Mon précieux équilibre

Mon précieux équilibre

Les semaines passées ont été un peu folles. Des nouvelles dans tous les sens, des très bonnes, des très mauvaises, des entre-deux. Trop de nouvelles d’un coup à assimiler peut-être, parfois le soir je me couche et je suis obligée de trier dans ma tête tout ce qu’il s’est passé en si peu de temps. En plus de cela, comme si ce n’était pas assez, j’ai passé deux semaines sur les bancs de l’université. Je ne sais pas ce qu’il m’a pris. C’était l’idée d’une collègue. A l’époque je n’étais pas encore enceinte et je me suis dit que ce serait quand même drôlement la classe, d’avoir un diplôme en allemand. J’ai retrouvé avec plaisir de jeunes vingtenaires charmants et enthousiastes pour la matière qu’ils étudient. Je me suis surtout rappelée avec douleur à quel point je détestais ça, préparer un examen. J’ai le temps maximal de concentration d’un poisson rouge quand je révise. Et puis la petite concurrence surtout malsaine entre les participants, la peur de faire partie de ceux qui vont échouer. J’ai dû me le répéter souvent, que ce diplôme ne changerait rien à ma vie.

Soudainement, toute ma petite routine s’est trouvée chamboulée. Obligée de réviser chaque soir et chaque matin, je n’ai plus trouvé le moyen de rien faire d’autre. A peine le temps de passer vous voir sur vos blogs et les réseaux sociaux. Pas la possibilité d’écrire, plus la possibilité de lire non plus que ces affreux supports de cours. Mon Bullet Journal plus vraiment à jour. Je n’ai plus pu m’occuper de mon fils comme d’habitude non plus. Parce que les choses sont bien faites, mon mari était justement plus disponible ces derniers temps et a pris le relais. Mais de tout cela je n’ai rien bien vraiment vécu.

Et c’est comme ça que je me suis rendue compte… Que mon rythme de vie jusque-là, si je m’en plains parfois, il est quand même presque parfait pour moi. Que j’aime ce qui le compose. Et qu’il va pourtant forcément désormais être amené à changer. La partie de ma vie « maman d’un enfant à 75% avec un mari médecin hospitalier » s’est ainsi semble-t-il clôturée. Parce que des changements, des nouvelles, chez nous aussi il va y en avoir. Je vous rassure, nous avons de la chance, il n y a rien de négatif là-dedans. Juste un réajustement à appréhender.

Pour commencer je suis toujours enceinte (scoop). Et donc a priori il devrait d’ici quelques mois sortir un bébé de mon ventre (re-scoop). Ce ne sera pas sans conséquence sur mon quotidien, vous imaginez. A moyen terme je compte comme la première fois m’arrêter un an. C’est quelque chose qui me ravit à l’avance ! Mais cela veut dire aussi que j’aurai bientôt deux bébés à m’occuper. Et que la petite symbiose que je vivais jusqu’à maintenant avec mon fils est bientôt terminée. Et puis avant l’accouchement il y a… la menace d’accouchement prématuré. Oh je suis pessimiste me direz-vous, deux grossesses sont forcément différentes ! Mouai. N’empêche que mon col en beurre fondu, on ne me l’a pas remplacé. Alors si je vous dis que lors de ma visite début mars ma gynécologue voulait déjà – déjà !?! – m’arrêter… Je sais aussi que mes jours de travail sont en fait comptés. Voilà pour la partie maman.

Mais attention on attend aussi des changements du côté du papa ! A compter de cette semaine, l’hôpital, c’est terminé pour lui. Il a décidé de tenter la vie en cabinet et commencera le deux mai. Entre ces deux dates, il est en vacances, enfin, il profite de son entre deux contrats si vous préférez. C’est lui qui sera l’homme au foyer, vous imaginez ? De son nouveau poste nous attendons des journées moins harassantes, des nuits et des week-ends sans garde. Petites ombres au tableau il risque de rentrer plus tard le soir trois fois par semaine (et c’est bibi qui se tapera l’enchaînement fatidique du bain-dîner-dodo avec deux marmots en solo). Par ailleurs nous serons peut-être amenés un jour à deménager dans la petite ville où il va exercer – et je me retrouverai alors plus que jamais perdue au fin fond de l’Allemagne mais dans une grande maison, pour compenser.

Bref, finalement ces deux semaines étaient un plongeon en eau froide mais après réflexion je pense que je ne suis pas prête d’en ressortir, de ce drôle de bassin. Et ce n’est pas si grave. Parce que je me répète, il n’y a rien dans tout ça que du bon. Il va juste falloir que je force un peu ma capacité d’adaptation. Alors je prends des bonnes résolutions. En avril j’essaierai de ne pas me morfondre sur mon cas de maman desoeuvrée. Il faut que je profite un peu de la présence du papa, bon sang ! Alors au programme il y a déjà un rendez vous chez le coiffeur, un autre chez l’esthéticienne et des vacances à trois chez mes parents. J’espère aussi en profiter pour régler un maximum de choses au travail. Histoire que tout soit prêt en cas d’arrêt inopiné. Et puis sur ce sujet j’essaie de me préserver un maximum. C’est déjà tellement plus facile que la première fois… Quand on me dit que la grossesse n’est pas une maladie je peux rétorquer à qui veut qu’être alitée deux mois et avoir un préma léger, j’ai déjà donné. En plus Pierre a le bon âge et joue le jeu : il est ravi d’avoir appris récemment à monter et descendre seul de son siège auto et adore utiliser son marchepied pour m’éviter de le porter.

Voilà les nouvelles, rapidement et dans le désordre. Et puis au fait… Je l’ai bien eu ce fichu examen. Avec une magnifique résurgence du syndrome de la première de la classe qui pleure avant d’entrer dans la salle et ressort major. Comme quoi rien ne change vraiment jamais, au fond.

62 réactions au sujet de « Mon précieux équilibre »

  1. Félicitations encore pour ton examen
    Et que de changement à venir ! Tu verras internet ça sauve la vie perdu dans une grande maison à la campagne (mais avec une super qualité de vie). J’espère que le travail en libéral pour ton allemand, malgré les soirs parfois tard, lui permettra de profiter de votre petite vie de famille de bientôt 4

    1. Je me suis demandée si chez vous vous arriviez malgré le travail en cabinet à dîner tous ensemble le soir ? Je tiens pas mal à ce rituel mais je pense qu’il ne rentrera pas avant 19h30 et ça fait vraiment tard pour les petits…

      1. Je me permets de repondre puisque nous avons aussi le cas de figure. Tant que les garcons ont accepte de faire la sieste, on a pousse pour les faire se coucher « tard » apres un repas familial, et ils compensaient l’apres-midi, niveau sommeil. Maintenant qu’il n’y a plus de sieste, ils s’endorment epuises a 19h (ils ont 4 et 6 ans). Ca nous laisse la soiree plus tranquille… avec le bebe! 😉

      2. Pour l’instant, LutinCoquin prend son biberon du soir de 19h à 19h30. Dans l’absolu, j’essaye de faire en sorte que le repas soit prêt à 20h pour faire manger FeuFolet, mais parfois c’est 20h30 (ce qui est bien lourding car c’est l’heure de couché de LutinCoquin).
        Finalement, j’avais un peu (beaucoup) peur de la vie dans un trou de campagne, mais c’est vrai qu’on t gagne en qualité de vie : le Breton travaille à 10 minutes à pieds de la maison. Officiellement, ses consults terminent entre 19h et 19h30, donc le plus souvent, il arrive à 20h pour mettre les pieds sous la table (et il arrive à râler parce que selon lui 20h, c’est trop tôt pour manger -_-).
        Mais il suffit d’un grain de sable pour que le repas familiale tombe à l’eau : une urgence, une periode de rush, … je lui laisse le bénéfce du doute jusqu’à 20h30 car comme toi, j’aime que nous mangions ensemble, mis après, ça fait effectivement tard (surtout en Allemagne, il me semble que le repas du soir est plutôt autour de 18h, non?)

        1. Oui en Allemagne c’est plus tôt généralement… et du coup si vous dînez à 20h00 à quelle heure va se coucher Feu folet ? Et à quelle heure il se réveille le matin surtout ?

          1. J’essaye de le mettre au lit à 21h pour qu’on ai notre soirée, mais il a le droit de jouer dans sa chambre et le plus souvent on l’entend s’endormir vers 22h (je sais, c’est tard, mais c’est son rythme, son père est pareil).
            Le matin, c’est variable, les mauvais matins 6h (trop tôt pour moi) le plus souvent 7h30/8h ^_^

          2. Oh la la c’est dingue oui il dort peu la nuit finalement ! Mais c’est très intéressant ça me rassure… et du coup il dort beaucoup l’après-midi ?

          3. Hum … entre 0 et 3 heures … donc c’est très variable.
            Par contre, c’est drôle, moi je trouve que 10h, c’est bien comme nuit comparé à d’autre période …
            Après mon mari est insomniaque et mes garçons de petits dormeurs (12/13h par jour pour FeuFolet, 15h pour LutinCoquin).

  2. Bravo pour ton examen ! C’était quoi le but de le passer ? J’avais passé quand j’étais au lycée deux examens de l’institut Goethe. Celui de niveau supérieur me permettait d’aller étudier en Allemagne si je voulais sans devoir passer de test de niveau. Au final, ça ne m’a jamais servi…
    Merci de nous faire part de toutes les binnes nouvelles qui émaillent ta vie en ce moment ! Profites-en bien !

    1. Il n’y avait aucun but 🙂 ! Non je plaisante mais disons aucun but direct ça sera juste la classe sur mon CV si je veux postuler ailleurs ou négocier un changement de poste. Mais en tout cas c’était dans mon domaine en allemand, pas un examen de langue (je crois avoir déjà passé celui dont tu parles d’ailleurs 😉 ).

  3. Ravie de te retrouver et de lire que tout va bien. Que de changements en perspective. Tu te rapproches de chez moi? (On peut toujours rêver Enfin, n’hésite pas à me faire signe si vous passez dans le coin, on vous fera visiter!). Les changements de rythme sont positifs. Pour l’avoir vécu, le quotidien est nettement plus agréable depuis que mon mari a des horaires normaux (de bureau donc est à la maison les soirs/nuits et week-ends). Prends soin de toi et laisse ton médecin t’arrêter si besoin (ils survivront au travail même si je sais que ce n’est pas évident d’accepter de se faire arrêtée). Et encore bravo pour ton diplôme!

    1. Nous nous dirigerons en effet toujours plus au nord mais seulement à trente minutes de notre ville actuelle 😉 . Mais promis si je passe à Hambourg je te dis et évidemment la réciproque est vraie ! Concernant un éventuel arrêt je suis beaucoup plus détendue que la première fois. J’ai bien retenu que je n’étais pas indispensable 😉 .

  4. Félicitation pour ton diplome !! J’ai repris des études aussi après mon diplome et je confirme que la pression est toujours la même lorsqu’il s’agit de passer un examen (je dirais même plus que lorsque j’étais étudiante).
    Que de changements dans ton quotidien. Je comprends tes appréhensions face aux changements d’habitude. Je n’aime pas trop les changements non plus même si c’est du positif. Notre déménagement et changement de ville l’année dernière couplée avec la naissance de Miss E m’ont fait perdre mes repères. Désormais l’équilibre est retrouvé, jusqu’à de nouveaux changements. Je te comprends tout à fait, bon courage !!

    1. Je suis toujours rassurée de voir que je ne suis pas la seule à aimer la routine 🙂 . Mais je suis sûre que je vais réussir à m’en inventer très vite une nouvelle heureusement !

  5. Heureuse de te retrouver 🙂
    Et bravo, pour l’examen, pour les beaux projets… Courage pour les changements, mais comme tu dis « que du bon » 😉

    1. Oui nous avons de la chance et si j’ai du mal avec le changement je sais bien que je n’ai aucune raison de me plaindre, et plutôt beaucoup de me réjouir !

  6. Félicitations pour ton examen! Etant étudiante, je comprends (et ressens!) très bien ce sentiment de stress des partiels, de l’urgence de réussir, de l’envie de s’en sortir avec fierté, aussi! Mais c’est vrai que c’est très dur de jongler avec des études, un enfant, un appartement, et un mari. Il y a toujours des priorités qui tombent!
    Dans l’ensemble, c’est vrai que ce sont des très bonnes nouvelles (encore félicitations, d’ailleurs!!), mais au delà du côté positif, le changement trouble toujours (et c’est une hyper angoissée qui te parle), je comprends tout à fait.
    Du coup, tu es déjà arrêtée?
    Ma soeur, expat et enceinte de son deuxième, m’a récemment fait commande de quelques bouquins en français pour annoncer sa grossesse au premier, ça m’a fait penser à toi! 🙂

    1. Ce que je peux dire après cette expérience c’est que j’ai un respect sans borne pour ceux et celles qui étudient en ayant des enfants ! C’est tellement plus difficile ! Je ne suis pas encore arrêtée finalement j’ai ralenti un peu le rythme et ça va, à suivre… Et l’anecdote de ta soeur me fait sourire, je vais aussi acheter ce genre de livre lors de notre prochain séjour en France 🙂 .

  7. Comme tu le dis, c’est pour le meilleur, tous ces changements 🙂 Je doute souvent avant de prendre de grandes décisions, et il m’arrive bien souvent de les regretter après coup (je pourrais faire un article-fleuve de tous les regrets que j’ai), cependant il est indéniable que ma vie suit une trajectoire globale d’amélioration constante. Est-ce que je voudrais aujourd’hui être cette étudiante solitaire bourrée de névroses, dépendante de ses parents et vivant dans un 9m² sans amour autre que celui de son chat ? Certainement pas. La taille de mon appartement a été multiplié par 7, mes sources d’amour par 4 (bientôt 5 !), je n’ai plus aucune névrose véritablement handicapante, je gagne ma vie en faisant un travail qui me plaît. Je n’échangerais ma vie contre rien de ce qui l’a précédée. Ce que j’envie, ce ne sont que des fantasmes de ce que j’aurais pu devenir si j’avais fait autrement… aurais pu… sans certitude.

    Je crois que généralement, à moins de jouer de malchance comme dans un roman à la Zola, la vie va dans le bon sens. Et que quand tu auras une maison dans une petite ville allemande avec un mari à son compte et deux beaux enfants, tu ne te diras pas : « Ah si seulement je vivais encore dans mon appartement avec seulement Pierre et les horaires impossibles d’Ulrich ! » C’est juste une nouvelle aventure, et je suis certaine qu’elle sera très belle 🙂 (pour l’appartement, évidemment, vous choisirez peut-être de la garder… mais ce sera un choix : c’est un luxe immense, d’avoir le choix, et c’est trop bête d’avoir des regrets quand on a eu ce luxe)

    1. Je crois que j’adorerais lire cet article, sachant qu’un de mes préférés de toi justement fut le fameux : « Le projet bébé, la fin de tous les projets » ou un truc dans ce genre. Je crois que nous avons ce point commun en tout cas – et nous ne sommes sans doute pas les seules : ma vie rêvée n’était pas celle-là. D’un autre côté elle était juste rêvée justement… J’aime beaucoup ta conclusion et l’optimisme qui s’en dégage, je suis assez confiante d’ailleurs aussi pour mon avenir. C’est juste que le changement moi je n’aime pas trop ça de base 😉 .

  8. Quelles nouvelles et bravo pour ton examen! Finalement, ces changements ne donneront que du positif, meme si l’adaptation est necessaire! Le principal reste que bebe va bien, et qu’avec Pierre et ton mari, vous etes en train de construire une famille solide et soudee et prete a affronter ensemble tous ces changements!
    Une belle journee 🙂

    1. Oui je suis bien consciente que tout cela est très positif et que le principal surtout est là 🙂 . C’est juste que je suis une personne extrêmement casanière et routinière il va me falloir aller contre ma nature 😉 .

  9. Bravo pour cette belle réussite !
    J’espère que vous trouverez vite votre rythme face à tous ces changements !
    Je trouve que l’arrivée d’un deuxième est plus compliquée à gérer. On est moins insouciants sur ce qui nous attend et on veut que tout le monde soit bien tout en sachant qu’on ne maîtrise pas les évènements… Bon courage !

    1. C’est drôle ce que tu dis sur le deuxième pour le moment je trouve la grossesse quand même plus facile à gérer car je suis préparée à ce qui m’attend justement mais pour la suite je ne sais pas encore 🙂 .

  10. C’est un coup de gu… ou un cri du cœur ? Un peu des deux j’imagine ! En tout cas, oui, les changements bouleversent tout mais, oui aussi, ils ont du bon. Le tout étant de s’y préparer. D’autant qu’effectivement ce sont, dans le fond, des bonnes nouvelles.
    Je te souhaite plein de courage pour cette période transitoire, qui est quelque part plus difficile à gérer avec ses doutes, ses incertitudes, ses questionnements, que les changements déjà installés.
    Et félicitations pour l’examen ainsi que plein d’ondes positives à ton mari pour le lancement de son cabinet 😉

    1. Merci pour les félicitations et les bonnes ondes 🙂 . Je n’étais pas au top du moral quand j’ai écrit l’article mais je ne voulais pas me plaindre pour répondre à ta première question 😉 .

  11. Bravo pour l’examen une nouvelle fois. Tu le sais, je souffre moi aussi de ce magnifique syndrome de la première de la classe, je ne vais donc pas te juger. C’est au final assez pesant d’avoir ce stress là !
    J’espère que tous ces changements t’apporteront un nouvel équilibre, je suis sûre que tout se passera bien pour toi

    1. D’habitude pourtant je ne crois pas manquer trop de confiance en moi ça dépend des situations en fait… au travail je suis dans mon élément mais en situation d’examen c’est différent !

  12. Félicitations pour ton diplôme, et pas dans ta langue maternelle en plus, chapeau !
    Je me rends compte qu’on est nombreuses à avoir ce fameux syndrome de la première de la classe et je me demande souvent dans quelle mesure, en temps de femme ou fille, on intègre le fait qu’il faille absolument être excellente. on se met la pression parce être brillante est la seule manière d’être distinguée. C’est un mécanisme inconscient qui se met en place dès qu’on doit être noté/jugé … Bref, je ne sais pas si je suis clair mais c’est un truc qui me trotte dans la tête depuis un moment.

    Quant à la peur du changement, c’est universel, même si on sait que c’est pour du meilleur, le fait de ne rien contrôler est déstabilisant. Pourtant il y a souvent un côté excitant, mais il faut une bonne dose de lâcher prise pour l’apprécier. Je vous souhaite une belle nouvelle vie et puis entre temps, ces moments à trois vont être super !

    1. Je ne me suis jamais dit que c’était un truc proprement féminin pour le moment mais tu n’as pas tort les femmes en sont sans doute davantage victimes dans l’ensemble…

  13. Bon retour, on t’a attendue avec impatience ! 🙂
    Je dois dire que le nombre de changements qui s’amorcent dans ta vie sont assez conséquents en effet ! J’aime également beaucoup ma petite routine et le fait que ces modifications/améliorations arrivent tous en même temps ne doit pas être évident à gérer pour toi 🙂 Courage en tout cas !
    Tu gères pour l’examen haha (l’attitude de la première de classe qui panique m’a faite rire : une de mes meilleures amies est comme toi 😉 )

    1. Je suis rassurée de ne pas être la seule à aimer ma routine parfois je me dis que je suis hyper ennuyeuse de pouvoir me contenter chaque jour du même programme 😉 .

  14. Hi hi ! Tu m’as fait rire avec ton syndrome de major :). Encore félicitations pour cette réussite et bon amusement avec SAP (c’est possible de s’amuser avec SAP ?)
    C’est super pour Ulrich, il va enfin pouvoir prendre le relais les weekend… Je ne doute pas que vous retrouverez bientôt un autre point d’équilibre. En attendant bonnes vacances au soleil 🙂

    1. Oh la la oui c’est possible surtout de s’amuser avec les consultants SAP (ok je sors mais je te rappelle que c’est toi qui a l’esprit mal placé 😉 ).

  15. Félicitations pour ton examen! T’es trop forte 😉 Je suis sûre que tu vas trouver un autre équilibre à quatre, même si cela prendra du temps. On finit toujours par trouver un équilibre, lorsqu’on est équilibré soi-même 🙂
    Je suis sûre que tout va bien se passer. Je t’embrasse!

  16. ouf ! je trouve enfin le temps de commenter … pour moi c’est normal que les changements t’angoisse, car l’être humain est plutôt réfractaire au changement en règle générale. on a notre petite routine qui tourne, pas de (mauvaises ) surprises… alors c’est bien normal que ça t’inquiètes un peu. mais le changement, c’est un mouvement , une dynamique ! alors même si c’est déstabilisant au début, c’est positif ! bon c’est sur que un bébé plus un nouveau job pour ton mari, ça fait beaucoup ! mais après une période de turbulences, vous retrouverez une nouvelle routine, en mieux ! lorsque bébé numéro 2 est arrivé ça a été un peu le tsunami a la maison.. ( moins de 2 ans d’écart en même temps) mais après quelques temps le calme est revenu. et pour le rythme du soir, tu verras bien, chaque enfant est différent, tout dépend si pierre est un petit dormeur ou non.. c’est sur que le soir ça risque d’être difficile de dîner en famille, mais si vous vous retrouvez le week end, ça rattrape ! de toute façon tu es quelqu’un de posé et dynamique, je suis sure que tout va se passer pour le mieux !

    1. Merci pour tes mots rassurants 🙂 . Ca me rassure beaucoup de lire que l’être humain en général n’aime pas le changement (j’ai toujours pensé que c’était une anormalité de ma part) et ça me rassure aussi de lire que, d’une façon ou d’une autre, on trouvera toujours un équilibre 🙂 .

    1. Oui tu as raison ! Mais à ce sujet je crois que ça m’intéresserait beaucoup que tu fasses un article sur votre changement de vie justement, du Nord à la Savoie. Tu en as parlé récemment dans un commentaire je crois et j’ai beaucoup aimé lire ce témoignage 🙂 .

  17. Mais dis donc, c’est génial tout ça même si je comprends que tous ces changements/chamboulements puissent faire un peu peur !
    je vous souhaite que le meilleur … une grossesse qui tienne sans aucune menace de naissance trop pressée … un cabinet qui carbure et permette à ton mari de passer plus de temps avec sa jolie famille …

    je t’admire d’avoir repris le chemin des cours le temps d’un examen … moi j’aimerai le faire pour passer un diplôme de cadre socio-éducatif mais je t’avoue que l’idée de me replonger dans les études me refroidit … et pour le moment je n’ai pas de petite famille à gérer pourtant !

    1. Merci pour tes souhaits ! Très honnêtement cette formation m’a un peu fragilisée psychologiquement, je sais que c’est un peu démesuré et pourtant ce fut le cas. Alors si tu ne le sens pas en ce moment ne te force pas, tu le feras à un autre moment !

  18. Félicitations pour ton diplôme ! Et que de (chouette) changements en perspective ! (La campagne ça peut être top aussi ! )
    Je plonge aussi dans ce futur changement qui dans quelques mois fera que je vais retrouver seule avec deux enfants en bas âge à gérer sur de grandes amplitudes horaires (mon mari rentre entre 19h et 20h. A partir de 19h30 on passe à table sans lui sinon poupette est trop fatiguée par contre elle a le temps de jouer avec lui et on fait tous les repas du week-end ensemble). C’est tout comme toi un choix mais cela ne m’empêche pas de me demander comment je vais faire pour tout gérer !
    Je suis désolée d’apprendre que ton col fait de nouveau des siennes comme pour ta 1ere grossesse. Malheureusement j’ai été 3 mois alitée pour ma 1ère grossesse et malgré un arrêt de travail tres précoce pour cette 2e jai eu de nouveau un col modifié tôt aussi… MAIS (oui une bonne nouvelle se cache derrière ces propos peu rassurants) je vis les choses bcp mieux que la 1ere fois, du coup les soignants sont bcp plus cool avec moi et si je dois bien me reposer (nounou pour ma fille, pas de menage) je ne suis pas alitée totalement et je peux presque mener une vie normale (enfin bcp plus normale que couchée H24). Et 2e bonne nouvelle cette façon de vivre n’a pas l’air d’affecter ma grossesse plus que cela ! J’espère que cela te donnera à du courage et de l’espoir que cette fois ci tout se passe mieux!
    Profite bien de ces moments à 3 et de la présence de ton mari -homme au foyer. Qu’il est agréable de se laisser porter et chouchouter parfois !

    1. Oh merci pour ton témoignage qui m’encourage en effet beaucoup !! Je suis déjà un peu inquiète à l’idée de me retrouver alitée… Du coup tu en es où de ta grossesse maintenant ? Ton col s’est modifié à partir de quand ? J’espère que j’aurai la même bonne expérience !

      1. J’en suis à 32 SA. Depuis 14 SA j’ai des contractions et je suis en arrêt. A l’écho morpho vers 22 SA mon col était raccourci et ouvert en entonnoir. … la déprime! MAIS j’ai écouté les conseil du sage femme à savoir « repos mais pas parano ». Et d’après ma sage femme qui ne vérifie mon col que « au toucher » il n’a quasi pas bougé depuis malgré de très nombreuses contractions par jour. Je crois que d’avoir continué une vie un peu normal ma bcp aidé à tenir psychologiquement. J’espère qu’il en sera de même pour toi!

  19. Félicitations pour ton diplôme ! Pas facile de reprendre des études avec un petit bout… Bravo ! Je connais aussi le syndrome de premier de la classe 😉 En reprenant des cours il y a deux ans, j’ai été replongée dans les mêmes stress, les mêmes angoisses que lors de mes études…
    Que de changements qui s’annoncent ! Mais ça va être super positif ! Pas facile de s’adapter à cette nouvelle situation, mais tellement galvanisant… Il y aura une période d’adaptation, mais vous trouverez une nouvelle routine !

    1. Oui c’est juste le temps que tout se mettre en place, parfois il faut prendre les choses comme elles viennent 🙂 . C’est drôle comme on retrouve vite nos réflexes d’écolière !

  20. Félicitations pour ton examen! Et en allemand qui plus est! Gut gemacht!
    Je comprends tes questionnements pour l’arrivée du ptit deuxième et l’organisation familiale. Mon conjoint a également des horaires irréguliers, et j’angoisse un peu à l’approche des jours où il terminera à 22h et que je devrai gérer les 2 petiots toute seule… Arggggh! Mais bon, on n’y est pas encore. Profitions de cette grossesse et de ce (relatif) calme avant la tempête..
    Bises
    Emilie

    1. Ah mais surtout ce que je note c’est que tu vas y passer avant moi donc tu pourras me dire comment tu fais dans un article. Je compte sur toi 😉 !

  21. Je rattrape mon grand retard de lecture sur ton blog ! Félicitations pour ton diplôme ! Et je vous souhaite le meilleur dans votre nouvelle organisation de vie, ça va faire des changements c’est sûr 🙂 Ici aussi on se prépare à poursuivre les gros changements, après l’arrivée des petits on se prépare à changer de région… Beaucoup de choses à venir !

    1. Merci pour les félicitations et tu es bien sûr pardonnée pour le retard 🙂 . J’ai hâte de suivre vos changements à venir, je me régale déjà à lire tes premiers pas de maman de trois 🙂 .

  22. Félicitations pour ton examen !
    Moi j’avais trouvé beaucoup plus facile de retrouver un équilibre familial après le 2e qu’après le premier, sans vraiment de raison. Et alors que je stressais pas mal de gérer les deux le soir toute seule, leur père étant absent 3 ou 4 jours quasi toutes les semaines, ben en fait ça a été plus simple que prévu. Les premiers mois le bébé dort/se porte en écharpe/se pose n’importe où, ce qui laisse pas mal de liberté pour s’occuper du grand. Je trouve que les choses se sont vraiment corsées à partir du moment où le deuxième a commencé à faire du 4 pattes/marcher et à vouloir faire des bêtises… Mais ça laisse un peu de temps pour s’habituer à une nouvelle vie à 4. Pierre continuera à aller à la crèche ?

    1. Oui heureusement il continuera d’y aller chaque jour comme aujourd’hui de 8h30 à 15h00 ça me laissera un peu de temps seule avec le plus petit 🙂 .

  23. Toujours moi (et après la guerre) bref, toutes mes félicitations pour cet examen 🙂
    Concernant cet équilibre, souvent une nouvelle n’arrive jamais seule et c’est un enchaînement qui peut paraître incontrôlable ! J’imagine les changements qui te font faire d’innombrables calculs avant dormir (j’en deviendrai folle ah ah ah !).
    Pour ma part, je m’étais préparée à étre « déséquilibrée » avec l’arrivée de ma fille et finalement…. rien n’a vraiment changé enfin c’est mon ressenti. Je te comprends pour la MAP, alitée 3 semaines j’étais au bout de ma vie et ma gynécologue m’a prévenu si j’aurai fait un deuxième non seulement je serai arrêtée plus tôt et en plus j’accouche chez moi vu la vitesse avec laquelle j’ai fait ça la première fois !

    Le véritable équilibre à mon avis et en perpétuel changement, certes cela nous bouscule aux premiers abords mais finalement nous nous en sortons très bien n’est ce pas ?

    1. La naissance de mon fils ne s’est pas non plus traduit par le tsunami qu’on m’avait prédit alors je comprends bien ton ressenti ! J’espère m’en sortir oui, pour le moment ma plus grosse inquiétude reste celle de l’alitement qui semble se profiler à nouveau 🙁 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *