Mon couple, l’argent et moi – 2

Mon couple, l’argent et moi – 2

Aujourd’hui je poursuis ma série de contributions avec Madame Confettis. Il y a bien longtemps je vous avais confié pourquoi et comment Ulrich et moi faisions «  comptes séparés  ». Madame Confettis avait envie de revenir sur ce sujet !

Quand FranFran a lancé l’idée d’intégrer des articles d’autres personnes ou à quatre mains, j’ai sauté sur l’occasion et voilà donc une première contribution. Son article sur la gestion de l’argent dans son couple m’avait interpelée lorsque je l’avais lu…

Allez, je me lance  : avec mon mari, nous faisons pot commun  ! Nos salaires arrivent sur le même compte et sont ensuite dispatchés entre différents comptes épargnes (#teamécureuils). Nous estimons que, en tant que couple et famille, nous travaillons dans un but commun et avec un projet de vie nous incluant l’un et l’autre, et maintenant, cela inclut également notre enfant. Il est donc important pour nous de répartir les dépenses et économies en fonction de l’argent gagné. Nous trouvons d’ailleurs bien compliqué les couples qui fonctionnent chacun avec leur propre compte et qui paient chacun à leur tour les courses  ! Pas de prise de tête pour le montant de dépenses communes, on avance main dans la main en sachant que nous économisons pour nos projets communs (coucou futur voyage aux USA  !).

Avec mon mari, nous fonctionnons donc de manière diamétralement opposée mais, paradoxalement, pour les mêmes raisons  : l’indépendance  ! Pouvoir utiliser son argent comme nous le souhaitons sans avoir à nous justifier. Avec un compte commun, nous évitons de demander à l’autre ce qu’il fait de son argent. Admettons que notre voiture tombe en panne, s’il faut la réparer, l’argent est déjà de côté. Pas besoin que chacun ait à payer la moitié et, si l’un des deux n’a pas d’argent, se demander pourquoi il ne peut pas assumer  !

Concrètement, comment fonctionnons-nous  ? Chaque mois, nos salaires respectifs arrivent sur un compte commun. Avec cela, nous payons les factures courantes (eau, électricité, crédit hypothécaire, assurance, etc.). Nous mettons aussi de l’argent de côté dans différents buts  (et chaque objectif est lié à un compte épargne) : voyages, voiture, épargne pour l’avenir, aide-ménagère, etc. Nous considérons l’argent épargné comme n’existant plus, comme ça pas de tentation d’aller piocher sur les comptes  ! Nous avons aussi chacun un compte personnel et nous y versons chaque mois de «  l’argent de poche  », à utiliser comme bon nous semble. Ce qui reste sur le compte commun est utilisé pour les dépenses courantes (courses, pharmacie, visite médicale) et s’il reste de l’argent en fin de mois, il va sur le compte épargne pour notre avenir. Et les plaisirs personnels ? FranFran disait dans sa chronique ne pas vouloir demander l’autorisation pour aller chez le coiffeur ou autre… Rassurez-vous je n’ai jamais eu la sensation de demander la permission d’utiliser notre argent. La seule chose c’est que l’on aime anticiper les dépenses du mois afin de bien gérer l’argent disponible. Par exemple, si nous allons tous les deux chez le coiffeur et faisons un ou deux restaurants, nous n’achèterons pas un nouveau GSM le même mois. On communique sur les dépenses à faire ou souhaitées afin de voir les priorités.

Je dois bien avouer que j’ai tendance à dépenser plus d’argent pour les vêtements et qu’il m’arrive de penser que «  l’argent de poche  » que l’on a n’est pas suffisant. Mais ce qui est vraiment positif c’est que maintenant j’achète beaucoup plus de manière réfléchie et ça évite d’avoir des tenues qui dorment au fond de la garde-robe. Toutefois, si j’ai vraiment besoin de nouveaux vêtements (genre je n’achète pas une quinzième paire de chaussures), c’est payé avec le compte commun car c’est une nécessité.

Et si l’un des deux gagne moins  ? Nous faisons toujours pot commun. Notre première année de vie commune, j’étais la seule à travailler. Je contribuais largement à notre ménage mais cela me semblait naturel : nous vivons ensemble, nous avons un projet de vie commun. Le tout est de se sentir bien dans le système choisi mais je crois que pour nous l’équilibre est parfait. Nous sommes interdépendants, l’un peut traverser une période creuse sans trop s’inquiéter des dépenses communes, aucune gêne à ressentir.

C’est donc évidemment une question propre à chaque couple et il n’y a pas de modèle unique. Je continue de penser qu’Ulrich et moi avons trouvé ce qui nous convient le mieux et surtout correspond à notre grand besoin de liberté. Même si je ne dois pas lui demander son accord avant d’aller chez le coiffeur – pour poursuivre cet exemple, le simple fait de devoir le prévenir en début de mois m’agacerait. Pour certaines choses voire beaucoup je continue de vouloir faire « ce que je veux ». 

Je dois cependant ajouter que notre système a connu quelques ajustements depuis la naissance de Pierre. Lors de mon premier congé parental, la différence de revenus entre nous s’était trop creusée pour maintenir un 50/50 strict dans la prise en charge des dépenses. Par ailleurs, on ne pouvait plus non plus dire que nous assumions les tâches ménagères à parts égales. Le sujet était devenu sensible et nous avons dû le remettre au point. Nous avons conservé le même principe : la perception de nos salaires sur nos comptes personnels et l’utilisation du compte commun pour les seules dépenses familiales. Mais nous l’avons adapté à notre nouvelle réalité : Ulrich paie désormais notre femme de ménage et certains de nos extras communs. Par ailleurs de mon côté j’ai mieux anticipé mon second congé parental et y consacre quelques économies qui me permettent d’être plus à l’aise que la dernière fois.

Depuis que nous avons mis en place ces petits ajustements, il y a déjà deux ans et demi, l’argent n’a plus jamais été un sujet de friction entre nous, et je crois que c’est vraiment un thème sur lequel nous sommes « à l’équilibre ». Et finalement c’est sûrement le but à atteindre dans chaque couple, quels que soient les moyens.

Et chez vous, l’argent avec votre compagnon, c’est un thème compliqué ou pas ? Vous procédez comment ? Les enfants vous ont poussé à adapter votre système ?

50 réactions au sujet de « Mon couple, l’argent et moi – 2 »

  1. Chez nous, nous fonctionnons comme Madame Confettis. Un compte commun pour toutes les dépenses, et de l’épargne.
    Mais je crois que l’argent est une affaire personnelle. Chacun gère comme il l’entend au sein de son couple tant que les deux sont en accords. Le tout C’est de s’y retrouver, d’être en accord avec soi et son conjoint : C’est comme ça que ça marche le mieux.

  2. Chez nous, papa délire fait les comptes. Il appliqué aux dépenses le coefficient en fonction du salaire : si je ramène 40% des revenus, Je paie 40% des dépenses mensuelles. J’avoue que je le laisse gèrer, du coup il y a des mois ou il me doit des sous ou l’inverse suivant qui fait les courses… et chacun a ses économies pour se faire plaisir.

  3. Chez nous on a un système mixte. Chacun a un compte sur lequel on reçoit notre salaire et on vire chacun un certain pourcentage sur le compte commun qui sert à couvrir toutes les dépenses du ménage. On a chacun notre compte épargne et on gère le reste des revenus comme bon nous semble. Mais dans la pratique, ces épargnes sont remis en commun si besoin (on fait actuellement des travaux par exemple et tous nos comptes y passent).
    Une pseudo liberté qui nous permet de faire comme on veut tout en gardant une communauté qui nous tient à cœur. Ayant été 3 mois au chômage cette année j’ai apprécié de pouvoir me reposer sur mon homme, pareil pour ma perte de revenus pendant le congé maternité.
    Du coup Franfran si ce n’est pas indiscret comment ça se passerait si vous décidiez de devenir propriétaire par exemple ?

    1. Notre système est assez similaire évidemment en cas de coup dur on s’épaulerait aussi. Et si on devient propriétaire c’est clair on ne pourra pas faire 50/50 mais d’un autre côté c’est un peu différent car c’est un investissement.

  4. Je ne sais plus si j’avais commenté ton premier article à ce sujet, mais ici, comme toi, nous faisons comptes séparés, ce qui est assez rare chez les couples j’ai l’impression.
    Ici aussi on a un bon équilibre ainsi, et je dois dire que chez moi aussi le besoin de liberté est grand et je veux me sentir libre de faire ce que je veux avec mon argent, sans rendre de comptes. Ma mère était mère au foyer et j’ai le souvenir de tensions avec mon père sur l’argent dépensé, même pour nous les enfants, et je me suis jurée de ne jamais être dépendante financièrement de mon mari…
    L’argent n’est pas un sujet de dispute du tout chez nous, malgré que nos revenus ne sont pas très élevés, je pense que chacun de nous gère bien et que nous avons aussi un bon équilibre.

    1. C’est aussi un principe que je tiens de mon enfance 🙂 . Et c’est vrai que comme toi j’ai l’impression que nous sommes plutôt minoritaires !

  5. Ouch ! Vaste sujet ! Très honnêtement, pour moi, cela n’en est pas un. Je ne suis pas du tout matérialiste, excepté peut-être sur les livres (ah ces lecteurs qui veulent encore des livres papier !).
    Toujours est-il que mon mari et moi nous sommes connus étudiants, donc fauchés 😉 donc nous avons toujours fait pot commun. Nous sommes passés par les job du weekend, des appart plus ou moins grands, plus ou moins isolés, par les crédits étudiants m, etc. Du coup, on a tout construit ensemble. Définir avant de savoir ce que l’autre gagne avant d’avoir un salaire stable n’aurait de toute manière jamais été possible, nos revenus ayant longtemps fluctués, on en était surtout à vérifier chaque mois que l’on avait de quoi payer le loyer. Après, nous avons chacun eu des périodes de galère financière au gré de nos études et des boulots avant de trouver le « vrai » travail. Il aurait été bizarre de se reprocher à l’un ou à l’autre de gagner moins une année à cause des horaires en prépa par exemple. Encore plus de dire à celui qui a la tête dans ses exams « hum ba non tu vois ce mois-ci tu vas pas au ciné parce que t’as gagné moins ».
    Bref, tu l’auras compris, on est pire que tout : on ne compte pas 🙂 on dépense dans ce qu’on veut l’un et l’autre, tout en épargnant (vive les virements automatiques qui vous obligent à être raisonnable ! 😉 ). On suit nos comptes sur Internet et, quand va sent le découvert, on ne dépense plus que dans le courant type courses.
    La seule chose à laquelle on n’a jamais dérogé : on consulte toujours l’autre en cas de changement de vie professionnelle qui pourrait impacter notre vie de coupe (un boulot certes bien payé mais avec nombreux déplacements, séparation d’avec l’associé pour prendre les exemples les plus récents).

    1. Je comprends que lorsqu’on s’est rencontré très jeune c’est différent. De notre côté nous avions tous les deux déjà une bonne situation quand nous nous sommes rencontrés. Et bien sûr on se consulte aussi pour les grosses choses y compris même l’achat d’un nouveau téléphone 😉 .

      1. Nous aussi nous étions jeunes lors de notre rencontre. Et comme vous, on mettait en commun l’argent de nos jobs étudiants pour des projets communs (sorties, vacances, etc.).
        Peut-être que l’âge de la rencontre a un impact sur la gestion future…

        1. Je le pense aussi car je le constate autour de moi, les couples qui se sont rencontrés jeunes n’ont généralement pas le même raisonnement voire la même façon de voir les choses. C’est encore plus flagrant avec les divorcés/séparée. Peut-être est-ce une forme de naïveté. En tout cas, ça me semble très difficile à appliquer quand je regarde notre histoire.

  6. Ouille je n’aimerais pas non plus devoir prévenir mon mari des dépenses que je m’apprête à faire ! Et rien à voir mais autant de comptes bancaires me fatigueraient… C’est fou comme on a tous notre propre façon de gérer l’argent dans le couple 🙂
    Pourtant on considère que les deux salaires sont notre argent commun… c’est juste qu’ils arrivent sur deux comptes différents et qu’on a réparti les paiements entre les deux (à moi les courses, les achats pour les enfants ou la crèche ; à monsieur le prêt hypothécaire, les charges et factures du ménage ou les frais liés à la voiture). Les dépenses plus exceptionnelles sont faites au hasard par l’un ou l’autre (vacances, réparations, cadeaux etc.)
    Une gestion sans prise de tête quoi… c’était le plus important pour nous !

    1. Coucou!
      Pour le nombre de comptes bancaires, c’est certain que c’est particulier. Mais pour nous c’est important de bien dispatcher l’argent pour s’assurer d’avoir mis de côté ce qu’il faut et ne pas être tenté de piocher trop sur une compte épargne unique…
      Comme dit plus, l’important est d’être sur la même longueur d’ondes dans le couple et du coup, notre côté carré et organisé est top dans le cas présent 🙂

      1. Largesse dans quel sens ? Si c’est dans le sens « générosité », oui peut-être… ou juste qu’on ne fait pas spécialement attention parce qu’on considère (et c’est de toute façon notre contrat de mariage qui le stipule) que tous les revenus sont communs. Si c’est dans le sens « beaucoup d’argent à disposition », heu non pas du tout, on n’a pas à se plaindre mais on ne peut pas se permettre de dépenser sans compter pour autant.
        C’est surtout je pense qu’on gère parfaitement nos dépenses, qu’elles ont été réparties selon les revenus de chacun (je paye moins parce que j’ai un plus petit salaire, qui n’est pas régulier vu que je suis freelance) et que donc, c’est « équitable ».

  7. Ouh là, chez nous, c’est compliqué: le Breton a un compte pro à partir duquel il verse régulièrement de l’argent sur un compte que nous avons fini par passé en commun … toutefois je conserve pour l’instant un compte perso …
    Ça paraît très inégale comme ça, mais étant la « plus » dépensière et le Breton le plus gros pourvoyeur de notre foyer, j’aurai plutôt tendance à l’encourager
    Si ma situation professionnelle s’améliore, je suppose qu’il nous faudra à nouveau trouver un autre fonctionnement …

  8. Nous avons chacun un compte bancaire, pas de compte commun chez nous.
    Généralement, mon mari règle les grosses factures et moi tout ce qui est du quotidien.
    Mais depuis notre déménagement, je n’ai plus du tout de revenu (mon mari a perçu une petite indemnité durant quelques mois, pour compenser ma perte totale de salaire).
    En fait, on considère qu’on est une famille, une équipe. Nous avons chacun une épargne de côté au cas où. On ne se prend vraiment pas la tête de ce côté. Après, nous avons la même manière de gérer notre argent. On est plutôt fourmi que cigale 🙂
    Depuis que nous sommes en couple (14 ans!!!) cela n’a jamais posé problème ou été source de tension.

  9. On a un compte joint depuis qu’on a souscrit un crédit immobilier. Comme toi, notre couple, notre famille, c’est un projet en commun. Il faut avancer et les choses sont plus simples comme ça.

  10. Pour le moment nous fonctionnons comme ceci : chacun son compte perso et un compte commun. Le compte joint ne sert qu’aux dépenses communes (loyer, courses, restaurants à deux, factures, achats pour l’appartement …). On fonctionne avec un pourcentage en fonction de nos revenus (pour nous, c’est à moi que les chiffres et les tableaux donnent des boutons alors je fais confiance à monsieur)
    Mais, même si ce système a bien fonctionné pendant 4 ans, on sent qu’on ne pourra pas fonctionner comme ça, ou du moins qu’on ne sera pas à l’aise, avec un enfant (pas encore là mais en projet) et l’achat de notre maison (idem que l’enfant :P). Donc finalement on prévoit de faire comme Madame Confetti : un compte commun pour tout, des comptes perso pour l’argent de poche, et le reste en épargne. En plus la différence de revenu entre mon mari et moi se creuse de plus en plus alors c’est plus difficile à gérer.

    Question à Madame Confetti : moi je serais curieuse de savoir comment vous avez décidé de quel montant vous pouviez disposer en argent de poche. Est ce que c’est proportionnel à votre salaire individuel ou rien à voir ?

    1. La séparation des comptes ne peut en effet fonctionner que lorsque les revenus sont à peu près comparables et l’écart pas trop important je pense aussi…

    2. En fait on a liste les dépenses courantes obligatoires ainsi que les différents montants que nous souhaitons épargner… sur base de ce qu’il restait on a décidé du montant d’argent de poche… pour le moment le même pour chacun mais on parle de l’augmenter un peu pour moi parce que je fais un peu plus de dépenses vêtements (bébé et moi)…

  11. C’est intéressant de voir comment les couples fonctionnent… beaucoup de nos amis ont des comptes séparés, ça me fait toujours bizarre (surtout quand ils ont des enfants). Chez nous c’est un compte commun uniquement et des comptes épargne pour nos garçons. Je trouvais fastidieux et cher de garder chacun nos comptes (la banque prend quand même des frais non négligeables !).
    Je ne ressens jamais le besoin de justifier mes dépenses, tout comme jamais je ne demanderai des comptes à mon mari. Nous travaillons tous les deux, il me semble normal de disposer de notre argent librement. Mais bon, nous avons une bonne situation et sommes surtout très raisonnables dans nos achats ! Peut-être que si l’un de nous était très dépensier nous verrions les choses autrement ? A vrai dire ma vision du couple est assez simple, si tu choisi de fonder une famille et de vivre longtemps (idéalement ta vie) avec quelqu’un, quel intérêt d’avoir chacun son compte ? Ce n’est pas du tout un jugement, pour moi c’est surtout une question pratique. Un seul compte commun est bien plus simple à gérer au quotidien.

    1. Comme je disais pour moi c’est surtout le sentiment de liberté je crois, le fait que je ne sois pas obligée de tout lui dire comme par exemple si je veux faire un gros cadeau à quelqu’un. Après il y a sans doute des choses plus ou moins consciente derrière par exemple chez moi le fait que je vive un peu cette relation comme un « deuxième mariage » après une rupture particulièrement désagréable et inattendue.

  12. Ici on gère de façon très simple et très différente de toi Franfran. Tout arrive sur le compte commun et puis c’est tout 🙂 Je me sers du compte commun comme si c’était mon compte personnel, mon mari fait de même. Et on se consulte évidemment pour tout ce qui est gros achat (typiquement, informatique ou électroménager), ce qui n’arrive pas très souvent !!!

    1. Je reconnais que votre système est plus simple. Mais comme moi j’adore faire des budgets, des tableaux etc. ça ne me dérange pas que ce soit un peu plus compliqué 😉 .

  13. Ici, on faisait comme vous faisiez avant. Chacun ses sous, chacun son compte et chacun 50% des dépenses communes et puis il y a 2-3 ans on a enchainé l’achat de l’appart (où j’apportais la plus grande partie de l’apport mais ou il a passé des nuits et des weekends à faire les travaux), le bébé et des changements professionnels qui impliquaient qu’il allait nettement mieux gagner sa vie que moi, être beaucoup moins disponible pour les prochaines années, ne pas pouvoir prendre la moitié du congé parental comme on l’aurait voulu et que moi j’allais subir la perte de salaire du congé parental seule et à terme quitter mon CDI pour passer en indépendante et assurer la flexibilité qu’un petit demande et donc avoir des revenus fluctuants. Bref, on a continué un temps comme ça – on avait même calculé quelle partie de l’apport sa participation aux travaux remboursait et établi qu’il paierait le crédit seul les premières années pour me rembourser mais au fond tout ca me frustrait beaucoup, me semblait compliqué et ne correspondait pas à la vie de famille dans laquelle je me projetais. Lui s’en tapait un peu, tout en commun ou tout séparé, il était ouvert… On a mis un certain temps à trouver notre solution : j’avais envie de plus de mise en commun maintenant qu’on était « officiellement » dans le même bateau mais sans pour autant tout mettre en commun (1. je me demande toujours comment ca marche quand les couples qui ont tout en commun se font un cadeau, c’est pas un peu « tiens surprise ce truc ultra cher que tu voulais depuis super longtemps, je t’en ai offert 50% » ? – si quelqu’un peut me répondre merci et 2. mon mec a des hobbies qui coûtent beaucoup plus cher que les miens et je ne voulais pas avoir mon mot à dire la dessus)
    On s’est finalement arrêtés sur « on verse tous les deux 90% de ce qu’on touche sur le compte commun, ça couvre tout ce qui est commun et/ou indispensable (une couronne dentaire par exemple est bien entendue payée avec le compte commun mais on est aussi de grands ados fans de baskets donc une paire de baskets de temps en temps aussi); les 10% qui restent sont de l’argent de poche ». Ca marche drôlement bien pour nous – certainement parce qu’on est assez large pour ne pas avoir à trop faire de concessions et qu’on est sur la même longueur d’onde sur « l’indispensable » mais comme ça a pas mal été répété, au final c’est vraiment personnel et ce qui compte c’est de trouver un système juste qui convient aux deux (et puis aussi de savoir le remettre en question quand il ne marche plus).

    1. C’est intéressant de voir que chez vous aussi, la naissance du petit a remis en cause votre modèle de départ. Avec le modèle allemand des congés parentaux longs évidemment, ça change la donne financière. Pour la question des cadeaux, j’ai demandé à mes parents (grands défenseurs du système : « on partage tout ») et oui c’est comme ça : en fait les cadeaux sont toujours payés par les deux. A priori le simple fait de les choisir l’un pour l’autre leur suffit comme geste, tant pis pour le paiement… Mais je ne suis pas bien convaincue 😉 .

      1. Petite contribution à cette histoire de cadeau quand on fait compte commun : je gère les comptes, donc je peux payer en carte bleue, Monsieur ne le verra pas. Lui paie beaucoup de choses en liquide en avance de frais pour sa boîte. Je ne suis pas du tout ses frais, je n’y comprends rien et ne veut pas me compliquer la vie avec ça. Mais du coup qu’il retire plus ou moins de liquide et je n’y vois du du feu ! 🙂

        1. Hey virg, mais du coup, n’as tu pas l’impression d’avoir payé la moitié de ton cadeau toi-même ? même si au fond les parents de la franzoesin ont raison – c’est l’intention qui compte 🙂

      2. Ohlala je ne vois que maintenant à quel point mon comm était long ! Je crois que je pourrais écrire un blog de comms sur tes articles, j’aurais du matériel !! Bref encore un de ces articles où les commentaires permettent d’avoir un aperçu des façons de voir et de faire ! Bravo à toi et à Mme Confettis…
        Et sinon en Allemagne, un autre truc qui encourage à revoir son système de fonctionnement là-dessus c’est le splitting (on pensait se marier pour y avoir droit mais on est trop romantiques pour ça;)) … vous le prenez en compte ou pas ? (si c’est pas indiscret bien sûr)

          1. Oui…comme j’ai cru comprendre que vous aviez un gros écart de salaire, je vous imagine en classe III/V et te vois donc payer beaucoup plus d’impôts que tu n’en paierais en tant que célibataire, non? En tout cas, chez les couples qui en profitent que je connais il y a souvent un « lissage » à ce niveau … en tapant ces mots je me rappelle pourquoi on s’est dit qu’on attendrait avant de se marier pour cette histoire de splitting, ça a vraiment un côté tue l’amour 😀

          2. Alors non finalement quand je travaillais à temps complet notre écart de salaire n’était pas si énorme. Et du coup on est resté tous les deux en classe IV. On a maintenu ce modèle car on préfère payer beaucoup chaque mois et être beaucoup remboursé en fin d’année. Et on se répartit ce joli « bonus » du Finanzamt de manière un peu aléatoire à vrai dire pour le coup mais toujours très joyeux (ça nous permet souvent de nous faire vraiment plaisir).

  14. Ici, on fonctionne plus comme chez toi Die Franzoesin. 3 comptes: un commun et 2 personnels. Sur le commun, toutes les factures, la nounou et le crédit immobilier. Sur nos comptes communs: nos factures personnelles (téléphone, assurance voiture, mutuelle…), les courses et autres dépenses de la famille et notre « argent de poche ». On compte peu nos dépenses sur nos comptes personnels. La majorité est utilisée pour la famille mais on peut se faire des plaisirs sans en parler à l’autre ou même lui faire un cadeau sans qu’il le sache! Cette indépendance est importante pour nous même si elle est virtuelle puisqu’on est marié 😉 On aime cette organisation et j’aurais beaucoup de mal à avoir un compte commun avec mon mari car il a beaucoup de dépenses professionnelles qui même si remboursées le mois suivants m’affolent le mois en cours donc je ne préfère pas les voir, je sais qu’il fait attention seul comme un grand 😉

  15. Bon je dois avouer ne pas bien avoir compris qui dit quoi…. Mais dans l’ensemble ici c’est « ce qui est à toi est à moi » donc un seul compte et on communique sur les petits extra que l’on compte ce payer quitte à demander à l’autre d’attendre le mois prochain car nos finances sont plutôt ric-rac

  16. Je crois que nous avons un fonctionnement entre les deux : quasiment depuis le début nous avons un compte commun + 2 comptes perso et quelques comptes épargne.
    Nos salaires arrivent sur nos comptes perso et chacun reverse un % en fonction de son niveau de revenu sur le compte commun.
    J’ai un tableau excel depuis plusieurs années qui me sert à définir le budget. Au départ seules les vraies dépenses communes était faites sur le compte commun (loyer, courses, charges…) mais aujourd’hui quasiment toutes nos dépenses se font sur le compte commun y compris les vêtements, le coiffeur etc. pour lequel nous avons un budget mensuel. (Mon mari utilise une appli qui chaque mois permet de classer les dépenses par catégories. Et en fonction de cette répartition nous ajustons chaque année le budget)
    Cela nous permet d’avoir aussi de la souplesse si l’un de nous a moins de revenu : par exemple pendant mon congé parental mon revenu se limitait a une allocation + une prime mensuelle de ma mutuelle. Nous avons donc revu les proratas de participation au compte commun en fonction.
    Nos comptes perso nous servent essentiellement pour les cadeaux que l’on se fait l’un a l’autre ou pour certains achats spécifiques (l’entretien de sa voiture de collection pour mon mari, mes séances shopping juste pour le plaisir, etc.). Nous reversons également chacun de notre coté une partie l’argent qu’il reste sur nos comptes perso vers nos comptes épargne. Pour les grosses dépenses (gros électroménager, voiture…) nous piochons dans nos économies au pro rata de nos revenus.
    Ça parait un peu compliqué, mais finalement au quotidien c’est plutôt simple 😉

  17. Super article ! Ici c’est tout commun ou presque. Dès notre eménagement ensemble on a ouvert un compte commun et au départ on gardait nos compted perso pour les habits les loisirs et les cadeaux. Et puis finalement on ne s’en servait plus que pour les cadeaux et on s’est dit que c’était ridicule de payer des frais bancaires juste pour s’offrir des cadeaux alors on les a fermé. Il nous reste nos comptes d’épargne à chacun .
    C’est marrant car ce qui a valu ma rupture avec celui avec qui je vivais avant mon mari c’est justement (entre autre bien sûr ) le fait qu’il ait voulu absolument garder des comptes séparés .
    Moi j’ai grandi en voyant mes parents tout partager : ma mère ne travaillais pas ou presque en dehors de la maison mais mon père qui a fait une belle carrière a toujours considéré que son argent été aussi le sien car « ma réussite est aussi grâce à ma femme car j’ai pu faire la carrière que je voulais pendant qu’elle gérait notre famille  » a t-il dit le jour de son pot de départ à la retraite. Je trouve ça très beau et c’est un peu la façon dont on fonctionne en ce moment avec mon mari et mon congé parental qui a drastiquement diminué mes revenus.
    Le seul bémol c’est l’argent que j’ai touché d’un héritage: on s’en ai servi pour payer nos voitures mais on me rembourse petit
    à petit depuis le compte commun pour ne pas que cela apparaisse comme étant MES voitures mais bien les nôtres.

    1. Je comprends qu’un désaccord profond sur ce sujet puisse causer une rupture… Et je comprends aussi que l’exemple de tes parents te serve de modèle ! Mais en pratique, notre fonctionnement n’est pas très éloigné du votre et à vrai dire je n’utilise mon compte personnel que très rarement finalement puisque la plupart de nos dépenses actuelles concernent notre famille. Après heureusement dans notre banque les comptes courants sont gratuits 🙂 .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *