’évidemment, on ne peut pas faire grand chose de sa liberté quand on n’a rien, mais je m’éloigne du sujet.

Ce que je n’aime pas chez les gilets jaunes, définitivement pas, c’est leur violence. Je regrette que le gouvernement leur ai cédé, parce qu’il a cédé à la violence. Quelques mois plus tôt, des manifestations organisées par les syndicats, pacifiques en comparaison parce qu’encadrés par leurs services d’ordre avaient réuni davantage de participants. Mais elles n’avaient rien cassé, alors elles n’avaient pas été écoutées. Je trouve dommage que la violence ait été la seule vraie raison de leur succès.

Spontanément je n’aime pas non plus vraiment leurs revendications. Taxer le diesel polluant, à l’origine, j’étais pour. Comme l’a si bien rappelé notre président : « On ne peut pas (…) ne rien changer à nos habitudes et respirer un air plus pur ». Pour le reste je vous avoue ne pas avoir bien compris ce qu’ils voulaient. Parfois je me demande s’ils ne souhaitent pas désormais juste faire perdurer leur mouvement, sans autre but qu’eux-mêmes.

Dans l’état actuel de mes connaissances donc, je ne soutiens pas ce mouvement, et je ne l’ai même jamais soutenu : ni en décembre, ni en janvier. Je fais partie de ces français-là. Pourtant je dois lui reconnaître un mérite : il m’a fait réfléchir.

Je suis lucide, je sais que mon avis représente un avis de classe. C’est facile de soutenir le président quand on n’a jamais connu le chômage. C’est facile de soutenir la hausse des prix du diesel quand on a toujours vécu dans de grandes villes. J’en ai conscience, et c’est pour ça que j’essaie quand même de comprendre.

Sur le cas du diesel, je ne sais plus. Je ne sais plus si c’était vraiment une bonne idée. Bien sûr il faut changer nos modes de vie. Mais peut-être que cette mesure était trop radicale, trop lourde de conséquences pour ceux qui doivent parcourir plusieurs kilomètres par jour, n’ont pas de transports en commun à disposition, pas les moyens de se rapprocher de leur travail et dont les fins de mois sont déjà difficiles. Cette mesure favorisait sans doute trop les citadins.

D’un autre côté le président Macron et son assemblée ont été élus démocratiquement, de quel droit remettre en cause ainsi leur action ? Je commence à me dire que notre système politique est mal fait. Les gens expriment depuis plus de dix ans un fort mécontentement. Pourtant, ils ne sont presque pas représentés. 33,90% des votes exprimés en 2017 étaient pour Marine Le Pen, 19% pour Jean-Luc Mélenchon. Les députés frontistes ne sont que 1% au parlement, les députés la France insoumise 3%. Je ne suis pour aucun des deux camps, mais je reconnais que c’est, sinon injuste, au moins questionnant.

Enfin, j’ai regardé récemment un reportage d’envoyé spécial sur ces fameux gilets jaunes. Il était peut-être particulièrement complaisant. En tout cas ces derniers ne m’ont pas vraiment agacée. Ils m’ont plutôt émue, fait de la peine. Je les ai trouvés désespérés, et seuls – sans leur mouvement.

Les images que je vois de la France chaque samedi désormais m’inquiètent cependant. De plus en plus, elles me font peur. Est-ce que je dramatise parce que je vois tout cela de loin ? Je suis sincèrement triste qu’on en arrive à un tel niveau d’incompréhension mutuelle en tout cas. Et je me demande bien quand et comment tout cela va s’arrêter.

Voilà ce que je pense des gilets jaunes en ces temps mouvementés. Je ne les soutiens pas, j’aimerais bien qu’ils s’arrêtent, mais il me forcent à me questionner. Et vous, qu’en pensez-vous ?

36 réactions au sujet de « Ce que je pense des gilets jaunes »

  1. Je pense que tu as tout dit. Si ce n’est, sur la question de l’environnement, que vu l’urgence et le poids des habitudes que beaucoup ne veulent juste pas changer, il faut parfois forcer le destin… Mais ça passe peut être par d’autres voies, notamment d’interdiction de la circulation automobile en ville.
    Bises champenoises

    1. Je suis d’accord avec le fait qu’il faudra sans doute forcer le destin, et pas qu’un peu même… Mais disons qu’avec cette mesure certains semblaient plus touchés que d’autres. En Allemagne de plus en plus le Diesel est interdit dans les villes. Ça créé aussi beaucoup de frustration mais comme c’est une mesure locale, ça n’engendre pas de mouvement national 😉 .

  2. De mon côté je suis assez mitigée.
    Je comprends la grogne de ceux qui ont l’impression d’être taxés plus que mesure, ou de ne pas s’en sortir en fin de mois avec un SMIC alors que les élites ont des salaires impressionnants dont l’augmentation a été votée au mois de novembre, ou de payer pour un service public en dégradation constante (fermeture de bureaux de postes, abandon de petites lignes de train, désertification médicale assortie de sanctions financières si on ne déclare pas un médecin traitant…). J’entends le sentiment d’être méprisé par un président qui affirme que les français n’ont pas le sens de l’effort, ou l’impression d’être gouvernés par des personnes qui ne tiennent compte que des grandes villes et oublient les campagnes et villes de petite taille. Je l’entends largement, et je la comprends.

    Ce que je ne tolère pas en revanche, c’est la violence du mouvement et sa contradiction. Je ne comprends pas qu’on puisse demander à des élites de se soumettre à la loi tout en refusant de s’y soumettre soi-même et en manifestant sans préavis. Je ne comprends pas qu’on puisse râler sur les conditions de vie des personnes ayant de bas salaires tout en bloquant ceux qui veulent ou ont besoin d’aller travailler (en magasin, on a des salariés qui ont du prendre une chambre d’hôtel la veille de certaines manifestations pour être sûrs de pouvoir se rendre sur leur lieu de travail parce qu’ils ne peuvent pas se permettre un jour d’absence). Et par dessus tout je ne tolère pas la casse ni la violence qu’on a pu voir ces dernières semaines.

    Bref, je n’arrive pas vraiment à me positionner sur le mouvement parce que je le comprends à certains égards, mais les moyens d’action choisis me le rendent particulièrement antipathique et desservent sa cause.

    1. Je crois que nous sommes donc d’accord… Même si au premier abord je ne comprends pas toujours leurs revendications. En tout cas j’espère aussi que les choses vont s’apaiser désormais.

  3. Comme toi bien emmitouflé dans ma Belgique d’accueil je suis tout ça de loin. Je ne soutiens pas les gilets jaunes (et encore moins leur mode opératoire) mais je comprends leur colère. Cette colère exactement résultat d’un système politique qui ne représente pas la volonté de l’électorat mais aussi contre des décideurs un peu trop éloignés de ce que vivent les français.
    Concernant le diesel par exemple, en gaucho-écolo je suis plutôt d’accord qu’il faut arrêter de favoriser le diesel parce qu’on sait maintenant qu’il pollue plus que l’essence même en émettant moins de carbone. MAIS, quand on a autant favorisé le diesel que c’est devenu la solution abordable pour tout le monde qui ne roule pas sur l’or, que ces personnes ont accepté de payer leurs voitures plus chères parce qu’elles étaient sensées coûter moins cher à l’utilisation… Quand tu as encouragé un tel système pendant des années, tu ne peux pas tout changer du jour au lendemain et sans offrir aucune autre porte de sortie pour les gens lésés.
    Après j’avoue ne plus trop suivre les dernières revendications qui vont un peu tout azimut, et ou beaucoup essaient de récupérer le mouvement à leur compte sur fond d’extrémisme, mais ça me rassure de savoir qu’une révolution populaire est encore possible.

    1. Moi ça me fait plutôt peur qu’une révolution populaire soit possible 😉 . Mais pour ce qui est du Diesel, après réflexion, j’en suis arrivée à la même conclusion que toi. J’espère qu’on trouvera mieux pour favoriser l’environnement.

  4. J’aime beaucoup ton nouveau design
    En ce qui concerne la politique, depuis la naissance de ma 2e, je ne suis plus dans le coup. J’écoutais beaucoup la radio et lisais des articles. Désormais c’est plus compliqué, je n’ai pas trouvé encore de rythme qui me convienne.
    Concernant ce mouvement je suis comme toi, il me pose question. Je suis contre en ce qui concerne l’écologie. Et je suis déçue que le gouvernement ait cédé face à la violence. Mais certains gilets jaunes avancent désormais des arguments plus sociaux et un besoin d’aide, ce qui change la donne.
    Alors ton article tombe à pic. Je vais lire les commentaires de tes lectrices et lecteurs pour m’aider à m’éclairer.
    Mais je suis contre cette violence, qui me fait peur. Elle montre qu’il y a un problème : est ce au niveau du gouvernement ? De la société ? Des gens ? Ça me pose question, comment faire pour instaurer un dialogue sans violence et créer des compromis ?

    1. Merci pour le design !! Je n’ai pas beaucoup de photos sans bébé dessus mais c’était important pour moi de refléter une nouvelle ligne éditoriale, davantage centrée sur moi 🙂 . Je suis comme toi pour la violence, je n’aime vraiment pas ça du tout, elle me paralyse.

  5. Déjà, merci d’aborder le sujet. Tu es la première à avoir le « courage » de le faire sur ton blog. Je trouvais ce silence bloguest « assourdissant ».

    Je ne rentrerai pas ici dans une polémique car, par écrit, ce n’est pas possible. Je te propose donc simplement d’apporter de l’eau à ton moulin pour nourrir ton point de vue et ta réflexion :
    – le plus facile à répondre : oui, « adieu le diesel » c’est définitivement une plaisanterie pour ceux qui vivent hors zone urbaine. Je donne mon exemple que je pourrai le mieux documenter : je fais énormément de kilomètres car mes clients se situent dans ce que j’appelle le sud des Marseillais 😉 plus prosaïquement disons Tours jusqu’à Lille. Il y a trois ans, j’ai voulu prendre un véhicule hybride. TOUS les concessionnaires m’ont dit « non, le surcoût ne sera jamais amorti ». Cela fait trois ans, je réitère, on me répond toujours que NON, on n’a encore rien à proposer pour ces cas-là. Donc je résume : pour tous ceux qui roulent beaucoup dans le cadre de leur fonction (consultants, commerciaux, etc.), rien d’écologique ne répond aux besoins.
    Ensuite, n’oublie pas stp que, depuis 2008, de nombreuses usines ou sociétés ont fermé en France. La conséquence est que de grandes zones provinciales se sont retrouvées complètement démunies d’emplois du jour au lendemain. Imagine une usine de constructeur automobile par exemple avec un effectif de 5 000 personnes, qui entraîne du coup dans sa chute tous les sous-traitants. Or, ces gens-là ont bien retrouvé un emploi ailleurs mais il est forcément plus éloigné. En plus, en province, les petits commerçants ont fermé, les bureaux de poste ont fermé, etc. résultat des courses, tu es obligé de prendre ta voiture pour aller chercher du pain alors qu’à l’époque où tu avais acheté ta maison, le bled comptait une école, une boulangerie, un service de Poste, etc.
    – la politique de Macron : je ne suis pas très bien tout ça car j’ai toujours la sensation que des choses m’échappent, ma mauvaise « instruction » me handicape beaucoup. En revanche, mon ressenti est le suivant : son programme, ba ça vaut le coup d’essayer, pourquoi pas. En plus, si Nicolas Hulot suit, c’est plutôt un bon indicateur. Puis Nicolas Hulot s’en est allé. Puis Macron ne sait définitivement pas communiquer. Par crainte que les salariés ne voient pas la baisse des cotisations sociales concrètement sur leur fiche de paie, il a retardé d’un an le prélèvement à la source. M’est avis que c’était une énorme erreur. Quitte à faire les changements attendus, je pense qu’il aurait dû balancer un max de choses dès le départ. Les Français s’y attendaient, y étaient préparés. Maintenant, le temps a passé, et la « lune de miel » de début de mandat est passée.
    Ensuite, qu’on soit pour l’ISF ou pas, franchement, il aurait dû attendre un peu au lieu de s’empresser de s’occuper de ça dès le début de son mandat. C’est d’un mauvais goût terrible.

    Enfin, j’en viens à la taxe carbone, la colère est venue du fait que, d’une part, c’est une éternelle taxe supplémentaire, d’autre part, son produit est loin d’être fléché exclusivement pour l’écologie.

    D’une manière générale en ce qui concerne la colère et la lassitude des Français, je vais citer de mémoire la journaliste qui s’est fâché avec Europe 1 l’été dernier (son nom ne me revient plus) : en 2000, sous prétexte de mondialisation, on a demandé aux Français d’accepter de voir fermer leurs usines et la libre concurrence, sinon t’étais réac., c’est l’avenir ! 10 ans après, sous prétexte de dette, on leur a demandé de tout accepter « vous n’allez pas laisser cette dette à vos enfants bande de mauvais parents ! ». Aujourd’hui, si tu n’acceptes pas la taxe carbone, c’est que tu veux que la planète crève.

    C’est forcé que les gens commencent à regarder comment est utilisé leur argent, parce que finalement c’est leur argent. Les problèmes durent. Puis, n’étant pas plus bête qu’un autre, on se demande comment ça se fait que les gouvernements successifs n’ont pas su faire une pyramide des âges pour prévoir la hausse du coût des retraites et anticiper le problème. Pi la dette, quand on voit qu’on commence à rentrer dans le rouge, on réagit, sinon on paie des agios. Pourquoi ils ont attendu que ce soit irrattrapable ? Et puis il part où l’argent ? Encore des taxes, on se souvient de toutes les taxes mises en place pour la Sécu, les retraites, etc. qui une fois leur but accompli sont restées en place pour payer d’autres choses. Cf vignettes auto, CSG/RDS par exemple.

    Après, la colère vient aussi de la classe moyenne moyenne, pas forcément basse. En effet, ces dernières années, ces revenus de 3 000 ou 4 000 € ont vu absolument toutes leurs aides disparaître. La CAF est maintenant sous plafond de ressources, les aides à la transition écologiques aussi, etc. Donc ce qui était auparavant vu comme une cotisation, que l’on revoit un jour d’une autre manière, est vécu maintenant comme un impôt.

    D’un point de vue personnel, la méfiance du politique m’est venue avec tous les scandales sanitaires, sociaux et juridiques de la sphère politique et industrielle : le sang contaminé, l’amiante, la pédophilie, le type qui a une phobie de la paperasse. Pour des gens « normaux » que les impôts ne ratent jamais, ça ne peut pas se comprendre.

    – Tu dis que Macron a cédé aux Gilets Jaunes, heu, là, je n’ai pas suivi ton raisonnement. Il n’a rien accordé aux Gilets Jaunes en réalité. De manière factuelle, soit c’était prévu un peu plus tard et ça a été avancé, soit cela se résume à du rien du tout.

    – Enfin, les Gilets Jaunes. Oui, je pense que Macron paie les quarante dernières années politiques. Il a été la goutte d’eau. Tu as certainement vu que 70 % des Français soutiennent ce mouvement. C’est pour une raison très simple : sur la forme, on peut discuter. Sur le fond, tout le monde est à peu près d’accord en fait 🙂 🙂 😉 Je n’ai pas été manifester car je n’aime pas la foule (pour les nains comme moi, c’est rarement recherché 😉 ) et la violence des samedis m’a arrêtée.

    En revanche, je me suis interrogée à l’inverse de toi car je connais des gilets jaunes. Pas ceux des ronds-points, je parle de ceux qui étaient sur la Place de l’Etoile, de ceux qui étaient dans le cortège sur les Champs. Au vu de ce qu’ils m’ont rapporté dès le départ du mouvement, beaucoup moins violent, c’était couru d’avance que ça allait mal finir car les CRS et la BAC avaient reçu des instructions un peu violentes. Je te parle de gens normaux, qui allaient manifester normalement, des salariés lambdas, papas, mamans, qui prenaient sur leur weekend pour aller manifester, parfois pour la première fois, et qui se sont fait gazer sans même comprendre pourquoi, ou alors ils ont senti de très près le souffle des flashballs.
    Dès le deuxième samedi, j’ai dit à mon mari « la violence appelle la violence, pourquoi la police réagit comme ça ? ils veulent une guerre civile ou quoi ? »
    Et voilà comment on en arrive aux images que tu évoques. Je ne sais pas si tu suis la presse officielle française ou les médias allemands, je te conseille les médias étrangers finalement, c’est plus objectif.
    Jean-Michel Apathie disait l’autre jour « il faut que Castaner parle de la violence policière, sinon deux poids deux mesures et ça enflamme la colère et le sentiment d’injustice, il en a eu l’occasion avec le boxer policier et le boxer Gilet Jaune, c’est une faute d’avoir manqué l’occasion ». Je suis d’accord, tu as d’un côté un boxer Gilet Jaune qui, poussé à bout, s’en ai pris seul à un CRS alors que ledit CRS était protégé par un casque, une visière et entouré de 5 collègues. Je rappelle qu’il s’est lui-même rendu à la police. De l’autre côté, un commandant de police qui passe à tabac une nana déjà menottée et entourée de 4 policiers. Le Gilet Jaune sera jugé en février et reste en prison. Le commandant de police a d’abord été relaxé puis, vu que des vidéos de la scène tournaient de partout et que ça enflait méchamment, le Préfet a insisté auprès de l’IGPN pour qu’une enquête soit diligentée. C’est un très beau résumé de tout ce que l’on vit depuis le début : toute la violence est chez les GJ. Heu, c’est faux, pourquoi les médias n’en parlent pas ?
    Le sujet de la violence policière aurait été abordé dès le départ, le mouvement serait très différent aujourd’hui.

    Je dis souvent que nous sommes la dernière génération à avoir eu la chance de pouvoir manifester pacifiquement. Après ça, il y a toujours eu des casseurs pour tout gâcher. Dans les autres manifs, les médias ont toujours fait la différence. Avec les Gilets jaunes, l’amalgame a été fait dès le départ. Le souci est qu’on connaît tous un Gilet Jaune, donc c’est des récits de première main de gens à qui tu peux faire confiance tu vois ? Or, ce que l’on me raconte fait vraiment flipper.

    Je vais carrément aller plus loin, je repousse le débat politique et en reviens à l’Histoire parce que je n’ai pas pu m’empêcher de faire le parallèle : un représentant syndical de policier était interviewé l’autre jour, il a dit grosso modo que, quand on en viendra aux jugements, il ne faudra pas s’en prendre aux policiers parce qu’ils ne font qu’obéir aux ordres. Amnesty international a fait un signalement sur la France à causes des violences policières et la répression des journalistes. Le je ne sais plus quoi commissariat, comité des droits de l’homme de l’Europe à Bruxelles a fait pareil. Les GJ sont systématiquement mis en GAV et fichés.
    Tu vois où je veux en venir ? Donc oui, j’ai peur.
    Vivons-nous encore en démocratie ? On se le demande. Où tout cela va-t-il nous mener ? Jusqu’où devons-nous accepter, en tant que citoyen français, tout ce qui se passe ? Il y a quelques années, les banlieues se sont enflammées parce que deux gosses sont décédés dans un truc EDF dans le cadre d’une fuite devant la police. ça a fait grand bruit. Aujourd’hui, connais-tu le nombre de blessés, de mort et de blessures graves chez les GJ ? C’est énorme. Et personne ne s’en émeut puisque ce sont des casseurs. Sauf que la mamie ne pouvait pas casser grand-chose vu son état de santé. Sauf que dans un cortège les gens ne cassent pas, ils marchent, et pourtant ils perdent un oeil. Sauf que les photos de CRS visant même des photographes pro en pleine face pullulent sur le Net. Sauf que l’IGPN en est à plus de 400 signalements et que ce n’est que le début….

    Je suis vraiment très inquiète. Je dois l’avouer. Je n’en suis plus à pour ou contre les GJ. C’est, au regard de la façon dont ils sont traités, vivons-nous en démocratie au pays des Droits de l’Homme et du Citoyen ? Sous prétexte qu’ils n’ont pas de représentant officiel, toutes leurs déclarations de manif sont irrecevables,donc leur manif est illégale, donc on peut réprimer.

    Il y a tellement d’incohérences. J’ai écrit une lettre à ma fille à ce sujet, pour qu’elle la lise plus tard. Je ne sais pas ce qu’en dira l’Histoire, j’espère dramatiser et que tout finira bien.

    1. Merci vraiment pour ton commentaire ! Cela m’a passionnée de le lire. Pour ce qui est du diesel, comme tu as pu le lire, il m’a fallu un peu de temps mais finalement je me suis rangée à ton avis. Concernant Macron et la taxe carbone, j’ai trouvé ton raisonnement intéressant et cela explique sans doute beaucoup de colère en effet. Concernant la violence policière alors là à vrai dire je ne sais pas trop quoi penser… Je me méfie beaucoup des informations qu’on voit circuler sur Facebook. Et sur les médias allemands ce sont surtout les casseurs qui font la une également. Je ne crois ni en l’angélisme des uns ni dans l’angélisme des autres en fait…

      1. Comme je l’ai dit, la violence entraîne la violence. La police s’est montrée brutale dès le départ et on en constate maintenant les conséquences. Je l’affirme car j’en connais qui l’ont subie. Penses-tu vraiment que des retraités ou des salariés qui ont bossé toute la semaine, font garder leurs enfants exprès pour aller manifester sur leur jour de congé le font pour casser ? Bien sûr qu’il y en a, surtout maintenant mais ce n’était pas vrai le premier mois. L’injustice et l’humiliation n’a jamais révélé la meilleure facette de l’humanité. Comment te sentirais-tu si tu te retrouvais à te faire tirer dessus comme un lapin et à courrir aussi vite ? Humiliée.

        Après, comme je le disais, j’attends le jugement de l’Histoire car, vraiment, on vit un moment de l’Histoire et le gouvernement français ne se montre pas brillant …
        Je suis effarée de constater que les gens en général ne regardent que la forme et pas le contenu qui pourtant devrait gravement interpeller.

        Ps : leur revendication principale est la mise en place d’un référendum citoyen. Des marcheurs sont partis du sud direction Paris pour porter cette revendication. Ils se sont fait héberger, nourrir et soigner tout le trajet par des GJ. Aux dernières nouvelles, ils étaient arrivés en Seine-et-Marne. Affaire à suivre.

        1. Je crois que nous allons avoir du mal à être d’accord pour cette fois 😉 . Mais ce n’est pas grave hein, ça arrive ! Pour te dire la vérité, déjà, il y a des policiers parmi mes proches. Donc forcément je n’ai pas eu la même version : et finalement c’est possible, les évènements ayant eu lieu partout en France, peut-être que personne ne ment, seulement qu’il y a eu un peu de tout ? Ensuite pour tout te dire, je ne suis pas favorable à un référendum citoyen. Pour moi c’est quelque chose qui tend à diviser les gens, et à prendre des décisions que personne n’assume ensuite (et on a un bon exemple sous les yeux avec le Brexit). Mais je respecte sincèrement ton avis et je te remercie encore de prendre le temps de me l’exposer, ça me fait toujours beaucoup réfléchir !

          1. En réalité, je suis aussi d’accord avec toi 🙂 🙂 😉 LOL C’est ce qui est compliqué avec les GJ, et j’adhère aussi à beaucoup du commentaire de Pauline, que j’ai lu jusqu’au bout 😉 car je suis dans la même situation qu’elle, ceux qui se sont débrouillé pour réussir et qui paient pour tous aujourd’hui.

            En ce qui concerne les violences, comme ce sont des êtres humains, ça dérape forcément. Dès le départ, j’ai dit aux GJ que je connais « après deux années passées en Vigipirate, ils sont crevés, forcément qu’ils en ont ras-le-bol ». Et ils me l’ont confirmés pour en avoir discuté avec eux (aux premières manifs, ils arrivaient encore à dialoguer policiers et GJ).

            Quant au référendum citoyen, je suis partagée. Encore une fois, j’ai la sensation que mon manque « d’éducation » politique me fait manquer quelque chose, du coup, je n’ose pas prendre position. Je suis sûre que je ne suis pas en mesure de prendre le recul nécessaire. Si tu as plus d’éléments, cette fois, c’est moi qui suis preneuse de ton point de vue.

          2. Nos sources se recoupent enfin, moi aussi on m’a dit qu’aux premières manifestations, les policiers et les gilets jaunes discutaient 😉 . Concernant le référendum citoyen, je ne suis pas totalement contre. Mais je pense qu’il faut bien cadrer les sujets possibles (par exemple uniquement pour les décisions locales) et qu’il nécessite une forte culture citoyenne (comme en Suisse puisque l’exemple est souvent cité). Ici en Allemagne il est autorisé au niveau municipal, on a voté une fois concernant un nom de rue, pourquoi pas, ça fait vivre la démocratie aussi ! Mais au niveau national sur de grands sujets je suis plus réservée. Je lisais dernièrement un article de Luc de Barochez qui avançait trois principaux arguments contre, auxquels j’adhère : 1. Il a tendance à scinder la société entre les « pour » et les « contre » 2. Beaucoup de questions sont trop complexes pour qu’on y réponde juste avec « oui » ou « non ». 3. Via le référendum, le peuple décide, mais laisse à ses représentants le soin de faire appliquer des décisions qu’ils n’ont pas prises. C’est difficile en pratique, et à la fin personne n’est là pour rendre des comptes.

  6. C’est difficile même vu d’ici… Comme toi, je ne soutiens pas les gilets jaunes car j’ai presque le même regard que toi. Après, j’avoue ne pas avoir vraiment creusé le sujet.
    C’est certains que beaucoup d’entre eux me font réfléchir, me font comprendre pourquoi ce mouvement est né mais j’ai parfois l’impression que beaucoup se servent de cette cause pour défendre d’autres valeurs qui ne me correspondent pas. Je regrette aussi finalement qu’il n’y ait pas une voix unique qui nous fasse comprendre leurs réelles attentes et que ces dernières soient réalistes dans notre société actuelle. Alors oui, on peut lire leurs attentes un peu partout mais rien ne nous dit qu’il s’agit de la majorité vu l’hétérogénéité du mouvement…
    Je me trompe peut-être car j’avoue ne plus suivre cette actualité que de loin. Mais je pense vraiment ne pas être la seule à ressentir ce genre de chose face à ce mouvement à l’origine pacifique et compréhensible.

    1. Je suis tout à fait d’accord avec toi : sans leader ni représentant, c’est finalement presque impossible de se faire une idée concrète de ce mouvement, ça complexifie encore beaucoup les choses et ça le rend d’autant plus ingérable malheureusement.

  7. Je ne suis pas française mais nous avons aussi nos gilets jaunes en Belgique. Moi, ce qui m’alarme particulièrement, c’est la différence du niveau de vie qui devient de plus en plus criant. Taxer plus fort le diesel c’est ok car ça pollue mais ce que je trouve fort, c’est que l’essence, le diesel et tous les carburants polluent (What? on vient de le découvrir?). D’ailleurs penses-tu que Macron va arrêter de se déplacer en bagnole blindée? Penses-tu que tous ces ministres vont arrêter de prendre des avions aux frais du peuple pour un oui et pour un non? Tout le monde n’est pas impacté pareil par ces mesures. Ce n’est pas pareil quand on gagne 5000€-10000€ par mois que 1200€, et des petits salaires,il y en a énormément, ça c’est pour ceux qui ont de la chance (ou pas) d’avoir un boulot. De même que si maintenant un billet d’avion (j’invente) Paris-Barcelone passe à 500€ à cause des taxes sur le prix du carburant, ce seront encore les mêmes qui seront privés de voyages. De même pour la culture: des artistes se plaignent du téléchargement illégal et je suis d’accord, c’est nul mais à partir du moment, où on n’a pas les sous ni une médiathèque à proximité, quoi, on doit se priver de culture parce qu’on n’a pas les moyens? Je trouve que toutes ces taxes devraient être proportionnels à l’argent qui rentre à la maison. On revient en arrière et très vite, malheureusement. Autre sujet sur l’environnement: En décembre, il y a eu une manif qui a réuni 75000 personnes pour le climat ici à Bxl (il n’y a toujours pas de plan climat en Belgique) et tu sais quoi, la ministre de l’environnement s’est ramenée en avion polluant et est repartie en avion polluant…Je pense qu’il y a des aberrations qu’on ne peut plus laisser passer. Je pourrais continuer à te donner des exemples ad vitam aeternaem, alors j’arrête. Cependant, tout comme toi, je suis contre la violence, elle me rend malade et je suis triste de constater que c’est la seule manière, encore aujourd’hui, de se faire entendre.

    1. Je ne sais pas si elle est la seule manière de se faire entendre, je me pose sincèrement la question… Concernant les inégalités, en France en tout cas et selon les chiffres de l’INSEE, elles ne se sont pas creusées en fait. Mais il y a un fort sentiment d’injustice malgré tout peut-être parce que de nos jours elles sont davantage visibles. Je te rejoins sur le fait que certaines mesures n’ont pas du tout le même impact selon les situations de départ.

  8. Je salue ton audace d’aborder ce sujet, la politique divise toujours.
    Pour ma part, pour avoir une fois parlé de la grève, puisque j’étais fortement impacté et sans orientation politique, je ne m’y aventurerai plus.
    L’autre jour j’écoutais un podcast féministe qui évoquait les casseurs et le fait que c’était essentiellement des hommes. C’était intéressant. Et puis à un moment l’invité a évoqué le fait que les dégâts n’étaient que matériels, pas humain, et que par rapport à la détresse des gens c’était un moindre mal (argument que j’avais je crois aussi retrouvé chez Emma). C’est quelque chose qui me choque beaucoup. Samedi on a croisé les gilets jaunes en partant faire les courses (d’ailleurs on s’est demandé si on allait pouvoir aller les faire), en revenant il y avait la carcasse d’une voiture incendiée…. Je me demande quel impact la casse de sa voiture aura sur le propriétaire, sur sa capacité à aller au travail, sur le sentiment de sécurité qu’il ressent…
    Je crois qu’au delà des idéaux politiques, je suis toujours choquée quand les choses se font dans le violence (ce matin, on a eu droit à un feu de joie de pneus de dockers en dessous de chez moi).
    Et je m’interroge aussi quant à la légitimité de manifester contre un gouvernement qui a été élu à la majorité. Pour moi ça heurte le principe de démocratie. Mais cela dit, si l’extrême droite était passé, j’aurai probablement manifesté également.

    1. C’est dommage que l’enseignement que tu aies tiré de ton article sur les grèves, c’est que tu ne parlerais plus de politique… Mais je comprends, d’autant plus que j’ai l’impression que chez toi le gros débat s’était invité par surprise, alors que tu n’avais pas vraiment voulu écrire un article engagé… En tout cas j’ai quand même l’impression qu’on se rejoint, et je suis notamment d’accord avec toi sur le fait que les dégâts matériels ont aussi des conséquences humaines (et économiques tant qu’on y est).

  9. Je suis également française expatriée et je vis aux USA. J’en connais encore moins que toi sur le mouvement des gilets jaunes, mais je suis heureuse et fière que les français soient capables de manifester. J’habite dans une grande ville américaine. Aujourd’hui les profs font une grève. C’est la première fois depuis 30 ans qu’ils sont AUTORISÉS à en faire une, et elle ne durera qu’un seul jour. Il a fallu plus de 3 mois de négociation pour que cette grève soit seulement possible. Les profs sont sous payés et beaucoup sont sdf. La plupart des gens ne manifestent pas ici car ils n’en n’ont pas le DROIT, ni la capacité financière. Ils ne manifestent pas car ils sont trop précaires, trop faibles, trop apeurés. Il n’y a pas de protection de l’emploi et ils risquent leur poste. Comme toi, je condamne les violences des gilets jaunes, mais je suis heureuse qu’il existe cette LIBERTÉ de manifester en France, que les gens soient suffisamment solides économiquement et qu’il aient les acquis sociaux qui rendent ce mouvement possible.

    1. Je comprends ton point de vue… C’est vrai qu’on peut aussi se satisfaire que ce genre de mouvements soit possible. Même s’il serait encore mieux qu’ils ne soient pas nécessaires.

  10. Coucou,
    Personnellement, je suis plutôt pour. Pas pour la violence car elle n’a pas toujours été justifiée, mais n’oublions pas que les casseurs sont les mêmes dans toutes les manifestations (même sportive, c’était pareil pour la coupe du monde), et impunis car cela arrange le gouvernement de toujours dire que ce sont les manifestants qui cassent tout et pillent les commerces… C’est bon pour manipuler l’opinion publique.
    Quand au diesel, c’est une grosse blague. Si on changeait aujourd’hui nos habitudes en roulant ou en se chauffant autrement, cela aurait un impact de moins de 2% sur la qualité de l’air. Pourquoi? Parce que ce n’est pas ce qui pollue le plus à l’heure actuelle. Les bateaux, les avions, l’agriculture sont en cause de la majorité de la pollution actuelle, mais comme cela rapporte beaucoup d’argent, on fait l’autruche. On déboise aussi de plus en plus les villes, alors qu’il faudrait faire l’inverse.
    Le gouvernement a fortement incité ces dernières années les français à investir dans le diesel car cela devait être mieux pour l’écologie. 10 ans plus tard, on te diabolise pour avoir fait ce qui était préconisé… Tous les véhicules de l’État roulent au diesel d’ailleurs…
    On voudrait te vendre de l’électrique (ça relancerait l’économie) sauf que ce n’est pas une solution. Premièrement, ça pollue autant voire plus que le diesel. Les particules sortent des freins à chaque utilisation. Les batteries ne sont pas recyclables, ce sont des métaux lourds. Et faudrait construire des dizaines de centrales nucléaires en plus pour faire face à la demande… Deuxièmement, la fameuse prime offerte généreusement par le gouvernement ne fonctionne pas : il n’y a plus d’argent dans les caisses. Donc les gens qui ont fait l’effort de changer n’ont jamais touché l’argent et ne le toucheront jamais. L’organisme qui le gère se dit dépasser et sans solution.
    Concernant les autres points de doléances, j’ai un bac +5, je suis au SMIC, lorsque j’ai la chance d’avoir un job. Pourtant, je maitrise 3 métiers différents. Il y a eu des périodes où j’ai eu tellement d’impôts (1600€/an) qu’il me restait 50€ pour vivre une fois mon salaire versé et les factures payées. Tu ne manges pas grand chose avec ce montant…
    J’ai aussi la malchance d’avoir des ennuis de santé et depuis 2 ans la Sécu ne me rembourse presque plus rien (4€ sur une consultation à 32€). Comme je vis à la campagne dans une zone sans transport en commun, je dois aussi débourser 35€ de bus pour aller chez le spécialiste ou à l’hôpital.
    Je vois donc comment la France change ces derniers temps et pas en bien. Les services que l’on nous enviait se dégradent fortement et ne sont plus aussi compétitifs.
    J’espère que mon point de vue pourra éclairer ton questionnement.
    bises

    1. Oui il m’éclaire et je t’en remercie. Comme je l’ai écrit, ce n’est pas forcément facile de se le représenter quand on n’est pas directement concerné.

  11. Je suis assez perplexe face aux gilets jaunes. Pour les vacances de Noël, j’étais dans mon département, rural et pas vraiment en forme d’un point de vue économique. J’ai vu des personnes protester contre les gilets jaunes qui bloquaient et gênaient les gens qui devaient aller au travail. J’ai vu des commerçants se plaindre d’avoir peu vendu début décembre car les gens ne se déplaçaient pas trop, de peur d’être bloqués. J’ai parlé aussi à des amis gilets jaunes. Ils protestaient pour leurs conditions de vie et aimaient cette solidarité de groupe.
    Bref, j’ai l’impression qu’on trouve de tout dans ce groupe. De l’extrême-droite à l’extrême-gauche, des gens non politisés qui suivent le mouvement sans vraiment avoir réfléchi aux revendications, de la démagogie, un peu de poujadisme. Et puis, il y a eu ces actions violentes, ce racisme.
    Je ne sais pas trop ce que ça peut donner, le mouvement manque clairement de têtes dirigeantes pour éviter l’essoufflement. J’ai d’ailleurs l’impression qu’on en parle de moins en moins.

    1. Je me faisais la même réflexion cette semaine, que j’en entendais moins parler, comme si les médias aussi commençaient à en avoir marre…

  12. Merci pour cet article très intéressant. C’est un sujet d’actualité que je suis via les médias car bon même si je ne suis pas concernée par les revendications qu’expose ce mouvement notamment pour la hausse de l’essence, je comprends la colère qu’ils peuvent avoir envers le gouvernement car au final ils se sentent abandonnés. Par contre je suis comme toi, je ne cautionne pas la violence dont certains peuvent faire preuve lors des manifestations même si pour moi ce sont des casseurs qui se font passés pour des gilets jaunes. Par ailleurs, je suis très perplexe par certaines revendications que demande ces personnes et surtout voir la dangerosité de certains « leaders » de ce groupe peuvent avoir dans leurs propos sur certains sujets notamment avec la théorie du complot et je me dit que ça craint un peu de voir ce genre d’énergumènes rallier le maximum de monde à ce genre d’idées fumeuses, et je ne parle pas du fait que certains gilets jaunes sont racistes, homophobes et sont affiliés à des mouvements politiques qui sont plus pour la violence que pour un dialogue entre personnes intelligentes (désolée mais j’ai l’impression qu’il y a certains GJ qui ont oubliés d’allumer leur cerveau tellement ça ne vole pas haut dans leurs propos). Je ne sais pas trop à quoi ça va mener, j’espère que quelque chose de bien va en ressortir et permettre une avancée.

  13. Salut,
    Ben moi je vais faire tache et ne pas faire de complaisance, je suis contre. Au début je ne me prononçais pas trop, maintenant ils m’exaspèrent tous.

    Pour situer, je vis en France, suis de la classe moyenne, pas forcément la tranche la plus fragile mais je fais pas partie des riches. Je suis la classe qui paie pour les autres, littéralement, à tous les niveau d’impôts ou taxes, IR inclus évidement, et ça commence a bien faire.

    Déjà, les GJ ne savent pas ce qu’ils veulent, ils sont un amas de personnes, individualiste, une demande pouvant rentrer en contradiction avec une autre. Déjà, c’est chiant, et impossible a résoudre un truc pareil. Ils n’ont donc pas de représentant officielle pour discuter et négocier pour trouver un accord, ben non, ils en ont plusieurs avec des demandes contradictoire !

    Ensuite, une grosse partie des violences, casseurs et volent, ont découlé du fait qu’ils ont refusé de déclarer leur manifestation. Et quand un journaliste de France inter leur a demandé pourquoi, la raison étaient « on veut pas être responsable de ce qui pourrait se passer ». Super, donc les gars, ils assument pas et mettent en danger les personnes et la voie publique. Je suis censé me montrer compréhensive ?

    Ensuite, sans être désagréable car je ne suis pas non plus économiste, mais il y a une vraie problématique de comment fonctionne l’économie, au niveau micro et macro. Leur première demande était qd mm l’annulation de la taxe carbone, ils l’ont eu, on est où la ? On veut plus d’argent, ben ouai, monter le smic, baisser les impots et j’en passe.

    Monter le smic c’est rendre le travailleurs français (non qualifié) plus cher qu’un polonais, ou autre nationalité. Et on est déjà plus cher. Si on le remonte encore, adieu la création d’emploi non qualifié. Adieu la compétitivité. Baisser les charges d’entreprise permet quoi qu’on en dise, d’attirer les entreprises. On est en dans pays désindustrialisée, comment on trouve du boulot a des personnes des non qualifiés ?

    Ils veulent aussi moins d’impôt, a mais moi aussi j’aimerais ! J’en paie beaucoup trop a mon gout. Mais la on attaque le nerfs de la guerre. On est dans un pays où tous le monde s’appauvrit pour palier aux plus pauvres, ça en devient ridicule. Le communisme a pour résultat que tous le monde est pauvre in fine. Et en France travailler, faire des études, se bouger le cul, monter sa boite etc, ça paie plus ! On est surtaxer, personne n’ose dire son salaire parce qu’ici dès qu’on gagne 3000 on est considéré comme riche, et la question de l’effort et du chemin parcouru n’est plus mise en relief. Une partie des gens sont envieux et aigri. Macron a qd mm bien raison quand il dit qu’une partie des Français ont oublié le sens de l’effort, et je le constate aussi dans mon travail quotidien. Cf, faut pas trop en faire hein, on est pas payé pour. Des heures supp’ ? Oh nooo. Oui, faut l’admettre, y a des gens qui pensent ça, pas tous évidement, y en a aussi qui se tuent au travail, mais ceux la n’ont pas a se sentir ciblé, et c’est ceux la que je voudrais aider.

    Ils faut baisser d’urgence la dépense publique, mais regardez déjà le tolet avec les 5€ d’APL. Comment la baisser ?

    Alors ils me font tous bien rire avec les 80 Milliard d’évasion fiscale, c’est vrai que la France est mega heureuse de s’assoir dessus et n’en a rien a foutre. Mais bon sang, si c’étais si simple on aurait déjà résolu le pb. Le pb c’est qu’on est dans un monde et une Europe ou les frontières n’existe plus et où les capitaux sont libre de traverser les frontières. Ensuite, les pays au sein même de la zone UE sont en guerre fiscale. On peut cité le Pays Bas, L’irlande, véritable paradis fiscale, moi je vis près de la Suisse, je peux vous dire qu’entre France et Suisse, y a pas trop photo. Anciennement le UK, ils se sont un peu sabordé mais bon, y la Belgique aussi, bien plus avantageuse fiscalement, le Portugal et l’Italie la, qui ont pris des mesures fiscale pour devenir un paradis fiscale aussi ! Alors on fait quoi hein ? C’est facile de dire qu’on va lutter, mais quand la zone a laquelle tu appartiens est permissive et ben c’est de suite moins facile. Par ailleurs, dans leurs demandes, les GJ, on retrouve beaucoup de protectionnisme, chose pas bien autorisé quand on est dans une zone d’échange tel que l’UE. Les USA ou la Suisse peuvent se le permettre, mais faire du protectionnisme c’est aller contre l’UE et a coup sure on se prendra des sanctions. Bref, c’est compliqué, et c’est démagogique de dire que c’est facile a résoudre. Faudrait une loi Européenne pour résoudre le pb. Le train de vie de l’état ? En vrai, par tête de Français ça va, mais dans l’idée et pour l’exemple, je suis d’avis de leur serrer la ceinture et aussi de moralisé la vie publique, un scandale, un casier et inéligible a vie. Après tout, j’ai du fournir un extrait de casier judiciaire pour mon stage chez Swarovski, ce n’est que logique, d’avoir un casier judiciaire vierge quand on est à tête d’un pays.

    Il faut couper dans le social (qui est la plus grosse dépense publique), moins d’aides = moins de prélèvement, au bout d’un moment, on peut plus tout payer. L’idéal c’est beau, mais y a la réalité.

    Il parle tous de la suppression de l’ISF, déjà c’est un mensonge, l’ISF a été modifié, pas supprimé, il s’appelle l’IFI. En gros le gouvernement a arrêté de taxer les capitaux actif, pouvant être réinjecter, dans notre économie ou ailleurs, difficile de faire du protectionnisme, tjrs, en étant dans une zone d’échange. Et pour le contrôler en plus. La haine du riche et de l’argent est en train de tuer se pays. L’ISF ne rapporte que 4 milliard, je sais que dit comme ça c’est beaucoup mais l’IR c’est 60 milliards, 60 milliard qui ne repose que sur 45% des salariés. Non mais vous imaginez ? Admettons que 50% des Français travaillent, et bien sur ces 50% moins de 50% paie l’impôt sur le revenus, qui est qd mm le plus conséquent ou celui que perso je sens le plus passer, chaque année, et chaque année je le vois monter parce qu’on pallie a la pauvreté par des aides.

    Les frais de successions, pas trop aborder et pourtant, pour ceux qui se sont tué pour avoir un patrimoine, la succession relève juste d’un racket et on est en passe de proposer la spoliation. C’est bien, continuons a haïr ceux qui ont de l’argent, au moins un peu, a la fin il ne restera que des pauvres et on sera pire que la Grèce.

    Moins d’impôts et plus de service publique est impossible. Régler le pb de l’évasion fiscale est une réelle pbtique et au niveau mondial. Ça ne se fera pas sur une échelle nationale. C’est démago de le croire. Baisser le taux d’impôts permettrais moins d’évasion, c’est assez logique, quitte a devenir un paradis fiscal, mais on en est loin.

    Ensuite, le RIC, je suis aussi contre, je pense que ce n’est pas la bonne forme, ceci étant, c’est vrai que plus de représentativité et plus d’implication citoyenne ferait en effet pas de mal, y a d’autres solutions, prenons exemple sur nos voisins du Nord ~

    Ensuite et pour finir, je n’en peux plus d’entendre dire qu’on vie en dictature, c’est une insulte a l’histoire et a ceux qui ont vécu une vrai dictature, et j’invite ceux qui se plaigne de la non redistribution française d’aller faire un tour au Venezuela, voir un peu comment ça c’est fini, et aller faire un tour en Corée du Nord pour la démocratie. Ça fais X mois qu’on n’entend qu’eux, les GJ, qu’on leur faire et dire n’importe quoi, sans aucune réelle répression. Je ne parle pas des manifestations, je parle plus des tableaux télé ou interview dans la rue. Ou même ce que j’ai pu lire sur twitter. C’est une honte et sincèrement j’en ai ma claque.

    Il est urgent de réformer ce pays, en profondeur. Et la tout de suite, qui va payer pour les dégâts et leurs demande, et bien, un peu tout le monde mais aussi toujours les mêmes. Ceux qui sont ni riche ni pauvre, ceux qu’on dit « aisé » parce qu’ils ne se noient pas. Et ceux la un jour finiront soit par partir a l’étranger, soit ils s’appauvriront et ne pourront plus payer. Super le calcul long terme.

    Le débat qui s’ouvre est une manière de discuter tous ensemble, toute pseudo classe confondu. Car chacun est un individus et pour ceux qui paient moins, ce sont les autres qui paieront, et ceux la en ont aussi peut être marre. Les GJ ne sont pas le peuple, ils sont une partie du peuple, ce dernier étant composé de plein de nuance et situations.

    Enfin, je n’ai pas peur, je ne suis pas inquiète au sens propre. Mais j’aimerais rappeler à ceux qui disent « il est trop tard pour le dialogue » qu’ils devraient vraiment réviser leur histoire. Si l’on prend 1789 qui est leur symbole et référence, après cela a suivi la terreur, ou l’égoïsme de chacun prenais le pas sur le bien commun, du coup, in the end, 10 après est né la représentation, où le peuple a élu des représentant, qui se sont assis autour d’une table pour discuter et reconstruire un modèle. On ne résoudra jamais rien par la violence, le dialogue, l’échange (constructif) a tjrs été la seule voie de sortie d’une crise.

    Le respect se doit d’être mutuel aussi. Chaque personne est libre d’avoir son opinion et ne pas être d’accord avec un autre, mais le respect est le socle de l’échange, et beaucoup l’ont oublié. Il faut arrêter aussi d’hystérisé le débat, de penser qu’en cassant tous on s’en sortira tous. Je crois que c’est Blanquer qui l’a dit mais, on s’en sortira tous ensemble, ou l’on tombera tous ensemble, et c’est très vrai. Ce pays a perdu tous sens logique. Les gens deviennent complotistes, ne savent plus s’informer de manière sure, les fake news en profite, et gobe tous cru ce que certains balance sans aucune critique, c’est gravissime.

    Sur ce, bravo si vous avez tous lu, j’irai au débat, parce que je suis une Française impliqué dans l’avenir de son pays. Que oui, il y a beaucoup de problème, mais qu’il est possible de résoudre ça, tous ensemble, peu importe combien on gagne, de l’ouvrier au cadre ingénieur, personne n’est mieux que l’autre, et personne ne doit être lésés. Le travail et la formation doit payer a sa juste valeur. Tout un programme …

    Tchou.

    1. Bien sûr, j’ai tout lu, je lis toujours mes commentaires, et j’y réponds toujours aussi 🙂 . Je ressens beaucoup de colère dans ce que tu écris et pour certains aspects je la comprends. De mon côté j’ai cependant le sentiment d’être privilégiée, cela m’incline à plus de complaisance comme tu dis. Je pense que c’est une bonne chose en tout cas de participer au débat, si tu écris un article sur ce sujet, je serais ravie d’apprendre comment il se passe « en vrai ».

  14. Bonjour,

    Je suis contente de lire un article de blog qui parle des Gilets Jaunes. Ce silence bloguesque était pour moi aussi assourdissant. Habituellement, les sujets politiques font souvent la une, chacun y va de son avis et de ses revendications. Pourquoi pas là ? Ca dit quelque chose.

    Pour ma part, je suis irrémédiablement pour les GJ, et fière d’eux. Ton avis est un avis de classe, et le mien le sera aussi.

    Ca me touche de voir chaque matin et chaque soir les retraités, les femmes, les jeunes ou moins jeunes autour du rond-point. Ils sont là depuis plus d’un mois tous les jours … Dans quelles conditions vivent-ils pour être motivés à rester dans le froid 10 heures par jour depuis un mois ?

    Au delà du côté sentimental, depuis l’élection de Mr Macron, je me sens terriblement en danger.
    La taxe carburant représente pour moi un surcoût terrible : pour travailler, je dois faire 80 km par jour, et je n’ai aucune autre alternative. On a une ligne de train dont je pourrais me servir, mais il n’y a qu’un passage par jour !
    Je pourrais me rapprocher des villes ? Déjà essayé. Plus de travail mais salaire aussi bas, avec un loyer en forte hausse et tout ce qui va avec. Tant qu’à être pauvre, je préfère l’être dans un lieu de vie qui me fait du bien.

    A côté de ça, je vois le gouvernement (passé et actuel) privatiser tout ce que nos impôts avaient servi à financer dans l’idée que ça rapporterait de l’argent à la France plus tard. Je me sens volée, dupée.

    J’entends parler de la nouvelle réforme sur le chômage qui durcit des conditions d’accès aux indemnisations alors même que Mr Macron avait été élu sur la promesse qu’une démission débloquerait les droits au chômage pour faciliter les reconversions professionnelles et le bien-être au travail. Autour de moi, tout le monde a peur d’être au chômage, c’est le pire qu’il pourrait nous arriver. Alors si, lorsqu’on y est, on se voit obligé d’accepter la première offre « décente », je ne donne pas cher de ce bien-être au travail qui est déjà une belle illusion pour la grande majorité des smicards de France.

    Je vois que nos services se dégradent. Je vis en campagne et année après année s’éloignent de moi médecins, hôpitaux, transports en commun, services de Poste, écoles, petits magasins et activités, bassins d’emplois.
    On ne se sent pas écoutés, pas considérés, oubliés au profit des villes.

    Année après année, je constate aussi les graves perturbations que nos modes de vie causent à la nature : temps qui dégénère, espèces qui disparaissent purement et simplement, arrivée massive des parasites … Je le vois tous les jours, et ce que je vois surtout c’est que le gouvernement ne fait RIEN contre ça. La taxe carbone est effectivement une vaste blague comme l’a expliqué une autre personne plus haut. Aucune vraie mesure n’est prise et c’est nous, ceux sur qui on tape, qui prenons des mesures au quotidien contre ça. Je n’ai pas attendu qu’on me taxe sur le carburant pour tout changer dans ma mon mode de vie. D’ailleurs, les pauvres sont souvent ceux qui vivent écologiquement, contrairement à ce qu’on croit : tout simplement parce qu’ils n’ont pas les moyens, ils sont donc les rois de la récup’, et qu’ils ont bien compris les bénéfices qu’apporte une nature dont on prend soin. Malheureusement, ils sont aussi obligés d’aller se servir chez Lidl …

    Ce qui me dégoute par dessus tout, ce sont toutes les stratégies du gouvernement pour décrédibiliser les GJ. Ils en sont venus à nous insulter d’antisémites ….. C’est d’une telle gravité. Ca me donne envie de pleurer. Et encore plus de me révolter.

    Les GJ ont aussi leurs torts, j’en conviens. Comme vous tous, je suis contre la violence et bien triste que ce soit la seule chose qui fasse céder le gouvernement. Ils n’ont pas de leader, ils ont mille revendications différentes voire contradictoires, et donc impossibles à satisfaire. C’est le peuple dans toute sa pluralité qui manifeste. C’est complexe, inquiétant et rassurant en même temps. Je ne vois pas du tout comment on peut se sortir de ça. J’espère quand même qu’on en viendra pas à une guerre civile.

    Je pense qu’il faut prendre conscience qu’en réalité, Mr Macron n’est pas vraiment le problème. La crise se porte sur le système démocratique et social, sur ses résultats.

    Je travaille dans le social, justement. Ce que je constate sur ces 10 dernières années : on n’a dû arrêter d’aider les plus pauvres parce qu’ils n’étaient pas rentables. Avant, on accueillait des SDF, des personnes VRAIMENT dans la merde. Maintenant, on ne peut plus car on attend de nous une rentabilité (arrêt des subventions alors que notre mission sociale est mandatée par l’Etat) . On aide donc des gens qui ont moins de problèmes et qui sont plus aptes à faire quelque chose de leurs dix doigts rapidement.
    C’est très triste et ça en dit long.

    Macron a aussi été élu sur une idée de nouveauté totale, inédite qui en a fait rêver plus d’un. Je ne sais pas ce qu’espéraient les gens. En tout cas ils sont vraiment déçus.
    Je serai étonnée que le Grand Débat soit une solution. Dans mon entourage, les gens ne souhaitent même pas y participer : ils ont trop peur d’être encore rejetés, pas considérés. Ca leur fait tellement mal qu’ils préfèrent détourner les yeux.

    C’est une crise sociale sans précédent : les gens rejettent en masse le gouvernement et tout ce qu’il peut apporter. Je le répète, je ne sais pas comment on va pouvoir en sortir.

    Navrée pour ce pavé, j’en avais besoin. J’espère au moins que ça pourra aider à comprendre.

    Merci de m’avoir permis de donner mon avis !

    1. Merci beaucoup pour ton pavé. Oui, il m’aide à comprendre. Comme une autre lectrice, tu m’aides déjà à appréhender ce que peut être la vie loin des villes. Comme je l’ai écrit dans mon article, je n’ai jamais connu ça. J’espère sincèrement que les gilets jaunes vont trouver un moyen pour se faire entendre sereinement maintenant. Au fond c’est tout ce que je souhaite.

  15. Merci pour cet article qui a le mérite de faire réfléchir et d’ouvrir le débat.

    Je n’ai pas une opinion très tranchée sur la question (faute, notamment, d’avoir le temps de m’informer suffisamment), si ce n’est que je déteste moi aussi la violence et que je regrette profondément que se répande l’impression que c’est, de nos jours, le seul moyen de se faire entendre.

    Les inégalités ne se creusent peut-être pas, mais je crois que cette crise révèle un clivage toujours plus profond au sein de notre société – clivage dont on a un aperçu à la lecture des commentaires sur ton article… Nos réalités semblent si différentes, entre quelqu’un qui galère au Smic et quelqu’un qui s’étonne d’être considéré comme riche avec 3000€ mensuels (et ne parlons pas de nos dirigeants…). Avec deux salaires, nous sommes à peine au-dessus… Alors bien sûr, tout le monde a un peu tendance à placer la moyenne en fonction de soi-même, sans doute, mais je suis fonctionnaire de catégorie B et mon mari a un bac +2 : si nous ne représentons pas la classe moyenne, alors qui ?

    Je suis peut-être une infâme gauchiste ou une idéaliste mais j’ai l’impression que rien ne pourra vraiment marcher tant que les maitres mots resteront trop souvent rentabilité d’une part, et consommation de l’autre… Rien que sur la question des transports, puisque c’est ce qui a enflammé le débat de prime abord : des lignes de train sont supprimées ou quasi inexistantes, il n’y a pas de bus… Donc faute d’autres solutions, les gens rouleront toujours en diesel. On leur impose une taxe et on leur fait endosser une certaine responsabilité sans les aider à changer leurs habitudes.

    Bref, je suis assez dépitée, au fond, de la situation actuelle. J’ai peur qu’il n’y ait pas de vraie solution. Et sans aspirer à une vraie révolution (j’ai trop peur des dérives et des conséquences possibles), je me reconnais de moins en moins dans un système où je ne me sens pas représentée (car non, je n’ai pas l’impression d’avoir eu un vrai choix lors des dernières élections). Mais c’est un vaste débat…

    1. Je suis d’accord avec toi concernant nos élections, c’est ce que dont j’ai essayé de parler avec cette absence de représentation de certains groupes. Concernant les inégalités je me demande si, à défaut d’être plus grandes, elles ne sont pas plus visibles désormais. Et effectivement, vous représentez sans doute la fameuse classe moyenne. J’essaie de mon côté d’admettre que je fais partie des plus aisés, même si ce n’est pas facile (parce qu’on s’imaginerait bien vivre sur un yacht toute la journée 😉 ).

  16. Rooo lala… Quel sujet compliqué pour en parler en quelques lignes.

    Je dirais que, sur le fond (c’est à dire les propositions concrètes qui ont été faites), je suis plutôt pour (et pourtant je suis plutôt écolo et de gauche).
    Sur la forme, je suis contre. Contre cette violence (même si elle est souvent faites par des individus venus en fin de manif exprès pour casser et qu’elle est parfois le résultat d’une répression dure et parfois violente elle aussi).

    Ce n’est pas la hausse des taxes sur le pétrole qui me choque. C’est le faite de moins de 20% de cette taxe sert à la transition écologique.

    Moi, par exemple, j’habite en province, dans un côté plutôt rurale, et, je ne peux pas aller travailler en train (ni en vélo car c’est à 35km) car chaque année il y en a moins qui circulent et que, donc, les horaires ne correspondent pas avec ceux du lycée (alors que c’est un lycée de 1500 élèves dans une ville de 3500 habitants…).

    Je comprend aussi le sentiment d’injustice des gilets jaunes. Quand on arrive pas à boucler les fins de mois c’est difficile de supporter les diverses magouilles (voir le site d’anticor, l’association anti-corruption)…

    Bref. Je suis partagée et en même temps je pense qu’il faut changer les choses et je ne suis pas sûre qu’il soit possible d’être entendu sans rapport de force…

    1. Oh je suis trop contente que tu aies pris le temps de commenter cet article ! Pour tout te dire, c’est toi qui m’as un peu motivée avec un de tes derniers articles politiques. Je me suis dit : « Mais oui, il faut en parler ! ». J’ai aimé aussi que tu aies l’honnêteté de nous dire d’entrée de quel bord tu es, c’est pour ça que je me suis permis de le rappeler aussi en introduction. Et je suis fière de voir que, même si nous venons de deux bords économiquement assez éloignés, on puisse en parler quand même 🙂 . Et puis finalement, sur le sujet précis des gilets jaunes, j’ai l’impression que nous sommes presque d’accord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.