Pourquoi tu dors pas ?

Pourquoi tu dors pas ?

Je suis fatiguée ce matin… Fatiguée depuis bientôt quatorze mois. J’ai l’habitude de ne pas m’en plaindre, de dire que je peux vivre sans beaucoup dormir, et c’est vrai. Il me suffit de six ou sept heures régulières pour tenir. Mais je ne les ai pas eues de la semaine. Pas depuis notre retour de vacances je crois. Depuis quatorze mois, je tiens parce que je ne travaille pas, et parce que dans les plus grands moments de fatigue, je peux faire la sieste. Je n’aime pas ça, ça bouscule tout mon rythme, mais c’est mieux que rien. A partir du premier octobre, je vais travailler, et je ne sais pas comment je ferai. Je pense que mon mari prendra un peu le relais. Mais je sais aussi que lorsque je l’entends pleurer, j’ai beaucoup de mal à ne pas me lever. Et puis une fois réveillée de toute façon…

Charles a beaucoup de qualités, vous savez à quel point je dégouline de fierté devant lui. Mais il a un défaut. J’ai l’impression qu’il ne sait pas dormir. Il ne sait pas s’endormir pour commencer. Les seules méthodes qui fonctionnent : le bercer / lui donner un biberon. Mais il est devenu trop lourd pour la première et la seconde commence à devenir dangereuse pour ses dents. Toutes les autres dégénèrent rapidement, et il pleure. Des pleurs de désespoir, forts, qui ne s’arrêtent pas, montent en intensité jusqu’à la crise de nerfs. Et qu’on reste à côté de lui n’y change rien. Des pleurs qui rendent fou son grand-frère aussi. Et c’est quelque chose que je ne peux pas accepter : que Charles empêche son grand frère de dormir. Ce dernier ne fait plus de sieste, va au jardin d’enfants : il a besoin de ses bonnes nuits de onze heures de sommeil. Et il n’a pas choisi de partager sa chambre.

C’est un sujet dont on discute beaucoup avec mon mari et par chance, nous sommes d’accord sur tout. D’accord sur notre volonté d’agir dans la douceur, de ne pas brusquer Charles. Le laisser pleurer, nous en sommes de toute façon incapables, les pleurs de Charles sont bouleversants. Alors voilà comment on fait, depuis un bon moment maintenant :

Le soir, un de nous deux met au lit Pierre dans leur chambre : un livre et on éteint la lumière. Pendant ce temps, l’autre s’allonge sur notre lit avec Charles, commence par lui changer la couche et le mettre en pyjama, lui lit un livre, puis lui donne son biberon du soir. Ensuite on lui brosse les dents, dans notre lit toujours, avec sa petite brosse à dents et sa tasse à bec remplie d’eau pour rincer. Enfin on reste allongé près de lui, jusqu’à ce qu’il trouve son sommeil. Et si cela génère quelques pleurs, ils ne dérangent au moins pas son grand-frère. Lorsque Charles est profondément endormi, dans notre lit donc, on le porte délicatement jusque dans son lit. Fin de la première étape, il est généralement 20h30 et nos deux enfants sont couchés dans leur chambre. C’est un peu fastidieux mais ce n’est pas le pire…

Le pire, c’est qu’il faut généralement tout recommencer entre deux et quatre heures du matin. Sur le dernier mois trois nuits sur quatre. Charles réclame un biberon, et s’endort à nouveau contre moi – contre moi parce que jusqu’à maintenant, je suis celle qui ne travaille pas, alors c’est moi qui gère. A cette heure là, je n’ai pas le courage de tenter un nouveau transfert dans la chambre d’enfants alors Charles reste dormir avec moi – dans notre lit, depuis longtemps déserté pour le salon par mon mari. Ulrich a besoin de beaucoup dormir, ça a toujours été comme ça, même avant d’avoir des enfants, il dormait beaucoup plus que moi. Il travaille, et il a un travail qui demande beaucoup de concentration avec de grosses responsabilités. Alors il préfère dormir dans le salon qu’être réveillé systématiquement dans la nuit et la terminer avec des pieds et des poings dans la figure. Je le comprends.

Mais moi j’en ai un peu marre de tout ça.

J’aimerais que Charles s’endorme sans biberon, parce que je ne comprends pas qu’il ait faim, pourquoi il a faim, que j’ai peur que ce rituel soit mauvais pour sa santé. Je me demande si c’est normal, et je n’ose pas en parler à ma pédiatre tellement j’ai peur de me faire gronder.

J’aimerais m’endormir le soir avec mon mari, et arrêter de faire chambre séparée.

J’aimerais dormir, parce qu’après le biberon de la nuit, Charles collé à moi, j’ai beaucoup de mal à trouver le sommeil, qu’il me faut souvent plus d’une heure et que cela m’épuise.

J’aimerais que Charles s’endorme sereinement, seul, avec une sucette et un doudou s’il le faut. Ne pas le sentir à ce point dépendant de nous, de notre peau, de nos cheveux.

Et je ne sais pas du tout par quel bout prendre le souci. Je me sens démunie. Je n’ai aucune idée.

La seule qui commence à se faire une place dans notre esprit, vous allez rire, c’est de remettre le lit de Charles dans notre chambre. A treize mois, marche arrière toute ! Nous pourrions en profiter pour lui apprendre un véritable rituel d’endormissement dans son lit, sans biberon et sans bras. Une opération qui provoquera sans doute quelques pleurs, et que nous ne pouvons donc pas mener dans la chambre commune. Une fois qu’il aurait acquis ça, on pourrait le rapatrier sereinement près de son frère ? Bien sûr il y a le risque que cela rende jaloux Pierre. Mais ce dernier n’est pas dupe, il voit bien déjà que Charles passe 80% de la nuit ailleurs que dans son lit. On pourrait peut-être lui expliquer.

En tout cas c’est dur, dur de se sentir comme ça sans solution, désemparée. Bien sûr je culpabilise, je cherche les causes. Je me dis que c’est ma faute, la faute de la prématurité, des mauvaises habitudes. Mais ça n’aide pas d’avoir ce genre de pensées. Je préfère me dire que c’est sa difficulté, et que mon mari et moi devons trouver un moyen de l’accompagner en douceur pour la surmonter. Si vous avez des idées révolutionnaires, je suis preneuse. Sinon, je vous tiendrai au courant. En attendant je vais me recoucher.

126 réactions au sujet de « Pourquoi tu dors pas ? »

  1. tu sais je vais te rassurer : a mon avis la prématurité n’y ai pour rien… ici j’ai doucette 3 ans le mois prochain qui est incapable de s’endormir sans faire des papouilles, et petit renard bientôt 14 mois qui ne s’endort que au sein… on cododote avec les 2 (par choix, le choix de vouloir dormir, le choix de ne pas être une megere avec mes enfants le lendemain par manque de sommeil), donc je te comprends. . et je te souhaite de trouver une solution, la solution qui vous conviendra a vous !

    1. Merci pour ta compréhension… A la base je n’ai rien contre le cododo mais Charles bouge, pousse des petits gémissements, c’est compliqué pour nous de dormir avec lui !

  2. Je n’ai pas d’idée révolutionnaire mais je pense que ce serait bien d’en parler à ta pédiatre. Tu n’es pas la seule maman qui galère avec les nuits. Elle a peut-être des conseils et si elle te « gronde », change de pédiatre. Tu as fait de ton mieux avec ton savoir de maman , tu ne lui as pas donné de somnifères quand même.
    Si ça peut te rassurer, mon grand a eu vraiment très longtemps le bib du soir et à désormais 13 ans, il n’a jamais eu de caries. Et si tu allaitais encore, il aurait probablement la tétée du soir…
    Je pense qu’à ta place, je remettrai son lit dans votre chambre en expliquant ça à Pierre.
    On galère ici aussi. Esther a 6 mois 1/2, elle nous a fait quelques nuits avec 6 ou 7 heures entre deux tétées mais depuis un moment, c’est 4-5 heures grand maximum et ensuite toutes les deux heures. Elle finit entre nous deux, ce que je voulais éviter à tout prix. Et pour l’endormir, c’est au sein (moi), sur le ballon (Pezziball) avec la flûte enchantée en fond sonore (son papa) ou dans le porte-bébé si rien d’autre ne fonctionne (moi aussi). Donc je compatis, vraiment.

    1. Ca me rassure ce que tu me dis sur le biberon / la têtée du soir. J’entends tellement de choses inquiétantes pour ses dents que je m’en fais une montagne ! De ce que tu me racontes d’Esther, elle a l’air bien partie pour suivre l’évolution de Charles en effet 😉 . Nous allons suivre tes conseils et remettre le lit dans notre chambre, ça nous soulagera déjà de la peur permanente de gêner le sommeil de Pierre.

  3. Et arrête de culpabiliser. Ton fils a comme plein d’autres enfants des problèmes d’endormissement. Ce n’est pas de ta faute, tu n’as pas causé ses problèmes.
    J’ai passé les premières 14 années de ma vie à avoir d’énormes d’endormissement. Quand je me rappelle mon enfance, c’est un des trucs qui revient toujours. Je me souviens de moi enfant, seule dans ma chambre à voir les heures passées et à me stresser parce que j’allais être crevée le lendemain. Quand vraiment il était très tard (1 ou 2h du matin), j’allais squatter chez ma soeur et contre elle, je m’endormais très vite. Tu imagines bien que les classes vertes étaient une galère pas possible parce que loin de la maison, c’était encore pire. Ça m’a vraiment marquée alors je me suis jurée de ne pas laisser mes enfants seuls avec leurs problèmes d’endormissement si jamais ils en avaient. Je suis restée très longtemps à côté du grand le temps qu’il s’endorme et petit à petit, il a su trouver les sommeil seul. Donc oui, c’est possible et oui, ça peut être très long. Mais je refuse que mes enfants aient les mêmes souvenirs d’enfance que moi.

    1. C’est drôle cela nous fait encore un point commun. J’ai eu aussi ce genre d’angoisses très tard, vers 10 ans, et c’est la raison pour laquelle, aussi, je refuse de les laisser seuls avec leurs pleurs et leur angoisse. Au fond je suis assez persuadée que dormir seul n’est pas forcément le plus naturel. Quand j’étais enfant, c’était la présence de mon chat qui avait finie par m’apaiser. Mais j’espère quand même résoudre le problème avant les dix ans de Charles 😉 .

      1. C’est clairement pas le plus naturel. Dans de nombreux peuples, on dort en commun. Je viens de lire « How Eskimos keep their babies warm » et il y a tout un chapitre sur les habitudes de sommeil un peu partout. Ça permet de relativiser!

  4. Je crois hélas qu’il y a des enfants bons dormeurs et des moins bons dormeurs, comme chez les adultes en fait… vous n’y êtes pour rien et vous faites au mieux ! Notre « petit » de 2 ans dort mieux mais jamais plus de 10h de suite et encore cela n’arrive rarement plus de 3-4 nuits de suite… entre il y a des réveils cauchemars, tétines et même encore biberons… ce n’est sans doute pas super mais ça a le don de l’apaiser et de lui permettre de se rendormir immédiatement ! On a essayé de se battre mais ça nous a tous tellement coûté qu’on a préféré dilué les biberons de la nuit au maximum (210mL d’eau pour 4 doses de lait). Et puis pour le reste on savoure ces moments câlins de l’obscurité en se disant que ça passera bien assez vite et en croisant les doigts pour que le 2e qui doit arriver d’un jour a l’autre dorme un peu mieux 😉
    Nous n’avons par contre pas de problème d’endormissement le soir et je comprends que le cumul soit difficile à assumer au quotidien, mais ça aussi je suis persuadée qu’en continuant à être doux, patient et bienveillant, cela passera bien vite !
    Bon courage et vive les siestes en attendant !

    1. Merci beaucoup pour ton message rassurant. On commence aussi à diluer le biberon de nuit, je n’ose jamais aller trop loin (de peur qu’il ne se rendorme pas) mais j’en suis déjà à 4 cuillères dans 180 ml 😉 .

  5. C est très compliqué je trouve votre situation. J aurais tendance a vous souhaiter d avoir un interlocuteur du corps médical ou autre qui pourrait vous aider. Or le sujet est souvent minimisé par ledit corps médical. Mais le manque de sommeil peut rendre fou. C’est important de trouver une solution surtout dans la mesure où toute la famille semble genee par la situation. Bouleverser votre equilibre me semble positif. Ce n est pas un retour en arrière de remettre le lit de Charles dans votre chambre. C’est une manière de rebattre les cartes et c’est important car la situation actuelle ne vous convient pas/plus. Je vous souhaite rapidement des nuits douces et plus calmes.
    Je t embrasse.

    1. Merci pour tes mots encourageants. C’est vrai que toute la famille finit par en souffrir. Nous allons sûrement franchir le pas du changement de lit, je vous tiendrai au courant de la suite…

  6. Alors déjà, ne culpabilise pas, il y a des bébés qui dorment mieux que d’autres, c’est comme ça, et c’est pas un défaut. Et je ne crois que moyennement aux mauvaises habitudes, par contre, je crois aux bonne habitudes et au fait qu’une fois qu’on en a, elles restent. Du coup je me suis demandée mi-article pourquoi tu mets pas le lit de Charles dans votre chambre. Ici on a aussi tenté de les faire dormir dans la même chambre et on a vite abandonné. Du coup c’est un bébé par chambre et nous, soit ensemble sur le canapé, soit dans notre lit (si on estime qu’Yvette ne sera pas réveillée par nos bruits quand on va se coucher). Alors c’est sur, c’est pas commun mais ça marche et on dort tous bien. Et finalement, à part le regard des autres, qu’est-ce qui nous en empêche? Regarde peut-être aussi si tu peux changer ses habitudes de sieste. Est-ce qu’il dort le matin? Les bébés en ont besoin jusqu’à environ 15-18 mois et un bébé trop fatigué aura parfois plus de mal à s’endormir seul. Ici, quand on a instauré des nouvelles habitudes de sommeil, on a toujours commencé par la sieste du matin, celle où ils s’endorment le plus facilement (et qui est peut-être la moins angoissante pour eux). Bonne chance, ça va passer!

    1. Je suis hyper soulagée d’apprendre que vous fonctionnez comme ça !! Je pensais que toutes les familles avec deux enfants s’en sortaient largement avec une chambre, que les parents de jumeaux étaient donc des génies et que j’étais la seule nulle à ne pas y arriver 🙂 . Du coup tu as raison, le regard des autres, la pression qu’on se met n’y sont pas pour rien. A la crèche, ils viennent d’apprendre (en une semaine… trop facile…) à Charles à s’endormir seul dans son lit pour la sieste et ça marche. Du coup on va essayer de suivre l’exemple et de lui apprendre le soir aussi. Et on va changer le lit de place maintenant c’est sûr !

      1. Ah ben c’est parfait, du coup tu peux reproduire le rituel/la méthode de la crèche. Nous les deux s’endorment seuls dans leurs lits sans souci et on a fait comme ça: on fait le rituel dans le salon (histoire du soir, etc), puis on va dans la chambre, on les met au lit et on sort de la pièce. Si ils ralent, on revient et on va crescendo dans l’aide qu’on leur apporte en fonction de leur état d’énervement: remttre la sucette, caresser la tête, prendre dans les bras, endormir dans les bras (cas les plus etrêmes). Mais tous les soirs, on les mettait d’abord dans le lit et on essayait. Mais il y a plein d’autres méthodes, nous on a fait au plus faineant 😉

        1. Ça me plait bien ta méthode 😉 . Bon pour le moment si je le pose dans le lit il hurle par principe même si je reste à côté mais je ne désespère pas !

          1. T’as essayé de pas rester à côté? Moi aussi ils hurlent parfois mais se taisent dès qu’on sort de la pièce (ils le font les deux, je sais pas pourquoi). Je crois que pour eux, si on est là, c’est pour les bercer, mais si on sort, ils s’endorment seuls… aucune idée mais ça se tente, tu seras vite fixée.

          2. J’ai lu ton commentaire, j’ai trouvé ça révolutionnaire, j’ai testé… mais ça n’a pas marché 🙂 .

  7. Ah et je sais pas si c’est des conneries ou pas ce que je te dis, mais je crois que je ferais pas le rituel du soir (biberon, brossage de dents, etc) dans le lit. Le lit, c’est pour dormir (surtout le soir). Tu peux le faire dans le salon?

    1. Je pense que tu as tout à fait raison, il faut qu’on fasse comme tu dis. Pour le moment on n’osait pas parce que le biberon le met dans un état de « semi-coma » et que le changer de pièce pour lui laver les dents puis le coucher risquait de le « réactiver » à nouveau et de rendre l’endormissement encore plus compliqué. Mais il faut peut-être qu’on change de méthode si on veut justement qu’il arrête d’associer biberon et dodo…

  8. Alors, aucune méthode révolutionnaire à te proposer, sinon je dormirai aussi… Sur les périodes où mon fils dormait le plus mal, je me suis rendu compte (après bien sûr ) qu’il y avait souvent une poussée dentaire (j’ai l’impression qu’elles duraient plus d’un mois à chaque fois) ou une otite, une angine, et souvent un peu des 3 en même temps… Ce qui expliquait que la position allongée était douloureuse. Sinon n’hésites pas à en parler au pédiatre ou à un autre soignant si le contact n’est pas bon. Moi je n’ai jamais vraiment trouvé d’écoute sur ces sujets (en gros les problèmes de sommeil chez les bébés c’est normal…) mais peut être que tu trouveras quelqu’un qui t’entend sur ce sujet. En tout cas je ne peux que compatir, la rentrée plus une rhyno-pharyngite, ça fait une semaine qu’on est réveillé toutes les heures…

    1. Je ne sais pas ce qu’il en est pour toi mais personnellement ça me rassure déjà de lire que je ne suis pas la seule dans ce cas, qu’on est nombreuses à avoir des soucis avec le sommeil de nos bébés… Bon courage à toi pour les nuits à venir. De mon côté je redoute aussi déjà les petites maladies de l’hiver qui ne vont rien arranger !

      1. A bientôt 3 ans, on a exceptionnellement des nuits complètes… Par contre on a eu peu de problèmes d’endormissement le soir. Je ne sais plus trop à quel âge il a arrêté de s’endormir au sein, mais j’ai arrêté les dernières tétées (soir + nuit ) vers 10 mois, et on avait gardé le même rituel de coucher sans les tétées. Comme il a été gardé très tôt, il savait déjà s’endormir seul pour les siestes. Hier on a testé la tisane magique pour faire des gros dodos… Bon, comme il tousse, ça n’a pas changé grand chose, mais maintenant j’aimerai qu’il arrête de nous demander de l’eau la nuit. Bref on tâtonne. ..

        1. Finalement c’est déjà rassurant de voir que nous tâtonnons toutes plus ou moins. Ce ne sont pas des machines livrées avec mode d’emploi alors parfois c’est compliqué mais on finira sans doute par y arriver 🙂 .

  9. Pour ce qui est du biberon, je crois que c’est surtout de laisser un biberon de lait à disposition dans le lit plutôt que d’en boire un avant de dormir. Tant que mon fils n’a pas fait ses nuits, je lui donnais la tétée puis par la suite un biberon pour l’aider à se rendormir (et il a fait ses nuits à 15 mois), je ne suis pas certaine que ce soit si dramatique car j’ai déjà dit à la pédiatre que mon fils se réveillait la nuit et qu’après une tétée il se rendormait et ça n’a pas eu l’air de la déranger (après je pense que ça dépend des pédiatres…). En tout cas, vous allez trouver les solutions qui vous conviennent le mieux 🙂

    1. Merci de me rassurer, je suis très stressée par cette histoire de dents, j’ai lu des choses alarmantes sur internet et je l’ai déjà imaginé édenté à deux ans ! Peut-être qu’ils exagèrent, j’espère en tout cas…

      1. J’avais effectivement aussi entendu que c’était le fait de laisser un biberon de lait ou de jus de fruit dans le lit qui était problématique, quand les enfants tétaient en continu. Et je crois que les allemands sont plus alarmistes que les français sur le sujet !

  10. Tu le sais mais je ne comprends que trop bien ton desaroi !
    Comme nous sommes passés par là aussi, je peux sans doute te donner un conseil, c’est celui d’en parler à ta pédiatre. Cela nous a beaucoup aidé d’avoir l’avis de notre médecin.
    Concernant les biberons de nuit, elle nous avait en effet indiqué que l’enfant n’a pas réellement faim mais comme le dernier biberon date d’un moment, s’il est parfaitement réveillé à ce moment là, il ressentira sa faim.
    On a réussi à passer ce cap là mais ça nous a beaucoup coûté physiquement et moralement. Ça a été dur mais on a tenu bon à deux et je suis convaincue que vous y arriverez aussi.
    Comme tu le dis si bien, il est important que Charles « apprenne » à s’endormir seul avec un doudou ou une tétine mais pas avec vous à côté.
    Peut être que la crèche va l’aider aussi dans ce sens là ?
    Nous on avait commencé par les sieste, en la mettant dans son lit en restant seulement quelques minutes avec elle, en mettant de la musique et en lui laissant un livre ou un jouet dans le lit. Le but était qu’elle est au moins un temps calme et que le lit ne soit pas considéré comme une punition.
    Ensuite on s’est attaqué aux dodos et ça a été plus difficile. Mais maintenant, elle prend son biberon et s’endort vraiment sans faire d’histoire avec son doudou et sa tétine.
    Après on a qu’un enfant donc c’est plus simple, elle ne risque pas de gêner le second. Bon courage je sais que ce n’est pas facile.

    1. A la crèche en une semaine c’était réglé, il s’endort déjà tout seul ! C’est ce qui me fait dire qu’on doit changer quelque chose à la maison… Je crois que de changer son lit de place nous permettra de revoir tout le rituel pour lui apprendre à s’endormir autrement. Pour le moment, on est tellement préoccupé à l’idée de réveiller Pierre qu’on a tendance à faire dans l’urgence. Concernant l’avis de la pédiatre c’est compliqué, j’ai peur qu’elle me culpabilise (les allemands manquent souvent de tact) et en ce moment je me sens trop fragile pour « encaisser ».

  11. Comme je comprends ta fatigue ! Mon fils, un moment, avait des problèmes d’endormissement. J’ai fini par consulter, j’ai dû revoir le rituel du coucher, et tout est rentré dans l’ordre après une cure de magnésium et des séances de massage relaxant pour enfants. La tentation était grande de le prendre dans notre chambre et même dans notre lit, et j’avoue y a voir deux fois ou trois succombée.

    1. Je ne pense pas que c’est une honte d’y succomber, surtout si ça convient à tout le monde, mais ici la situation actuelle ne me convient décidément plus. Je note l’idée d’une consultation spécialisée en tout cas si ça ne s’arrange pas…

  12. Je vous souhaite bien du courage avec la fatigue qui s’accumule, mais pour te rassurer, les difficultés de Charles à trouver le sommeil seul me paraissent tout à fait normales. En tout cas chez nous ça l’est. Pour mon ainée comme pour ma cadette, l’endormissement et les ré-endormissements sont difficiles, longs presqu’impossible sans tétées ou bercements. M a 10 mois, s’endort et se réendort au sein plusieurs fois dans la nuit et parfois quand je la couche elle se réveille, pleure… et comme toi je crains qu’elle réveille mon ainée déjà fatiguée par une journée d’école. Et à l’inverse, parfois c’est ma grande qui fait la maligne le soir et réveille sa sœur ou pleure dans la nuit (souvent depuis l’école…) et réveille sa petite sœur.
    J’avoue ne pas me poser la question de l’hygiène dentaire pour le moment, et je pense que ce lait nocturne contribue encore à compléter ses apports de la journée. Mais j’en ai marre aussi des multiples réveils chaque nuit depuis 10 mois.
    Tu parles de la tétine, Charles n’en a pas ? Votre idée de réinstaller le lit de Charles dans votre chambre me parait judicieuse pour épargner Pierre tout en permettant à Charles de s’endormir dans son lit (car au final c’est toujours plus difficile et risquer de déplacer un bébé endormi, et il parait que cela le perturbe de ne pas être au même endroit lorsqu’il se réveille ensuite…).
    Enfin bref, je compatis, mais vraiment ne culpabilise pas, tu n’es pas la seule et les habitudes sont le fruit d’une solution qui était adaptée à un moment et ne l’est peut-être plus.

    1. Merci beaucoup de me rassurer, ça me fait du bien de lire que d’autres sont dans le même cas ! Je crois en effet que de l’endormir dans son lit et de l’y laisser sera déjà une bonne chose. Charles a toujours refusé les tétines, j’essaie encore parfois mais il les mord ou les recrache. J’y ai dépensé une vingtaine d’euros pour rien avec de multiples modèles / tailles…

  13. Ton article me touche beaucoup car j’y lis beaucoup d’impuissance mais aussi parce que j’aurais pu l’écrire… Mes deux enfants dorment mal, ils ne savent pas s’endormir seuls ni l’un ni l’autre (le grand n’y arrive plus depuis la naissance de son petit frère). A 18 mois, Basile s’endort dans son lit mais a besoin de sentir que nous sommes à côté de lui, donc je m’assois par terre et j’attends, pendant que son père endort le grand dans la chambre d’à côté… Et la nuit, l’un ou l’autre nous réveillent systématiquement, ça peut être à 1h, 4h ou 5h du matin. Pas de biberon à donner heureusement, mais ces micro-réveils sont épuisants pour nous et cela fait des années que ça dure. Nous sommes sur les rotules et j’ai failli faire un burn-out l’année dernière tellement j’étais épuisée à devoir concilier travail et enfants. Et pourtant nous partageons toute la gestion des enfants avec mon mari mais ça ne suffit pas !

    Ça passera, en attendant il faut serrer les dents !
    courage !

    1. Je suis désolée de lire ça te concernant 🙁 … Pour notre grand ça a été très long aussi mais depuis ses trois ans pour le moment tout roule. Je croise les doigts pour que ça dure, et ça me donne aussi de l’espoir pour son frère… J’imagine qu’avec le travail en plus ça devient très compliqué, c’est pour ça qu’on envisage de changer le lit de place, j’espère que ça améliorera un peu les choses pour me permettre de tenir la journée.

  14. Je suis tellement désolée de te voir dans cet état. Je sais qu’en état de fatigue intense et chronique on n’est pas bon à grand chose et surtout on a du mal à prendre du recul. Je l’ai vécu.
    D’une part ce n’est pas de ta faute ni celle de la prématurité. Tu n’y es pour rien.
    Peut-être que Charles est un bébé très demandeur d’avoir du contact, que c’est le seul moyen qu’il a de se rassurer.
    Je n’ai malheureusement pas de conseil à te donner. Je sais que pour la grande qui a presque 3 ans maintenant, les nuits restent cahotiques. Cette nuit aucun réveil (Ce qui reste rare), mais la nuit précédente 3 réveils. Elle a besoin de voir que nous sommes là, de se rassurer.
    Je te souhaite bon courage.

    1. Ca me rassure déjà beaucoup de lire que d’autres ont des soucis similaires, parfois même avec des enfants plus grands. Mon grand a aussi continué à se réveiller pour réclamer un câlin très longtemps (jusqu’à trois ans) et parfois je me suis vraiment dit que c’était moi l’incapable !

  15. ouch ! ce n’est pas possible de vivre comme ça, pour vous comme pour lui ! tu m’étonnes que tu es fatiguée !

    Déjà, vraiment, tu peux arrêter de culpabiliser tout de suite, ce n’est la faute à personne. Rien que de devoir partager la chambre et donc préserver le sommeil du plus grand est une difficulté énorme en soi.

    Je te livre quelques astuces que j’ai glanées ici ou là, qui m’ont paru de bons conseils, mes propres observations, au cas où car je n’ai pas la science infuse et des infos sûres sur le sommeil lui-même.

    D’abord, pour un sommeil de qualité, les infos sûres :
    – pas de viande le soir (testé, approuvé deux fois où on l’a amèrement regretté, sachant que notre fille dort très bien, nuit pourrie systématique),
    – le rythme (indispensable pour l’horloge interne),
    – le rituel du soir : notre fille est très décharge le soir, donc pareil, testé, approuvé, sans rituel, elle n’arrive pas à se mettre en mode sommeil alors que, avec rituel, elle prend un doudou et une tétine dans le parc et nous montre qu’elle veut dormir, voire, si elle est dans nos bras, fait au revoir toute seule, genre c’est bon les gars on abrège je veux dodo.
    – bébé pleure en dormant, c’est un fait, donc bien identifier les pleurs tétine à la bouche, donc ensommeillés mais quand même bruyants, et les pleurs bébé debout dans le lit et hystérique.
    – tu ajoutes à son malaise quand tu te déplaces systématiquement puisque ta présence montre qu’il y a un problème, si tu le laisses gérer seul, c’est qu’il n’y a pas de danger (=instinct de survie du bébé qui parle).
    – le cycle du sommeil de bébé est constitué de multiples phases d’environ 45 min, où il revient un peu en état d’éveil et se rendort. S’il y a un bruit à ce moment-là, t’es fichue.

    Astuce principale : il existe des spécialistes DU SOMMEIL ! je peux te dire que cette info est rentrée dans ma tête pour ne plus jamais en ressortir, c’est juste au top de se dire que tu peux te faire conseiller par un autre que le pédiatre qui va te dire « vous êtes trop gentil », ceci cela et autres préjugés culpabilisants.

    J’avoue que je n’ai jamais cédé au coup du bib de nuit tout simplement parce que cela ne m’est jamais venu à l’esprit. Comment tu en es arrivée là ? Est-ce qu’il mange assez ? parce qu’avec les poussées de croissance, c’est parfois compliqué de savoir ce dont ils ont besoin, en tout cas, je trouve que ma fille est une véritable morphale quand elle grandit. Genre le soir on se demande où elle va s’arrêter, on est toujours obligé de la faire caler sur un bout de pain (mâcher ça cale).

    Lorsqu’elle est vraiment réveillée pour x raison, parfois, c’est fichu, du coup, fichu pour fichu, on la laisse jouer dans le parc et on attend le prochain coup de barre. Mais, autre difficulté, ton salon est occupé par un autre dormeur.

    Petite question : Charles se rendort-il facilement dans votre lit ? ça peut aussi être une piste.

    Après, sujet qui fâche, le laisser pleurer. Nous avons connu exactement le même problème avec notre fille, en cododo inclus. Réveils systématiques entre entre minuit et 2h du mat. C’est une collègue qui m’a suggéré, pour avoir connu la même chose et avoir consulté un spécialiste du sommeil, de la laisser pleurer par tranches : la première nuit, 5 min, la deuxième nuit, 10 min, la troisième nuit 15 min. Pas plus, ça ne sert à rien, il est réveillé, c’est sûr. On a testé, en deux nuits, c’était réglé. C’est elle qui m’a expliqué que, en nous déplaçant systématiquement la nuit, c’est notre présence qui créait le réel malaise.
    Par contre, c’est une expérience difficile hein ? parce que t’es réveillée à compter les minutes et à culpabiliser, faut pas rêver 😉

    Je ne sais pas comment vous êtes entourés mais peux-tu envisager de laisser ton grand chez quelqu’un quelques nuits pour procéder à des tests ? Sinon, ça va être long pour lui, quelle que soit la méthode employée.

    Pour ce qui concerne son éventuelle « jalousie » si vous reprenez Charles dans votre chambre, je trouve que ton idée d’expliquer à Pierre est très bonne, surtout que tu fais cela avant tout pour le préserver lui.

    En tout cas, quand tu trouveras une solution, parce que tu en trouveras une forcément, je t’invite vivement à faire un article sur le sujet car c’est clairement une difficulté hyper dure à vivre. Quand j’ai été face à ce problème, en parler, lire des témoignages m’a vraiment aidée d’une part pour ne pas culpabiliser d’autre part à trouver la solution qui convient à ma fille, pas forcément à d’autres 😉

    je te souhaite vivement bonne chance et j’espère vraiment que le problème sera réglé avant ta reprise du boulot. Sinon, tu sais que le manque de sommeil est une pratique de torture, non ? on n’est pas fait pour ça, c’est un besoin réel du corps, donc reprise du boulot + gestion 2 enfants le soir + pas de dodo = maman en burnout. En parler, c’est l’accepter comme tel, une difficulté sur le chemin, peut-être que cela va aussi t’aider à l’envisager autrement et à arrêter de te remettre systématiquement en question. On est des adultes, pas des bébés, leur mode de fonctionnement et de penser n’est pas le même et on ne se comprend pas toujours; c’est tout.

    Je t’envoie plein d’ondes positives et quelques heures de sommeil que j’ai mises en CET en prévision des inévitables maladies hivernales 🙂 🙂 🙂 😉

    1. Merci beaucoup pour ton très long commentaire et toutes ces idées ! Je pense en effet que le fait qu’il partage sa chambre avec Pierre pose problème : je me lève au moindre grincement pour le sortir de son lit alors qu’il s’agit sans doute parfois de mini-réveils. Et ça m’empêche comme tu dis de procéder à des « tests ». C’est pour ça qu’au jour d’aujourd’hui je pense que de rapatrier son lit dans notre chambre est la bonne solution. Le faire dormir dans notre lit fonctionnerait aussi pour Charles, mais moi j’ai du mal à dormir avec ce petit truc qui bouge dans tous les sens à côté de moi, risque de tomber, etc. Concernant le biberon de nuit, j’y suis venue après avoir tout essayé : bercer, donner une tétine… Et finalement ça marche presque à tous les coups, donc on n’a du mal à ne pas y recourir évidemment.

        1. J’ai lu ton message dimanche la groge serrée et au bord des larmes… Mais finalement tout se passe bien 😉 . Merci d’avoir pensé à moi cela m’a fait chaud au coeur!

          1. C’est toujours pire quand on appréhende et qu’on attend. Après, on se rend compte finalement que ce n’est pas si terrible ou en tout cas, rien d’insurmontable. C’est aussi pourquoi je n’ai aucune patience 🙂 🙂 🙂 😉

  16. Lapin nous a fait le même coup, de 22 à 27 mois : drame pour s’endormir, dodo avec nous, réveil et biberon en pleine nuit… Je crois qu’il avait des angoisses, il se réveillait brutalement, perdu dans son lit, et ne se calmait que dans nos bras. Comme vous on a passé de nombreuses nuits séparés, pour certaines en dormant sur le tapis du salon. J’aimerais te dire que l’on a trouvé une recette miracle, mais non : ça s’est arrêté tout seul. Maintenant, même s’il rechigne à dormir, il se calme vite et dort d’une traite. Je ne peux que vous souhaiter bon courage, car c’est épuisant. Mais ce n’est pas votre faute. Comme tu le dis, il faut accompagner, expliquer, encore et encore… Et ça passera.

  17. Ma pauvre, je compatis…Notre deuxième fille réclamait aussi un biberon de lait toutes les nuits jusqu’à ses 1 an. A ses 1 an, on a estimé que ce n’était pas un réel de besoin de manger de sa part (estimation appuyée fortement par la désapprobation du pédiatre ) mais plutôt un conditionnement qu’elle avait pris par habitude.
    Nous avons donc tenté la fameuse méthode du 5/10/20 (5mn de câlins, espacé petit à petit etc), et qui pour nous a marché. A bout de trois nuits, plus de réveil. Elle a dû nous sentir déterminés je pense…C’est la clé pour la mise en place de méthode (qui peut paraître un peu barbare je sais mais qui nous a sauvé nos nuits et au final la famille a pu retrouver une nouvelle sérénité). On saturait vers la fin de ne pas faire de nuit complète…Bref pas de solutions miracle comme toujours, chacun fait comme il peut, mais peut-être qu’une des pistes de réflexion à envisager est de faire un travail sur vous et sur l’interprétation subjective que vous donnez aux pleurs de Charles ?

    1. Je pense en effet que la détermination des parents est la clé à un moment. Et je ne juge pas celles qui appliquent ce type de méthodes parce que je me dis parfois qu’entre un bébé qui pleure ou une famille déchirée il faut aussi savoir choisir. Mais tu vises très juste quand tu parles d’interprétation de ses pleurs. Charles a commencé sa vie en néonat’, avec une assistance respiratoire et un gavage artificiel, c’est très très difficile pour moi de le laisser pleurer, qu’elle que soit la situation d’ailleurs (s’il trébuche, s’il réclame quelque chose…). J’avais déjà une résistance très limitée aux pleurs de Pierre mais là c’est pire. Si la situation ne s’améliore pas bientôt, je pense que je réfléchirai à faire un travail psy sur mon rapport à sa naissance.

  18. Comme je te comprends…ma deuxième fille a eu d’énormes problèmes pour apprendre à s’endormir et à se rendormir la nuit. Dans mon malheur, j’ai eu de la chance car les pleurs ne réveillaient pas l’aînée, elles faisaient aussi chambre commune. Vers 18-20 mois,ça s’est amélioré.
    Je n’ai pas de recettes miracles. Essaie de parler avec Charles (la journée) de lui expliquer encore et encore le concept de la nuit (qu’il est grand maintenant qu’il peut dormir seul dans la chambre avec son frère et maman avec papa; de lui lire des livres sur le sujet, de le remettre dans son lit et dans sa chambre.
    Et lors de la sieste, s’endort il tout seul? j’imagine que oui s’il va à la crèche. Explique lui que c’est la même chose.
    Plein de courage en tout cas, car je sais ce qu’être fatiguée veut dire, je l’ai vécu pendant presque 2 ans et j’ai mis du temps à m’en remettre.

    1. Tu me donnes l’espoir que les choses s’améliorent bientôt 🙂 . C’est très compliqué quand le grand se réveille à cause des pleurs de son frère, ça fait monter ma culpabilité en flèche…

  19. Bonjour,

    Je suis, comme souvent, touchée par votre récit. Je comprends ce désarroi face à un bébé qui ne dort pas. Nous n’avons pas connu la même chose, mais le sommeil de notre fils ainé n’a jamais été facile et à 27 mois, c’est toujours le cas. O. s’endort très bien depuis toujours : sur son biberon à ses débuts, puis nous allions le poser dans son lit sans qu’il ne se réveille. Mais il s’est beaucoup réveillé jusqu’à 9 mois et même un peu plus. Je n’ai jamais pu le laisser pleurer, ces pleurs me faisaient tellement de mal que j’étais malade à l’idée de le laisser comme ça. Et puis, comme vous, je me disais tout le temps, une fois réveillée, autant me lever pour l’aider à retrouver son sommeil…

    En vrac, quelques idées pour Charles :
    – aller voir un ostéopathe qui pourra peut-être détecter qqch qui gêne Charles ? Nous avons emmené notre fille J. chez l’ostéopathe à 6 semaines et (fruit du hasard ??), elle s’endort seule et dort toute la nuit depuis qu’elle a 8 semaines à peine. O., notre fils, a de nouveau un sommeil quelque peu agité alors nous l’emmenons vendredi en consultation (à suivre…).
    – consulter un coach du sommeil, le site « Les Louves » en parlait (http://www.leslouves.com/experte-sommeil-aider-mon-bebe-faire-ses-nuits/) et je pense qu’un regard extérieur sur la situation peut faire du bien.
    – parler et expliquer à Charles que vous allez mettre en place une nouvelle manière de le coucher ? Mais ça, je ne doute pas que vous le faites déjà !
    – expliquer aussi à Pierre si vous souhaitez laisser vos deux garçons dans la même chambre, que vous allez réapprendre à Charles à s’endormir. Peut-être qu’à terme, la présence de son grand frère rassurera Charles…

    Enfin, je ne pense pas que l’on donne de mauvaises habitudes à nos enfants. Je pense que l’on fait ce que l’on peut avec ce que l’on a au moment où les choses arrivent, vraiment j’en suis persuadée ! Alors ne culpabilisez aucunement.

    Je vous souhaite que les semaines à venir soient plus douces pour que vous puissiez faire le plein de sommeil avant votre reprise.

    Delphine

    1. Merci beaucoup pour votre message encourageant. Je recueille plein de nouvelles pistes grâce aux commentaires de cet article et je vais m’en inspirer ! Et j’adore votre phrase sur les « mauvaises habitudes » 🙂 .

  20. Ton article m’a énormément touché par sa sincérité (et ta fatigue) face à une situation si désarmante.
    Ma fille qui a maintenant 17 mois a fait ses nuits (c’est-à-dire que nous nous levons absolument pas ) à partir de 10/12 mois. En sachant qu’en cas de maladie ou de dents évidemment c’est nuit de m****.

    J’étais comme toi, assez résistante car pas besoin de sommeil mais au bout d’un moment cela pèse énormément sur la vie de famille, de couple et pour toi ton autre enfant.

    La nuit elle s’est toujours réveillée toutes les 3 heures puis un réveil à 4/5h pendant assez longtemps. Je l’ai accompagné dans l’endormissement seule vers ses 4/5 mois de manière très progressive (je restais avec elle, et je réduisais mon temps de présence au fur et à mesure). Elle a une petite poupée avec des bruits blancs qui agit bien sur elle et parfois le médecin me prescrit de l’homéopathie si jamais j’en ai besoin en période de poussée dentaire notamment.

    Nous ne l’avons jamais laissé pleurer, elle est comme ton petit Charles : ça part très vite à la dérive et elle devient vite inconsolable. Je lui parle beaucoup, lui explique que si je ne dors pas : je ne peux pas m’occuper d’elle convenablement la journée … Je passe un moment (et son père aussi) avec elle avant de dormir en jouant ou lisant et on en profite pour remettre une couche.
    Elle joue et dort toujours dans sa chambre afin qu’elle apprivoise bien le lieu de vie+de sommeil.

    Voilà pour ma routine. Je compatis sincèrement car j’ai vraiment vécu l’enfer pendant cette 1ère année avec son « non-dodo », en plus de travailler la journée et de préparer un concours. Rien que pour ça je suis ravie de ne pas vouloir un deuxième 🙂

    Bonne journée et bon courage.

    1. Merci beaucoup pour toutes tes idées et ta compassion ! Beaucoup me parlent de cette peluche à bruits blancs et je commence à me dire que ça peut être une idée… Je vais me renseigner ! Et j’espère aussi pouvoir comme toi, réduire mon temps de présence auprès de Charles au moment de le mettre au lit progressivement.

  21. Ma fille de deux ans réussit à faire une nuit complète sur 3 ou 4 depuis quelques semaines seulement. Et je travaille également à temps partiel. Ma stratégie de survie consiste à faire du cododo mais dans sa chambre. Nous avons un lit au sol depuis qu’elle a 9 mois et je m’allonge à côté d’elle pour qu’elle s’endorme. Quand elle se réveille la nuit pareil je m’allonge simplement à côté d’elle et elle se rendort de suite (et moi aussi). Je ne sais pas faire autrement ! Et je sais que petit à petit tout rentrera dans l’ordre, je ne crois pas aux « mauvaises habitudes ». Le retour dans ta chambre pourquoi pas, ce n’est pas un retour en arrière c’est une adaptation momentanée lol. Tout est une question de point de vue.

    1. Je faisais comme toi pour mon fils aîné, ça a très bien marché et depuis qu’il a trois ans il n’a plus aucun souci de sommeil (je croise les doigts pour qu’ils ne reviennent pas). Dans notre configuration actuelle (deux enfants dans une chambre) c’est plus compliqué, si je viens m’installer près de Charles, je risque de réveiller l’aîné… Du coup on est bien décidé à remettre Charles dans notre chambre, comme tu le dis si bien ce n’est qu’une adaptation momentanée 😉 .

  22. Et pour le biberon tu peux peut-être lui expliquer que désormais il est grand donc la nuit il ne peut plus boire de lait mais de l’eau ? Des fois ça marche.

  23. Pour commencer, je compatis !!! Petite soeur fait ses nuits depuis 15 jours seulement (elle a 8 mois et qq…) alors que j’ai repris le boulot à ses 3 mois et demi… Et jusqu’à ses 6 mois, impossible de l’endormir dans son lit (sauf chez la nounou chez qui elle a toujours très bien dormi), elle s’endormait au sein et se réveillait parfois quand je la posais dans le lit…
    Un jour j’en ai eu assez et je l’ai habituée à s’endormir calmement dans son lit. Peu à peu j’ai pu la laisser s’endormir toute seule puis se rendormir seule la nuit. A mon avis (et suite à la lecture du très bon livre de Marie Thirion et Marie-Josèphe Challamel « Le sommeil, le rêve et l’enfant » que je te conseille), tant que Charles ne parviendra pas à s’endormir tout seul le soir dans son lit, il n’arrivera pas non plus à se rendormir seul la nuit. Il va falloir d’une façon ou d’une autre arriver à l’endormir sans son biberon en créant un nouveau rituel rasssurant auquel il pourra se rattacher en pleine nuit aussi. On peut en discuter plus longuement en privé si tu veux.
    Quant au fait que tu dormes sans ton mari, ici aussi ça a longtemps été comme ça. Et clairement, parfois j’en avais marre aussi : marre d’être celle qui n’a jamais une nuit complète, marre de parfois me sentir seule la nuit quand Petite soeur mettait 1h30 à se rendormir en pleine nuit…
    Bref je te souhaite que la situation se débloque rapidement ! Bon courage !!

    1. Merci beaucoup pour tes encouragements. Je pense aussi qu’on doit mettre en place un nouveau rituel le soir pour qu’il s’endorme 1. sans biberon 2. dans son lit 3. sans contact physique. Et je pense qu’on va essayer de s’attaquer à un point à la fois… Du coup après en avoir reparlé avec mon mari on va vraiment le remettre dans notre chambre, histoire de pouvoir procéder à tous ces ajustements tranquillement, sans gêner notre aîné. On finira bien par y arriver 🙂 .

  24. Oh FranFran, je suis tellement désolée de lire ça… alors tout d’abord, non ce n’est pas ta faute. Ni celle de ton mari ou de quiconque. Je sais, c’est facile à dire, mais vraiment vous n’êtes coupables de rien.
    Je comprends ton désarroi mais je n’ai pas de recettes miracles. J’imagine que toutes les idées classiques, vous les avez testées (veilleuse, musique…) Par contre, j’espère ne pas te contrarier, je pense que ce n’est pas une bonne idée de lui donner un biberon en plein milieu de nuit. A cet âge, il ne devrait plus en avoir besoin. C’est probablement plus une habitude / un besoin de câlin que la faim. Le supprimer risque d’être très dur les premières nuits mais ensuite il dormirait peut-être mieux ?
    Quant à réinstaller son lit dans votre chambre… avez-vous pensé à dormir tous les deux dans le salon dans ce cas ? Pour qu’il comprenne que oui, papa et maman ne sont pas loin mais non la nuit c’est chacun dans sa chambre.
    En tout cas, vraiment, plein de courage. J’espère que les choses vont vite s’arranger.

    1. Ne t’inquiète pas ça va quand même 🙂 . Il faut que je trouve une solution pour ce biberon de nuit en effet, je ne pense pas non plus qu’il ait vraiment faim. Je pense qui si j’arrive à le supprimer du rituel du soir il se rendormira peut-être plus facilement sans la nuit aussi… Pour ce qui est du lit dans notre chambre, je pensais qu’il y aurait aussi l’avantage pour moi de distinguer le micro-réveil (où il suffit que je dise « chuuuuut » près du lit pour qu’il sente ma présence et se rendorme) du vrai réveil qui nécessite de le prendre. Quand je me déplace à chaque réveil comme aujourd’hui j’ai l’impression parfois que ça le réveille encore plus…

  25. Je n’ai pas non plus de solution miracle à te proposer … chez nous, c’est FeuFolet le « mauvais dormeur » … je ne sais plus quel age il avait (18 mois? Deux ans? Moins?) Mais il y a eu une époque où je devais rester dans le lit avec lui jusqu’à ce qu’il s’endorme … et y retourner en cas de réveil nocturne …
    À l’époque, je riais jaune en disant que celui qui ne faisait pas ses nuits, c’était l’aîné… bon, c’est sur que le fait qu’ils aient chacun leur chambre rendait le problème moins invivable …
    J’espère que vous trouverez une oreille attentive et une solution qui convienne à tout le monde

    1. Je dois dire que je n’avais pas imaginé que la chambre commune soit une telle galère… Je pense que ça finira forcément par s’arranger mais parfois je trouve le temps long !

  26. Pas d’idées miraculeuses ici, je dois t’avouer que Tess a toujours été une bonne dormeuse au point que quand une nuit dérape, je suis toute perdue…
    Mais tu ne devrais pas avoir peur d’en parler à ta pédiatre. Elle est là pour t’écouter et elle a sûrement déjà connu le même genre de situation ailleurs et pourrait donc t’aiguiller avec quelques conseils.
    Et ne culpabilise pas, je pense simplement qu’il y a des bons et mauvais dormeur. Il n’a pas encore trouvé le mode d’emploi mais je suis certaine que tout peut se débloquer d’une semaine à l’autre. En te lisant, vous faites déjà beaucoup de choses pour lui.
    J’espère que Ulrich pourra vite rejoindre le lit conjugal. J’avoue qu’au delà du manque de sommeil, je crois que c’est quelque chose que je vivrais très mal personnellement.
    Bon courage et tiens nous au courant si tu trouves la solution miracle 🙂

    1. Je dois avouer qu’Ulrich et moi envions beaucoup les parents de gros dormeurs ! On a un peu l’impression d’avoir perdu deux fois à la loterie 😉 . Mais bon je sais aussi qu’il y a des choses beaucoup plus graves et que ça passera, et ces deux pensées m’aident à tenir le cap 🙂 .

  27. C’est très dur de sortir la tête du guidon quand on est fatigué…
    J’ai un petit qui va avoir deux, il est clairement un moins bon dormeur que moi. Il boit son biberon dans son lit avant de s’endormir (sans se laver les dents après) et, normalement, après, c’est parti pour sa nuit. Jusqu’à 6h30, ce qui est clairement trop tôt pour moi, mais bon.
    Depuis un ou deux mois, alors qu’il faisait toutes ses nuits dans son lit, il dort de nouveau très souvent avec moi. Même plus souvent que quand il était plus petit (vu qu’alors il dormait dans son berceau qui était dans notre chambre). Un retour en arrière, c’est certain. Mais la vie n’est pas linéaire : je me dis qu’il en a besoin en ce moment et je n’ai pas envie de perdre du temps et de l’énergie dans ce qui se résoudra certainement avec le temps.
    Je suis mal placée pour donner des conseils, et certainement pas légitime pour cela, mais je pense que vous pourriez vous donner le temps. On a toutes, je pense, nos petits arrangements avec le yakafoke 😉
    Bon courage !

    1. J’aime beaucoup ta philosophie, il y a peut-être des régressions, mais c’est vrai qu’ils en ont parfois besoin. Disons qu’avec son frère, on voyait un peu mieux le bout du chemin 😉 .

  28. Bonjour,
    J’ai connu aussi ce genre de galères et je les connais encore.
    Mon grand n’a commencé à faire ses nuits et à dormir dans son lit à un an. Bébé, il ne dormait que sur nous… puis à partir de 6 mois entre nous. Le Manducca a été notre meilleur ami pendant très longtemps. J’ai gardé la tétée du soir jusqu’à ce qu’il ait un an et demi (si je me souviens bien). Notre moyenne a par contre été un bébé modèle : elle a fait ses nuits à 4 mois et s’est vite endormie seule. Je ne saurais te dire ce que nous avons fait de différent.
    Je pense que c’est lié au fait que nous étions moins stressés et aussi à son caractère. Elle est plutôt indépendante et mûre et veut faire comme son frère (qui a 3 ans de plus). Elle se gère vraiment toute seule.
    Notre petite (2 ans) ne s’endort pas toute seule. Elle s’endort avec moi dans notre chambre et ensuite, je l’emmène dans son lit (les deux filles sont dans la même chambre). Mais alors que les grands s’endorment entre 19h et 19h30, elle s’endort plutôt vers 20h30. Ensuite, si elle se réveille, je la ramène dans notre lit. Selon les jours, elle se rendort tout de suite ou elle fait la java pendant 2-3 heures. Alors oui, c’est difficile au travail. L’année dernière, au travail, je ne risquais pas d’être l’employée modèle : je faisais ce que je devais faire, mais sans initiative ni approfondissement. J’en étais incapable, à dormir maximum 3-4 heures par nuit.
    Depuis quelques mois, elle dort mieux, seul l’endormissement est encore long. La pédiatre m’a dit qu’elle devait apprendre à s’endormir seule. Elle le fera mais pas maintenant. Elle a eu des problèmes de santé, beaucoup d’examens médicaux et de prises de sang. Je ne vais pas la stresser. Tôt ou tard, elle s’endormira seule.
    Pour le biberon ou la tétée du soir (pour les deux grands), on les a supprimés en vacances. En vacances, hors de la maison, on a profité du changement de cadre et de rythme. On a expliqué qu’il/elle était maintenant trop grand(e) pour un biberon / une tétée, que c’était pour les bébés et qu’à un an et demi, on n’était plus un bébé puisqu’on savait marcher et dire quelques mots.
    Parle à ta pédiatre si tu es inquiète et si elle te dispute ou te dit quelque chose qui ne te plaît pas, laisse la parler !
    Bon courage,
    Catherine

    1. Je trouve ça fascinant de voir les différences dans une fratrie, ça aide aussi drôlement à se déculpabiliser ! Ce qui marche pour l’un ne marche pas forcément avec l’autre… J’admire la façon dont tu gères les conseils de ton pédiatre : tu es la maman et tu considères que ce n’est pas le bon moment, tu as bien raison. J’ai du mal dans ces cas là à ne pas me sentir « mauvaise élève » c’est pour ça que pour le moment je n’ai pas abordé le sujet avec le mien.

      1. La pédiatre est spécialiste de la santé des enfants, je suis la spécialiste de la personnalité et du vécu de mes enfants… J’écoute les avis de la spécialiste mais elle doit prendre en compte mes avis.
        Après, j’en suis arrivée là… pour la 3ème ! Pour le premier, j’étais hyper stressée.
        Bon courage ! C’est épuisant mais dis-toi que c’est une phase. Vous en êtes conscients, tôt ou tard, ça ira mieux.

  29. Bonjour,

    Je ne peux pas vous donner de conseils car je n’ai pas encore d’enfant à la maison (mais ça ne saurait tarder car il est dans mon ventre !). J’avais lu il y a quelques temps l’article de Mybrouhaha qui peut vous intéresser. Elle y parle des problèmes de sommeil de sa fille et comment la situation s’était apaisée.

    Voici l’article : http://www.mybrouhaha.fr/2018/01/29/les-nuits-completes-de-matilda-apres-10-mois-de-reveils/

    Et celui-là aussi : http://www.mybrouhaha.fr/2017/03/20/conseils-de-mamans-pour-faire-dormir-les-bebes/

    Bon courage et j’espère que tout va rentrer dans l’ordre !

    Camille

    1. J’avais lu l’article dont tu parles ! C’est vrai qu’il est plein de bons conseils. Malheureusement on a pratiqué un temps la solution du : « Si l’aîné est réveillé par les pleurs, c’est lui qui part » mais les réveils nocturnes ne se sont jamais arrêtés… Du coup pour le moment on envisage plutôt de faire partir le petit de la chambre des enfants.

  30. Hello,

    pour le biberon, Martin en a eu un le soir jusqu’à ses 4 ans… C’est bête comment c’est venu… Il a du mal dormir, pas mal de mal. Il ne nous réclame pas, ne pleure pas… Il reste calme dans son lit a attendre le sommeil. Quand il nous réclamé un premier bib on a dit ok. Puis il le demandait régulièrement, le pédiatre nous a dit que même si ce n’était pas idéal ça passait parce que c’est une crevette et qu’il faut éviter le conflit autour du couché…. Puis ça a commencé à faire parti du rituel… ça nous plaisait pas trop mais point de conflit il fallait… A la visite des quatre ans j’ai réabordé le sujet avec lui. Là il a dit non il faut arrêter, et il s’est adressé directement à Martin, qui le soir même un peu triste n’a rien demandé en disant on peut plus… Pareil pour la tétine c’est le dentiste qui lui en a parlé…
    J’avoue que pour le coucher, le rituel de Martin c’était assez simple. Là Basile commence sa nuit dans son couffin depuis notre chambre ou en s’endormant avec le bib, mais je suis pleine d’interrogation et d’inquiétude sur créer un rituel et l’endormissement seul pour lui, vu qu’ils partagent leur chambre… Courage à vous. Et même si c’est plus facile à dire qu’à faire (je suis un peu l’hôpital qui se moque de la charité) ne culpabilise pas tu fais au mieux et pour le mieux. Vous allez y arriver.

    1. Oh la la mais ça me rassure carrément de lire que Martin a eu un biberon le soir jusqu’à ses quatre ans ! Sans laver les dents après ? Je commence à me dire que les allemands font vraiment une fixation avec leur lavage de dents obligatoire dès un an…
      La chambre commune, ça se passe bien pour plein d’amies, alors il n’y a pas de raison pour vous. C’est vrai que chez nous c’est un peu galère mais comme tu dis on finira bien par y arriver aussi 😉 .

      1. Sans laver les dents après, oui… c’est ce qui n’était pas terrible dans ce « rituel » (encore pire que le côté encas…). Le pédiatre nous avait dit pas top, mais pas dramatique. Quand on en vu le dentiste aux 4 ans de martin, ça n’avait pas eu de répercussion. Heureusement! Mais sinon oui je crois que les allemands sont bien plus stricts que les français sur plein de domaine, notamment l’hygiène! Mais comme vous y allez plus tôt et plus souvent que nous tu pourras suivre ça de près, et au besoin lui expliquer que son biberon dans le lit lui a donné une vilaine carrie (chez nous la brosse a dents est un peu un super héro qui sert à combattre le méchant tartre et les vilaines caries qui font des trous…)

        1. C’est comme avec le cas de la tétine, c’est toujours compliqué de prendre une décision pour eux entre l’atout santé et l’atout pédagogique quand ils sont trop petits pour comprendre… Pour le moment il s’est habitué au lavage de dents rapide après biberon alors je pense qu’on va continuer.

  31. Je continue à commenter parce que le ton de ton article m’a vraiment fait mal au cœur et j’y pense depuis ce matin. Je me dis que le spécialiste du sommeil serait vraiment the solution pour vous quatre dans un premier temps puisque votre configuration de nuit n’est pas vraiment pas la plus simple, que tu reprends le boulot dans peu de temps et que le sommeil c’est vraiment vraiment vraiment important, surtout avant d’enquiller sur l’hiver et ses joyeusetés en termes de maladies infantiles. Je me dis qu’il pourrait te donner de vrais pistes. J’avais lu un article sur le sujet sur DMT je crois et le spécialiste avait bien orienté le couple en question. Vous n’avez pas vraiment le temps de vous tromper, de tester 100 solutions (charles avec vous, charles tout seul dans la chambre, pierre avec vous, cododo, pas cododo, bib de nuit, pas bib de nuit) ni d’ailleurs les moyens dans le sens où il ne faut pas se tromper quand il s’agit des problèmes des bébés, les conséquences peuvent être néfastes à long terme.

    Lire les commentaires que tu valides au fur et à mesure m’interpelle sur un sujet auquel je n’ai jamais fait attention : c’est quoi cette histoire de risque pour les dents stp ? Peux-tu m’indiquer un site ou une recherche à faire pour me renseigner ?

    Dans tous les cas, je vous souhaite à tous les quatre bien du courage dans cette période difficile <3

    1. L’article qui m’a totalement fait paniquer au sujet des dents se trouve ici : http://www.pediatre-online.fr/nourrissons/caries-enfants-dorment-avec-biberon/. Mais je dois dire qu’à la lecture de tous mes commentaires je relativise un peu… Je réfléchis aussi à aller voir un spécialiste, après ça te semblera peut-être bête, mais ça me fait peur aussi. Peur surtout qu’il m’interroge sur la naissance et les premiers jours de Charles : c’est quelque chose qui n’est toujours pas bien cicatrisé, et que j’ai encore du mal à aborder.

      1. Ce n’est jamais bête ce genre d’appréhension. En revanche, je te conseille de t’interroger là dessus, c’est peut-être lié, c’est des éponges nos p’tites bêtes 😉

        En revanche, je pense pouvoir te rassurer sur un point, d’après ce que j’ai compris, les spécialistes du sommeil ne sont pas du tout portés sur le psy, c’est plutôt la mécanique du sommeil elle-même qui les intéresse. Du coup les questions devraient plutôt porter sur vos habitudes actuelles pour définir où ça coince.

        Autre chose, un site internet conseillé par mon doc m’a sauvée la santé mentale l’hiver dernier, donc je transmets : mpedia. Ce sont de vrais pédiatres très loin de l’esprit alarmiste ambiant, que du bon sens.

        Dernier point si tu reprends charles en cododo, ne lui montre pas que tu es réveillée si tu penses que c’est un micro réveil et laisse voir comment il gère seul au moins 30s puis 1 min etc. Désolée, du coup je rigole dans mon coin au souvenir de fous rires réprimés avec mon mari à 1h du mat dans le lit quand on était en cododo 😉 et tu attends genre « non tu ne vois pas qu’on ne dort pas » 🙂

  32. Pas de solution miracle ici non plus..
    Moi aussi je suis réveillée au moins une fois par nuit depuis le retour de mes jumeaux à la maison il y a 15 mois, et je reprends le travail le 1er octobre donc je partage tes préoccupations!
    Mon fils fait ses nuits 75% du temps et s’endort très facilement en suçant son pouce, donc c’est mon conjoint qui se lève pour lui la nuit si besoin.
    Moi je gère ma fille, qui fait ses nuits 25% du temps. L’endormissement a longtemps été compliqué pour elle, je pense que le fait de ne prendre ni son pouce ni une tetine ne l’aidait pas à se rassurer seule. Elle s’est endormie seule sans pleurs quand elle a commencé à s’attacher à son doudou et quand j’ai fait l’obscurité totale dans leur chambre (hormis la veilleuse tortue qui fait de la lumière et de la musique pendant 20mn). De même, tamiser la lumière dans la cuisine et le salon pour le diner, a bien aidé pour faire une transition plus douce vers le moment du coucher.
    Par contre je n’ai toujours pas trouvé la solution pour le réveil nocturne qui arrive entre 2h et 4h du matin.. Je lui donne un biberon, sans allumer la lumière, et elle se rendort seule très vite après. J’ai peur d’entretenir une mauvaise habitude mais si je la laisse pleurer, elle fini par réveiller son frère et sa grande soeur de 3 ans et là c’est la cata! Je pense vraiment qu’elle n’a pas faim, mais c’est la solution de facilité pour que tout le monde dorme.
    Ce qui me rend folle, c’est que je ne comprends pas pourquoi elle se reveille certaines nuits et pas d’autres, alors que RIEN ne change dans le déroulé de sa journée ni dans le rituel du coucher..
    Je comptais sur leur rentrée en crèche la semaine prochaine pour les épuiser, donc ton article ne me rassure pas.. 🙂
    Bon courage et j’espère que les nouvelles habitudes qu’il va prendre a la crèche l’aideront à trouver le sommeil plus sereinement à la maison aussi.

    PS: je vois dans un commentaire que tu pensais que les parents de jumeaux sont des génies 🙂 Point de génie chez moi, j’en ai bavé pendant une semaine entière, avec des pleurs a n’en plus finir pour chaque sieste, avant qu’ils arrivent enfin à s’endormir ensemble.. Un souvenir épouvantable, mais les endormir séparément occasionnait beaucoup de pleurs également, donc il a fallu que je me fasse violence pour avoir confiance dans leur capacité à y arriver.. et ca a marché, la semaine suivante ils rigolaient ensemble quand je les laissais seuls dans leurs lits et s’endormaient tranquillement ensuite!

    1. Je retrouve beaucoup mon Charles dans la description de ta fille ! Et ce biberon de nuit qu’on donne un peu par facilité… Moi aussi je suis convaincue que l’absence de pouce et de tétine joue contre nous, ça rend leur apaisement bien plus compliqué. Bonne chance en tout cas pour la reprise, on va y arriver !

  33. Je suis ton blog depuis longtemps mais n’ai jamais commenté. Mon fils est né en novembre 2017 et depuis, pas une seule nuit de correcte… Peut-être une ou deux nuits de 5h et encore. Je l’allaite encore et je me demandais s’il ne fallait pas que j’arrête pour qu’il fasse ses nuits mais apparemment ça ne règle pas forcément le problème…
    Nous aussi, on ne veut pas le laisser pleurer par conviction et aussi car on ne veut pas qu’il réveille sa grande soeur.
    Pas de recette miracle pour le moment.
    Courage pour les nuits!

    1. Merci pour ton premier commentaire 🙂 . Je n’ai pas pu allaiter mes fils longtemps mais je ne pense pas non plus que l’arrêt de l’allaitement soit la solution. Ça peut juste aider pour que de temps en temps le papa puisse prendre le relais.

  34. Je te lis depuis le début ou presque sans n’avoir jamais osé commenter… Je partage totalement ton désarroi pour le vivre également depuis plusieurs mois avec mes jumelles de 19 mois. Elles partagent la même chambre et si on pouvait faire autrement, on le ferai. L’endormissement est problématique presque tous les jours pour l’une ou l’autre ou les deux. Ce qui marche, c’est de les bercer dans leur transat qui ne sert plus qu’à ça. Sinon des berceuses avec la présence de mon mari dans leur chambre (la mienne aurait tendance à aggraver les choses). Le pire, ce sont les réveils nocturnes, au moins une fois tous les 5 jours désormais. À la pire période (entre 12 et 16 mois), c’était environ 5 réveils par nuit. Ce qui fonctionne dans ces cas-là, c’est encore le transat ou en prendre une dans le canapé lit pour laisser l’autre petite et l’autre parent dormir. Le pire du pire, les deux qui se réveillent en même temps et qui ne se rendorment que deux heures plus tard. Il n’y a alors que la patience car on n’a toujours pas trouvé « le » truc. Ce n’est pas la faim. Une angoisse de séparation sans doute ou le besoin d’être avec nous. On a tenté l’ostéopathie, la microkiné, l’homéopathie, changer de rituel, parler. Seul le fait de grandir semble avoir eu un effet. On se rassure en se disant que « tout passe ». En attendant, il y a certains jours où on frôle l’épuisement. Tout ça pour dire que vous n’êtes pas seuls à galérer avec le sommeil de votre enfant et que je compatis entièrement à vos difficultés car le manque de sommeil est une vraie torture. Courage. Et merci de partager ton expérience, je me sens moins seule.

    1. Merci pour ton premier commentaire. Oh ce que tu vis n’a pas l’air facile 🙁 . Parfois c’est vrai il n’y a malheureusement rien d’autre à faire que d’attendre…

  35. Alors déjà, même si c’est difficile, ne culpabilise pas! Mais le manque de sommeil est une réelle torture et je parle en connaissance de cause. On avait fini par aller à une consultation sommeil à ses 9 mois car je craquais psychologiquement (et accessoirement j’ai repris le travail à ses 5 mois donc c’était dur!).

    De ce qu’on a retenu de cette consultation :
    – il y a des bons et des mauvais dormeurs, c’est comme ça! On a hérité d’un modèle hyper curieux = petit dormeur
    – ne pas le transférer d’une pièce à l’autre une fois endormi car cela peut créer des angoisses de se réveiller seul dans une autre pièce
    – pour la faim (petit chou fait des reflux internes donc cas particulier), elle nous a conseillé de remplacer la lait classique par du blédidej. Aujourd’hui, à 13 mois, on fait moitié blédidej moitié lait de croissance
    – commencer par essayer de régler les siestes en le couchant plus ou moins à heure fixe dès que l’on voit un signe de fatigue. Maintenant il va se coucher tout seul!

    J’ai d’autres conseils mais dans un premier temps c’est déjà pas mal! Après pour le lavage de dents le principal est de le faire une fois par jour non? donc peut être pas au moment du coucher mais plutôt le matin? J’avoue qu’on a pas commencé encore…

    Sinon pour la question de la prématurité, j’avais lu dans un livre d’une psychanaliste que si l’enfant a été réveillé pour être nourri il a parfois du mal à trouver un rythme de sommeil et de repas mais normalement ça ne dure pas et Charles, comme petit chou, est un « petit » préma.

    Bon courage en tout cas!

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire, c’est super que vous ayez eu le courage de vous faire aider par un spécialiste. Je retiens les conseils que tu me donnes, on va essayer d’arrêter les transferts déjà endormi notamment, je pense en effet que ça n’aide pas.

      1. De rien! Je ne pense pas qu’on soit courageux! Et j’ai beaucoup insisté auprès de mon mari (d’ailleurs c’est moi qui ait payé la consultation pour le motiver!). Mais contrairement à ce que tu indiques dans un autre commentaire, j’ai de mon côté besoin d’être entourée de professionnels, ce fut la néonat puis la PMI et ensuite cette consultation, aujourd’hui la crèche! Le principal est de trouver un équilibre qui vous convienne à tous les 4. Pour le biberon de la nuit elle nous avait dit « quand vous en aurez marre » et il l’a fait de lui même finalement!

        Par contre un point que j’avais zappé, elle nous a prévenu en début de rdv que lorsque l’on venait la voir on était déjà au bout du rouleau mais qu’il allait falloir accepter de repasser qq nuits toutes pourries!

        Là il fait l’adaptation en crèche avec gros rhume donc les nuits sont anarchiques mais il s’endort et se rendort seul quand il n’y a pas de souci donc c’est un grooooooooos point positif.

        1. C’est vrai que lorsqu’on change des habitudes, il faut d’abord s’attendre à ce que ce soit encore plus compliqué, oh la la ça me fait un peu peur 😉 .

  36. Oh comme je compatis! Ma seconde et donc moi même n’avons pas eu une nuit complète depuis sa naissance soit 16 mois…
    Je n’ose même plus en parler autour de moi, j’ai l’impression d’être un extra terrestre.
    Pour moi les solutions ont déjà été le lâcher prise : le livre « dormir sans larmes  » ma beaucoup aidé. Il y est expliqué que le sommeil est un processus de maturation plus ou moins long selon les enfants… et cela peut durer jusqu’à 3-4 ans … mais selon cet ouvrage on ne peut pas forcer cette maturation.
    Deuxièmement pour récupérer cododo obligé. Depuis que nous avons déménagé chacune des filles a sa chambre (dans la même chambre c’était l’horreur), et notre deuxième a un lit au sol (plus facile pour l’endormir ou la rendormir- elle ne s’endort pas seule non plus mais arrive à le faire avec un adulte autre que moi et donc sans le sein ouf). Donc la 1ère partie de nuit dans son lit puis quand elle se réveille je la prends avec moi ou vais avec elle, parfois son père va dans son lit … c’est un peu les chaises musicales des lits chez nous!
    Quatrièment j’ai introduit le doudou moi même. A chaque tétée, câlin je mettais le doudou entre nous. Elle a fini par s’y habituer.
    Cinquièmement je recherche du côté osteo, chiropracteur si quelque chose pourrait expliquer son sommeil agité. La chiro a déjà trouvé une cervicale coincée. J’attend le résultat sur 2 séances. Je ne crois pas du tout à l’aide des pédiatres français pro méthode de laisser pleurer qui ne conviendrons pas.
    En attendant comme toi je rêve d’une nuit complète… je me dis que cela finira bien par arriver….
    Courage!

    1. Merci et bravo pour ta patience ! Au fond je sais bien aussi que ça finira par s’arranger… Le cododo ne me dérange pas en soi mais avec Charles c’est compliqué. Il bouge beaucoup, me tire les cheveux (c’est un peu son rituel / doudou dont j’essaie désespérément de le priver), se couche littéralement sur moi (et dix kilos étalés sur mon ventre ça commence à faire lourd)… Bref c’est difficile de dormir avec lui même si à la base je n’y suis pas opposée. Je vais continuer à insister pour qu’il accepte un doudou, je pense que ça nous aiderait déjà beaucoup. La chaise musicale des lits, je connais bien, il m’est déjà arrivé de dormir dans le lit de Pierre en 140 😉 .

  37. Olala j’aurais pété un câble depuis longtemps à ta place !! Je n’ai pas connu ce problème même si certains soirs étaient compliqués.. je dirais déjà que le rituel dans Votre lit ne me paraît pas être approprié. (Des heures de visionnages de super nanny justifient ma grande expérience du sujet) . Je dirais aussi comme d’autres que tu devrais en parler à quelqu’un, pédiatre ou personnel de la crèche ? S’ils te grondent, c’est qu’ils n’ont aucune pédagogie… et puis aussi, expliquer à Charles, que soir c’est le moment de dormir dans sa chambre, pour toute la nuit, et que les papas mamans dorment eux aussi dans leur chambre pour toute la nuit. Mais que s’il y a un souci vous êtes à côté et que bien sûr vous viendrez le voir…ça peut paraître basique mais après tout, pourquoi ne pas essayer ? c’est pas facile en tout cas, mais rien d’irréversible j’en suis persuadée. Ce ne sont que des pistes, je n’ai pas la solution, mais il faut en parler si ça vous pèse ( et je le comprends aisément !!) bon courage !

    1. Merci beaucoup pour tes encouragements. J’ai toujours un peu du mal à aborder mes soucis, dans le cadre privé comme auprès des professionnels, je suis plutôt douée pour jouer le rôle de celle qui gère… Heureusement je peux m’épancher ici !

  38. Je n’ai pas de solutions à te proposer mais je compatis <3
    Il me semble que le partage de la chambre de Pierre ajoute beaucoup de stress, le déménager est peut-être une bonne idée quitte à rejoindre Ulrich dans le canapé pour avoir ton quotas de sommeil aussi.

    1. Merci de ta présence 🙂 . On va déménager le lit de Charles, c’est décidé maintenant ! On a même commencé à en parler à Pierre qui n’a pas l’air opposé.

  39. Comme cet article résonne en moi ! Ma fille connait des endormissements trèèèèès compliqués, j’en avais fait 2 articles pour vider mon sac et parler ouvertement de ce sujet (et c’est super réconfortant de voir que d’autres mamans vivent la même chose ! On se sent moins seule !).
    Elle a 13 mois passés, et on n’a toujours pas de recette miracle. Il lui faut notre présence, c’est vital pour elle, elle ne peut pas s’endormir dans la solitude… et quoiqu’il arrive, c’est toujours long (minimum 30 minutes). On n’a qu’un enfant donc pour le moment c’est sûrement plus « facile » à gérer, mais la fatigue et la lassitude se font cruellement ressentir … surtout qu’effectivement, le rythme du travail se greffe au quotidien, alors lorsque bébé ne s’endort qu’à 22h, les soirées sont très speeds et bien trop courtes !
    Après, je crois en l’idée que l’on ne peut pas « apprendre » à un bébé à s’endormir seul, cela doit venir de lui. Je ne serai pas du tout à l’aise de la forcer à s’endormir coûte que coûte, solitaire, certainement apeurée et hurlant de désespoir. Je suis persuadée que le déclic doit venir d’elle, mais comment l’amener à ce déclic ? Telle est la question …
    Plein de courage vers toi !

    1. Je me retrouve vraiment dans ta réflexion, je ne veux pas le forcer absolument, mais je ne sais pas comment l’amener à évoluer… En revanche ici, pour qu’il s’endorme plus tôt le soir, on le réveille de la sieste l’après-midi. Ce n’est pas facile non plus, c’est un peu un crève-coeur de réveiller un enfant qui dort mais c’est tout ce qu’on a trouvé pour préserver au moins nos soirées !

  40. Coucou, pour commencer, ne culpabilise pas: je ne connais aucun bébé dans mon entourage allemand qui fasse ses nuits ! Et c‘est complètement normal! Nos bébés (et même nous les adultes) ne sont pas „faits“ pour dormir toute la nuit. Notre „Urinstinkt“ nous oblige à nous réveiller car il nous protégeait de nos prédateurs quand nos ancêtres n‘avait pas un toit au dessus de leur tête et un lit bien confortable. Bref, c‘est normal que Charles ait du mal à s‘endormir et à se rendormir. Il a besoin de d‘être rassuré et de la présence de ses parents pour dormir tranquillement. Je crois que remettre son lit dans votre chambre est une très bonne idée ! S‘il te sent plus proche, il pleurera peut-être moins et Ulrich pourra réintégrer votre chambre ? Et toi, tu dormiras peut-être mieux et plus ? Avec 3 enfants, j‘ai eu l‘occasion d‘expérimenter les nuits apocalyptiques (celles qui te donnent envie d‘aller de te faire ligaturer les trompes dès le lendemain matin et envoyer ton gosse sur la lune !!! lol) et on a vraiment beaucoup évolué! Avec Pierre, on refusait de le prendre dans notre lit, je l‘ai sevré tôt la nuit, c‘était une grosse erreur ! Il était très angoissé (et nous aussi car on savait qu‘on allait pas dormir mais pour moi, le coupable c‘était l‘endormissement au sein). Avec Marceau, j‘étais déjà à la base plus fatiguée et il a beaucoup dormi avec nous, surtout à l‘âge de Charles (je l‘ai sevré la nuit vers 14/15 mois). Il se rendormait entre nous 2 et mon mari le reposait dans son lit plus tard (quand il s‘apercevait de sa présence). Il a dormi plus de 2 ans dans son lit dans notre chambre (dans le dressing, pauvre enfant!). Avec Juliette, on est passé au niveau supérieur de la germanisation (dixit une amie allemande!), on a acheté un lit cododo et les nuits se passent merveilleusement bien (à part poussées dentaires et maladies mais elles se comptent sur les doigts d‘une main !). Certes, elles ne dort pas d‘une traite mais elle ne pleure jamais. Je l‘entends me chercher, je la prends, elle tête ou pas et tout le monde se rendort! Et depuis quelques jours, elle retourne même toute seule dans son berceau ! Bref, un long roman pour dire que tu ne feras pas une erreur en remettant son lit dans votre chambre, il sera certainement plus apaisé et vous aussi !

    1. C’est intéressant de voir comme ta façon de faire à évoluer avec tes trois enfants vers toujours plus de germanisation 😉 . Comme je disais à Mathou, à la base je ne suis pas du tout opposée au cododo mais avec Charles c’est compliqué, il est tellement agité qu’il m’empêche de dormir même quand il dort ! Du coup je crois vraiment que remettre son lit dans notre chambre est LA solution…

  41. Ma sœur vivait une situation similaire (deux enfants dans la même chambre) , elle avait tellement peur de réveiller son aînée, qu elle passait beaucoup de temps à endormir le deuxième, et qu elle sautait du lit des qu il commençait à chouiner (sans pleurer franchement) la nuit.
    Finalement ils ont mis les enfants chacun dans une chambre et eux dans le clic clac du salon, pdt un an. Et le deuxième a rapidement fait ses nuits et s est endormi sans problème ! La peur de réveiller l aîné est un vrai problème !!!

    1. Merci beaucoup pour ton témoignage qui renforce ma conviction. Notre situation est exactement la même que celle que tu décris : j’ai tellement peur de réveiller mon grand que je sur-réagis dès que le petit miaule…

  42. Ahlala, je sais vraiment pas quoi te dire si ce n’est qu’à mi-article, je me suis dit « à leur place, je crois que je remettrais le petit lit ds ma chambre » et que je pense qu’au fond tu fais exactement ce qu’il faut (1. admettre que tu en as marre, 2. chercher des solutions auxquelles tu n’aurais pas pensé à la base, 3. en parler – parce que même si personne ne te donne de solution miracle, au moins tu libères la parole sur le fait que non, tous les bébés ne font pas leurs nuits à 3 semaines et 4. LA SIESTE !!).
    (Ah oui, et pour les dents, nous notre dentiste nous a dit de ne bien « nachputzen » qu’une fois par jour donc tu pourrais le faire le matin…, demande au tien ce qu’il en pense, au pire le soir tu peux peut etre repasser vite fait avec un petit gant à doigt en microfibre si ca te stresse trop… Nous on a réussi supprimer le biberon de minuit en ajoutant un snack dans la journée, en mettant des flocken dans celui de 20h et en diluant au fur et a mesure plus d’eau dans celui de minuit, au final quand ca n’a été que de l’eau avec une cuillere de poudre il a vite arrêté de le réclamer)
    Pour tout te dire, mon plus grand regret niveau maternité, c’est d’avoir passé mon fils dans sa chambre à 6 mois et d’avoir fait les 5-10-15. c’était à la suite de vacances en France où tout le monde était choqué qu’il dorme encore avec nous et me disait qu’il n’allait jamais faire ses nuits, j’étais épuisée (je suis plus team Ulrich moi j’ai trop besoin de mes 8 si ce n’est pas 9h de sommeil) et ça m’a semblé être la solution … je me rappelle encore de ces soirées à l’entendre pleurer une heure durant, à pleurer moi-même, à nous interdire d’aller le voir avant que la minuterie n’ait fini de tourner. Au final, ça a marché au bout d’une semaine mais dès nos premiers écarts de routine (et on en a beaucoup, diners chez les amis, voyages, puis les dents et co) , ça ne marchait plus et là les partisans de la méthode conseillaient de repartir de zero, c’etait au dessus de nos forces. On a mis un matelas ds sa chambre pour s’endormir/ se recoucher avec lui. Il a eu un lit de grand vite pour qu’on puisse se coucher dans son lit, nous on s’est pris un 180 et maintenant si il se leve la nuit il vient se rendormir avec nous… Bref, on est aussi un peu « revenus en arrière » comme tu dis et ça nous va très bien…
    (Hors sujet, ça faisait longtemps que je ne t’avais pas lancé une analyse entre les lignes comme ça mais je trouve que le fait que ce soit systématiquement toi qui te lèves la nuit parce que tu « as du mal à faire autrement » ou parce que tu as moins besoin de sommeil est une chose mais si tu le fais parce tu ne travailles pas et qu’Ulrich travaille beaucoup avec un boulot où il a besoin de se concentrer -alors que toi bon quand même tu conduis quotidiennement avec tes deux gamins à l’arrière et des piétons pleins les rues, ça interroge beaucoup sur les comptes/budgets à part et le fait que tu ne profites pas entièrement de son revenu plus élevé que le tien parce que c’est 100% ton choix à toi de ne pas travailler … après bien sur il n’y a pas de système parfait et chacun fait fait fait et moi j’aime aussi beaucoup qu’on ait chacun notre argent de poche pour les cadeaux les craquages et compagnie …)
    Bref j’arrete de diverger tout de suite, et je finis sur cette note qu’une maman de 2 ados garçons m’a faite récemment quand je lui disais que j’étais fatiguée: c’est dur à croire aujourd’hui mais dans 12 ou 13 ans, Charles négociera pour inviter sa petite amie à dormir (ou son petit ami hein, je sais pas toi moi je vire à fond politiquement correct avec les questions de Milo en ce moment je dois répéter 12 fois par jour « oui en général les garçons ont un pénis » « la plupart du temps on a un papa et une maman … » oups je rediverge ) il ne voudra plus de toi dans sa chambre (si ce n’est pour y ramasser ses chaussettes croustillantes ) et tu devras le forcer à se lever le weekend….tu penseras alors très certainement à toutes ces nuits blanches avec nostalgie 😉

    1. Par où commencer pour te répondre ? Bon je commence par la fin 🙂 .
      – Oui je suis consciente qu’un jour on regrettera cette période, je la regrette déjà car mon grand est déjà en train de devenir moins câlin, moins spontanément tactile. C’est pour ça qu’habituellement je ne m’en plains pas trop 😉 .
      – Concernant nos comptes séparés, il y a eu des aménagements depuis la naissance de nos enfants. Pour compenser son manque d’implication à la maison, c’est Ulrich qui paye deux heures par semaine notre femme de ménage. Et puis c’est lui qui finance beaucoup de nos extras (les sorties par exemple). C’est vrai que sans ça, j’aurais quand même ressenti une injustice. Après je dois dire que la nuit comme je l’ai évoqué j’ai du mal à lui laisser la main. C’est mon côté « maman totalitaire ». Mais il m’est déjà arrivé de lui dire : « J’en peux plus je pars faire la sieste » au milieu d’un week-end et il accepte toujours…
      – Je comprends ta culpabilité, mais voilà, tu ne connaissais pas d’autre méthode à ce moment là et tu as cru bien faire… De mon côté c’est vrai pour le moment je ne me sens pas de le laisser pleurer. Je pense que ça peut être une solution de dernier recours si la maman est au bord du burn out, ou le couple au bord de la séparation mais heureusement on n’en est pas encore là. Et du coup le « retour en arrière » de son lit dans notre chambre nous semble la meilleure solution à tenter pour le moment.
      – Merci de me dire que je fais exactement ce qu’il faut ça fait toujours très plaisir à entendre 🙂
      – Et pour terminer, sur cette histoire de dents, je ne sais plus quoi penser ! Mais la plupart des commentaires m’ont beaucoup rassurée…

  43. Bonjour,

    Même problème chez nous avec notre numéro 2. Il s’endormait sans problème le soir mais se réveillait toutes les nuits vers 2h du matin et hurlait si on le laissait dans son lit « façon Montessori ». Au risque de perturber sa grande sœur qui a 3 ans de plus que lui. On a lutté pendant des heures pour cesser les biberons mais ce qui nous a sauvés :
    – blinder le repas du soir. C’est un gros mangeur donc tous les soirs légumes + féculents (souvent pâtes) à volonté
    – mettre un lit parapluie dans le salon où on le mettait quand il se réveillait la nuit : il avait besoin de se lover contre une paroi et le lit bas Montessori ne le permettait pas.
    – lui donner un bib même si la pédiatre n’était pas d’accord, entre 2 et 4 (et aucun pb de dent !)
    – arrêter la sieste le matin, hyper important ! Juste une sieste l’apres-midi. Et il a arrêté malgré l’avis de la nounou et avant sa copine de garde qui a 6 mois de plus. Donc vers l’âge de Charles, car on n’en pouvait plus !
    – le temps ! Vers 18 mois il a commencé à faire spontanément ses nuits tout seul et en entier !
    Maintenant on a encore quelques ratés, des pleurs nocturnes qui exigent parfois qu’on intervienne et qu’on le prenne avec nous, parfois non. Mais globalement il dort toute la nuit ! Donc voilà, c’est courant, je pense. C’est juste que les gens ont honte d’en parler, que les pédiatres grondent et la famille n’aide pas (ma mère : « vous avez raté un truc dans l’éducation de cet enfant… », alors même que moi aussi j’ai connu des sommeils très compliqués entre 2 et 3 ans).
    A mon avis il vaut mieux que ce soit ton fils plutôt que ton mari qui aille dans le salon, tu le vivras mieux !
    Plein de courage mais je suis certaine que ça va s’arranger spontanément dans les mois à venir. Et ne stresse pas pour les dents, il est beaucoup trop petit pour que ça porte à conséquence. Un dentiste m’a expliqué que ce qui était mauvais c’etaient Les grignotages en permanence. L’essentiel c’est de faire des repas bien distincts : 20h/3h c’est bien distinct au moins !

    1. Merci beaucoup pour ton message très rassurant ! Je me retrouve beaucoup dans ton récit et j’ai presque hâte que Charles ait 18 mois maintenant 😉 . L’idée de blinder le repas du soir me semble pas mal, il va falloir que je trouve des idées de menus adaptés (il n’a pas encore beaucoup de dents)…

      1. Mon fils a aussi mis très longtemps à manger des morceaux (alors qu’il avait des dents) donc pour le repas du soir je mixais des coquillettes avec ses légumes et sinon ce qui nous a sauvés ce sont les pots du soir « babybio » qui contenaient des féculents. On est allés jusqu’a En donner 1,5.

        1. Ca me rassure de lire que mon fils n’est pas le seul gros mangeur du soir ! J’ai commencé les derniers soirs à lui donner un peu plus et l’effet a été très positif !!

  44. A la lecture de ton post, on ressent la culpabilité voire la honte que tu peux ressentir fasse à cette situation.
    De mon point de vue, le seul problème objectif avec cette situation, c’est qu’elle nuit à la qualité de TON sommeil et cela mérite effectivement de s’y arrêter car tes besoins sont aussi importants
    Du point de vue de Charles, à mon sens, rien que de très normal! Que l’enfant soit prématuré ou non, il a besoin de contact pour s’endormir, d’ailleurs dans la plupart des civilisations, c’est bien ainsi qu’on couche les bébés, en groupe. Pour peu que ton petit soit tactile et câlin, ça risque de durer mais en voyant le côté positif, c’est quand même sympa d’avoir un enfant câlin.
    Côté santé, après avoir interrogée ma pédiatre qui a pas mal bourlingué, il n’est pas néfaste pour le métabolisme de boire un biberon la nuit, de même qu’il n’est pas nécessaire de brosser les dents avant 3 ans (confirmé par mon dentiste), en revanche il est important que l’enfant boive beaucoup d’eau au cours de la journée pour bien rincer la bouche et équilibrer la flore buccale. Et malgré toutes les précautions, il y a des dents à caries et d’autres non (comme des têtes à poux et d’autres non). Quand tu parles des dents, penses tu aux caries ou à l’implantation? Pour l’implantation, on recommande d’arrêter la tétine après 3/4 ans, tu as de la marge. Et personnellement, je me dis qu’il vaut mieux un peu enfant apaisé avec tétine quitte à devoir plus tard passer par la case orthodontie qu’un enfant hors de lui avec de belles dents mais il y a sans doute un juste milieu d’ailleurs, si tu penses qu‘il n’a pas faim la nuit mais réclame quand même un biberon, peut être a-t-il simplement un fort besoin de succion, c’est variable selon les enfants… si tu lui laisses une tétine ou un biberon d’eau dans son lit, ça pourrait aider?
    Au fait, pour la sieste, ça se passe comment? Il s’endort seul? Ou “seul” au milieu des autres enfants à la crèche? Et à la maison?
    Bref, pour moi, tu n’as pas à avoir honte de la situation, chaque enfant est différent mais à 13 mois je trouve ça normal qu’il ait besoin de contact (et même plus tard ) mais évidemment il faut que tu trouves une solution qui n’engendre pas trop de fatigue pour toi, sans pour autant la vivre comme un retour en arrière!
    Bon courage !

    1. Merci pour ton message rassurant. C’est vrai que Charles est très tactile. Pour les dents, j’ai peur des caries à cause du sucre du lait qui reste ainsi dans la bouche au moment du coucher. Mais finalement beaucoup de lectrices m’ont rassurée sur ce point. La tétine malheureusement, Charles la refuse obstinément depuis sa naissance, sinon je n’aurais rien eu contre. Le biberon d’eau est une bonne idée, on essaie de l’habituer doucement…

  45. En lisant les commentaires, je m’apercois Qu’il s’endort “seul” à la crèche mais pour moi ce n’est pas vraiment “seul”, d’abord il y a l’exemple des autres enfants , et aussi leurs bruits et leurs odeurs qui sont très rassurantes. On a tendance à vouloir faire le silence au coucher alors que c’est le bruit (évidemment pas strident) qui rassure

  46. Je ne vais pas te parler du sommeil de ma 2e fille. Je voulais juste dire que j’ai 4 enfants dont 3 filles : 8, 3 ans et demi et 2 ans. Chacune a un sommeil très différent et depuis toujours, ma numéro 2 a toujours peu dormi. Sa sœur plus jeune dort bien mieux qu’elle. Donc je pense que les enfants ne sont pas égaux devant le sommeil. Alors je patiente en me disant qu’un jour ça sera moins pire. Je compatis et j’espère que tu auras des pistes d’amélioration. Moi, j’ai abandonné, je laisse faire le temps.

    1. On sent la sagesse de la maman de quatre enfants 🙂 . Ma soeur aussi à quatre enfants et à chaque fois que je lui parle d’un problème elle me répond en gros : « Ah oui, numéro 1 (ou 2, ou 3, ou 4) faisait ça aussi, mais c’est passé 😉 .

  47. En lisant les autres nombreux commentaires (c’est fou comme dès qu’on parle de sommeil des enfants les claviers s’emballent non? Je crois qu’on touche in sujet qui parle à une grande majorité de parents!), je me rends compte que j’ai oublié de te dire que pour ma part mon ainée se réveillait plusieurs fois par nuit ALORS qu’elle s’endormait seule dans son lit sans aucun accompagnement.Donc tout ne viens pas du rituel d’endormissement ! Pour supprimer les réveils et tétées nocturnes à l’époque nous avions fait un sevrage de nuit. En gros le papa s’est levé pendant 3 nuits avec un biberon d’eau à la place des tétées que je lui donnais. Je ne te cache pas que ça été très dur pour nous 3 et que cela s’est fait dans la douleur. Bien s’accompagnée de son papa, elle a beaucoup pleuré. Puis elle a mieux dormi mais elle a continué à avoir des réveils sucette ou plus tard quand on a enlevé les barreaux de son mit à nous rejoindre dans notre lit la nuit. Puis vers 3 ans plus rien. Elle dort maintenant super bien.
    Ce sevrage dans la douleur ma beaucoup marqué (et je pense parfois qu’elle aussi) et pour la coup je suis très hésitante à le reproduire avec ma cadette.

    1. Pour le moment je ne me sens pas prête à faire quelque chose dans la douleur, c’est vrai que j’ai beaucoup de mal à supporter ses pleurs… Mais du côté de mon aîné comme chez toi, tout s’est arrangé à trois ans, ce qui me donne beaucoup d’espoir !! C’est dingue l’avalanche de commentaires pour cet article je ne m’y attendais pas ! Ca me fait du bien de me sentir soutenue et comprise comme ça 🙂 .

  48. Bonjour,
    Je fais partie des lectrices qui te lisent parfois sans jamais commenter, mais là j’ai envie de te suggérer d’essayer de mettre Charles seul dans la chambre. Mon n°2 se réveillait de nombreuses fois par nuit tant qu’il était dans notre chambre ou dans celle de son frère. Il a fait ses nuits (à peu près, c’est à dire 1 réveil par nuit pas toutes les nuits) à 8 mois, quand nous l’avons mis seul dans une chambre. Avec le recul je suis sûre qu’il avait besoin d’être seul. Sur le moment ça ne m’était pas venu à l’idée puisque, lors des réveils nocturnes, il avait l’air « en panique » et semblait rassuré quand il nous voyait, je pensait donc que c’était de présence qu’il avait besoin (et de lait… car chez nous aussi, pas moyen de le rendormir autrement qu’avec un biberon).
    Donc dans ton cas, je crois que j’essaierai donc de mettre Charles tout seul dans la chambre… et du coup, soit vous prenez Pierre avec vous, soit 1 enfant par chambre et vous 2 dans le salon.
    A mon avis le fait d’être seul dans la chambre a 2 avantages :
    1) Il n’est pas réveillé par ses parents/son frère (parce que il y a des phases entre 2 cycles de sommeil où un tout petit bruit peut les réveiller)

    et 2) s’il commence à pleurer tout en dormant à moitié, tu auras peut-être moins de mal à attendre quelques minutes pour voir s’il ne se rendort pas tout seul… ce qui est trop dur à supporter quand l’enfant est à 1m !

    Bon courage en tout cas… le manque de sommeil c’est vraiment très, très dur à vivre.

    1. Merci pour ton témoignage, je pense qu’il faudrait qu’on essaye les deux options : seul / avec nous. Pour le moment l’avantage que je vois au fait de le mettre avec nous, c’est que cela me permettra justement de mieux évaluer si c’est un micro-réveil qui nécessite mon intervention ou pas. Quand je ne suis pas dans la même pièce que lui je me lève au moindre bruit, j’ai du mal à m’en empêcher.

  49. Coucou
    Ton article est très touchant, comme d’habitude ! 🙂
    Je n’ai pas de solution miracle à te proposer, simplement mon expérience.
    alors oui je sais je n en ai qu un et je suis toute seule avec lui.
    Mon fils a maintenant 6 ans, il dort dans mon lit donc en cododo. Il s endort seul sans probleme après un calin et une histoire, par contre dès que je viens me coucher il roule pour venir se blottir contre moi.
    Ca n’a pas toujours été comme ca, je te raconte les différentes phases
    A 8 semaines Constantin s’endormait dans son lit tout seul après un bib. Il a dormi dans son lit jusqu’à ses 14 mois apres à commencer une série d’otites 3-4 ou il s’endormait qu’avec moi dans les bras ou le bandolino et puis c’est resté. Vers 22 mois je l ai remis dans sa chambre, pas de problème d’endormissement par contre il pleurait au milieu de la nuit pour que j aille le chercher. Jusqu’à ses 3,5 ans il dormait dans sa chambre puis venait me retrouver au milieu de la nuit, sans que je m en rende compte.
    L’été de ses 4 ans je suis partie avec lui chez mes parents et la cododo obligatoire car pas de chambre dispo. On est rentré à la maison et puis par flemme, il est resté dans mon lit. En Oct il m a dit maintenant je suis grand je dors dans mon lit, je lui ai répondu OK pas de souci. Et ca a duré 8 mois mais là depuis le moi d’avril il redort avec moi a 95% par moment il a des sursaut d’indépendance et dort dans sa chambre. Mais ces nuits la il ne dort pas d’une traite il est agité et en général fait pipi au lit.
    Je me dis qu il décidera lui meme quand il veut dormir dans son lit ou alors je déciderais quand je n arriverais plus a dormir mais pour le moment, c est la solution qui nous convient le mieux.
    Ne culpabilise pas, tu vois bien ce sont en général des phases, très chiantes on est bien d’accord.
    Fais au mieux, si Charles bouge beaucoup et t’empeche de dormir alors oui son lit dans votre chambre est une très bonne idée. Je me souviens de quelques nuits ou Constantin pleurait alors qu il etait dans mon lit et il ralait sans arreter alors je suis allée me coucher dans le sien. Tu aurais du voir sa tete, c etait tres rigolo.
    Courage Miss, et une maman a peu pres reposée fonctionne mieux qu une maman épuisée ! Ne surestimes pas tes forces, un nouveau rythme arrive et il faut te préserver.
    Si ton pédiatre / tes parents / beaux parents / amis avec ou sans enfants qui savent toujours mieux / te gronde tu peux lui / leur proposer de prendre ta place quelques jours pour qu elle se rende compte de ce que c’est ! T inquietes personne ne te dira « Banco je le fais »
    Et puis regarde les prédateurs (nous sommes aussi des prédateurs dans la chaine alimentaires) T en vois souvent toi des maman lions qu disent a leur lionceau  » Toi tu dors derriere le 3 eme rocher a gauche  » non les lionceaux s endorment entre les pates de maman lion !
    Bon sur ces bonnes paroles :
    Je t embrasse et t’envoie quelques heures de sommeil que j ai réussi à économiser et vous souhaitent un tres bon WE
    Olive et Constantin

    1. Merci pour ton adorable message plein d’énergie positive. J’adooooore ce que tu dis des mamans lions, c’est tout à fait ça au fond ! La rédaction de cet article a été comme un déclic, depuis on a déjà changé le lit de place et ça va beaucoup beaucoup mieux. Et je suis rassurée de lire que beaucoup d’autres petits rencontrent le même type de difficultés finalement.

  50. Je pense que vu le nombre de commentaire, le miens ne va pas changer grand choses (mais c’est quand même dire que les soucis de sommeil sont assez fréquent).
    Mon petit a aussi mis beaucoup de temps à faire ses nuits mais pour nous, les mettre dans la même chambre a aidé.
    Par contre , pour le bib’ de nuit ça me parait bizarre qu’il en mange encore à son âge (moui, je ne suis pas pédiatre mais je te donne mon avis gratuitement :P), j’imagine que tu as déjà essayé de lui donner plus qu’un bib’ le soir .
    Les pleurs c’est dur aussi. Avez vous penser à la piste du reflux? (je dis ça parce que mon premier hurlait à mort le soir, et le gaviscon a presque changé la donne du jour au lendemain). Je me rappelle aussi d’une autre maman qui avait des difficultés avec sa fille, un traitement rgo avait un peu aidé mais finalement c’est un vermifuge qui avait réglé les choses. Et oui, sa fille avait attrapé des vers au parc, il parait que c’est ultra fréquent dans le sable.
    Enfin tout ça pour dire que parfois les pistes sont fonctionnelles et ça vaut le coup d’en parler à ton pédiatre. C’est pas toujours la mauvais éducation de la mère ou le traumatisme de la naissance 😉
    Et puis surtout bon courage 🙂

    1. En parler ou ne pas en parler à la pédiatre tel est mon dilemme 😉 mais tu as raison, c’est vrai qu’elle aura peut-être d’autres interprétations auxquelles je n’ai pas pensé…

  51. Ma fille aussi réclamait un biberon en pleine nuit. On m’a alors conseillé de lui donner de l’eau, et c’est finalement ce qui a fonctionné. Bon, elle n’a pas arrêté de se réveiller pour autant, mais finalement elle avait juste soif donc ce biberon d’eau la satisfaisait et ne faisait aucun mal à ses dents.
    Quant aux conseils sur le sommeil… je dois avouer n’en avoir aucun à donner. Je suis vraiment mauvaise élève de ce côté là. Si mon mari n’avait pas été là, je crois que mes 2 enfants de 5 et 3 ans dormiraient encore avec moi ! D’ailleurs finalement c’est peut être ça qui a marché chez nous : mon mari a expliqué aux enfants que le lit parental était le nôtre et qu’il n’avait pas à dormir dans le salon…

  52. Compte tenu du nombre je n’ai pas lu tous les commentaires et cette idée d’organisation à déjà peut-être été donnée… Pourquoi ne pas installer Pierre dans votre chambre, Charles dans la chambre des garçons et toi avec ton mari dans le salon ? Au moins pour un temps ça peut être une solution pour ne pas que le petit réveille son frère et lui apprendre aussi à être seul pour s’endormir.. Mes enfants sont fort grands donc je vois ça surtout pour aussi que le couple ne s’éloigne pas trop…

    1. Ce serait une super idée malheureusement nous n’avons pas de canapé lit dans notre salon, juste un canapé à l’assise suffisamment large pour une personne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.