« Impertinent, spontané, exceptionnel » – Pierre a trois ans et demi

« Impertinent, spontané, exceptionnel » – Pierre a trois ans et demi

Cela fait un peu plus d’un an que je n’ai pas écrit d’article bilan au sujet de Pierre. Plus les enfants grandissent, plus les progrès s’espacent évidemment. Plus il devient difficile de raconter leur petite vie aussi, parce qu’une partie nous échappe et que l’autre nous semble devoir rester privée. J’ai pourtant pensé que je devais le faire, tellement il a grandi ses derniers temps, tellement une page est en train de se tourner je crois.

Hier nous nous sommes rendus à la fête de départ des grands de sa crèche. Son établissement n’accueillait que les moins de trois ans. Le prochain l’accueillera jusqu’à sa rentrée à l’école, dans trois ans. A cette occasion les éducatrices m’ont remis un énorme classeur compilant tous ses souvenirs accumulés depuis trois ans. C’était très émouvant pour moi de découvrir ses dessins, les photos de son quotidien là-bas. J’ai toujours un petit pincement au coeur quand je repense à cette séparation que j’ai si mal vécue au début. Et quand je vois le grand garçon qu’il est devenu ! Sur la première page de son classeur une éducatrice a écrit : « Reste impertinent, spontané, exceptionnel » et cette phrase m’a beaucoup plu. J’ai l’impression que de son côté il ne réalise pas encore vraiment qu’il ne les reverra plus. Même s’il a bien compris qu’il irait bientôt au jardin d’enfants et même si, à l’aide de son calendrier aimanté il sait de mieux en mieux situer les mois, les saisons, les festivités.

Depuis qu’il n’est PAS rentré à l’école à l’inverse de tous ses petits camarades du même âge en France je développe un petit complexe bizarre. Clairement, je pense qu’il n’est plus du même niveau qu’eux d’un point de vue langage et graphisme notamment. Il a du mal à suivre des boucles par exemple et n’a encore jamais eu l’idée de tracer des lettres. Je ne peux donc pas vraiment me vanter de ses nouveaux acquis. Et d’un autre côté je ne me fais aucun souci. Aucun rapport avec le temps où il trainait à apprendre à marcher. Je suis très fière de lui, et j’ai confiance dans le système allemand pour en faire un adulte épanoui. Au printemps lorsque j’étais chez mes parents, je lui ai acheté un cahier de vacances petite section – moyenne section. Pour ne pas perdre totalement le fil au niveau linguistique notamment j’essaie quand même de le stimuler un peu sur la base d’exercices français. Et alors qu’il n’a jamais fait ce genre de jeux à la crèche, il s’en est pas mal sorti. Il tient de mieux en mieux son stylo – il est désormais presque tout le temps droitier -, peut colorier de petites zones et tracer un chemin avec assez de précision.

Ce qu’il préfère c’est quand même faire le fou, courir, sauter sur notre matelas. Il aime aussi beaucoup la compagnie : il suffit d’un autre enfant au parc, ou de son frère même parfois, pour qu’il invente pendant des heures des jeux à n’en plus finir. C’est toujours plus rare seul, si personne n’est là c’est moi qu’il vient chercher : « Maman, et si on jouait à…? ».

Depuis une dizaine de jours, il n’a plus de sucette. Comme je vous en avais déjà parlé, ma ville organise une animation mensuelle sur ce thème : une grue à nacelle se déplace dans un square et les enfants peuvent y monter, accrocher leur sucette à un arbre. Je lui ai proposé plusieurs fois d’y aller et un matin, sans que je m’y attende, il a voulu le faire. Ce fut un moment très émouvant, quand il est redescendu de la nacelle il m’a dit les yeux plein de larmes : « Je suis presque triste maman » et mon coeur s’est serré. Depuis il ne l’a réclamée qu’une seule fois, lors d’une colère difficile à calmer. Depuis deux mois déjà en fait, je lui avais expliqué qu’il devait réserver sa sucette au dodo. Et j’avais remarqué que c’était le plus difficile pour lui : apaiser ses émotions sans. Mais à l’aide de gros câlins il avait réussi à dépasser cette difficulté. Et finalement je suis fière de lui et de moi, d’avoir réussi ce sevrage sans passer par le mensonge ou le chantage, en lui laissant la décision.

Depuis plusieurs mois en fait, j’ai vraiment l’impression de recueillir les fruits de notre éducation. Je vais peut-être vous sembler prétentieuse mais tant pis. L’éducation bienveillante, les théories de Filliozat & co sont tellement décriées ces temps-ci. Moi j’ai l’impression que ça marche alors je n’ai pas l’intention de changer de cap. Depuis décembre, les crises de colère ou d’opposition sont devenues très rares, anecdotiques. Pierre est devenu raisonnable, il est capable de comprendre quand je lui explique une décision, d’attendre, de renoncer. Vous me direz que c’est l’âge et c’est sans doute vrai. Mais je remarque surtout qu’il est capable de toujours mieux reconnaître et exprimer ses émotions, d’élaborer de vraies stratégies pour les apaiser. Hier il m’a dit : « Moi je suis en colère, je veux un verre d’eau et écouter une musique tranquille pour me calmer ». Et je vous avoue que j’ai été drôlement fière (et soufflée).

Niveau repas, Pierre continue d’être très… sélectif. Je me refuse à dire qu’il est difficile. Il privilégie toujours de loin les soupes, les compotes, les pâtes et le jambon. Mais petit à petit il élargit quand même son rayon : il est capable désormais d’apprécier le poulet pané, les quiches, les pizzas et certains fruits frais. Et oui, à notre échelle, c’est déjà un succès !

En vrac – Il sait découper de tous petits morceaux de papier en suivant les contours. Il sait dessiner un bonhomme, un soleil et un ver de terre. Il m’a accompagnée sur un petit trajet en draisienne – on lui offrira sans doute un vrai vélo pour ses quatre ans. Il prend des cours de piscine tout seul pour apprendre à nager. Il sait qu’il parle deux langues et les mélange de plus en plus souvent – il va au plus rapide. Il a une imagination débordante, fait d’un bâton une flûte ou une épée. Il sait presque sauter à cloche pied et faire des pas chassés. Il reste très sociable mais montre de premiers petits signes de timidité : « Maman tu viens demander avec moi ? ». Il aime toujours faire un câlin dans notre lit mais n’y dort presque plus jamais. Il sait – vraiment – compter jusqu’à douze. Il fait de la balançoire sans dossier.

Avant la fête de départ des grands à la crèche, j’ai eu un rendez-vous d’une heure avec l’éducatrice référente de Pierre pour faire le point sur son évolution. Elle m’a remis à cette occasion un rapport rédigé de plus de quatre pages. La première phrase de ce rapport très rassurant : « Pierre montre un intérêt, un talent particulier pour la musique ». La musique… C’est vrai qu’il adore ça. Il veut en écouter tout le temps, sait ce qui lui plait (Mozart, Johnny, Claudio Capeo) ou moins (Vivaldi, Benabar). Il sait déjà reconnaître des instruments que j’ignorais : le piccolo, la contrebasse, le violoncelle, le cor de chasse… Une éducatrice musicienne qui apporte tous les jours sa guitare en cours m’a dit qu’il avait le sens du rythme. Il passe son temps à écouter les livres des collections de Paco ou de Grund qu’on lui a achetés.  Il invente des chorégraphies dessus. Alors bien sûr, j’aimerais bien voir dans mon fils un futur prodige. Mais j’ai le réalisme de penser que rien n’est moins sûr. Il suffira sûrement qu’il découvre la difficulté du solfège pour se lasser. Et puis nous ne sommes pas une famille de musiciens et j’ai toujours pensé que c’était le genre de choses qui se transmettait. Sur les conseils des éducatrices j’ai quand même demandé une place au conservatoire pour lui : il pourra y faire sa rentrée en février 2019 – les places sont rares et doivent être réservées. Je ne sais pas encore si cela ne va pas faire trop d’activités : avec la piscine, le français… Les journées au jardin d’enfants sont légères et se terminent à 15 heures mais quand même. Et puis c’est moi qui devrai gérer les allers-retours avec Charles dans la voiture évidemment… On verra.

En attendant je lui souhaite moi aussi de rester « impertinent, spontané, exceptionnel ». Je suis si fière du garçon qu’il est en train de devenir !

36 réactions au sujet de « « Impertinent, spontané, exceptionnel » – Pierre a trois ans et demi »

  1. Que de progrès pour Pierre ! C’est chouette de le voir évoluer.
    La musique c’est une vraie richesse. J’aimerai bien que mes filles s’y intéressent. Ma grande aime déjà danser et réclame souvent de la musique. Si cela persiste nous l’inscrirons à l’éveil musical de l’école de musique de notre commune.

    1. La question est de savoir si j’aurai la force de le pousser le jour où ça deviendra difficile… Je suis assez persuadée que pour persévérer dans l’apprentissage d’un instrument, ce n’est pas comme un sport, le plaisir ne suffit pas. Mais on verra d’ici là !

      1. Bonjour !
        Je lis silencieusement ce blog depuis… pfiou…. Mais je n’avais jamais commenté !
        La musique en est l’occasion : mes parents viennent tous 2 de familles très éloignées de la musique, avaient de mauvais souvenirs de leurs cours de collège, et pourtant, m’ont inscrite à l’éveil musical à 5,5 ans. Et j’ai l’habitude de dire que, comme Obelix, je suis tombée dedans quand j’étais petite !
        Je n’en suis pas ressortie !
        Mes parents m’ont conduite aux cours (solfège, instrument, orchestres, stages, 2ème instrument, examens et concerts, etc.) ne pouvaient que surveiller les devoirs et pas vraiment m’aider, mais ça me plaisait et même l’adolescence ne m’a pas fait décrocher.
        Aujourd’hui je travaille dans ce milieu-là, comme quoi, ce n’est pas une histoire de transmission familiale

        1. Merci pour ce premier commentaire ! Il me fait très plaisir aussi par son contenu : au fond je serais bien sûr immensément fière que l’attrait de mon fils pour la musique se maintienne, j’adore la musique moi aussi ! Alors ça me rassure de lire que, même sans parents musiciens, on peut avoir de l’avenir dans cette voie. Bravo à toi pour ta carrière !

  2. Il m’a tout l’air d’un petit garçon épanoui, aimé et aimant ! c’est chouette de lire ça. Tu as raison de suivre la voie qui te plait en matière d’éducation. la mouvance bienveillante est parfois mal perçue car on pourrait penser qu’on a pas le droit à l’erreur, qu’il ne faudrait jamais s’énerver. mais le tout c’est de le tester le plus souvent possible, et bien sur que parfois on se foire et on s’énerve. mais la preuve qu’en gardant cette ligne de conduite, même avec des écarts, ça donne de bons résultats. sa réaction a la colère est effectivement impressionnante ! tu as de quoi être fière !

    1. Oh mais oui si c’est ça le problème alors je peux rassurer tout le monde : je fais beaucoup d’écarts ! Parfois je crie, je claque la porte, je pleure… Mais je garde le cap aussi parce que j’ai surtout la sensation que c’est ce qui nous convient le mieux 🙂 .

  3. Un bien joli bilan <3 Je me tâte à faire prendre des cours d'éveil musical à mon grand moi aussi, il aime tellement la musique… Je ne sais pas trop comment gérer ça, j'ai peur que ça fasse "trop" dans son emploi du temps avec toutes ses prises en charge mais je suis tellement sûre que ça lui plairait ! J'ai commencé à regarder pour un prof à domicile, peut-être avec ses frères d'ici quelques mois quand ils auront grandi ? Je me dis que ça pourrait être sympa !

  4. Quel plaisir de lire toutes ces nouvelles de Pierre ! Pierre serait scolarisé en France qu’il aurait développé les mêmes aptitudes, j’en suis convaincue. Le tracé des lettres vient un peu plus tard. Même en France 😉
    Et quelle importance ? Comme tu le dis, tu fais confiance au système allemand et c’est bien là le principal. Qu’il apprenne à lire à 5, 6 ou 7 ans… peu importe ! Alors je souhaite à ton petit garçon de continuer à se développer aussi harmonieusement. (et oui, la musique en plus, c’est peut-être ambitieux ! j’ai hâte de connaître ton retour !)

  5. Qu’est-ce que ça fait plaisir d’avoir de ses nouvelles un peu plus approfondies 🙂
    Il a tout d’un grand je trouve et il a acquis plein de notions différentes grâce à vous et à la crèche.
    Je suis curieuse de savoir quel calendrier aimanté tu utilises? Tess commence à se repérer dans le temps et comme elle ne rentrera pas à l’école en septembre mais seulement à plus de 3 ans et demi, j’aimerais bien travailler avec elle quelques notions notamment le repérage spatio-temporel, le graphisme, l’observation, « les maths »… Je vais sûrement investir aussi dans un petit cahier de vacances ou reprenant le programme de la toute petite section.
    C’est top pour la musique, tu as raison de l’encourager dans cette voie. Il en fera ce qu’il voudra mais il aura eu la chance de tester. Et puis les petits allemands sont du genre à faire beaucoup d’activités donc ça ne me choque pas qu’il puisse faire tout ça dans sa semaine… Faut juste que Maman suive le rythme 😉

    1. C’est ça en Allemagne, comme le système scolaire est léger les enfants se rattrapent sur les activités… Son calendrier vient de Oxybul ils en font des vraiment pas mal !

  6. Je ne peux que te conseiller les cours de « musikalische Früherziehung ». Mes enfants ont adoré et continué ensuite par la pratique d´un instrument, qu´ils poursuivent toujours.
    Ca me semble aussi faire partie du « package » basique d´éducation en allemagne, les accès à l´éducation musicale sont très faciles et facilités.

    Quand tu parles de francais, veux-tu dire que Pierre suivra des cours spécifiques de francais?

    1. Peut-être… Je suis en train d’essayer de monter un groupe de français langue maternelle dans ma ville avec d’autres mamans. Mais j’hésite justement parce que ça commence à faire beaucoup.

  7. Ça fait plaisir d’avoir un petit article sur Pierre ! Il a l’air super chouette ton petit garçon, ça donne envie de le rencontrer ^^
    Mon ainé a un an de moins que Pierre alors ça me donne une idée de ce à quoi il pourrait ressembler l’année prochaine.

  8. Quel beau bilan !
    Tu as raison de ne pas t’inquiéter et de ne pas comparer : de toutes façons, l’éducation allemande est mieux vue que la française !
    Félicitations à Pierre pour tous ces progrès !

  9. D’abord un grand merci pour le renvoi à ton article sur la marche, il m’a fait un bien fou ! Ici, bébé aura 15 mois le 20 et … ne marche pas non plus ! Ma fille est prudente, elle ne se lancera donc pas sans être sûre d’elle mais quand même ses 10kg et les éternelles mêmes questions « elle marche » me font grincer des dents… #mereindigne 😉
    Sinon, j’aime beaucoup le ton de ton article mais il faisse un goût de deuil, considères-tu que ton premier bébé est rentré définitivement dans la phase enfantine ? Comment le vis-tu ?

    1. Oui définitivement à trois ans ce ne sont plus des bébés… Et c’est vrai que ça me fait un gros pincement au coeur. D’ailleurs j’ai assez mal dormi après la fête de la crèche, j’étais émue. Et je suis très contente de t’avoir rassurée pour ta fille 🙂 .

      1. L’autre jour, ma fille s’est mise debout dans la douche et on pouvait deviner l’enfant en devenir derrière les rondeurs de bébé… c’était plus qu’un pincement au coeur ! 😉 mais bon, faut bien qu’ils grandissent <3

  10. Wahou, les places pour le conservatoire se réserve autant à l’avance … ici, FeuFolet montrant aussi un certain sens du rythme et un goût pour la musique, on l’a inscrit à l’eveil musical l’année dernière et on continuera l’an prochain si les horaires sont compatibles avec l’activité cirque. Sans viser le prodige, on espère que nos enfants seront musiciens comme leur père (mais moi, je les autorise à choisir plutôt le dessin comme activité artistique )
    Pour la tétine, chez nous aussi le plus dur à été de ne pas y céder en cas de grosse colère ou de fort chagrin … Ça a duré à peu près 3 semaines puis ça s’estompe, vous tenez le bon bout
    C’est chouette les photos des 3 ans à la crèche, c’est vrai que ce sont des petites miettes de leur vie là bas, sans nous

    1. Ton article m’a beaucoup motivée à écrire celui-ci, même s’ils sont grands il ne faut rien oublier, ça passe tellement vite ! Et pour la sucette finalement ils ont été synchro tous les deux 🙂 .

      1. Oui, c’est pour ça que je garde un article semestriel, je trouve que c’est un bon rythme « d’évaluation » des changements qui se sont produit, parfois si subtilement qu’on ne les a pas remarqué tout de suite

  11. C’est la première fois que je commente, j’ai trouvé cet article très émouvant, tous ces petits pas et ces premières fois qui font tellement grandir nos enfants ! Ca m’incite à mettre à jour le carnet dans lequel je note mes souvenirs avec ma fille de 2 ans. Je compte lui donner quand elle sera grande. Merci de nous rappeler que l’exceptionnel réside souvent dans les petites choses.

    1. Merci beaucoup pour ce premier commentaire, j’adore découvrir de nouvelles lectrices 🙂 . Et tant mieux si j’ai pu t’inciter à tenir ce genre de carnet, c’est vrai que c’est précieux. Aujourd’hui déjà je ne me souviens pas toujours spontanément de ce que faisait mon fils à un an, ça va tellement vite !

  12. C’est un bilan très touchant, je suis émue de le voir si grand à travers ton regard sur lui.
    Et je trouve formidable (entre autres) qu’il sache désormais mieux reconnaître et gérer ses propres émotions !

    1. Merci pour lui 🙂 . J’en profite de mon côté pour te dire que j’ai de grosses difficultés à commenter ton blog, j’avais rédigé un long commentaire sur ton dernier article (maman travaille) et je ne sais pas pourquoi, impossible de le publier ! Bref, je te lis toujours 😉 .

  13. En tout cas en France, tous les ans les journalistes comparent le niveaux des collégiens/lycéens francais avec les autres nationalités (surtout européenees), et le bilan n’est pas très flatteurs pour les étudiants francais…
    Donc Pierre a toutes ses chances !

    (Je ne me permettrais pas de juger moi-même, je n’ai pas tester le système scolaire allemand alors je me fie à ce qu’on en dit dans les média. C’est peut-être pas très fiable…)

    1. Je ne sais pas trop ce que valent ces études non plus… De mon point de vue j’ai l’impression que le système français est bien pour les meilleurs, les élites comme on dit. Le système allemand me semble mieux pour la majorité, quitte à niveler un peu par le bas.

  14. Si cela peut te rassurer: Il n’y a pas de solfège en Allemagne! L’apprentissage de l’écoute, de la lecture de notes, de rythme et tout le reste se fait entièrement intégré à la pratique de l’instrument choisi… J’enseigne depuis 14 ans en école de musique allemande après mes débuts en France et franchement, je ne peux que recommander ce système ! (Même si nombre collègues français ne peuvent imaginer devoir enseigner « tout en même temps  » )

Répondre à Lumi Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.