Un prénom pour Krümmel

Un prénom pour Krümmel

Krümmel, c’est la façon dont j’ai décidé de surnommer ce petit bébé dans mon ventre depuis le tout début de cette grossesse. Ça veut dire « miette » en allemand et ce terme est souvent utilisé pour désigner affectueusement un fœtus, c’est un peu l’équivalent de la crevette française si vous voulez. Dans ma famille peu réceptive à la prononciation allemande – mais friande de petits clichés, Krümmel est actuellement surnommé Hans ou Franz. L’équivalent de nos Bernard et Robert français sans doute.

Bref, le stade du surnom semble incontournable pour parler de son bébé pendant la grossesse mais il y a encore plus incontournable : c’est de lui choisir un vrai prénom. Je trouve que c’est une énorme responsabilité. Alors comme la première fois je doute, j’ai peur de ne pas faire le bon choix. Et pourtant cette fois j’ai une idée très précise dans la tête depuis assez longtemps.

Lorsque que nous avons choisi le prénom de Pierre, il était assez clair dès le début que nous souhaitions un prénom français, comme pour compléter son nom de famille allemand par l’autre facette de son identité. Nous avons également décidé de lui donner un deuxième prénom plus neutre, international, qui ne trahisse aucune nationalité. De façon à ce que, si il ne souhaitait plus être spontanément « démasqué » français un jour, il ait aussi la possibilité de le cacher, en inversant simplement l’ordre de ses prénoms. À ce sujet il faut préciser que le deuxième prénom a un peu plus de valeur en Allemagne qu’en France. Il est systématiquement présent sur les courriers officiels qu’on reçoit de la banque ou de l’administration, il est aussi présent sur la liste des enfants de la crèche. Toujours convaincus que cet équilibre franco-allemand est le bon, nous aimerions le reproduire une deuxième fois : un prénom français, un prénom neutre, un nom de famille allemand.

J’en profite pour rappeler à toutes celles qui n’auraient pas encore lu mon à-propos que Pierre n’est pas le véritable prénom de Pierre. Il s’agit d’un pseudo. Son véritable prénom est cependant dans la même ligne : classique, traditionnel voire légèrement démodé. Si le prénom Pierre a été donné environ 800 fois en 2015 celui de mon fils en revanche ne l’a été qu’une centaine de fois. Rien à voir avec les 5 600 Gabriel qui sont nés la même année. C’est la raison pour laquelle je protège à ce point son prénom. Vous imaginez que si il n’a été donné en France qu’une centaine de fois en 2015 il se peut qu’en Allemagne mon fils soit le seul enfant à le porter ! Et je ne souhaite pas le rendre trop reconnaissable sur ce blog.

C’est Ulrich qui a eu l’idée d’appeler notre premier fils ainsi. Je n’y aurais peut-être jamais pensé spontanément. Cependant j’ai de suite accroché. J’en étais alors au tout début de ma grossesse, je m’en souviens très bien, et il a immédiatement fait partie de nos favoris.

J’avais cependant alors déjà en tête un autre prénom pour un garçon… Je ne sais pas d’où cela me venait. Un prénom classique et traditionnel aussi, un saint marquant également, une dimension historique plus présente encore. Mais Ulrich a rapidement mis celui-ci de côté, le jugeant trop exotique, pas assez facilement prononçable en allemand.

Après la naissance de Pierre, alors que les gens nous interrogeaient sur le choix de son prénom je disais souvent en riant : « C’est l’idée d’Ulrich ! Moi, j’aurais aussi aimé l’appeler comme ça, mais Ulrich a refusé ! ». Et petit à petit je ne sais pas pourquoi, peut-être parce que ma belle-mère a dit à cette occasion qu’elle trouvait ça joli, Ulrich a fini par se laisser convaincre que ce n’était pas si exotique que ça, me disant qu’il pourrait bien l’envisager la prochaine fois.

Ainsi lorsque je suis tombée enceinte de ce deuxième bébé pour moi ce fut très vite totalement clair : cette fois, il s’appellerait comme ça, il porterait ce prénom qui me plait depuis si longtemps. Cette quasi certitude m’a d’ailleurs occasionné une petite sueur froide au moment de connaître le sexe. Dans ma tête ce bébé s’appelait déjà tellement comme ça que je ne pouvais presque plus imaginer chercher un prénom de fille – enfin, je vous rassure, si cela avait été nécessaire, nous nous y serions sans doute mis de bon cœur.

Depuis nous en avons rediscuté avec mon mari. Nous avons envisagé des alternatives, relu notre livre de prénoms. Mais nous sommes toujours revenus fidèlement à cette première idée. Krümmel devrait donc bien s’appeler comme je l’ai presque toujours imaginé. J’ai été plus conciliante sur la négociation du deuxième prénom, le prénom neutre culturellement. C’est l’idée d’Ulrich qui l’a cette fois emporté et je m’y suis faite parce que j’apprécie l’association des sonorités.

Lorsque j’ai été alertée sur l’état de mon col à 24SA j’ai envisagé quelques temps la possibilité de perdre ce bébé – évidemment je l’envisage toujours mais de moins en moins à mesure que les semaines passent. Cela vous semblera peut-être étrange mais je me suis alors demandée si je lui laisserais ce prénom, si j’étais prête à donner ce prénom adoré à un enfant mort – oui, j’ai des idées très glauques parfois. J’ai autour de moi plusieurs parents endeuillés qui n’ont pas fait ce choix et ont donné à leurs enfants perdus des prénoms spécifiques. C’est un choix que je ne juge pas mais j’y ai réfléchi et je crois que dans tous les cas Krümmel s’appellera toujours comme ça désormais. Ce prénom qui est dans mon coeur depuis si longtemps, il m’a accompagné depuis le début de cette grossesse, il y est désormais irrémédiablement lié.

Alors vous vous dites : « Bon, c’est facile, elle a son prénom depuis le premier jour et ne souhaite pas en changer, tout roule ! ». Oui et non. Je vous ai expliqué au début à quel point cette énorme responsabilité m’impressionne. Mon mari s’est laissé convaincre et ne trouve plus ce prénom trop exotique mais j’appréhende quand même la réaction de ses compatriotes. Sauront-ils prononcer ce prénom sans l’écorcher ? Ou se demanderont-ils systématiquement quelle idée nous avons bien pu avoir ? Pour me rassurer j’ai fait lire des listes de prénoms à deux amies allemandes en le cachant à l’intérieur. Notre choix a passé ce test sans accroche, cela m’a rassurée…

Sauf changement de dernière minute, Krümmel a donc déjà et depuis deux bons mois ses deux prénoms. Alors, vous avez une idée ? Vous avez connu ça, avoir un prénom en tête qui vous suit depuis des années ?

98 réactions au sujet de « Un prénom pour Krümmel »

  1. Nous avons mis toute la grossesse pour trouve le prénom de Miss E. J’avais des idées qui ne plaisaient pas forcément à mon mari et inversement. Je trouve cela très difficle de choisir. Comme tu le dis c’est une grande responsabilité pour nous parents. On a eu peur mainte fois de se tromper. Nous avons choisi un prénom peu porté, mais classique quand même, fleuri pour notre fille. Il a été notre coup de coeur commun en fin de grossesse.

  2. Hâte de le connaître ! Ici, c’est pour une fille que j’avais un prénom coup de coeur: Pétronille. J’ai essayé de convaincre mon mari pendant peut-être 2 ans. En vain ! Pour le vrai prénom de Gustave, je l’avais proposé lors de ma première grossesse. Il aura fallu 4 ans et pas d’autres idées pour que l’idée fasse son chemin !

    1. Ça nous fait donc un point commun : nos maris ont visiblement parfois besoin de temps pour s’habituer à nos idées géniales 😉 !

  3. Wouah ça donne terriblement envie de connaître le prénom de krummel cet article ! Est ce un prénom plus donné que celui de ton aîné ?
    Pour ta réflexion glauque- morbide ça me rassure un peu j’avais eu la même quand j’étais en Map. Pour avoir la même conclusion : ce bébé avait un prénom quelque soit l’avenir de la grossesse et rien ne pouvait y changer ( nous avions choisi aussi le prénom très tôt dans la grossesse )
    J’adore ces histoires de prénom, choir des prénoms qui vont bien avec celui de l’aînée, avec le nom de famille , des 2e (voir 3e chez nous) prénoms qui ont un sens… si bien que même si je ne sais pas si 3e bébé il y aura je ne peux m’empêcher de réfléchir déjà à un 3e prénom qui s accorderait avec ceux de mes deux filles…

    1. Non il n’est pas plus donné 😉 . Je suis « rassurée » aussi de voir que le genre d’idées noires que nous avons eues est sans doute normal… Et moi aussi j’ai déjà le prénom du troisième pour tout te dire alors que c’est un projet pas du tout confirmé !

  4. Nous n’avons pas encore d’enfants mais je me retrouve dans tes propos, la recherche d’un prénom pour un petit franco-allemand va être un petit casse-tête pour nous aussi :). Mine de rien, ce n’est pas si facile les prénoms qui passent dans les deux pays, surtout pour les garçons. Mais je suis sûre qu’on trouvera un terrain d’entente 🙂

  5. Oh, j’apprends en te lisant que ton ainé sera le grand frère d’un petit frère, c’est génial!
    Pour le prénom du petit Krümmel, je pense à « Luc », mais bon, je suis loin d’être douée pour ce genre de devinette.

    Dans notre cas aussi nous avions un prénom « coup de foudre » bien avant de nous lancer dans les essais bébé, et pour notre deuxième, le prénom était également dans notre coeur avant sa conception. Nous n’avons aucun regret, même si leur originalité nous avait fait nous poser quelques questions comme toi, mais finalement, ils étaient fait pour eux! 🙂

    1. Je prends toutes les contributions à la devinette 🙂 . Et oui, mon « petit » sera bientôt le « grand » ! Tu me rassures concernant l’originalité de leurs prénoms mais c’est déjà mon expérience avec mon premier, son prénom lui va tellement bien !

  6. Coucou ! Tout doucement je reviens lire les blogs que j’aime ! Désolée de ne pas avoir pris le temps de venir dernièrement mais ces 6 derniers mois ont été fous !
    Revenons aux prénoms. Ayant toujours eu des envies de voyage et ayant vécu à l’étranger, mon mari et moi voulions un prénom facile à prononcé dans de nombreuses langues. Pour notre fille je pense que nous y sommes parvenus (à toi de me dire ). Pour notre fils, le prénom existe dans de nombreuses langues puisqu’il fait référence à un personnage historique, mais il ne se prononce pas toujours de la même manière. Je ne crois pas que cela soit un problème. Moi même, m’appelant Flore, je me fais appeler Flora par les anglophones.
    Quant aux deuxièmes prénoms : mon mari et moi sommes le fruit de mélanges de 3 grandes religions alors nos enfants portent chacun un prénom de chaque origine.
    Donc globalement nous avons fait un peu les memes choix de faciliter l’intégration de nos enfants dans leur milieu et de leur rappeler leurs racines !

    1. J’aime beaucoup l’idée d’utiliser les deuxième et troisième prénoms pour rappeler une origine. Et le choix de prénoms plus internationaux en premier me semble en effet réussi 😉 . En tout cas ça fait plaisir de te revoir ici !

  7. Très joli texte! qui me parle beaucoup! Je ne voudrais pas trop m’étendre ici sur le côté « glauque » des histoires malchanceuses… Pourtant ce texte fait écho à mon vécu. J’avais en tête un prénom de fille depuis toujours et pourtant, lorsque nous avions appris que j’attendais une fille, nous avons avec mon mari changé de prénom (le trouvant trop commun finalement) à la dernière minute. Il se trouve que ma petite fille est décédée à ses 4 jours d’une malformation cardiaque passée complètement inaperçue jusqu’à ses 2 jours… Alors quand à la troisième grossesse, nous avons appris que c’était à nouveau une fille, nous n’avons cette fois pas osé en changer… Par superstition… On s’est dit que ce prénom qui nous avait toujours semblé être une évidence, se devait, attendait d’être porté, et que si nous nous refusions une fois de plus à cette évidence, il nous arriverait encore la poisse… Comme quoi, il faut écouter ses intuitions… Finalement, nous y avons ajouté un deuxième prénom, je ne savais pas que le deuxième prénom avait une si grande importance en Allemagne.

    1. C’est une histoire très triste et je comprends qu’ensuite vous ayez décidé de rester sur votre idée. Et oui, le deuxième prénom est considéré différemment ici 🙂 .

  8. Ahlala, les prénoms…j’adore les histoires de prénoms et du coup j’essaye de deviner les prénoms de Pierre et de Krümmel, mais c’est pas facile…
    Quand j’étais plus jeune, je recopiais des listes entières de prénoms… J’aime beaucoup aussi entendre les prénoms des fratries, j’ai souvent envie de demander aux gens comment s’apellent leurs frères et soeurs, souvent il y a une cohérence, une harmonie mais parfois pas et ca étonne, en tout cas je trouve toujours celà intéressant.
    Ici pour mon premier, le prénom de Louis est venu assez vite comme une évidence pour nous deux, avec une valeur familiale en plus pour moi (prénom de mon grand-père adoré, décédé). J’avais un peu peur de la réaction de ma famille à ce sujet d’ailleurs. Ce qui nous a fait hésiter, c’est que ce prénom est dans le top 3 de son année de naissance… Très à la mode actuellement donc, et ca nous a un peu refroidi mais finalement aucun autre prénom ne nous convenait, c’était déjà Louis pour nous.
    Pour ma fille, ca a été beaucoup plus difficile de trouver une prénom qui nous convienne à tous les deux… A la fin, on hésitait entre Octavie et Léonie et c’est mon mari qui a tranché. Octavie est beaucoup moins donné que Louis mais je n’ai aucun regret, je l’adore et d’ailleurs je ne la verrai pas s’apeller Léonie maintenant ! C’est un prénom fort, classique mais original et je voulais un prénom de caractère pour une fille (mon préféré mais mon mari n’aime pas du tout est Hortense, j’adore).
    voilà, tu sais tout ;-). J’espère un jour découvrir les prénoms de tes garçons :-).

    1. J’aime beaucoup les prénoms de tes deux enfants !! Et j’adore Hortense ça fait partie de mes prénoms préférés ! Malheureusement ça ne s’assortirait pas trop avec notre nom de famille… après la naissance si je n’oublie pas je te révélerai volontiers nos prénoms en privé 🙂 .

  9. Nous avons aussi une fille franco-allemande- elle a pourtant déjà 20 ans. A l’époque- sans se soucier du nom de famille (qui est français)- notre quête était de trouver un nom qui se prononce pareil dans les deux langues. Pas évident. A la fin un nom court et assez rare l’a emporté. Les français nous disait; »mais quel joli nom allemand », les allemands à leur tour « Oh un nom français trop beau ». Peu importe, tout le monde savait le prononcer, ma fille se sent chez elle dans les deux langues et est partout appelé par le même nom – même si son nom est à l’origine … hébreu.

    1. C’est assez typique le fait d’être directement associé au pays « étranger » par l’autre côté de la famille, cette anecdote me fait sourire 🙂 .

  10. Gniiiii j’ai une idée en tête !
    Ce prénom aura en tout cas une histoire dans votre famille, depuis le temps qu’il « traîne » dans vos esprits 😉

    En Belgique aussi les seconds prénoms sont indiqués. En fait ils le sont dès que tu as besoin d’une identification officielle : administration évidemment mais aussi enseignement, banques, etc.
    J’avais bien des prénoms qui me trottaient dans la tête depuis des années (comme Clément, Benjamin ou Charlotte). Mais pour chacun de nos enfants un autre candidat trouvé un peu par hasard est venu les détrôner 🙂

    1. Je vois que les deuxième prénoms sont utilisés de la même façon dans nos deux pays 🙂 . Et le candidat trouvé un peu par hasard c’est bien aussi, pour nous c’était donc comme ça pour le premier !

  11. Tu aiguise notre curiosité!! Pour le prénom de ma première fille, nous avons eu le coup de coeur avant même sa conception, pour un prénom connu de tous mais vraiment rare. Au final, même si nous avons cherché d’autres idées – pour la forme! – nous n’avons jamais changé d’avis par la suite. Pour notre 2ème fille, c’était un peu plus difficile, pour que ça aille avec le prénom de sa soeur, qu’il soit aussi original, mais pas trop, et qu’on ait aussi le coup de coeur…ça a été plus long, mais je crois qu’à 5 mois de grossesse on s’était mis d’accord, pour un prénom là encore rare mais connu de tous. Pas de regrets, beaucoup de compliments, et des prénoms qui leur vont comme un gant! (et si tu t’ennuies et que tu es curieuse…je les avait décrit sur le blog « jolis prénoms »!)

    1. Du coup je suis allée lire l’article et je vois que nous avions aussi des critères en commun (j’ai porté moi aussi un nom de jeune fille et un prénom « commun » parfois c’est un peu pesant…). En tout cas j’adore le prénom de ta deuxième je crois qu’il aurait fait partie de mes favoris si nous avions eu une petite fille !

  12. Hello die Franzoesin ! J’adore les devinettes de prénoms. J’ai deux idées, mais je ne dirai rien ici… Je trouve très beau que tu aies eu ce prénom en tête avant que ce bébé existe. C’est une belle histoire à lui raconter. J’aurais bien aimé qu’il m’arrive la même chose 🙂
    Comme toi, je trouve aussi que ce choix est une grosse responsabilité, et c’est d’ailleurs pour ça que j’essaye d’aborder le sujet depuis les toutes premières semaines de grossesse : en vain ! mon mari, lui, préfère ne pas en parler avant de connaître le sexe. Il trouve ça inutile de chercher un prénom qu’on ne donnera jamais (oui car en plus il en profite pour tuer mes espoirs de petit troisième dès maintenant… je suis vernie !).

    1. Je te répondrai plus longuement en privé bien sûr 🙂 . En tout cas je comprends bien ta frustration car personnellement j’aime parler de prénoms avant même la conception ! Ca fait partie de mes petits plaisirs !

  13. Ah, c’est super d’avoir déjà trouvé le prénom. Quand nous avons su que c’était une fille, j’étais très contente car je pensais que ce serai plus facile de trouver un prénom que pour un garçon. Et puis, avec mon mari on a vraiment des goût très différent. C’est vraiment a la toute fin qu’on su qu’elle porterais son prénom. En même temps, c’était le seul prénom que l’on ai trouvé qui nous convenais à peu près à tout les deux. On avait bien trouvé un autre prénom, mais vraiment trop original. Je regrette un peu de ne pas lui avoir donné en deuxième prénom.
    C’est vrai que c’est une vrai responsabilité le choix du prénom car ça les suit toute leur vie.
    Mais je pense que quand on a un vrai coup de coeur, et que l’autre parents est ok, alors on fonce 😉

    1. Oui c’est vrai que c’est difficile de résister au coup de coeur une fois qu’il est là ! J’espère que les prénoms que nous avons choisis plairont à nos enfants plus tard en tout cas.

  14. Nous aussi nous avions les prénoms de nos enfants bien avant ma grossesse.
    Au début de notre histoire, nous parlions de nos prénoms favoris. Mon mari avait choisi un prénom de garçon et moi un de fille.
    Au fils du temps et de l’avancée de notre envie de fonder une famille, mon mari parlait plus de bébé mais de Y et je rajoutais tout de suite ou X….et puis nous avons eu la surprise d’attendre y et x en même temps.
    Nous n’avons jamais pensé à d’autres prénoms. Ils étaient déjà trop ancrés dans notre histoire.
    Pour le second prénoms, nous étions déjà d’accord de leur donner celui de nos grands parents pour les ancrés dans l’histoire familiale.
    Seule inconnue et dessacord: troisième prénom ou pas.
    La décision a été prise au moment de les déclarer à l’état civil. Ils ont finalement trois prénoms.

    1. C’est très mignon que vous ayez eu directement un prénom de chaque sexe en tête 🙂 . Et je serais intéressée de savoir pourquoi il y a eu débat sur le troisième prénom ! En Allemagne ca ne se fait pas trop, trois, mais en fait ca m’aurait été un peu égal je crois.

  15. Ah ah, ton questionnement ne peut que me parler
    Ayant le Breton et moi des prénoms originaux, il était évident pour nous que nos enfants aussi. Pour Feuillet, nous avions (et avons toujours) un super prénom de fille … ça a été beaucoup de discussion, mais nous sommes arrivés à une short liste de trois prénoms bretons. Et celui sur lequel nous avons jeté notre dévolu à remporter tous les suffrages depuis.
    Pour LutinCoquin, rebelotte, un garçon, oups. Après moulée débat, c’est un prénom jeté en boutade qui nous plaisait à tous les deux … problème c’est un nom de famille très fréquent par chez nous alors qu’il est excessivement rarement utilisé en prénom. J’ai douté jusqu’à la fin, seul une personne a tiqué lors de la déclaration, mais je sais qu’il ne fait pas du tout l’unanimité dans ma famille (trop particulier, ne se prononce pas comme il s’écrit, etc.). Mais finalement, il est très bien accueilli autour de chez nous, les gens adorent découvrir son histoire, les vieux le re-découve émus (et nous sommes cordialement invité à toutes les fêtes paroissiale en l’honneur de son saint patron) et le Breton est persuadé que nous auront donné des idées à certains
    En tout cas, j’ai hâte de découvrir le prénom de Krümmel

    1. Bien que le prénom de Pierre ne soit pas aussi original que celui de Lutin Coquin, l’accueil a été un peu mitigé aussi à la naissance 😉 . Je dois reconnaitre que ça m’a un tout petit peu blessée. Mais finalement je crois que tout le monde s’y est habitué maintenant et trouve ça bien !

  16. Le choix du prénom : une étape importante et pas toujours évidente…
    J’aime beaucoup le fait que vous donniez un prénom français et un deuxième prénom neutre à vos enfants. C’est une jolie manière de les ancrer dans le multiculturalisme dans lequel vous baigner. Tu as piqué ma curiosité quant aux prénoms choisis, mais je comprends et respecte ton choix de conserver l’anonymat de tes enfants.
    Chez nous, le prénom de notre Petite Loutre est le prénom que je voulais donner à un de mes enfants. J’avais entendu ou lu ce prénom il y a longtemps (j’étais jeune adulte il me semble) et je m’étais que ce prénom là je le donnerai à ma fille, puis j’ai découvert qu’il était mixte et là mon cœur s’est emballé et je l’envisageai pour un de mes enfants (fille ou garçon). Par contre, l’Amoureux l’envisageai plus pour une fille.
    Ce qui est très rigolo, c’est que le prénom que nous envisagions si c’était un garçon est aussi un prénom mixte, mais que nous l’attribuions plus à un garçon qu’à une fille… Honnêtement si n°2 est une fille, il y a de forte chance qu’elle se nomme ainsi malgré tout !

    1. C’est l’avantage des prénoms mixtes, on peut les donner dans tous les cas ! Tous les prénoms que nous avons choisis ont aussi des formes « féminines » assez évidentes mais elles me plaisent moins. Nous aurions sans doute choisi totalement autre chose dans ce cas.

  17. Mais de toutes façons tu ne nous diras pas le prénom n’est-ce-pas?
    Pour ma première fille, nous avons trouvé LE prénom dès le 4eme mois. Je ne me lasse pas de son prénom, il me rend toujours aussi « chose ». Pour la cadette nous n’avons pas eu le même coup de cœur, nous avons hésité entre deux jusqu’à l’accouchement. Et puis j’ai voulu donner la préférence au Papa. Pour les deuxièmes prénoms, la première à celui de ses deux arrière grand mère maternelles; la deuxième â deux prénoms choisis par chacune des grand mères maternels (nous avons choisi parmi leurs propositions). Voilà 😉

    1. Je ne l’écrirai pas sur ce blog non mais après la naissance je le révèlerai volontiers à mes commentatrices fidèles comme toi en message privé 🙂 . Je me rends compte en lisant les commentaires que souvent l’ainé a bénéficié d’un coup de coeur. Chez nous ce sera un peu : coup de coeur du papa pour le premier, de la maman pour le deuxième !

  18. J’ai mis un pavé chez Flora au sujet de la question des noms et prénoms chez nous, je ne vais pas le refaire ici…
    En revanche, ta réflexion sur le prénom dans le deuil périnatal m’a fait pensé à un couple de ma famille. Elle avait une malformation utérine et a perdu un grand nombre de grossesses – dont une a plus de 6 mois, mais à l’époque ils ne pouvaient/n’ont pas voulu l’inscrire sur leur livret. En tout cas, tout ce temps, ils avaient un prénom de garçon, toujours le même. Et quand leur petit garçon est né, sur le coup, ils ont voulu changer, parce que cet enfant n’était pas l’enfant rêvé depuis tout ce temps, mais cet enfant-là, bien réel. Je crois que mon attachement aux prénoms liés à une grossesse plutôt qu’aux prénoms choisis d’avance vient un peu de là – et ton histoire me donne cette impression : c’était un prénom rêvé, mais maintenant il s’est attaché à cette grossesse, à cet enfant-là. Et bien sûr, je fais tous les souhaits pour qu’il devienne le prénom d’une jolie petite miette hurlante puis d’un grand garçon en bonne santé !
    PS : je ne te vois plus chez moi… ça va ?

    1. Je vais aller lire de ce pas ta contribution au débat ! Et je suis du coup déjà passée sur ton blog pour te rassurer : je vais bien, j’en ai juste marre de taper sur mon smartphone 😉 . Comme tu le dis si bien, même si choisir un prénom est long et compliqué (et dans notre cas de couple mixte peut-être même deux fois plus) pour moi je le projette déjà pendant la grossesse, je ne pourrai donc plus appeler un autre enfant ainsi, parce que pour moi cet enfant existe déjà (et pas seulement pour moi, il y a quand même une miette de 1,5 kilos dans mon ventre maintenant 😉 ).

  19. J’aime beaucoup ton article, merci!
    Pour ma part, ayant grandi près de l’Allemagne et fan de cette culture, j’ai toujours voulu laisser cette empreinte auprès de mes enfants. Par un coup de destin, je me suis mariée avec un homme qui a un nom de famille TRES allemand (genre, chez nous, dans l’Ouest de la France, personne ne sait le prononcer) mais qui n’est absolument pas allemand. Pour compenser, nous avons choisi d’appeler notre fils Ambroise, un prénom très français. Constantin a été refusé par mon cher et tendre, car il arguait que cela faisait trop allemand, du coup je pense laisser tomber les Karl et cie que j’imaginais! 🙂
    Encore félicitations pour ton petit bébé à venir!

    1. Ouah j’adore sincèrement le prénom de ton fils !! Mais Constantin faisait aussi partie de mes chouchous, il a été refusé par mon mari 😉 .

  20. Joseph? Oh lala… Tu m’intrigues vraiment… Maintenant j’ai super envie de connaitre les prenoms de tes fils… J’espere qu’on aura la reponse?…
    Pour notre troisieme, j’etais persuadee que nous aurions un garcon et nous avions choisi le prenom depuis longtemps… Ca a ete tres dur de s’y remettre, du coup, quand on a su que le bebe serait une fille… Bref, il ne reste plus qu’a en faire un quatrieme, quoi 😉
    Chez nous aussi, nous avons fait le choix de prenoms francais traditionnels… mais du coup pas forcement facile a prononcer en Asie 😀

    1. Promis après la naissance, si des commentatrices fidèles comme toi me posent la question en privé j’y répondrai !! Nous avons aussi déjà à vrai dire un troisième prénom de garcon en réserve, je serai presque décue de ne jamais pouvoir le donner 😉 ! En Asie j’imagine bien que le problème est encore différent (sans parler de la transcription de l’alphabet !).

  21. Le choix des prénoms! Toute une histoire! Pour Anakin ( qui ne s’appelle pas réellement comme ça ) c’était une évidence! Un prénom que mon mari et moi avions en tête depuis des années. Classique mais qui nous tenait à cœur! Pour les filles ce fut plus compliqué! Quand on
    a su que c’était des jumelles on avait déjà un prénom. Il nous en fallait encore trois! Car je voulais que tout comme Anakin elles aient deux prénoms! Ce fut 9 longs mois compliques avec beaucoup d’hésitations et de revirements ! J’ai même fait changer le prénom principal d’une de mes puces sur les faire-parts qui allaient être imprimés une semaine avant leur naissance! Ma famille maternelle est suisse allemande et pour elle mes filles portent soit disant, des noms très exotiques.., ce que je trouve étrange vu que l’une porte un
    prénom anglais et l’autre italien mais qui finalement sont des noms très internationaux! Belle journée

    1. C’est très drole l’histoire des faire-parts ! Nous avons aussi déjà acheté un petit accessoire personnalisé pour la chambre et même si le prix n’est pas très élevé j’espère que maintenant nous ne changerons plus d’avis 😉 .

  22. Pareil ici – mon mari ayant deux cultures et notre nom de famille étant on ne peut plus anglo-saxon, nous avons choisi pour notre premier bébé un prénom français classique et un second prénom issu du pays d’origine (asiatique) de mon mari… Et nous avons déjà une idée arrêtée pour un futur garçon et plus encore 🙂 Perso j’aime quand les prénoms dans une même fratrie sont consistants comme tu l’as choisi pour Pierre et Krümmel!

  23. Oui, j’ai connu. Mon prénom chouchou, c’était « Grégoire » Ma Grand-mère chantait une vieille chanson de Théodore Botrel « Le petit Grégoire » et c’est un prénom que j’aime vraiment beaucoup. Sauf que le « oi » en allemand, c’est compliqué et je ne voulais pas que mon fils soit obligé d’épeler tout le temps son nom ou qu’il soit mal prononcé (Grégor…). Je m’appelle Ségolène et clairement, il y a plus simple comme prénom quand tu vis à l’étranger (j’ai vécu en Ecosse et puis ici).

    Alors on a choisi un prénom plus international, très donné en France (je crois que c’est le prénom le plus donné l’année de naissance du Jeune Homme, mais je ne l’ai su que plus tard) mais pas du tout ici. Alors on a l’avantage du prénom qui se prononce bien dans les deux langues (différemment puisqu’il contient une nasale mais ce n’est pas important) mais qui est assez rare. Mon fils était le seul à la Kita, à l’école et désormais au Gymnasium à porter ce prénom. En 2e prénom, il porte le prénom de mon grand-père chéri et Grégoire est son 3e prénom et je lui ai évidemment chanté la chanson quand il était petit!

    Au fait, j’ai un petit truc que j’aimerais t’envoyer pour la naissance (plutôt avant ou tu préfères après?). Vous n’avez pas encore déménager, si? J’ai ton adresse suite à l’échange de cartes postales.

    1. J’aime beaucoup l’histoire du petit Grégoire ! Et tu me rends curieuse avec ton envoi 🙂 . Nous avons toujours la même adresse si nous déménageons un jour je pense que j’en parlerai ici en long en large et en travers 😉 .

  24. Petit rajout: un de mes prénoms préférés pour une fille, c’est Bérénice. Mais cela ne passe pas bien en allemand (Berenike), dommage!

  25. Pour crapulette, j’avais ce prénom en tête depuis un petit moment, férue d’histoire médiévale, ce ne pouvait être que cela !!! Bon la pauvre se retrouve avec un second et troisième prénom qui font une association bizarre (en plus j’ai fait une faute sur le troisième à l’état civil!!), pour numérobis, depuis des années j’aurais aimé appeler mon fils timéo…. sauf que le fils du meilleur ami de mr papa s’appelle timothé!! trop proche… mr papa a mis son veto… et au final comme j’avais choisi le prénom pour la première il se reservait le droit de choisir pour le second!!!
    En plus je voulais des prénoms qui ai des signification bibliquement !!!
    donc voilà, au final nous aurons un petit garçon avec un prénom vieux, une signification biblique, mais un prénom beaucoup plus courant que celui de sa sœur!!!
    bon par contre tu as piqué ma curiosité!!! j’aimerais énormément savoir comment s’appelle ton Pierre et comment va s’appeler Krümmel (désolée si je ne l’orthographie pas correctement)

    1. Tu as tout bon pour le Krümmel 🙂 . Et j’aime bien l’histoire des prénoms de tes enfants avec plein de rebondissements ! Après la naissance je te dirai volontiers en privé la réponse de l’énigme 🙂 .

  26. ahhhh les prénoms. c’est toute une histoire ! moi j’ai toujours eu plus de mal à trouver des prénoms de garçons ! et comme pour chacune des grossesses on a pas su le sexe il faillit en trouver pour les 2 genres ! pour ma fille c’est moi qui ai eu du mal a l’accepter avant qu’elle ne naisse (c’était une idée de mon mari), et finalement il lui va comme un gant ! pour mon fils, j’avais eu plus de mal, car j’avais un collègue a l’époque que je n’aimais pas trop qui avait appelé son fils comme ça.. et puis finalement ça l’a fait. j’ai pas mal lutté avec mon mari par contre qui lui était à fond dans les prénoms exotiques, russes, allemands, scandinaves… mais je ne voulais pas qu’on leur demande toute leur vie si ils étaient allemands, russes etc… même si j’en trouvais jolis ! si tu es bien fixée et ton mari aussi, alors c’est que clairement c’est le bon !!! tu me le diras dis ?? <3<3<3<3

  27. Et bien voilà, maintenant, je suis curieuse de connaître ces prénoms si mystérieux 🙂
    Mais je te comprends, choisir un prénom est une grande responsabilité. De notre côté, malgré nos goûts complètement différents, on s’est quand même mis d’accord assez vite sur un prénom que j’ai proposé au hasard un soir dans la voiture… lol Ce qu’on voulait avant tout c’était un prénom français avec un saint. Le prénom qu’on a trouvé n’est pas dans le calendrier mais il a bien un saint. Sinon, depuis toute petite, j’ai toujours rêvé d’appeler mon fils Tobias si un jour j’en ai un (bah oui, j’étais amoureuse d’un petit allemand, amour impossible vu les kilomètres qui nous séparaient lol) Mais bon, je ne suis pas certaine qu’en France ça sonne très bien Tobias.
    Mais je trouve que l’idée que vous avez eu d’associer un prénom français, un second neutre et un nom allemand, c’est vraiment pas mal pour marquer ses origines et sa culture sans trop de stigmatisation.
    Et je te rassure, j’avais aussi réfléchi à la possibilité que mon enfant soit mort-né ou autre et je me suis demandée si on laisserait le même prénom. Je n’ai jamais rien conclu sur ce sujet car c’est une décision qui ne se prend pas seule mais je crois qu’en voyant mon enfant, je n’aurais pas eu le cœur à lui changer son prénom.
    PS: j’aime beaucoup le petit surnom Krümmel 😉

    1. C’est vrai que moi aussi j’aime bien le prénom Tobias ! Et merci de me rassurer sur notre choix « équilibré » entre nos deux pays. Et chez toi aussi vous fêtez un peu les fêtes patronales ? Nous offrons toujours une bricole à Pierre ce jour là.

  28. Hallöchen !

    Tu ne peux pas t’imaginer à quel point le prénom de Pierre est un mystère pour moi et maintenant, voilà Krümmel 🙂
    Je vois que tu es de celles qui n’annoncent pas le prénom à tes proches avant la naissance. Moi je l’ai fait entre autres pour tester les réactions à l’international (mon voisin de palier ne se remet pas du fait que la voisine du 1er ait appelé son fils Casper en Allemagne à cause de Kasperle, je ne voulais pas prendre ce genre de risque) mais je n’avais pas pensé à la technique de la liste (j’avoue j’ai zoomé pour voir ta liste) et c’est super malin !
    Perso, j’ai du abandonné le prénom sur lequel je m’étais toujours projetée pour faute de super copain de mon mec le portant. Ca a été super dur à digérer (c’est même une des raisons qui me font dire que je préfèrerais ne pas avoir de deuxième garçon) mais on a donc cherché un prénom ayant les caractéristiques suivantes : court (nom de famille assez long), prononçable pareil dans les deux langues, pas porté par quelqu’un de proche (difficile mine de rien) et soit typiquement français, soit typiquement allemand (pour compenser avec son nom de famille hispanique).
    Et bien on a pas trouvé et on a finalement choisi un prénom « international » (je me suis consolée en lui mettant 3 prénoms, à la française … et ma petite victoire c’est l’accent aigu dans le 3ème prénom … si j’en ai un deuxième, je chercherai peut-être un Umlaut …)

    1. Vos critères de recherche n’étaient en effet pas faciles à remplir ! Et je comprends évidemment ce besoin de tester le prénom à l’international 😉 . Les deuxième ou troisième prénoms permettent souvent de compenser une petite frustration finalement c’est pratique pour ça !

  29. Tiens, c’est marrant que les Allemands appellent les foetus Krümmel, savais-tu que les Américains les appellent Pumpkin ??? Il y a toujours de l’idée…
    Mon premier, quand il était dans mon ventre, je l’ai baptisé Junior… Le deuxième, je ne pouvais décidément pas l’appeler pareil, alors je l’ai appelé Gigotron parce qu’il remuait tellement…

    Pour en revenir à ta question, avant de tomber enceinte, j’avais plusieurs prénoms coup de coeur pour des filles, aucun pour des garçons…
    Et puis j’ai eu un premier garçon… Nous avions un Top5 de prénoms qui nous plaisaient pas mal, et en jouant un peu les uns avec les autres, nous en avons sorti un prénom composé… de deux prénoms hyper traditionnels, historiques, un peu démodés mais pas trop…
    Et pour le deuxième, nous avons voulu rester dans les prénoms classiques, nous voulions à nouveau un prénom composé mais difficile d’en trouver un qui colle parfaitement à celui retenu… Alors nous nous en sommes tenus à notre premier choix, un prénom classique, historique également, que nous avions également dans notre Top5 du premier… On ne se refait pas !!!
    Nous avions juste une appréhension, c’est que les cousins étrangers (Allemands et Canadiens) n’arrivent pas à les prononcer correctement, mais comme ils grandissent bilingues, ça ne pose finalement aucun problème !

    1. Parfois on anticipe trop les soucis à l’étranger, dans l’ensemble l’entourage sait s’adapter aussi ! Les prénoms composés me semblent très rares de nos jours en France mais en Allemagne ils ont la côte.

  30. Ah super! Un billet sur les prénoms ! Je connais déjà le vrai prénom de Pierre et j’espère que tu voudras bien me dire celui de Krümmel quand il sera né. Et miette je trouve ça troooop mignon ! Malheureusement pas de nouveaux prénoms pour nous à chercher, mais j’espère que ça reviendra bientôt. Je mets vraiment du temps à me remettre de tout ça. Et je ne me projette plus mais j’aime toujours autant les histoires de prénoms!

    1. Bien sûr je te le dirai 🙂 . J’avais écrit cet article pour toi suite à une de tes questions sur IG et finalement je me demandais si tu allais le lire… J’espère aussi que ce temps des recherches reviendra très bientôt pour vous en attendant prend ton temps pour te remettre je pense fort à toi.

      1. Oh c’est gentil !!! Merci !!! Bien sûr que je l’ai lu! Bien que le contexte soit un peu difficile en ce moment, je commence à tourner la page (avec l’aide d’anxiolytiques pour quelques jours). Et même si je ne commente pas toujours je lis tous tes billets 😉

  31. Punaise, j’étais persuadée que Pierre était son vrai prénom !
    Je n’ai aucune idée des deux prénoms du coup, ça aiguise ma curiosité !
    C’est chouette les recherches de prénoms, stressant aussi.
    Mes enfants ont des prénoms peu courant mais classiques, qui existent alors pendant toute ma grossesse, j’avais peur et je me demandais pourquoi ils étaient si peu donnés… Ca ne plait pas à tout le monde mais tant pis.

    1. Je suis désolée pour la méprise ! C’est le problème quand on choisit des prénoms peu donnés – et c’est donc notre cas à nous aussi – forcément ça ne plait pas forcément à la majorité… mais finalement tout le monde s’y fait et nous avons de plus en plus de compliments maintenant !

  32. C’est malin j’ai envie de connaître les 4 prénoms maintenant
    Ici pour Louis ça s’est fait assez rapidement. On avait vite trouvé les deux prénoms, masculin et féminin, même si pour le masculin on hésitait déjà avec Marius. Du coup lorsque j’ai été enceinte pour la seconde fois, on a vite trouvé le prénom masculin. Surtout que c’est le prénom du papa du futur parrain ! Ça a été plus compliqué de trouver un prénom féminin, car mon mari voulait absolument reprendre le prénom féminin que l’on avait choisi pour Louis – et moi pas du tout, pour moi c’était obsolète, c’était pour Louis et c’est tout. Au final on n’à jamais réussi à se mettre d’accord et on se disait qu’on verrait à sa tête heureusement c’était un garçon ! Lol. Pour les deuxièmes prénoms on a choisi les prénoms des grands pères pour Louis, et pour Marius, le prénom d’un oncle de mon mari décédé qqs mois avant qu’on apprenne ma grossesse (hum) et le prénom de mon beau frère adoré qui a refusé d’être parrain car il se trouve trop vieux (…). Bref, j’adore ces histoires de prénom ! Merci pour cet article. C’est vrai qu’on t réfléchit tous beaucoup !!!
    Pour l’anecdote d’ailleurs, on adore le prénom « Malo » ; mais on ne pourra jamais le donner > notre nom de famille est « cote » (je te laisse faire l’association )

    1. Hi Hi Hi le jeu de mots ! C’est drôle pour les prénoms féminins ceux qui me plaisaient pour Pierre ne me plaisaient plus non plus cette fois. Heureusement mon mari partageait ce sentiment et puis finalement la question ne s’est pas posée longtemps.

  33. Oh c’est tout simple.
    mon mari a deux prénoms et moi trois…tradition familiale.
    Et puis comme nous avons choisi le prénoms de mes grands pères (ils avaient le même …pratique) j’étais un peu triste que y ne porte pas le prénom de celui de mon mari qui était très proche de lui mais je ne voulais pas non plus abandonné celui de mes grands pères.
    Bref le troisième prénom était donc la solution pour moi qui suis très attachée à l’histoire familiale.
    J’ai joué la carte sensible et comme leur naissance a été difficile, mon mari a accepté.
    Voilà. ..tu sais tout.
    Moi aussi je reste très curieuse des prénoms de tes enfants mais je comprends très bien ton besoin d’anonymat!

    1. C’est une jolie histoire en tout cas et tu dois être contente qu’ils portent ces trois prénoms maintenant 🙂 . Promis après la naissance je te le dirai volontiers en privé 🙂 .

  34. C’est super de valoriser les seconds prénoms… C’est vrai qu’en France on n’en a jamais l’usage. Pourtant on a choisi pour Choupette des prénoms que l’on aime beaucoup : Léonie, Louise (mon mari voulait celui-ci en principal mais ça ne collait pas au patronyme) et Margot (ma soeur et sa marraine).

    Je suis méga intriguée par les prénoms de tes fils !!! Je pense tout de suite à Paul, Joseph ou encore Martin, que ce soit pour Pierre ou pour Krummel… j’avoue que je ne sais pas vraiment ce qui sonne exotique ou classique pour un allemand 😉

    Les prénoms Garance et Inès ont une place dans mon coeur depuis de très nombreuses années. Mais j’ai eu un strict veto de la part de mon chéri, qui déteste les deux. Pour les garçons, on est d’accord ! A voir pour un éventuel numéro bis dans quelques années.

    1. Garance j’adore aussi ! C’est pas facile de renoncer à un prénom qu’on adore quand le conjoint n’est pas d’accord mais j’ai aussi bien aimé cette phase de discussions / négociations pour nos deux bébés 🙂 .

  35. Parfois il faut que les prénoms fasse leur chemin avant de se poser sur le bon bébé.
    Mon chéri était un peu réticent aussi à Malo (le deuxième prénom du deuxième bébé) qu’il trouvait féminin (Mado?) mais qu’il a fini par aimer.
    Quant au prénom de fille, on en avait un depuis le début (avant le premier) et maintenant on en est presque lassé.

    1. J’aime beaucoup cette image de prénom volant il faut croire que ce prénom était fait pour mon deuxième fils alors 🙂 . Pour les prénoms de filles pareil ici nos favoris du début ne le sont plus !

  36. C’est drôle (ou pas), j’ai eu la même réflexion « en cas de malheur », est-ce que je voudrais conserver notre prénom chouchou ou pas ? Surtout pour Choupie, puisque j’avais ce prénom depuis six ans. Je crois qu’au début la réponse était non (j’en avais même un de rechange… ouais je sais c’est glauque) et puis quand on a commencé à la nommer vraiment comme ça, ce n’était plus possible. Et pour Kitty, la question ne s’est presque pas posée. Ce petit bébé de toute façon, à partir d’un certain stade, il est inscrit sur le livret de famille et il fait partie de notre histoire. Donc tant pis ou tant mieux s’il a un prénom adoré. Je trouve de toute façon un peu bizarre de recycler avec un autre enfant un prénom qu’un premier a porté, même temporairement… Voilà pour la petite réflexion morbide du jour :p

    Sinon moi je serais curieuse de savoir le deuxième prénom de Krümmel (originalité) ! Je ne le sais pas, si ? (mais si tu préfères le tenir secret, pas de souci ;))

    1. Comme toi d’un côté je me suis dit : « Je ne veux pas perdre ce prénom que j’ai dans mon cœur depuis si longtemps » et d’un autre côté en étant réaliste je sais qu’il me serait désormais totalement impossible de le donner à un autre bébé quoiqu’il arrive.

      Quant au deuxième prénom, hum, tu le connais particulièrement bien et tu ne l’aimes pas trop, c’est bon tu as deviné 😉 ? Ulrich l’a emporté sur ce point comme je disais mais finalement je trouve l’association sympa. Et puis en Allemagne je connais et apprécie deux jeunes qui portent ce nom. Et enfin j’ai découvert que c’était LE prénom de ma lignée napolitaine (mon grand père le tenait de son grand-père en fait) en version italienne. Bref je me suis laissée convaincre 😉 .

  37. Je comprends tout à fait tes réflexions glauques. Ici on avait trouvé un prénom pour la fille (mais on hésitait encore un peu): le prénom de ma grand-mère décédée d’un cancer. Et avant qu’on ait le temps de se décider vraiment, on a appris qu’elle aura une fente labio-palatine (un bec de lièvre), du coup on a bêtement hésité à choisir un autre prénom (un peu pour ne pas associer un double malheur à cette petite fille, mais aussi parce que d’un coup l’image du bébé parfait a été cassée). Après quelques jours de reflexion et le temps de digérer la nouvelle, je me suis dit que je suis vraiment glauque parfois haha.
    Bon, donc Krümmel… Bernard? (Saint-Bernard… ok, je sors).

    1. Je suis désolée d’apprendre ça… je crois qu’il y en a différentes sortes et que parfois ça peut bien s’opérer ? En tout cas tu vois on ne peut jamais trop savoir à l’avance comment on va réagir dans ce genre de situation…

  38. Zut j étais sûre moi aussi que Pierre et Ulrich étaient leurs vrais prénoms. Ca va me faire cogiter maintenant 🙂
    Sinon je comprend ta réflexion sur les prénoms d enfants vivants ou non. L année dernière nous avons perdu une petite fille à 6 mois de grossesse. Nous hésitions sur 2 prénoms à l annonce de la nouvelle et nous lui en avons donné un autre sur l état civil finalement. Pour cette grossesse ou nous attendons à nouveau une petite fille, nous avons cherché d autres prénoms, nous ne reprenons pas nos choix précédents car ce serait « remplacer » notre petite fille. Mais le choix est dur désormais on a pas d évidence, de déclic alors que pour mon aînée qui a 3 ans des le début de la grossesse nous étions d accord tous les 2.
    Je te souhaite une belle fin de grossesse pour ta miette et toi (je suis prévue 1 semaine avant toi alors tu dois être en plein maux du dernier trimestre toi aussi).

    1. Oh oui ça commence les jambes lourdes, la rétention d’eau, le mal au dos toutes ces petites choses ! Merci pour ton témoignage sur le choix du prénom, ce sont toujours des situations difficiles qu’il est difficile de vraiment anticiper. J’espère que vous aurez bientôt le déclic, je connais beaucoup de couples pour lesquels il est venu au dernier moment, à la maternité !

  39. arghhhhh le dur choix des prénoms! Pffff….
    Ici je pense qu’on s’est mis d’accord. Enfin. Mais ce n’est pas évident.
    D’une part car il nous fallait trouver un prénom pour chaque sexe…car on garde la surprise.
    Et d’autre part, car on aimerait que la prononciation soit la même dans les 3 langues que nous parlons…histoire d’éviter qu’il soit écorché toute sa vie.
    Bref, pas facile facile!

    J’espère que ce 3ème trimestre se passe bien, et que tout danger est éloigné. Pas facile avec cette chaleur en ce moment…

    Bises
    Emilie

    1. Oh la la j’imagine en effet la difficulté avec tous ces critères ! Félicitations en tout cas pour garder la surprise dans ce contexte. Nous faciliter la vie pour choisir le prénom faisait partie de nos arguments phares pour le demander. La chaleur… ça va pour le moment mais j’espère que l’été ne sera pas torride !

  40. Ah les prénom franco-allemands. Ma fille porte le tien, que pour ma part je ne trouve pas si commun en français , et en Allemagne c’ est un prénom de grand- mère mais au moins c’ est un prénom qui est connu dans les deux langues, ce qui était pour nous la condition nécessaire . Elle ne porte pas le prénom féminin que nous avions choisi pour son aîné , il n’ y a aucune raison rationnelle pour expliquer pourquoi on a changé , juste le fait qu’au début de la grossesse ce prénom s’ est imposé de lui même , comme si elle nous l’ avait dicté. Côté glauque un garçonnet portant le même prénom que mon fils a été assassine 1 an ou deux après sa naissance . Voir ce si joli prénom associé à une telle tragédie m’a fait froid dans le dos et je me suis dit que je n’ aurais pas pu nommer mon enfant ainsi si ça s’ était passé quelques semaines avant sa naissance .
    Ici jamais la Kita n’ a utilisé leurs autres prénoms ( ils en ont trois, mon mari m’ a laissé jouer), je ne serai pas aussi péremptoire que toi sur l’ usage du second prénom en Allemagne . Sinon je pense avoir deviné le prenom de Pierre grâce à un indice que tu avais laissé , mais n’ ai aucune idée pour Krummel!

    1. Je trouve mon prénom idéal pour vivre à l’international 🙂 ! Quant au prénom de mon fils il m’est arrivée une surprise moins glauque mais qui aurait aussi pu me faire changer d’avis : deux semaines seulement après la naissance une VIP a donné le même à son fils ! C’est drôle ce que tu dis sur les seconds prénoms en Allemagne le mien est partout même sur ma carte bleue !

      1. Donc j´ai bien deviné le prénom de Pierre!!!
        On ne m´a jamais demandé mon second (ou meme troisieme) prenom ici, ce qui pourtant éviterait qu´on me prenne pour un homme. La plupart des gens ici pense que Laurence est masculin et je pourrai raconter toute une serie d´anecdotes plus ou moin cocasse à ce sujet (la pire etant un employe de poste qui exigeait une procuration pour que je recupere un colis qui m´était adressé parce qu´il pensait que le colis etait pour monsieur Laurence!!!)

      2. Concernant l’usage des 2e prénoms en Allemagne, j’ai une théorie (qui vaut ce qu’elle vaut). Si ton 1e (et evt. ton 2e prénom) et ton nom de famille sont relativement courts, ton 2e prénom sera utilisé. C’est le cas de mon fils => 1e prénom de 6 lettres, 2e de 4 lettres, et nom de famille de 7 lettres. Son 2e prénom est sur sa carte de sécu, tout simplement parce qu’il y a assez de place pour tout le monde.

        Sur ma carte, il n’y a que mon 1e prénom parce qu’il est long: 8 lettres, que mon 2e prénom en a 4 et mon nom de famille au moins 7. Depuis que j’ai un double nom de famille => 15 lettres au total, il n’y a plus de place du tout donc mon 2e prénom n’est mentionné nulle part.

        Je ne connais pas ton 2e prénom mais ton prénom est relativement court 5 lettres donc cela confirmerait ma théorie.

          1. Oui, tu me diras. En me relisant, je me rends compte que j’ai écrit n’importe quoi: mon 2e prénom a 6 lettres pas 4 donc 8 + 6 + 7=21 et désormais avec le double-nom 28, c’est clairement trop long.

            Mon mari qui a aussi un 1e prénom long: 9 lettres + un 2e prénom de 9 lettres aussi + son nom de famille, on est donc à 25 et lui aussi a juste son 1e prénom et son nom de famille sur toutes ses cartes (sécu, banque…) ce qui tend à confirmer ma théorie.

  41. Les idées noires j’en ai eu, plein, pour la première grossesse (on a fait une amniocentèse, il est né à 29sa, ce n’était pas sans raison) mais à ce moment-là pas en rapport avec un changement de prénom.
    Par contre, pour le 3ème, j’ai failli accoucher à… 29sa (un hasard) et nous lui aurions donné un prénom que j’ai définitivement abandonné par la suite car je l’associais trop à cet événement qui n’est bien sûr pas un bon souvenir. Nous lui en avons trouvé un autre dans les 10 semaines qu’il nous a laissé avant d’arriver. 🙂
    Et un prénom qui nous suit, oui, celui de notre fille : on l’avait choisi ensemble 4 ans avant sa naissance, et même si on a un peu hésité (prénom composé, très peu courant) on ne se voyait pas passer à côté finalement.

    1. C’est toujours émouvant ces histoires de prénoms et finalement on se rend compte que chaque couple réagit à sa façon face aux événements compliqués.

  42. C’est vrai que c’est compliqué les prénoms, et une sacrée responsabilité.. et que ça peut vite être la galère quand on n’a pas du tout les mêmes goûts. Ce qui m’a toujours rassuré, c’est que je n’ai pas encore rencontré de parents regrettant vraiment un prénom donné à un enfant (hors questions d’orthographe : j’ai une sœur qui s’appelle Fionnuala, qui est un prénom irlandais qui se prononce finoula, et même si elle est ravie de son prénom, je sais que mes parents ont un peu regretté d’avoir gardé une orthographe compliquée). Moi je voulais des prénoms courts, qui soient prononçables en anglais, et à l’orthographe simple (j’ai toujours épelé mon nom de famille et j’ai toujours trouvé ça très pénible même si je l’adore). Trouver deux prénoms de garçons n’a pas été simple, parce que j’avais surtout des prénoms de fille en tête, parce que je ne voulais pas donné un prénom donné par des amis, parce que je ne voulais pas piquer à ma sœur son prénom préféré… Pour Hugo on était tous les deux d’accord assez rapidement, et même si ce n’est pas très rare ils sont généralement plus vieux.. Pour Gaël on s’est décidé alors que j’avais déjà accouché, ça a bien plus traîné, mais je ne regrette pas du tout.. Ils ont trois prénoms, j’en ai trois aussi et j’ai toujours pensé que c’était la norme. Un prénom irlandais en deuxième pour les deux, et un prénom plus déconne en troisième (deux personnages d’une même bd, c’est pas tintin et milou mais c’est un peu l’idée ! c’est con mais dans la folie des hormones ça détend.. Et puis hormis sur les listes du bac, ils ne seront pas obligés de s’en vanter).
    C’est cool en tout cas si vous êtes décidés, je trouve que c’est toujours un soulagement et un poids en moins une fois qu’un choix est fait.

    1. C’est quoi le prénom préféré de ta soeur et les deuxième et troisième prénoms de tes garçons du coup ? Je suis curieuse 🙂 . C’est vrai qu’on est soulagé j’ai presque hâte maintenant de pouvoir l’utiliser au grand jour !

  43. C’est Patrick Calvin pour l’un (ca ca passe) et Ciaran Hobbes pour l’autre (chaque fois que je remplis un formulaire pour lui, je me dis qu’on était à côté de nos pompes ce jour là, mais en même temps ca me fait rire et enjeu limité). J’ai des copains qui ont donné en troisième prénom à leurs enfants le surnom qu’ils leur avaient donné pendant la grossesse, je trouvais ca sympa comme idée aussi. J’ai du faire une croix sur Antoine, que j’aime beaucoup et pour lequel j’aurais été prête à abandonner mon critère de facilement prononçable en anglais.. Pour Gaël, le plus drôle c’est que je m’étais aussi dit qu’il ne fallait pas qu’on prenne le même prénom que Perrine (de ScPo) qui avait le même terme que moi.. Au final les deux enfants, nés à une semaine d’écart ont le prénom du père de l’autre ! On aurait voulu le faire exprès, on n’aurait pas fait mieux !

    1. Oh Ciaran c’est très beau en tout cas !! Le surnom de grossesse j’aurais bien aimé aussi en troisième mais en Allemagne on a préféré se limiter à deux 🙂 . Antoine nous plaisait aussi beaucoup mais c’est déjà le prénom de mon neveu et filleul. Et la coïncidence avec Perrine est vraiment trop drôle en effet !

  44. Depuis les débuts des essais bébé, j’avais un prénom de fille ancré en moi. Il est court, doux, et français comme russe, hors ma belle-mère (seconde épouse de mon père à qui je tiens énormément) est russe. Quand je suis tombée enceinte la première fois, je pensais au bébé avec ce prénom mais je l’ai perdu. Ainsi, apres plusieurs fausses couches, je me suis demandé si j’appellerais ma fille ainsi. Mais j’avais toujours ce prénom en tête, mon homme l’aimait beaucoup aussi donc ma fille s’appelle bel et bien comme ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *