Nos premiers jours ensemble

Nos premiers jours ensemble

Le jour de la sortie de néonat’ fut un jour merveilleux. Je me souviens même m’être dit que, puisque mon mariage n’avait clairement pas été le plus beau jour de ma vie, peut-être que j’étais bien en train de le vivre enfin, assise à l’arrière de la voiture entre mes deux enfants. Et puis les jours suivants ont été bien plus durs.

Mes parents m’avaient ramené de France le disque de Claudio Capéo. Vous apprécierez ou pas le choix musical mais sa chanson phare s’accordait particulièrement bien à mon humeur du moment. J’ai toujours un peu le coeur qui se serre désormais quand je l’entends.

Si tu me demandes comment ça va ça va sur ma planète, je répondrai ça va ça va comme ci comme ça.

Sortie du cocon de la néonat’, je me devais d’être forte, d’assurer. Je n’avais plus aucune raison d’être triste finalement. Or je me sentais absorbée par une espèce de torrent d’idées noires. Comme si toute la peine que j’avais refoulée jusque là, parce qu’il fallait se battre et être active, me revenait en pleine poire. J’imagine que les hormones et la fatigue ont joué un rôle aussi.

J’ai parfois l’âme prise dans des filets qui me tourmentent. J’ai parfois l’âme grise, ma joie de vivre qu’on me la rende.

J’ai eu peur que ce bébé et moi n’arrivions pas à tisser de relation après cette longue séparation. Il dormait paisible des heures entières dans son berceau comme s’il n’avait pas besoin de moi. Les mises au sein se passaient toujours aussi mal, malgré les conseils de plusieurs professionnelles : Charles pinçait mon téton sans succès. J’avais envie de le porter, mais la notice de mon écharpe indiquait qu’elle n’était pas recommandée pour un si petit poids.

Et puis nous n’étions jamais seuls. Mes parents étaient repartis le jour suivant la sortie. Comme toujours, les quitter avait été un peu douloureux, d’autant plus que je savais ne pas pouvoir retourner en France avant de longs mois. La crèche étant toujours fermée mes beaux-parents avaient pris le relais pour occuper mon aîné. Ils m’ont épaulée, évidemment. Mais je rêvais en fait d’être tranquille chez moi.

Enfin l’effet deuxième m’empêchait de me consacrer entièrement à ce bébé. Pierre continuait de beaucoup m’accaparer, évidemment. Alors je n’osais pas prendre trop longtemps le petit dans mes bras.

Heureusement et presque soudainement, tout a fini par s’arranger. Une semaine après notre sortie, la crèche a réouvert et j’ai enfin repris les rênes de mon foyer.

Avant et après la crèche, j’essaie de me consacrer à mon ainé. Je savoure avec lui ma liberté de mouvement retrouvée, après des semaines de repos forcé. Il est un grand-frère plutôt prévenant, qui court chercher les doudous et la sucette de Charles au moindre pleur. Qui me donne des leçons parfois aussi : « Mais maman, Charles n’aime pas cette lumière », « Il a faim maman va vite chercher le biberon ». Je n’ai observé jusqu’à maintenant que deux fois un peu de jalousie : en présence des grands-parents – il lui a apparemment alors été plus difficile de ne pas être le centre de l’attention, et le soir au moment d’aller dormir – il ne comprend pas que Charles reste alors avec nous. Concernant le coucher, je cherche encore la solution, le temps que Charles puisse aller le rejoindre dans sa chambre.

Pendant la crèche, je suis toute à mon tout petit, et le savoure vraiment. J’adore lui donner le bain, le voir déplier ses grands membres dans l’eau avec un regard étonné, le prendre contre moi avec sa peau si douce. J’ai enfin pu commencer à le porter en écharpe et c’est pour tous les deux, je crois, un enchantement, une manière de réparer la prématurité aussi. Enfin j’ai décidé d’arrêter les mises au sein, et je vis bien avec cette décision. Mon tire-allaitement se passe bien pour le moment. Sur les papiers de sortie de la néonat’ il est écrit : « allaitement exclusif », ça restera mon petit plaisir. J’espère, comme je l’avais imaginé, poursuivre au moins jusqu’à ses deux mois. J’imagine que j’écrirai alors un article dédié sur le sujet. Ne pas pouvoir allaiter « vraiment », je l’ai accepté, j’étais suffisamment préparée cette fois au fait que ça ne marche pas. Cela fera partie de mes petits deuils à faire, tant pis.

Les jours passants, le caractère de Charles s’affirme, il aime moins voire pas du tout dormir dans son couffin. Je me fais confiance alors cette fois, je crois savoir ce dont il a besoin. Je n’hésite pas à le prendre avec moi. Pour le moment nos journées et nos nuits restent douces cependant. Bien sûr, il se réveille toutes les trois heures. Il lui arrive aussi parfois de rester réveillé une heure durant, d’observer autour de lui, de gigoter tranquillement. Mais nous n’avons pas encore connu ces longues heures de pleurs terribles du soir. Je reste prudente et sais qu’elles peuvent encore venir, affaire à suivre…

Il reste bien sûr une inquiétude de base sur la santé de Charles. Je m’étais déjà tant inquiétée pour son frère, comment faire différemment avec notre histoire ? Mais sa vigueur me rassure au quotidien et j’arrive à ne pas m’en rendre malade.

La semaine dernière, j’ai envoyé au travail ma demande officielle de congé parental. Il y est écrit que je reprendrai le travail au plus tôt en septembre 2018 (en fonction du calendrier du mode de garde obtenu), pour 24 à 30 heures par semaine. Si vous savez comme je bénis l’Allemagne, son administration – et Angela Merkel – de m’offrir cette possibilité. Je vais savourer chaque heure et chaque jour auprès de mon si précieux. A nous deux.

60 réactions au sujet de « Nos premiers jours ensemble »

  1. Que je la trouve belle cette photo.
    Je vois une histoire qui se tisse, des mailles qui se resserrent, c’est doux à lire malgré les difficultés et les peurs qui te traverses!

  2. Profite bien de ces moments à deux et à quatre 🙂 C’est vrai que pour ce qui est du congé parental, l’Allemagne est vraiment super! 🙂

  3. Je suis ravie de lire que tout rentre dans l’ordre et que tu savoures ces petits moments magiques. Reprise en septembre 2018, ça fait un peu tourner la tête. Profite bien !

    1. Oui du coup je ne suis pas du tout dans l’esprit de la rentrée cette année 🙂 . Et c’est vrai que ça me laisse beaucoup de temps !

  4. Je vous souhaite de trouver un bel équilibre à 4 ! Au fur et à mesure que ma rentrée approche, je n’ai jamais autant regretté de ne pas vivre dans un pays où je pourrais prendre un congé parental. Contrairement à ce que j’aurais pensé, je me serais bien vu rester un peu plus avec ma Choupette ! J’appréhende un peu la rentrée meme s’il n’y a aucune raison que cela ne se passe pas au mieux !

    1. Oh je suis un triste pour toi de lire ça… Je comprends ton pincement au cœur. Mais je suis persuadée que ta choupette sera bien à la crèche et je suis sûre que tu arriveras quand même à savourer chaque jour de beaux moments avec elle ! Souvent c’est le moment de transition le plus difficile…

  5. Quelle chance de pouvoir tant profiter de ton nouveau bebe pendant plus d’un an ! Par curiosité, comment est rémunéré ce conges parental et le mi-temps qui le suivra ? Courage pour les bib toutes les 3 heures, et n’oublies pas que les nuits hacheées et les pleurs de décharge ne durent qu’un temps, il se pourrait même que ce bebe là ne pleure presque pas 😉 A bientôt

    1. Le congé parental est rémunéré à 65% du salaire de base et plafonné à 1 800 € nets d’impôts par mois. Le temps partiel est rémunéré proportionnellement au temps de travail mais mes cotisations retraite bénéficient d’une aide pour être maintenues comme pour un temps complet (car c’est un temps partiel « éducatif »). C’est un système que je trouve très avantageux, a fortiori quand on travaille comme moi dans la fonction publique (avec un peu moins de pression de l’employeur). Et si tu pouvais avoir raison pour les pleurs, ce serait super 🙂 !

  6. Félicitations à vous deux !! Vous êtes forts et très beaux avec votre écharpe ! Je me permets un tout petit commentaire au sujet de l’allaitement… avez vous essayé avec des tèterelles (bouts de sein) ? Elles ont sauvé notre allaitement…
    Bons débuts à 4, je vous souhaite plein de bonheur à tous et plein de force dans les moments un peu plus difficiles !

  7. Ah la vie à 4! Tout un équilibre à trouver, fragiles les premiers temps, mais de mon côté, même s’il y a eu des moments épuisants, j’avoue que c’est du pur bonheur.
    C’est bien, tu as l’air d’avoir pris tes repères et une organisation pour profiter de tes 2 loulous, c’est important!
    (Et je valide le choix musical, j’aime beaucoup Capéo 😉 )

  8. Ça fait plaisir de te lire apaisée sur cette deuxième maternité. Profite de ton oisillon, mais ne culpabilise pas ne pas pouvoir offrir à Charles exactement la même chose qu’à Pierre … (dixit la mère qui culpabilise parce que son deuxième s’endors seul comme un bienheureux dans son lit alors que l’aîné avait -et à toujours- un grand besoin de contact)
    Chaque enfant est différents et nous même somme des mères différentes

    1. Tu as tout à fait raison merci de me dire ça !! Charles ne pleure toujours pas des heures durant et c’est débile mais ça m’inquiète presque !

    1. Oui j’ai le temps de préparer ma prochaine rentrée 😉 . Et au fait tu te lèves drôlement tôt ! On reconnaît les jeunes mamans à l’heure où elles commentent 😉 .

  9. C’est tellement doux et plein de tendresse. Je suis très heureuse pour toi que tu vives cette deuxième maternité plus sereinement et que tu commences à trouver un équilibre pour tous les quatre. C’est vraiment super que Pierre soir un grand frère si attentionné.
    Profite bien de ces premiers temps si tendres avec ton tout petit ❤

  10. Je trouve ça tellement difficile les premiers jours avec un bébé. On doit apprendre à se connaitre avec tous les paramètres extérieurs de fatigues/angoisses/enfants/visites… et c’est parfois source de beaucoup d’inquiétude.
    Je suis heureuse de lire que tu es plus sereine.

  11. Ça fait chaud au cœur de savoir que vous trouvez vos marques avec ton petit Charles ! Pour l’allaitement je suis curieuse de lire ton expérience du tire allaitement. J’avais commenté l’article de Maman Nouille sur le sujet et je trouve ça très courageux, je ne suis pas sûre que j’aurais tenu dans ces conditions (je ne sais pas pourquoi mais j’ai toujours détesté tirer mon lait).
    Je dois bien dire que je t’envie un peu pour le congé parental 😉 C’est vrai que le maintien du salaire à 65% est un bel avantage. J’ai pris 3 mois de congés pour la Biscotte et les indemnités de la CAF couvraient à peine 20% de mon salaire, et avec ma mutuelle j’arrivais à un petit 35%. Dans ces conditions difficile de prendre plus de quelques mois. Mais je pense que pour bb2 je prendrai à nouveau quelques mois puis je reprendrai à 80% seulement.
    En attendant, profite bien de ta non-rentrée 😉

    1. Je crois qu’après avoir fait pitié à de nombreuses lectrices avec la prématurité je viens de déclencher une vague d’envie avec mon congé 😉 . Je le comprends et savoure ma chance. J’espère que tu pourras faire comme tu le souhaites pour ton deuxième. Concernant le tire-allaitement je ne peux pas dire que ce soit un grand plaisir mais une compensation que j’accepte assez bien cette fois. Je vous expliquerai tout dans un article dédié, promis !

  12. Je suis contente de lire que tu es apaisée avec cette seconde maternité.
    Ton conger parental me donne envie. En France la perte de salaire est assez énorme. Ce qui ne m’avais pas empêcher de prendre 6 mois malgré que l’on ait été juste au niveau budget. Mais il m’était impensable de laisser mon tout petit. Pour un deuxième je ne sais pas comment je ferais.
    Profite pleinement !! Savoure chaque instant !! Belle vie à tous les quatre.

    1. Merci beaucoup 🙂 et c’est vrai que j’ai énormément de chance avec mon congé parental, je vais le savourer comme il se doit !

  13. Tu as beaucoup de chance avec ce congé parental ! Je n’aurais jamais cru dire ça mais j’aurais tellement voulu y avoir accès pour ce deuxième… cette fois, j’ai vraiment eu l’impression de ne pas avoir eu assez de temps…
    Profitez-en bien tous les 2 et tous les 4 🙂 Ces premiers mois sont une période tellement à part de nos vies à tous. Parfois, je regrette que nos enfants n’en aient jamais de souvenirs. Tant pis, j’en aurai pour eux 😉

    1. Tu as raison c’est vrai que c’est dommage cet absence de souvenirs ! Bon courage pour la reprise c’est drôle mais j’ai l’impression que pour un deuxième le temps d’arrêt est encore plus précieux.

  14. Ton article transcrit bien le marasme d’émotions qui assaillent toute jeune maman: la joie mais aussi les doutes, la fatigue, la lassitude… Il faut apprendre à s’apprivoiser, cela prend du temps et puis la néonat perturbe un peu le cheminement naturel des choses. C’est top le congé que tu as pu prendre! Bon courage et plein de jolies choses pour cette nouvelle vie.

  15. Tout se met en place petit à petit.. si Charles n’arrive pas à prendre le sein, ne culpabilise pas. Ma fille n’a jamais réussi… et on m’a dit bien plus tard : l’allaitement c’est 50/50 entre la maman et le bébé ! Bref on ne contrôle pas tout.. si tu as le courage de tirer ton lait en plus ! Le congé parental c’est super, et ce qui est top c’est que tes 2 enfants vont en profiter ! Au fait tu m’enverras un petit mp pour me dire son prénom ? Hiiiiiiiiiiiiiiii !! Bisous !

    1. Je me souviens bien de ton expérience du congé parental que tu nous avais racontée 🙂 . Ça marche pour le prénom je t’envoie ça en privé 😉 .

  16. Belle photo… C’est une vrai chance les congés parentaux… J’ai finalement passé beaucoup de temps avec mes enfants, et je ne le regrette aucunement… Je vous souhaite que les difficultés s’éloignent et les inquiétudes avec…

    Virginie

  17. Septembre 2018 ! Je ne m’inquiète pas pour toi vu que tu disais que s’occuper de tes chérubins te passionnait mais franchement je crois que ce n’est juste pas pour moi ! Je suis déjà en train de me chercher des choses à faire pendant mon congé mat de 3 mois tellement je suis persuadée de m’embêter vers la fin 🙂
    En tout cas je te souhaite une douce année et j’ai hâte de lire toutes les belles choses que tu vas nous raconter 😉

    1. Je comprends que ce ne soit pas le rêve de tout le monde 🙂 . En revanche je me demande si tu vas t’ennuyer ! Disons qu’avec un bébé on a du temps libre c’est vrai mais haché et peu concentré donc on ne peut pas tout faire 🙂 .

  18. Je suis contente de te lire et de te sentir apaisée! Certes les débuts n’ont pas été faciles et les hormones n’aident pas mais finalement, tu as pris assez bien tes habitudes et tu as l’air de bien gérer le rythme. Je te trouve sereine avec tes choix et ça c’est bien le principal! Je pense qu’avoir un deuxième ça bouleverse la vie donc des couacs il y en aura mais vous les surmonterez vite d’après ce que je peux connaître de toi!
    Profite bien jusqu’en septembre 2018 (oh que oui, l’Allemagne est bien faite!)!!

    1. C’est vrai que je me sens apaisée c’est fou d’ailleurs de voir l’évolution en un mois seulement ! Je vais profiter à 100% de cette année, c’est certain !

  19. Claudio capeo c’est le chanteur préféré du moment pour mon mari il a tourné en boucle tout l’été
    Que d’émotions en l’espace de quelques jours ! Mais vous semblez avoir trouvé un bel équilibre.
    J’aime beaucoup ta conclusion. J’ai pris également six mois de congé parental – plus ou moins forcée. Je redoute un peu. Mais tu as raison, c’est juste une chance qu’on puisse se le permettre, malgré la baisse plis que conséquente au niveau de nos revenus.
    Hâte de lire la suite de vos aventures !

      1. Organisationnellement j’ai préféré prendre un congé parental. Je suis instit mais pas titulaire de mon poste, chaque année je dois faire des voeux. Jusqu’à présent j’avais toujours été chanceuse et envoyée dans des écoles de ma ville ou pas très loin… cette année ils m’ont mise sur un poste dans une ville assez loin de la notre… et avec des horaires complètement différents de ceux de l’école de Louis… ça aurait été vraiment compliqué cette rentrée si j’y avais été.
        Donc j’ai demandé un congé parental mais certes un peu à contrecoeur car niveau financier ça va être très très compliqué ; et puis j’adore mon métier et ça me fait vraiment bizarre de ne pas être devant une classe aujourd’hui mais je suis aussi contente de pouvoir passer encore du temps avec mon bébé qui est encore siiiiiiii petit et tellement chou bref une bonne ambivalence comme on aime

        1. Ok je comprends mieux alors 🙂 . Et du coup quels sont les horaires d’école de Louis ? J’espère que sa rentrée s’est bien passée ! Il va profiter aussi d’avoir sa maman à la maison.
          Et du coup j’ai lu chez Chat-mille (j’ai pas fait exprès je passais par là !) que tu réfléchissais à lancer ton blog et je voulais te dire que j’étais enthousiaste à cette idée et que je te soutiendrai dans cette initiative avec plaisir ! Je suis sûre que tu as beaucoup à apporter !

  20. Ah ça sent un peu les montagnes russes émotionnelles ce billet ! En tout cas, c’est cool de vous savoir réunis, à la maison et en train de vous adapter à cette nouvelle vie, je sens déjà le rythme de croisière pointer le bout de son nez. J’imagine tout à fait le casse-tête de ne devoir se partager entre 2 petits et en plus avec des grands-parents à la maison ! au passage, on ne te l’a pas déconseillé en long, en large et en travers pendant le Wochenbett ? Moi j’étais déjà passée pour une inconsciente d’avoir laissé la famille reserver des billets pour venir nous voir et ce alors que j’avais organisé que personne ne dorme à la maison pendant 2 mois (où je voulais profiter du congé parental du papa)
    Et du coup, si j’ai bien compris, vous profitez du Elterngeldplus ? Ca m’avait semblé hypercompliqué à comprendre/mettre en place mais au final j’ai vraiment regretté de pas m’être plus penchée sur la question (surtout quand j’ai du trouver une place de kita en février alors que toutes les places se libèrent en été, quand on y réfléchit c’est hyper logique mais j’avais pas réfléchi). Je suis curieuse, vous avez mis ça en place comment ? (en terme de qui combien de mois qui combien de temps tout ça – en terme de papier, je me renseignerai en temps venu ;))

    1. Hi Hi oui pendant le Wochenbett on est sensé ne rien faire ! Mais se faire aider par les grands parents c’est autorisé, non ? On va profiter du Elterngeld mais pas du « plus » pour ça il faut travailler à temps partiel pendant la période aidée. Moi je prends donc 12 mois et mon mari va essayer d’en prendre 2 s’il arrive à le négocier avec son associé.

      1. C’est la mention du temps partiel qui m’avait laissait pensé que tu prenais un ‘plus’ mais après relecture et calcul mental (sept 2018 ah oui ca te fait bien au moins 12 mois complets), effectivement oui, non. Bref pour les grands parents sinon, c’est clairement pas le même cas de figure pour le deuxième vu quil faut gerer le grand mais pour le premier, on nous a encouragé non seulement a ne rien faire mais aussi a ne voir/ recevoir personne (ou au moins pas trop longtemps… )d’où ce commentaire.J’avoue avoir cheri ces semaines tous les 3 mais si mon mec avait du bosser j’aurais certainement fait venir ma mère (d’ailleurs je l’ai forcée a venir la semaine où il a repris le boulot :D)

        1. Oui en fait je vais même avoir un mois sans revenu pour être tout à fait exacte mais les crèches commencent toujours au mois d’août ici et le temps de faire l’adaptation… Et en effet avec un aîné les grands-parents ont vraiment été indispensables quand la crèche était fermée !

  21. Heureuse de voir que vos liens se tissent avec tant d’amour et de douceur… malgré les débuts difficiles. Très belle photo!
    Moi aussi la rentrée est prévue pour septembre 2018. Congé parental rémunéré au lance pierre et serrage de ceinture mais je suis ravie de ne pas avoir à m’inquiéter de mode de garde et de sevrage pour ma toute petite. Néanmoins je m’inquiète un peu de ma vie sociale et du potentiel ennui intellectuel pendant cette période. .. comment envisages tu cela? Pierre continuera t il d’aller à la crèche tous les jours ? (École pour ma grande que le matin j’espère pouvoir souffler un peu car l’organisation avec les 2 ce n’est pas de tout repos!)
    En tout cas plein de belles choses à vous!

    1. Super nous allons partager notre congé parental alors ! C’est la première fois tu n’en avais pas pris pour ton aînée ? Niveau intellectuel j’en profite pour lire beaucoup et écouter des podcasts. Je trouve que ces activités se combinent bien avec un nouveau né. Et niveau social je me suis constitué un réseau de mamans déjà pendant mon premier congé. J’avais écrit un article là-dessus d’ailleurs : http://die-franzoesin.com/2015/07/pour-un-conge-parental-reussi/. En revanche pour le moment Pierre continue d’aller à la crèche et je le laisse même trois jours par semaine jusque 16h (le reste du temps je le récupère comme avant à 15h – ce n’est de toute façon généralement pas possible plus tôt en Allemagne). J’ai encore un peu de mal à gérer les deux tout en proposant des activités intéressantes au premier donc je préfère qu’il s’amuse un peu plus là-bas. De 16 à 18h j’essaie en revanche de vraiment me consacrer à lui et de lui proposer des trucs sympas. Et puis ça me permet aussi d’avoir suffisamment de temps au calme avec mon tout petit j’avoue (même si certains jours ça me culpabilise un peu Pierre en a aussi profité en son temps !).

  22. Il faut un petit temps d’adaptation pour passer de 3 à 4, tout le monde doit retrouver sa place et prendre de nouvelles marques ! Même si les premiers jours ont été difficiles, tu sembles maintenant apaisée et avoir trouvé un rythme qui te convient Je pense aussi de plus en plus à inscrire M. à la garderie pour quelques heures par semaine avant la naissance de bb3 et jusqu’à temps qu’il rentre à l’école …. Profite de cette année avec Charles

    1. Comme je viens de l’écrire à Mathou pour le moment cette organisation avec Pierre en KiTa la journée me semble indispensable et je suis admirative devant celles qui gèrent vraiment deux enfants toute la journée…

  23. Cette photo est si touchante et montre à quel point être mère est à la fois si merveilleux et si terrible … ce petit Charles a beaucoup de chance d’être au sein de votre foyer, surtout avec un grand frère aussi prévenant 🙂 Des craintes, des interrogations, des incertitudes, tu en auras des tas et tout au long de la vie de tes enfants … mais tu peux être certaines que ce sourire que tu abordes sur cette photo est celui d’une mère heureuse et comblée 🙂
    Et j’avoue que là dessus, nous avons bcp à envier à l’Allemagne … je désespère qu’un jour la France comprenne et fasse pareil pour le CP …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *