Quand l’adaptation se passe vite et bien

Quand l’adaptation se passe vite et bien

Mes plus anciennes lectrices s’en souviennent peut-être : l’adaptation de Pierre s’était faite dans la douleur. Elle reste même un de mes plus mauvais souvenirs en tant que maman. Pourtant je n’ai pas de reproches particuliers à faire à la structure dans laquelle il avait été accueillie, le taux d’encadrement était excellent (trois éducatrices pour neuf enfants), les éducatrices professionnelles et à l’écoute. Mais je l’avais très mal vécue.

J’appréhendais donc nécessairement la période d’adaptation de Charles, tout en pressentant au fond de moi que cette fois tout serait différent. Je ne me suis pas trompée : une semaine après son premier jour, Charles peut déjà faire des journées complètes dans son établissement. Il y semble épanoui, serein, et moi j’ai mille fois mieux vécu notre séparation. Pourquoi ?

Les « petites » affaires de Charles

Il est plus grand. Mathématiquement. Il a trois mois de plus, et à cet âge c’est une différence énorme. Et puis il est plus grand en taille aussi, plus costaud, plus robuste. Ma pédiatre m’a même déjà rassurée, elle pense qu’il sera moins malade que son frère pour son premier hiver en collectivité.

Il marche avec assurance depuis presqu’un mois déjà. Cela le met comme à égalité avec ses autres camarades, facilite sa participation aux activités – je vous rappelle qu’il fréquente un établissement allemand, qui accueille donc des enfants de un à six ans. Pierre a marché à seize mois, quand il est entré dans son établissement à dix mois, il était encore très loin de cet apprentissage. Cela le rendait à mes yeux tellement en décalage vis à vis des autres enfants…

Charles a de la personnalité. C’est peut-être le lot des deuxièmes enfants : il sait exprimer son mécontentement. Il sait défendre ses intérêts, il sait même se disputer ! Et puis il a accompagné son frère à la crèche tous les jours l’an dernier. Il a l’habitude des environnements bruyants, des cris, des autres enfants. Rien de tout cela ne l’impressionne.

Ils sont deux : Pierre a fait avec lui sa rentrée dans ce nouvel établissement. Certaines pièces sont davantage prévues pour les plus petits, d’autres pour les plus grands, ils n’auront pas le même emploi du temps, mais globalement et s’ils le souhaitent ils peuvent rester ensemble. Je ne pense pas qu’ils le feront, mais je suis certaine que la présence de son grand-frère rassure Charles. Et puis le soir venu, Pierre pourra me raconter leur journée !

J’ai beaucoup aimé cette fois, la façon dont la structure gère les adaptations et les séparations. Dans l’établissement de Pierre, les premiers jours, je passais la journée assise au milieu des enfants. J’avais pour consigne de ne pas vraiment m’occuper du mien ni des autres, je devais juste « être là ». J’étais assez mal à l’aise dans cette situation, je ne savais pas bien quoi faire de moi, de mon grand corps inoccupé. J’ai passé mon temps à scruter d’un regard critique les autres enfants, le mien, les éducatrices. Cette fois, ils m’ont indiqué une chaise dans l’entrée, et m’ont simplement demandé de rester là, avec un livre et un café. Les enfants pouvaient rester jouer à côté de moi, ou choisir de progressivement s’éloigner, changer de pièce, revenir quand ils voulaient… Pour moi c’était plus clair, et  le fait de ne plus les voir quand ils quittaient l’entrée me convenait. Je crois que je préfère ne pas tout voir, tout savoir, pour laisser mes petits s’échapper, et les éducatrices travailler.

Voilà les raisons rationnelles, avouables, qui font que cette fois, cette adaptation s’est incroyablement  mieux passée. Je crois que je dois en ajouter une autre : j’en avais un peu marre. J’ai adoré cette année de tête à tête avec Charles, vraiment, intensément. A tel point point que parfois bien sûr, je suis triste de penser qu’elle est déjà terminée. J’ai peur de ne pas en avoir assez profité, c’est passé tellement vite…

Mais depuis plus d’un mois, la crèche de Pierre ayant fermé, je n’avais plus un mais deux enfants à la maison toute la journée. Et ça, c’est beaucoup plus compliqué pour moi. J’ai très peu d’idées d’activités à proposer aux deux, la plupart des jeux se terminent en dispute : parce que Charles casse le circuit que Pierre venait d’assembler, disperse les morceaux de puzzle, déchire les dessins. Parce que si Charles  trouve enfin un jeu pour lui, Pierre vient lui chiper. Alors ça crie, ça pousse, ça frappe gentiment un peu tout le temps… Et même si au fond c’est sans doute normal, même si dans mon livre ils disent d’intervenir le moins possible, moi j’ai beaucoup de mal à supporter ces chamailleries. Elles usent ma patience. J’ai l’envie féroce d’intervenir tout le temps. Et j’ai l’impression de ne plus profiter de rien.

Et puis même au delà, même avec un enfant seulement, cette fois c’est comme si j’avais l’impression d’en avoir fait le tour. Lorsque j’étais enceinte de Pierre, j’avais découvert un blog de maman qui me plaisait beaucoup, une maman de prématuré – évidemment. Elle a décidé d’y mettre fin en janvier 2015 sur ces mots : « Un peu étouffée par l’ambiance Maman de ma vie, je me suis fatiguée de l’omniprésence des blogs de mamans et de sujets de maternité toute la journée. Soyons clairs. Tout ça, c’était chouette lorsque je débutais. Je me suis trouvée, ai fait mes repères dans cette nouvelle vie de parent, de maman. Maintenant j’ai pris confiance et je suis prête à passer à autre chose. » A l’époque j’avais trouvé ces mots incroyablement durs, je ne comprenais pas. Et pourtant aujourd’hui, c’est à elle que je pense avec mon ressenti. Je n’irais pas jusqu’à écrire la même chose, la maternité reste un sujet qui me passionne. Je continuerai à dévorer vos blogs de mamans. L’idée d’un petit troisième n’est même pas encore définitivement exclue. Mais petit à petit, tout doucement, j’ai envie de passer à autre chose, moi aussi. Contrairement à ce que j’ai imaginé un temps, je ne crois plus que le rôle de maman puisse remplir toute ma vie. J’ai envie de retourner travailler.

Alors ne vous y trompez pas, cette période d’adaptation, ça reste une période compliquée pour moi. Me séparer de mes bébés reste très compliqué. J’ai enchaîné près de trois nuits d’insomnie. Et lorsque la porte en verre s’est refermée sur le visage de Charles en pleurs pour mon premier départ, j’ai dû me retenir très fort de ne pas pleurer. Je me demande maintenant ce que je vais faire de mon temps, puisque ma reprise à moi n’est prévu qu’en octobre. Je pensais que l’adaptation durerait plus longtemps… L’association solitude / inactivité, qui sera désormais au programme de mes matins, me fait, pour tout vous dire, un peu peur.

Mais voilà, il était prêt, et moi aussi. Et ça change tout.

38 réactions au sujet de « Quand l’adaptation se passe vite et bien »

  1. Tu vas pouvoir nous écrire plein d chouettes articles en Septembre alors :). Ravis que ça se soit mieux passé en tout cas, il est magique ton Charles, il a l’air de réparer pas mal de choses de ton expérience de la maternité

  2. Je suis absolument ravie pour vous deux que tout se soit bien passé, c’est clairement un poids en moins sur tes épaules. Et si les deux frères sont dans la même KiTa, clairement, c’est plus simple et plus sympa pour eux et plus facile à gérer pour toi aussi.
    Hier, on est allés visiter la KiTa où Esther ira. On était sur plusieurs listes d’attente et on a une place dans une KiTa tout près de la maison. Les pièces du groupe où sera Esther sont vraiment super, j’ai eu un vrai coup de coeur pour la pièce où elle déjeune (une pièce pour son groupe uniquement). Elle a une place pour l’été prochain (je reprends le 01/09), les détails de l’adaptation (au plus tard en août mais très probablement avant) sont encore à voir mais on a une place (c’est limite le Saint Graal à Hambourg).
    Et je suis contente d’avoir encore du temps pour elle et pour son frère. De faire une pause bébé un peu longue. Je ne suis pas prête à la laisser et à reprendre le travail mais je pense que, comme toi, viendra un moment où j’aurais envie de faire autre chose que pouponner H24.
    Bonne reprise à toi (début octobre, c’est ça) et profite bien de tes moments rien qu’à toi pendant qu’il est à la KiTa et que tu ne travailles pas encore!!

    1. Merci pour les nouvelles ! C’est génial que tu aies déjà une place pour la rentrée prochaine, c’est un souci en moins pour bien profiter de ton congé actuel 🙂 .

  3. Je suis très contente pour toi.
    Il est vrai qu’en tant que maman on évolue avec chacun de nos enfants. J’ai le même ressenti que toi avec ma 2e fille.
    L’adaptation de ma 1ère avait été tellement compliqué, un mois pour que je la laisse une journée entière et un an avant de la sentir épanouie. J’avais peur de l’entrée à l’école cette année et non ça se passe bien. Je sais que quand il sera l’heure pour ma 2e d’aller à la crèche, que se sera un peu plus facile. Elles sont différentes, la vie a changé et je ne suis plus la même maman. Même si bien sûre je serai émue de laisser mon bébé.
    Ton article est rassurant et très positif. Je vais m’y accrocher quand ce sera mon tour dans quelques mois de faire l’adaptation.

  4. Chouette que ça se passe bien à la crèche pour tes fils !
    Je partage le même ressenti que toi vis-à-vis de mon rôle de maman. J’aime mes filles, j’aime être avec elle, j’aimerais agrandir la famille à nouveau dans quelques années mais j’ai aussi envie de vivre autre chose, de m’intéresser à d’autres sujets, de passer du temps sans elles. J’ai décidé de les faire garder le mercredi alors que je ne travaille pas. J’ai un peu culpabilisé mais au final j’ai besoin de ce temps et je vais donc miser sur la qualité plutôt que la quantité.
    Ça va passer vite d’ici au mois d’octobre et ton retour à l’emploi.

    1. Je vais reprendre à temps partiel et j’envisage aussi de me garder quelques heures « pour moi ». J’en ressens beaucoup de culpabilité mais je crois que je dois le faire !

  5. Je comprends bien l’aspect « ok j’ai compris », je n’en ai qu’une et je le ressens déjà. Je suis bien moins angoissée quand elle est malade, je prends avec sérénité ses périodes de jeûne spéciales poussées dentaires, et je suis intéressée par toutes ses petites victoires, je me souviens encore de son attitude genre Titanic « je suis la reine du monde » la première fois qu’elle a escaladé un transat de jardin 🙂
    Pour ce qui est de l’adaptation, nous l’avons faite chez la nounou et à 4,5 mois. Pas le choix. Je me suis forcée à ne PAS penser 🙂 🙂 😉 sachant pertinemment que, sinon, je transmettrais mon malaise. ça s’est hyper bien passé, la semaine d’adaptation était pendant nos congés, nous l’avons donc laissée tous les matins, la récupérant l’après-midi pour instaurer le rythme, la semaine suivante, c’étaient les journées entières.
    En revanche, elle a eu une autre période une peu compliquée plus tard. Elle pleurait quand je partais. Voyant ma tête, la nounou m’a fait faire un test : partez, puis revenez, vous verrez. Et bien j’ai vu, Mlle pleurait tant que j’étais là et allait jouer sitôt la porte fermée ! grrrr culpabilité quand tu nous tiens 😉
    Je pense vraiment que ce type de cap se passe bien ou pas selon le vécu de la maman et non pas forcément selon l’enfant parce qu’on transmet notre confiance en les gens, en l’enfant, en nous. Les enfants captent tout, je trouve que c’est même parfois un problème LOL par exemple, quand je suis fatiguée/impatiente etc. elle est plus chiante. Quand je prends le temps, que tout va bien, ma fille est parfaite 😉 (pas du tout subjective cette phrase !)

    Si tu tournes en rond pendant le mois à venir, je te conseille de prendre un bon bouquin et de prendre le temps de faire ce que tu as envie de faire (trier des photos, écrire un article, rattraper ton retard dans une série ou rien d’ailleurs) 🙂 🙂 😉 profites-en, la reprise du boulot + enfants à la crèche, m’est avis que tu vas vivre une période un peu compliquée au départ, le temps de trouver votre rythme/vos rites du matin et du soir.
    Profite, profite, profite môman, tu as le droit de le faire sans culpabiliser 😉

    1. Nous pouvons en effet transmettre nos appréhensions à nos enfants… Depuis la rédaction de cet article j’ai malheureusement trouvé mille choses à faire d’ici ma reprise ! Mais j’espère quand même trouver encore le temps d’en profiter égoïstement 🙂 .

  6. C’est super que l’adaptation se soit aussi bien passée! Et je suis certaine que tu trouveras de quoi t’occuper d’ici ta reprise du boulot! Mais je comprends ce que tu dis sur la maternité et ton envie d’autre chose également. Tess grandit et je me retrouve à pouvoir me projeter dans autre chose, rien que pour moi (et aussi pour ma famille quand même). Et qu’est ce que ça fait du bien. Alors bébé 2 s’invitera quand il voudra mais en attendant, j’en profite pour construire ma vie de femme en parallèle de ma vie de maman.
    A très vite!

    1. Tu as bien raison ! Je trouve qu’à partir du moment où le dernier-né à deux ans, on souffle un peu, et ça fait beaucoup de bien. Bon, on n’y est pas encore ici mais on commence à voir le bout du tunnel quand même 🙂 .

  7. Profite de tes matinées !! Je rêverais d’en avoir qq unes rien qu’à moi. Je suis sûre que tu trouveras vite de quoi t’occuper en étant pour une fois au calme et sans enfant à surveiller !
    Quant au fait de gérer seule deux enfants, je compatis ! Les deux miens sont plus jeunes, mais là je suis au bord de l’épuisement. Je ne sais pas si ton mari garde parfois les deux quand tu n’es pas là. Chez nous ça n’arrive quasiment jamais et clairement je crois qu’il ne se rend pas compte (c’est pas faite d’essayer de lui expliquer…).
    J’espère que tu arriveras à profiter de ces matinées libres avant la reprise du boulot. Je te souhaite déjà un agréable retour au travail !

    1. Ca arrive rarement ici aussi mais pendant les vacances mon mari a eu un aperçu de mon quotidien et je crois qu’il compatis encore plus aujourd’hui. Malheureusement depuis la rédaction de mon article il m’est venu mille choses en tête à faire avant la reprise, j’espère que j’arriverai quand même à profiter de ces matinées !

  8. Bonjour,

    Je suis très touchée de votre billet et aussi très heureuse de lire que tout s’est si bien passé cette fois-ci. C’est bon de ressentir que vous étiez prêts tous les deux pour cette grande étape.

    J’ai repris le travail lundi dernier, laissant ma (toute petite) Jeanne, née le 1er juin, à la crèche. C’est fou car chez nous l’adaptation a été bien plus brève, étalée sur 4 jours. Je ne suis restée avec elle que le premier jour pour 45 mn. Puis je l’ai laissée 1h30, 3h puis 6h seule pour la préparer à passer 10h/jour dès le lundi qui suivait… Comme vous, j’ai eu du mal à savoir que faire de ces heures à moi avant la reprise du travail, j’étais complètement perdue. Et pourtant, comme vous aussi, j’attendais la réouverture de la crèche avec impatience pour y déposer mon grand de presque 27 mois.

    Maintenant je savoure nos retrouvailles chaque soir, ce que c’est bon !

    J’ai hâte de lire comment se passera la reprise de votre travail. Serez-vous toujours à temps partiel ? Je me suis sentie incroyablement démunie les premiers jours et il m’a été très difficile de me concentrer devant mon écran d’ordinateur aussi.

    Profitez bien de ce temps pour vous, il est si précieux.

    1. Je vais reprendre à temps partiel, oui, je travaillerai en gros de 9h à 15h et j’aurai un vendredi sur deux de libre, même si je compte aménager ces heures avec flexibilité en accord avec mon chef. En Allemagne les périodes d’adaptation sont souvent très longues, je ne sais pas si c’est mieux, parfois ça rend les choses encore plus douloureuses aussi. Bonne reprise, les débuts sont souvent compliqués mais après on y arrive 🙂 .

  9. Bonjour !
    Je suis contente de savoir que l’adaptation de Charles s’est bien passée ! Ça doit être plus facile pour toi de le laisser pour la journée qu’au début pour Pierre.
    Je comprends l’envie de travailler de nouveau et d’avoir un deuxième rôle. Mais à ta place, je profiterais bien de ce temps libre que tu as d’ici à octobre : prends du temps pour toi dans l’activité qui te fait envie (sport, massage, livre, cinéma,…) comme ça tu pourras reprendre le travail reposée et prête à affronter la double journée de travail (boulot + enfants ^^) ! Je suis sûre que ça va passer très vite !

    1. Tu as raison c’est exactement ce que je dois me forcer à faire ! Mais ce n’est pas facile car j’ai mille choses pas très excitantes à faire (du rangement, du tri par exemple) et parce que je n’avais pas anticipé (je n’ai ramené aucun DVD de France !).

  10. C’est une super nouvelle (même si ça reste dur).
    Ici, on a la configuration inverse , si FeuFolet est rentrée en PS sans problème, l’entrée en TPS de LutinCoquin est plus difficile …même si il en avait envie et « est prêt » d’un point de vue scolaires, il est encore vraiment petit (2 ans à peine ) … entre ses larmes le matin et les accidents pipi, je continu à m’interroger sur mon choix .
    Par contre, je ne connaissais pas le blog que tu cites, mais je la comprend un peu … même si je lit encore certaines avec plaisir, la multiplication des supports (IG, fb, etc.) font que je m’essoufle un peu côté blog … je ne sais pas trop quoi dire, j’ai deux enfants (très vivants) qui m’occupe bien, un troisième en construction pour qui j’ai bien du mal à trouver le temps de me poser …

    1. Oh zut pour Lutin Coquin j’espère que ça va s’arranger… Ca me rappelle les doutes de Frau Pruno sur l’entrée en TPS de la sienne l’an dernier. Je comprends ton essoufflement mais j’espère que tu resteras fidèle au moins ici et sur IG ! Tu fais partie de la famille maintenant je veux continuer à avoir des nouvelles 🙂 (d’ailleurs je penses souvent à toi et à ton troisième… quand auras-tu une info sur le sexe ?)

  11. Un article qui tombe à pic! Chez nous, c’est l’inverse, adaptation catastrophique et qui n’en fini plus, personnel qui arrive avec une heure de retard le matin, qui ne parle aux enfants que pour les discipliner, une galère. La directrice, lors d’un entretien aujourd’hui, ne nous a pas offert de solution, elle nous a simplement dit qu’elle est très frustrée de la situation, qu’elle nous comprend, et qu’elle a clairement un problème avec son équipe. Là, tout de suite, j’envisage de me remettre en congé parental jusqu’à ce qu’on trouve une autre solution.

    1. Oh la la je suis désolée de lire ça c’est vraiment embêtant ! J’ai eu de la chance les deux fois de tomber sur des super structures du coup j’ose à peine imaginer votre situation 🙁 .

  12. Mi-novembre l’écho morpho (et je dois avouer que je l’attend avec impatience et appréhension )
    Tiens, merci pour le rappel, je vais aller revoir les articles de FrauPruno sur la TPS de miss couette-couette, ça me rassurera pour LutinCoquin.
    Et t’inquiète pour l’instant, je garde le blog et surtout IG

  13. C’est assez étrange, parce que bizarrement, j’ai l’impression que c’est plus dur pour moi l’adaptation de Basile. Lui a l’air très content et au bout d’une semaine il fait des journées complètes avec la nounou (je crois que meme pour la creche ici c’est plus rapide qu’en Allemange l’adaptation). Et cependant j’ai le sentiment qu’il me manque « plus » que me manquait Martin (si on peut quantifier…) en tout cas je trouve ça un peu plus dur cette séparation. Peut etre parce que je n’ai pas profitez de lui a 100% comme je l’avais fait pour mon premier bébé, peut-être parce que le soir je ne le retrouve pas à 100% puisque qu’ils sont 2 et que je partage mon attention. Comme Martin est à l’école nous aurons les lundis que tout les 2 (jusqu’à 16h30) et je pense que ça nous permettra d’avoir un vrai temps pour nous, de continuer à nous découvrir et à développer notre relation. Moi qui avait un peu « hâte » de retrouver des « activités adultes » après un été avec les 2 minis, ce n’est finalement pas si simples. Je me suis faite surprendre!

    1. Je comprends bien ton ressenti aussi, moi aussi je cherche les moments en tête à tête avidement. Mais c’est vrai qu’avec 14 mois de congé parental j’en ai sans doute davantage profité. Cela dit on a gardé notre rendez-vous des bébés nageurs rien que tous les deux le samedi matin et j’adore ! J’espère que tes lundis te permettront aussi de continuer à profiter un peu de ton petit.

  14. moi j’aurais bien une suggestion pour le mois de septembre : recentre toi sur toi. tes envies, tes passions, te faire du bien, laisser aller tes pensées. t’ennuyer même !prend le comme un cadeau que tu te fais ! un mois ça passe vite…

    1. Oh la la tu vas me gronder mais pour le moment c’est la cata : je me suis trouvée une to do list de l’enfer pire que si je travaillais je crois (du genre trier les habits des petits, ranger mon placard de salle de bain…). Mais là je suis bien décidée à me reprendre en main et à profiter des deux dernières semaines, ce serait trop bête sinon !

  15. Quoi de plus normal que d’avoir envie de souffler après un mois avec tes deux ?! C’est déjà énorme !!!
    Et quand l’adaptation se passe aussi bien, c’est que c’était le bon moment, et pour lui et pour toi 🙂
    Profite de ton mois de vacances, je suis sûre que tu vas trouver comment l’occuper !

  16. Pour Samuel l’adaptation a été plus facile que pour les aînés. Peut être qu’il allait avec nous chercher ses frères ? Ou peut être parce qu’il avait déjà l’habitude d’être entouré d’autres enfants avec ses frères ?

  17. C’est rassurant de lire un récit d’adaptation réussie ! Ici je vis l’inverse : ça avait été totalement indolore pour ma grande, à 8 mois ; et là pour ma petite qui en a 10, c’est une autre histoire… ton image de porte qui se referme sur un bébé qui pleure, c’est mon quotidien depuis 2 semaines. Bon heureusement, il y a manifestement de gros progrès chaque jour sur le reste de la journée. En tout cas je constate que Pierre avait le même âge (d’ailleurs je me souviens de tes articles de l’époque, je suis une vieille lectrice et j’assume !), alors c’est peut-être une période particulièrement peu adaptée…je préfère me dire ca que chercher ce que j’ai pu faire de travers pour creer chez ma fille des troubles de la séparation !

    1. Oh zut je suis désolée de lire ça 🙁 . Je ne sais pas si c’est l’âge qui est en cause, je ne pense vraiment pas non plus que tu aies fait quelque chose de mal, je pense surtout que tous les enfants sont différents et comme beaucoup de chose (l’alimentation, la motricité, le sommeil…) c’est un peu la loterie… Mais si tu as trouvé une structure de confiance je suis sûre que les choses vont s’arranger. Si tu voyais comme Pierre se précipite pour aller au jardin d’enfants maintenant !

  18. Profite de ton mois seule pour te reposer à fond, et prendre ce temps pour toi! Contente de savoir que Charles s’adapte bien, et le fait qu’il suive son frère doit effectivement rendre la séparation plus sereine!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.