Garder le contact quand on est expatriée

Garder le contact quand on est expatriée

Un jour j’ai eu l’occasion d’échanger dans ma ville avec une vieille expatriée, une française qui s’était installée en Allemagne il y a plus de trente ans. J’avais alors pris conscience de la grande différence de nos expériences. Il y a trente ans, en s’expatriant ainsi dans la province allemande, elle avait perdu presque tout contact avec son pays d’origine. Pas facile de garder un lien à une époque où seul téléphoner restait possible, à des tarifs parfois prohibitifs. A tel point que, lorsque je l’ai rencontrée, quand elle parlait ou écrivait français, on sentait qu’il ne s’agissait plus que d’allemand traduit, souvent les mots lui manquaient. Et dans ma tête je m’étais jurée de ne pas lui ressembler. Heureusement depuis les choses ont bien changé : les nouvelles technologies de l’information m’aident énormément à garder le contact avec la France.

Avec les proches 

D’un point de vue personnel, j’utilise évidemment Whats app. Lorsque j’ai emménagé en Allemagne cette application n’existait pas encore : elle a tout simplement changé mon quotidien. Pouvoir envoyer instantanément et sans surcoût des photos et des messages à tous mes proches fut une petite révolution. J’ai désormais un groupe avec ma mère et ma soeur, un autre avec mes amies d’enfance… Je suis ravie de vivre à une époque où je peux ainsi faire partager toutes les premières fois de mes bébés presque sans délai. Mon souci désormais serait plutôt de ne pas y passer trop de temps.

Je continue à téléphoner aussi. Mes enfants sont un peu dissipés sur Face Time mais cela permet à mes parents de les voir de temps en temps. Plus souvent (et quand Ulrich est là pour prendre le relais), je me fais appeler – parce téléphoner de la France sur un fixe allemand est généralement gratuit avec une box mais que l’inverse n’est malheureusement pas vrai.  

Je ne suis en revanche plus active sur Facebook depuis près de cinq ans, je ne m’en sers donc pas du tout pour garder le contact. J’ai supprimé mon profil personnel à l’époque et celui que j’ai est plutôt un profil fantôme qui ne me sert que pour mes activités liées au blog. J’étais souvent mal à l’aise devant les prises de position politiques de mes vieilles connaissances, devant les titres racoleurs et les vidéos qui m’étaient imposées en page d’accueil. Je suis contente de ne plus m’en servir finalement. J’ai de toute façon l’impression que beaucoup d’utilisateurs ont ainsi déserté.

Avec les françaises

Plus largement et au delà du contact avec mes proches, il y a le sentiment plus diffus d’appartenir à une communauté de femmes françaises traversant les mêmes étapes et interrogations que moi : le fait d’avoir des copines françaises quoi. Bizarrement je n’ai pas réussi à garder contact avec mes copines parisiennes. A vrai dire même je me suis éloignée de presque toutes. Pourtant nous avons traversé les mêmes étapes justement. Mais elles ne sont pas toutes aussi connectées que moi, la plupart cumulent un travail à temps plein et des enfants, ont leur famille à côté, ont elles-mêmes déménagé : j’ai l’impression qu’elles n’ont pas le temps.

Les blogs et Instagram jouent donc un rôle essentiel en la matière. C’était d’ailleurs une de mes motivations premières à l’époque où j’ai créé cet espace. Savoir pour les femmes comme moi ce qui, dans mon pays, se dit en ce moment, quelles sont les tendances, les sujets de débat… Je n’ai jamais trouvé de magazine féminin qui réponde à cette attente. Et puis j’avais besoin d’échange. Sur ce point, la blogosphère, mes copinautes et mes lectrices me comblent bien largement. Grâce à elles j’ai l’impression d’être bien au fait de ce qu’est une trentenaire française et maman en France ! Et c’est sans doute pour ça que je me lasse peut-être moins rapidement que d’autres de cette activité : je n’ai pas de plan B. 

Avec la France

Enfin il y a le grand océan de l’information. Comment se tenir au courant de l’actualité française quand on est loin ? Je parle de l’actualité sociale, politique, économique, culturelle… 

Pour commencer j’écoute la radio française tous les matins. Pendant des années, dix ans exactement, j’ai écouté Europe 1. J’aime beaucoup cette radio, pour moi elle est le juste équilibre entre France Inter que j’ai toujours considérée « trop à gauche » et RTL que j’ai toujours considérée « trop à droite ». Et je peux vous le dire, j’ai été pendant autant d’années secrètement amoureuse du présentateur de sa matinale : Thomas Sotto. J’aimais tout : sa voix, sa spontanéité, son sérieux… Je me souviens de tellement de matins avec lui ! C’est bête comme on s’attache. Et lorsque j’ai appris son licenciement l’an dernier, c’est bête vraiment, mais j’ai été triste à pleurer : c’était un morceau de ma France qu’on m’enlevait. Depuis la rentrée, j’écoute donc France Info, parce que j’ai toujours bien aimé Bruce Toussaint aussi et que ça ne me dérange pas de le retrouver. Et puis parfois, à un autre moment de la journée, je m’offre l’exotisme d’écouter France Bleu Méditerranée, juste pour le plaisir de me croire chez ma grand-mère, d’entendre les accents qui m’ont bercée, de me sentir vraiment chez moi. C’est drôle quand même quand j’y pense, tous les jours, j’écoute donc plusieurs fois la météo d’un pays où je ne vis pas. Mais je m’y suis faite.

Pour une analyse un peu plus fouillée des événements, je suis abonnée au Point en version électronique. Pour moi c’est très important de continuer à payer pour être informée, pour espérer bénéficier d’un journalisme de qualité et indépendant. Alors je sais qu’il est à la mode de tirer sur les médias traditionnels, je sais aussi garder mon esprit critique, mais je leur fais quand même plus confiance qu’à n’importe quel lien Facebook. Le Point ou un autre, à vrai dire ce sont mes parents qui ont choisi, ils me réabonnent chaque année pour mon anniversaire. J’aime le format hebdomadaire que je peux télécharger sur leur application et consulter hors ligne. Pour moi c’est le bon niveau de vue : je ne me sens pas capable de lire les dossiers complexes du monde diplomatique et j’ai besoin d’un peu plus de matière que les photos de Paris Match.

Enfin je regarde certaines émissions de télévision en rediffusion. A vrai dire, très peu sont accessibles de l’étranger pour des raisons de droits ou de publicité. Bien sûr parfois je rêverais d’avoir accès à The Voice ou Danse avec les stars. J’en ai un peu honte mais j’ai toujours adoré ce genre d’émissions. Je crois que ce serait possible en achetant un décodeur spécial, mais finalement je n’ai jamais franchi le pas : ne plus y avoir accès, c’est autant de temps de gagné pour d’autres activités. Je dois me contenter des rediffusions sur TV5 ou de ce que je peux trouver sur internet. Pendant très longtemps, très très longtemps, j’ai regardé ONPC. De 2008 à 2017, je n’ai loupé je crois presqu’aucune émission. En France déjà, je les enregistrais chaque samedi religieusement. J’ai connu la grande époque des deux Eric, et même si les deux ont un peu eu du mal à gérer leur popularité, à l’époque, c’était quand même d’incroyables joutes verbales qu’ils nous offraient. J’ai adoré Aymeric Caron aussi, pour les mêmes raisons, et je regrette qu’il n’ait pas retrouvé d’espace à la radio ou sur l’écran pour s’exprimer. Mais depuis le début de l’année, depuis l’arrivée du duo Angot / Moix, j’ai fini par arrêter. Je n’ai pas accroché avec eux. Et même Laurent Ruquier a fini par me lasser : j’ai l’impression de toujours savoir à l’avance ce qu’il va raconter. C’est dommage car longtemps cette émission fut parfaite pour moi, pour me tenir au courant des dernières sorties de livres ou au cinéma.

Si vous avez des noms d’émissions radio (c’est encore plus pratique pour moi) à me chuchoter pour la remplacer, n’hésitez pas ceux qui vivent en France ! Et vous, les autres expat’s, quelles sont vos astuces pour vous sentir toujours français ?

42 réactions au sujet de « Garder le contact quand on est expatriée »

  1. J’ai une tante qui est partie vivre aux Etats unis il y a 45 ans. on l’appelait le jour de noël… les lettres étaient très rares. et effectivement elle cherche ses mots en français ! Elle est maintenant beaucoup plus américaine que française. En ce qui me concerne, je dois bien avouer que je n’écoute presque pas la radio. pourtant quand j’étais chez mes parents, europe 1 était allumé au petit déjeuner. j’entendais les infos, depuis mon plus jeune age. j’ai perdu cette habitude depuis que je n’ai plus de petite radio là ou on mange. A la place mon mari regarde la tv le matin, avant c’était BFM que je détestais, maintenant c’est france 27, je les trouve beaucoup mieux, beaucoup moins anxiogène. finalement la radio c’est uniquement quand je conduis. et la télé, je tente de ne pas trop la regarder, c’est un peu mon addiction à moi.. je n’ai jamais regardé ONPC ! d’ailleurs je pense que je m’endormirais tout simplement devant ! je me dis parfois qu’il faudrait se débarrasser de cette télé qui nous vole nos soirées. mais il y a quand même parfois de belles émissions.. le plus simple serait de se discipliner, plus facile à dire qu’à faire.. mais pour toi elle a une fonction plus importante, celle de garder le lien avec la France. Je trouve ça mignon que tu écoutes France bleue méditerranée !

    1. Vous allez la voir cet été du coup (tu as vu j’ai bien suivi vos projets) ? Ici la radio commence à avoir son influence, pas plus tard que ce matin, Pierre m’a demandé qu’est ce que ça voulait dire « président » 🙂 . La télé avec lui ce ne serait pas possible et puis le matin j’ai trop de choses à faire pour la regarder… ONPC je l’ai toujours enregistré ou regardé en replay sinon c’est vrai que c’est diffusé trop tard ! Je sais en tout cas que si j’habitais en France, ou si j’avais accès aux chaines françaises, je regarderais sans doute la télé tous les soirs, finalement c’est l’expatriation qui m’a obligée à me discipliner.

  2. Bonjour de Suisse 🙂
    Je crois que nous fonctionnons un peu de la meme maniere, a la différence pres qu’en Suisse nous avons l’avantage que le francais soit une langue officielle et donc que la plupart des offres TV proposent des bouquets de chaines francaises, en plus des chaines suisses romandes ! Nous avons donc acces a TF1, M6, FR2/3/4/5/O, bref suffisamment de choix pour regarder les informations et / ou les séries / programmes francais du moment. A la lecture de ton article je me rends compte de la chance que l’on a !
    Pour le reste, contacts réguliers avec familles et amis, nous utilisons nous aussi What’s app, Messenger et FaceTime et c’est vrai que ca donne l’impression de toujours faire partie de la vie des gens, de ne pas etre déconnectés et c’est bien agréable !
    Ce qui me (nous ?) manque le plus, meme si nous ne nous sommes pas expatriés aussi loin, c’est d’avoir de la famille a proximité, genre 5-10min de chez nous… pour aller diner chez mes parents sans forcément y dormir, prendre un café avec ma belle-maman ou une biere chez une amie en rentrant le soir… ou bien déposer notre petit chez ses grands-parents pour un diner en amoureux un soir… Mais bon on s’adapte et notre vie ici nous convient toujours autant !
    Belle journée,
    Léa

    1. La famille à proximité c’est clair que ça change la vie mais de mon côté je ne suis pas sûre que j’apprécierais vraiment, j’aime aussi la liberté que l’éloignement procure 🙂 . Vous avez de la chance pour les bouquets télé, ici il est proposé plein de choses pour la télé turque, polonaise ou russe mais rien pour les français ! Nous ne sommes pas assez nombreux pour faire un bon marché 🙂 .

  3. Je lis souvent ton blog, sans jamais commenter, mais vivant en Irlande depuis 8 ans, il fallait que je te laisse un petit message sous cert article 🙂
    Pour moi, c’est Messenger / Whatsapp (whatsapp a l’air bien moins connu en France qu’en Irlande, et tous mes amis / famille n’y sont pas). Le téléphone, comme toi, j’envoie un petit message « Appelle-moi », parce que de l’Irlande, c’est payant…

    Pour les infos, je cherche toujours une méthode qui me convienne. J’ai téléchargé récemment l’appli 20 minutes, on verra si ca marchera ! Ca me rappelle le journal que je lisais dans le RER, c’est court, bref, et simple (en mode « l’actualité pour les nuls » ahah!)

    Pour la télé, je te conseille ce site : https://www.stream4free.live/ sur lequel tu peux regarder toutes les chaines en live ! (Je suis en train de regarder Roland Garros…). Et je trouve aussi toujours les replay des émissions type The voice etc en tapant simplement « The voice streaming » (pas sur les sites des chaines donc, qui ne sont pas accessibles depuis l’étranger). C’est mon petit bonheur quand mon fiancé travaille de nuit 🙂
    Je n’écoute pas vraiment la radio, mais il faudrait, surtout pour me tenir au courant des sorties musicales (et ne pas avoir l’air d’avoir vécu dans une grotte quand je rentre en France et que je ne connais pas le dernier chanteur à la mode !)

    1. Bienvenue ici Caroline et merci pour ton premier commentaire 🙂 . Je viens d’essayer ton site qui m’a paru très intéressant pour moi mais ça n’a pas marché… Je note quand même l’idée de taper tout simplement le nom de l’émission et streaming dans le moteur de recherche, ça me fera aussi plein de petits bonheurs 🙂 .

      1. Oh zut, comment ça se fait… Il faut bien désactiver ton bloqueur de publicité si tu en as un, cliquer sur Live TV, la chaine de ton choix (il faut cliquer plusieurs fois, ça ouvre des fenêtres de pub, et puis hop, ça fonctionne !)

        Sinon pour les émissions en replay, je les trouve souvent ici : https://bigreplay.com/ (une fois sur la page de l’émission, ne clique pas sur « regarder » ou « télécharger », mais descends pour voir la vidéo !)

        1. Je vais encore essayer, d’autres commentatrices m’ont donné d’autres pistes, j’espère que je vais finir par y arriver 🙂

  4. Voilà de nouveau un article très intéressant à mes yeux puisque comme tu le sais je suis comme toi expatriée ( depuis 2003 en tout, depuis 2007 en allemagne). Et bien moi je me fais rien de tout ça ; je n’ai jamais eu la télévision donc je ne sais même pas de quoi tu parles ( vaguement car on est de la même génération, mais j’ai quand même cherché ONPC sud Google, preuve que ma culture télé est zéro)… Chez nous on a Netflix, c’est tout. Malheureusement c’est Netflix allemagne, du coup y a beaucoup de choses que en anglais ou allemand, je n’ai pas de proches en France avec Netflix qui peuvent me prêter leur accès!
    Ça ne me gêne absolument pas pour moi mais pourriez enfants puisque notre langue au quotidien avec mon mari c’est l’allemand! Et partout ailleurs… Radio: mes parents ont toujours écouté France inter le soir mais je n’ai pas intégré ça à mon rythme de vie. Je met de la musique via Dizzer.
    Copains / copines: de l’endroit où j’ai grandi dans le sud de la France, plus qu’une seule très proche et sinon de mes études quelques rares personnes. C’est difficiles, la plupart ont des vies très remplie et n’aiment pas écrire.
    Lectures: avant j’étais abonnée à courrier international mais je ne trouve plus le temps de lire autant.. Je lis en ligne!
    Comment je reste française: je parle français à mes enfants et retourne en France 3x/an environ, ça me suffit pour me sentir encore française. Ou plutôt européenne!

    1. Des fois je regrette un peu de ne pas davantage m’intégrer au pays où je vis… Parce qu’évidemment, vu que je fais tout ça en français, je ne le fais pas en allemand : mes journées ne font pas 48 heures. Mais il faut croire que l’envie n’est pas encore là… Du coup moi c’est ici que je ne connais presqu’aucun VIP, émission télé, etc.

  5. Ah Whatsapp… J’avoue que j’y passe un temps fou (et les copinautes n’y sont pas étrangères 😉 ) et comme toi, j’utilise beaucoup les appels vidéo pour permettre aux grands-parents de voir les enfants.
    Pour la radio, on ne l’écoute que très peu. Mais c’est souvent France Info. Mais j’avoue préféré écouter de la musique 🙂
    Et concernant la presse, c’est l’inverse de toi : j’aime bien sortir de France ! Et pour ça je suis abonnée à Courrier International que j’aime beaucoup. J’adore l’ouverture que cet hebdomadaire propose.

    1. Forcément si j’habitais en France, je m’intéresserais sans doute de près aussi à l’international 🙂 . Whats app c’est le mal c’est pour ça que je n’ai pas voulu céder à la tentation des copinautes 😉 .

  6. Alors j’aurais plein d’émissions sympas à te proposer… Sur France Inter! Je n’écoute pas vraiment les infos sur cette radio, surtout les infos, je n’ai donc jamais vraiment remarqué leur côté à gauche…. En tout cas, j’adore Affaires Sensibles, présentée par Fabrice Drouhelle, qui revient sur des grandes affaires qui ont marqué l’histoire de la France… TOujours sur France Inter, mais plus littéraire et historique, il y a Une journée Particulière, qui passe toujours le dimanche à 14h, mais tu peux la télécharger en Podcast. J’adore le ton intimiste de cette émission, entre l’invité qui revient sur sa vie et son parcours et la journaliste, confidente et complice. J’ai le souvenir d’une interview d’André Marcowicz, un traducteur russe qui a traduit tout Dotoiewski… Pour s’amuser! Une personnalité brillante et fascinante… Et il en est de même pour tous les invités… Sinon, juste après il y a le Grand Atelier, toujours sur France Inter, qui revient sur une grande oeuvre ou un grand artiste français… Voilà! ce post n’est pas sponsorisé par France Inter, je te promets 🙂

    1. Oh merci beaucoup pour tes conseils de podcasts sur France Inter ! Je connaissais déjà Affaires sensibles mais les autres aussi ont l’air super, je les rajoute de suite dans mon application ! En fait concernant le positionnement politique je parlais surtout de la matinale, les autres émissions je ne peux pas vraiment dire.

  7. Mon commentaire ne t’apportera rien, je le mets pour suivre les conseils qu’on te donnera : Française en France, j’ai eu le même parcours radiophonique (ouiiiii j’aimais bien Thomas et j’apprécie beaucoup Bruce 😉 donc je suis aussi passée d’Europe 1 à France Info). Peut-être un signe que tu es toujours connectée avec les Françaises trentenaires ? 🙂 🙂 🙂

    1. Sincèrement sur ce coup là je n’ai pas du tout compris la logique d’Europe 1… Je suis sûre qu’ils ont perdu d’autres fidèles. En tout cas merci, je me sens moins seule. Thomas si tu passes par là tu nous manques !!

  8. Moi aussi j’ai beaucoup écouté europe 1. Mais je depuis quelques temps je n’aime plus vriament la programmation. Je l’ai délaissé pour france inter. Il faut se l’avouer aussi, avec deux enfants désormais, j’ai beaucoup plus de mal à écouter la radio. Ma grande préfère écouter des chansons pour elle et que l’on chante ensemble. Et quand je suis toute seule, j’avoue préférer le calme plutot que la radio.
    Désolée, je n’ai pas d’idée d’émission à te proposer, je regardait la même que toi. Je ne suis pas une grande fan de la télé, j’ai beaucoup moins de temps et donc j’ai laissé tomber.
    Dans tous les cas tes sources pour garder le contact avec la France et son actualité sont très variées 🙂

    1. Des fois je suis même mieux informée que les français vivant en France 😉 . Concernant la radio avec l’ainé c’est quasiment impossible en effet (sauf le matin, il apprend à faire avec) mais avec le petit au contraire je trouve que c’est le média idéal qui me permet en même temps d’être assez disponible pour lui.

  9. Internet c’est vraiment fabuleux c’est sur ! A l’inverse je peux écouter les radios qui ont bercé mon enfance (Regenbogen, SWR3 etc).

    Pareil pour les amis, on reste en contact via les applis portables.

    Ca limite le Heimweh, un peu 😉

    Par contre, quand on rentre au pays c’est le marathon pour voir tout le monde en très peu de temps !

    1. Oui ces marathons sont parfois très fatigants… J’en suis venue à cacher parfois mes retours, parce que sinon on ne profite plus !

  10. Je me faisais la même réflexion ce matin ! Une vieille dame se plaignait que ses petits enfants étaient loin, mais heureusement qu’il y avait les nouvelle technologies …
    Il y a presque 30 ans, mes parents « s’expatriaient » en Polynésie, 12h de décalage horaire, je ne sais plus combien d’heures de vol … et on a enchaîné quelques années plus tard sur la Réunion (moins de décalage horaire) …
    Aujourd’hui, ce sont mes parents qui sont loin (ou moi, tout dépend du référentiel) et c’est vrai que les outils comme Skype, le drive, même les mails, sont vraiment très appréciable
    Perso, je profite des web radio pour écouter des émissions de chansons anglaises ou russes

    1. Je n’ai pas pensé à en parler mais évidemment, le fait qu’il n’y ait aucun décalage horaire est très avantageux… Notamment pour écouter la radio. Et puis même la météo souvent ce n’est pas totalement à côté de la plaque 😉 .

  11. Mon frère vit aux USA depuis plus de 20 ans… il a gardé quelques amis de France, même s’il ne les voit pas beaucoup et n’est pas présent que les réseaux sociaux.
    Pour ma part, je suis ‘seulement’ à 600km de ma ville d’origine et c’est déjà un bon filtre pour les amitiés…
    Merci pour cet article 🙂

  12. Expatriée en Allemagne depuis novembre 2000, je me sens très française même si je ne connais plus personne si j‘écoute la radio ou regarde la télé en France. Être française c’est pour moi une manière d‘être, de vivre, symbolisée par des petites choses du quotidien comme les repas que je prépare, les gâteaux que je fais, mes vêtements, mon brushing, mon maquillage, la manière dont je parle, les blagues au second degré et mes retards quotidiens:-) Je travaille dans une entreprise française donc je peux parler ma langue au quotidien sans perdre trop en qualité mais d‘une manière générale je suis très intégrée dans la vie allemande, télé, sport, écoles etc….même si dans ma ville, il y a toujours un français dans le coin;-) il n‘y a que la politique que je ne suive de très très loin et en France et en Allemagne, sujet qui devrait m’intéresser (rapport à nos études communes) mais pour lequel je n‘arrive pas à me sentir responsable, préférant lâchement me dire que je suis une déracinée en la matière et que ni l‘un ni l‘autre ne me touche vraiment ( c‘est très con je sais…). Vu mon travail je me force à survoler l‘actualité de qq journaux en ligne, Les Échos, le FAZ mais la plupart du temps juste pour la bonne conscience. J‘ai gardé mes 2 meilleures amies, je n‘aime pas Facebook et j‘ai un groupe WhatsApp avec mes frères et sœurs. Je vais en France 2 à 3 fois par an parce que c’est vital de „respirer“ la France mais je suis plutôt contente d‘avoir la paix au quotidien même si je manque beaucoup d‘évènements familiaux – j‘ai une très grande famille, par manque de temps et de moyens, à 500€ le déplacement pour le week-end, min 12h de trajet + 3 enfants dans la voiture, on réfléchit bien avant de bouger! Et c’est un peu dur de les savoir ensemble sans nous mais bon. Finalement, plus je vis en Allemagne et plus je me sens française, rien qu‘en observant les allemands, que j‘apprécie pour beaucoup de choses mais dont je me sens résolument différente!

    1. Je partage énormément de choses avec toi ! Le sentiment d’être très française, en comparaison avec les allemands, et toutes ces petits choses qui le prouvent ! (d’ailleurs j’ai lu sur Dans ma tribu ton commentaire sur le sacrifice des mères allemandes et je partageais aussi ton avis)

  13. Hello,

    Je me permets de laisser mon premier commentaire ici pour te donner un petit conseil pour la télé. J’utilise un petit logiciel qui s’appelle Captvty (https://captvty.fr/) qui permet de télécharger quasiment tous les replay (dont Danse avec les stars et The Voice 😉 ) tant qu’ils sont disponibles sur les sites de replay. Le quasiment est parce que certaines chaînes rajoutent des cryptages sur certaines émissions comme Top Chef (mais ça c’est disponible sur Youtube). Je suis aussi expatriée en Allemagne donc ça devrait marcher pour toi aussi 🙂

  14. J’aime bien Par Jupiter, sur France Inter, (c’est vers 17h), pour le ton rigolo, impertinent, la chronique littéraire, l’invité qui sort des sentiers battus, les sketchs.
    Sinon autre style, sur Radio Notre Dame le matin, j’écoute souvent à 9h « En quête de sens », ce sont des sujets de société qui peuvent intéresser la blogueuse que tu es 🙂
    Bonne journée !

    1. Merci beaucoup pour ces conseils ! J’ai regardé le site de l’émission en quête de sens, et en effet ça a l’air d’être exactement le genre de choses qui me plait ! J’espère qu’ils ont un Podcast ! Idem pour la deuxième émission, parce qu’à 17h c’est généralement déjà le rush à la maison 😉 .

  15. Comme toi, je regrette qu’il n’y ait pas de chaînes françaises accessibles en Allemagne, j’ai l’impression de perdre un bout de ma culture comme ça car mine de rien, la télé véhicule beaucoup la culture actuelle, plus que le journal par exemple. Enfin la culture « basique » avec comme tu cites les tv réalité, les jeux, tout le monde regarde et en parle et en tant qu’expat, on se sent des fois un peu largué.

    1. Oui c’est exactement ça je me souviens par exemple à l’été 2015, tout le monde écoutait Louna quand je suis rentrée et moi je n’en avais encore jamais entendu parlé !

  16. Je suis pour ma part expatriee a Sydney et a te lire je me rends compte que je ne fais pas d’effort pour suivre l’actualite francaise! Avec famille et amis oui What’s app, Messenger et Skype font partie de mon quotidien mais depuis que mon bebe s’interesse a la tele j’ai arrete de regarder les rediffusions sur SBS du journal de France 2… Je vais reflechir a un abonnement online d’un journal/magazine comme toi et voir si jpeux revoir ‘C dans l’air’, mon emission d’actualite favorite en France!

    1. De mon côté je trouve que c’est important aussi pour pouvoir participer aux débats ou discussions avec les proches… J’espère que tu trouveras un média qui te convient 🙂 .

  17. Alors niveau médias, je viens de me réabonner à Courrier International mais bon c’est pas trop dans l’esprit de l’article 🙂
    Ton article me rappelle que quand je suis partie à Londres (2005), je passais mes appels avec des cartes de téléphone internationales, (il fallait taper un code puis le numéro et n’appeler que les fixes car les portables coutaient trop cher … bref vive whatsapp)… La première semaine avant de débloquer mon portable, j’allais même dans des CABINES TELEPHONIQUES !!
    Je n’étais pas une grande fan de Skype. (qui m’empêche de faire à manger ou le ménage par ex. pendant les conversations) mais là avec Milo c’est différent, ça permet à tout le monde de le voir grandir et il est hyper demandeur.
    J’ai moi gardé contact avec mes amies les plus proches. Rentrer régulièrement doit aider (toi tu as certainement du te partager entre Paris et la côte) mais j’ai aussi grâce à ma copine Nina (j’avais fait son portrait sur le mamazine si tu veux lire) compris que les vrais amis c’est ceux auxquels tu peux ne pas donner de nouvelles pendant des mois parce que la vie desfois c’est comme ça, mais quand tu reprends contact, rien n’a changé … avant elle (il y a plus de 10 ans quoi), j’etais très fusionnelle en amitié, j’avais besoin de contacts quasi quotidiens, maintenant c’est beaucoup plus aléatoire et spontané mais au final beaucoup plus « vrai » (je suis en train de changer de sujet là, non ?)…
    Je crois sinon que nous ne sommes pas du tout dans la même situation à cause de notre situation géographique… je reçois énormément de visites -on a maintenant limité à 2 par mois et on est souvent overbookés…. je sais que les gens viennent nous voir mais si ils reviennent tous les ans cela n’a surement pas totalement rien à voir avec le fait que Berlin soit « übercool ». Il y a énormément de Français ici donc j’en fréquente beaucoup (j’ai évité les premières années puis j’ai bossé dans des équipes françaises, 2 de nos potes du lycée ont emménagé ici, mon mec s’est fait des copains du sud par hasard, ma voisine est française, un papa dans le groupe de Milo à la Kita, bref il n’y a pas eu moyen d’éviter longtemps).
    Au niveau professionnel aussi , je me vends comme française alors que toi si j’ai bien compris non. Bref je crois que nous ne sommes pas du tout dans la même position par contre niveau maternité, je te rejoins, j’ai eu besoin de contact avec la France (et oui merci les blogs) car je me suis vite sentie comme une outsider ici (il faut dire que je n’ai pas allaité, j’ai cherché une un mode de garde le plus vite possible, j’ai fait dormir mon bébé tout seul dans sa chambre à 4 mois, j’ai évité les krabbelgruppe comme la peste et le choléra réunis, bref je l’ai bien cherché)
    (et sinon tu n’as pas abordé le sujet mais dès que ça parle bouffe, moi je suis presque là à faire cocorico, la nourriture joue un grand rôle dans mon sentiment national).
    Voilà, un bon gros pavé bien décousu 🙂
    (pour ce qui est des conseils, je suis une grande fan de podcasts, tu en écoutes ? mes derniers préférés français sont la poudre et transfert, il doit y en avoir d’autres mais j’ai toujours 50 épisodes de retard et maintenant que je bosse de la maison, plus assez de temps de trajet pour les rattraper du coup, j’ai plein de nouveautés à tester mais pas encore à conseiller)

    1. Oh la la dis donc encore une réponse bien complète de ta part ! En effet tu dévies pas mal du sujet initial mais ce n’est pas si grave 🙂 . Pour l’amitié, je me demande si je n’en suis pas resté au stade d’avant toi, j’ai besoin d’une certaine régularité, d’une véritable intimité. J’ai du mal avec les relations « une fois tous les six mois » c’est compliqué, je ne sais souvent plus trop quoi raconter, ma vie étant faite de petites anecdotes dont aucune ne sort vraiment du lot. Ensuite, évidemment, nos situations sont différentes, comme tu l’as bien compris, le fait d’être française n’est d’aucune importance dans mon travail, je connais très peu de français ici etc. Et comme tu l’as très justement analysé aussi, le fait d’avoir quitté la côte d’azur à 17 ans et de ne retourner presque que là-bas désormais n’aide forcément pas à garder des amitiés. Et je vais regarder le podcast dont tu parles !

  18. Alors comment définir l’intimité ? Pour moi elle est acquise avec mes amis. En général evidemment elle s’est créée dans des phases de rencontres fréquentes on habitait dans la meme ville, on avait des emplois du temps compatibles, des centres d’interets qui convergeaient, on a crée des souvenirs et un lien fort que la distance n’efface pas. Aujourd’hui meme si on est plus dans cette situation de depart quand on se voit, on reste les memes personnes (je vois nina -ou une autre- demain et je lui raconte mon anecdote d’hier sur comment j’ai ete a mon rendez vous chez mon comptable a une mauvaise adresse dans son koloniengarten a l’autre bout de berlin et comment il n’y avait evidemment personne elle me raconte une anecdote d’avant hier, et on rembobine pendant le temps qu’on a, si je la vois pas demain, cette anecdote avec le comptable n’aura plus d’importance, il y en auras d’autre et c’est pas grave (beaucoup de nuits blanches a papoter lors de ses retrouvailles)… L’intimité c’est par contre aussi de savoir que je peux appeler à 2h du matin si ca va pas, de savoir lire entre les lignes d’un texto que la il faudrait rappeler vite, de voir une carte postale qui te fait penser a la personne et de l’envoyer, de recevoir un colis avec tes bonbons preferes tout ca tout ca … mais il n’y a pas d’obligation à maintenir le contact pour maintenir le contact, c’est liberateur … je sais pas bien l’expliquer mais tu m’as donné envie d’en faire un post…. Après il y a aussi des amities qui s’endorment temporairement (ma mere et ma marraine ont beaucoup eu de mail quand ma marraine a eu ses filles 10-15 ans apres que ma mere m’ait eu, pendant quelques années elles ne se voyaient quasiment plus et puis les filles de ma marraine ont grandi elle a été plus disponible, ma mere a accepté qu’elles avaient un rapport différent a la maternité et elle sont reparties comme avant, on sera tous ensemble en vacances fin juillet, j’adore les observer, je trouve leur amitié inspirante …. (et mes parents viennent chacun de démenager a l’autre bout de la côte mediterraneene, je commence a partager mes retours en france et je vois bien les consequences, du coup je me suis tout de suite dit que ca avait joué un rôle pour toi avec Paris evidemment …)

    1. Bon ben moi ton commentaire me rend hyper triste parce que du coup j’ai l’impression de n’être intime / amie avec personne vraiment… D’un autre côté j’en suis consciente hein, sans doute très largement responsable, mais disons que ça me le rappelle 🙂 . C’est paradoxal quand on y pense, j’ai des lectrices qui me disent qu’elles aimeraient être mon amie et finalement assez peu d’amies dans la vie (voire pas du tout donc mais ça me semble trop violent de le formuler comme ça).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.