Enfin grosse (2)

Enfin grosse (2)

Les classiques symptômes de grossesse ne sont pas apparus immédiatement, mais ils ont été exactement les mêmes que la première fois. Tout a commencé avec de petites douleurs abdominales et une poitrine légèrement gonflée, des symptômes typiques de fin de cycle chez moi qui ne veulent donc rien dire vraiment. A partir de 6 SA,  le jour même exactement, j’ai commencé à avoir des nausées. Elles ont connu un pic vers 9 SA et ont ensuite disparu progressivement.

Des nausées, est-il judicieux de les appeler comme ça ? Je ne sais pas mais en tout cas je peux vous dire que je fais partie des chanceuses chez lesquelles elles sont légères et tout à fait supportables. Elles se traduisent de la façon suivante : un appétit d’ogresse dès le réveil, parfois même dans la nuit, que je ne dois contrarier pour rien au monde, quelques dégoûts, notamment pour le café et par extension toutes les boissons chaudes, et quelques rares journées que j’ai eu l’impression de passer sur un bateau. Cette fois-ci j’ai notamment trouvé remède dans tous les produits acides : kiwis, pommes granny, citrons et oranges pressés… J’en ai avalé un nombre considérable et leur effet était toujours bénéfique.

Comme la première fois, j’ai des envies, mais pas les mêmes bizarrement. Lorsque j’étais enceinte de Pierre j’ai consommé une quantité ahurissante de chocolat Milka et de boisson lactée Nesquick. Je sais, rien de bon pour la santé, mais enceinte, j’ai tendance à tout m’autoriser. Cette fois, j’ai envie de viande et de charcuterie, désespérément – je vous rappelle que j’essaie habituellement d’en consommer le moins possible.

Quoiqu’il en soit je vis tout cela bien mieux que la première fois. Lors de ma première grossesse, ces changements sur mon corps et mon appétit m’avaient surprise. Je vivais depuis trente ans avec un compagnon prévisible et voilà que tout changeait. Cette fois je connaissais ces sensations et cela m’a permis de bien mieux, bien vite apprendre à vivre avec.

Je n’ai pas choisi le titre de ces articles par hasard – même s’ils avaient avant tout vocation à être drôles. S’il y a une chose que j’apprécie également davantage que la première fois, c’est le fait de commencer à m’arrondir. Je vous ai déjà confié être un peu trop maigre. En vieillissant, et du haut de mes 34 ans je pense pouvoir le dire, c’est de plus en plus moche. Je ressemble trop souvent à une plante desséchée. Alors voir ce petit ventre rebondi et cette poitrine qui ne rentre plus dans mes soutiens-gorge, cela me ravit et je le savoure ! Pour le moment j’ai seulement pris quelques grammes, pas même un kilo, mais c’est vraiment un sujet sur lequel je suis détendue de la culotte.

Et sur les autres sujets, je suis détendue, alors ? Pas vraiment en fait. J’ai été très angoissée pendant ces premières semaines et pour tout vous dire je le suis encore, par intermittence, c’est d’ailleurs la raison principale pour laquelle j’ai décidé de continuer à cacher la nouvelle au travail. Les annonces continuent généralement de me mettre mal à l’aise. J’ai toujours besoin de préciser « si tout va bien » et les limite au maximum, au risque de blesser certaines personnes.

Il faut dire que je n’ai pas trop de chance, ou alors je stresse les médecins et les fais douter par ma seule présence, ou tout le monde a le même genre de contrariétés que moi et je suis la seule qui dramatise, je ne sais pas. Toujours est-il qu’en moins de deux mois j’ai déjà passé quatre échographies. Parce qu’à chaque fois on préférait bien vérifier, ce genre de choses qui n’aide pas à ma tranquillité. Ma mère m’a dit qu’il aurait mieux valu pour moi que je tombe enceinte à une époque où les échographies n’existaient pas, elle n’a peut-être pas tout à fait tort. Dans ces moments là, ce qui a été le plus dur à vivre bizarrement, ce sont les réminiscences de ma première grossesse, lors de laquelle j’ai sincèrement cru perdre Pierre. J’avais besoin de me répéter comme un mantra : « Personne ne va te prendre Pierre, ne mélange pas ».

En dehors de cela, je crois pouvoir dire que je suis assez fière de la façon dont je gère mes émotions. Une chose est sûre au moins : au regard de ma première grossesse je me suis améliorée.

Dans mon couple notamment j’arrive désormais à exprimer mes attentes et mes craintes sans colère, sans attendre qu’Ulrich comprenne et résolve tout magiquement, et cela facilite énormément les discussions. Il a d’ailleurs bien plus tendance à me soutenir du coup, et celles qui me suivent sur Instagram ont dû se rendre compte qu’il a pris les commandes en cuisine !

Je crois aussi qu’au fond, j’ai un peu plus confiance en moi, en mon corps aussi. Je me dis : « Vielle carcasse, tu as déjà réussi une fois, tu vas bien renouveler l’exploit, non ? ». Et puis surtout je crois avoir enfin acquis l’idée que la peur n’éloigne pas le danger. Peut-être que cette grossesse finira mal, personne ne peut le prédire. Mais le fait de me gâcher ces quelques mois n’y changera rien. En revanche si tout se passe finalement bien, comme ce fut le cas la première fois, et que je me suis malgré tout rongé les sangs, je vais le regretter – ça, je le sais.

Je ne peux pas terminer ce récit sans vous parler de l’annonce au grand-frère. Nous avons pris soin, les premières semaines, de ne pas en parler directement ou clairement devant lui et je n’ai sincèrement pas eu l’impression qu’il se doutait de quelque chose. Après la première échographie en revanche, je lui ai dit très simplement : « Tu sais, il y a un tout petit bébé dans le ventre de maman. Il va sortir dans longtemps comme Tom, comme Paul (les bébés de notre entourage) ». Il a alors voulu absolument me déshabiller pour regarder sous mes habits. Et puis quand je lui ai dit : « Mais non c’est dedans ! » son intérêt était passé et il est reparti jouer. Depuis je sens que lorsque je prononce les mots « petit bébé » il tend l’oreille, il a répété une fois : « Le petit bébé est dans le ventre de maman » et c’est tout. Mais je n’insiste pas pour le moment, ni avec des livres ni avec rien d’autre. Je trouve que c’est encore très tôt à son échelle de temps et j’attends donc un peu, que mon ventre soit plus gros, que tout cela soit plus concret. La seule chose à laquelle je veille absolument c’est de continuer à l’appeler « mon bébé » comme je l’ai toujours fait, à lui donner son biberon, à le consoler la nuit. Je m’interdis de l’appeler « mon grand » ou d’employer le mot « grand-frère ». Je ne veux pas qu’il ait l’impression de changer de statut, ou que nous voulions de ce fait le faire grandir trop rapidement. Il me semble encore si petit !

48 réactions au sujet de « Enfin grosse (2) »

  1. Roooo l’annonce au grand frère me rend tout chamallow, c’est trop mignon <3
    Sinon j'aime bien l'idée que "la peur n’éloigne pas le danger", moi j'ai tendance à répéter, le courage, ce n'est pas de ne pas avoir peur, c'est d'agir même quand on a peur… mais ça s'applique pas trop à la grossesse pour le coup où on ne contrôle pas grand chose…
    Bon courage pour la suite et encore une fois gnnnniiii, tu es enceinte 😉

    1. J’aime aussi beaucoup ta maxime j’y repenserai à l’occasion (même si j’espère ne pas trop en avoir l’occasion – enfin si d’accord si c’est pour affronter la gigantesque araignée qui se cache dans notre espace laverie 😉 ). Merci pour ton enthousiasme en tout cas il me touche beaucoup <3 !

  2. J’avoue, je ne sais plus bien pour Pierre, il est né prématurément, c’est ça ?
    Si ça peut te rassurer, jusqu’à la fin de ma première grossesse (pourtant idyllique), j’avais le sentiment que quelqu’un allait arriver et me dire que ce n’était qu’une grosse blague …
    (Mais bon, quand on a pas pu le ramener au SAV vers 6 semaines, j’ai compris que non, c’était pas une blague )
    Je te souhaite bon courage pour la suite et que tout se passe bien.
    Et je trouve l’annonce à Pierre parfaite, sobre et factuelle. Il/vous avez encore bien le temps de revenir sur le sujet. Moi, j’avais laisser les livres à disposition pour FeuFolet rapidement comme ça, c’est lui qui « abordait le sujet »

    1. Pierre est né très légèrement prématuré (36 SA + 4) mais je fais plutôt ici référence à mon premier trimestre d’alors qui a été marqué par d’horribles saignements qui m’ont rendue folle. Au final ce n’était rien du tout, des saignements inexpliqués comme on dit, mais ils m’avaient énormément atteint d’un point de vue psychologique. Merci pour tes compliments sur l’annonce, en étant une des dernières à y passer j’ai pu m’inspirer à loisir de tous vos bons conseils 😉 .

  3. Félicitations à toi pour cette seconde grossesse ! J’arrive après la guerre mais à 60 jours de mon accouchement possible c’est un peu la course chez moi pour finir les préparatifs ! Heureusement, que j’ai la forme et je peux vaquer à mes occupations !

    Je pensais être très inquiète ne souhaitant pas à la base être enceinte au point de faire autant d’échographie que toi mais à ma grande surprise il n’en est rien, j’ai ma dernière écho dans quelques jours et j’ai réussi à me contenter des officielles … J’ai beaucoup été rassuré lorsque bébé s’est mis à bouger et nous avons un petit « rituel » quand je veux m’assurer que tout va bien
    Je m’étais imaginée les pires scénarios niveau symptômes et je n’ai absolument rien eu alors je profite à fond.

    Bref, je te souhaite une belle grossesse, je suivrai bien évidemment tes aventures avec plaisir

    1. Oh la la oui le temps presse par chez toi 🙂 . C’est vraiment super que tu aies vécu une belle grossesse, au moins tu n’auras aucun regret ! Ca passe tellement vite, ça vaut le coup d’en profiter. J’aimerais bien que tu nous parles de ton petit rituel, tu nous raconteras sur ton blog ?

  4. Ton mot de fin me fait sourire parce que j’appelle ma fille « ma grande » depuis très longtemps (vers 1 an je pense) alors même que c’est un petit gabarit, que je ne suis pas enceinte et que bien sûr je ne souhaite pas la pousser à grandir trop vite.
    Je te souhaite que les « vérifications » viennent toujours confirmer que tout va bien. 🙂

    1. Hi hi bon alors dans ton cas tu as le droit de continuer bien sûr 😉 . Je crois que de mon côté j’ai associé ce terme à ma grande soeur et que son rôle m’a toujours paru hautement ennuyeux c’est sans doute pour ça 🙂 .

  5. C’est rigolo de te voir avec un bol de grossesse, j’aurais parié que ce n’était pas ton style 😉
    Sinon, je te sens beaucoup moins angoissé et plus détendu dans ton texte, j’espère que ça reflète bien la réalité et ça à l’air dans la manière dont tu le décrit.
    Et sinon, comment tu fait pour cacher ton bidon? Il a l’air d’avoir bien poussé 🙂

    1. C’est drôle, pourquoi ? Je n’en avais pas acheté la première fois et cette fois je ne voulais pas louper le coche au contraire mais j’ai du chercher pour en trouver un doré. Je ne sais pas si mes collègues sont tous trop polis pour m’en parler ou s’ils n’ont toujours rien vu mais en effet ça devient très compliqué de le cacher. Du coup j’ai mis mon supérieur hiérarchique dans la confidence quand même au cas où l’information fuite indépendamment de ma volonté…

      1. Parce que dans mon esprit c’était plutôt un bijou pour les baba cool 😉
        Mais c’est vrai qu’on en voit un peu partout ces derniers temps, peut être ça deviens à la mode 🙂
        En tout cas, en principe c’est apaisant pour le bébé donc tout bénéf 🙂

        1. Tu as donc eu raison finalement, c’est vrai que les modèles traditionnels argentés me plaisent moins. Mais maintenant c’est devenu un petit accessoire de mode finalement alors j’en ai trouvé un à mon goût 🙂 .

  6. Pfff, « vieille carcasse », mais n’importe quoi !

    Je suis aussi rassurée de n’avoir pas la seule grande sœur pas trop trop investie dans le rôle :p D’un côté j’essaie aussi de ne pas faire peser ce rôle sur ses épaules, d’être avec elle comme je l’ai toujours été, et si parfois je l’encourage à grandir un peu (non parce que sur certains points, c’est franchement un gros bébé de 2 ans bientôt 3), ce n’est en tout cas jamais « à cause » du bébé. Ma grand-mère me disait : « Pour que ça se passe bien, il faut que tu lui dises qu’elle va être une petite maman pour le bébé »… mais quelle horreur :p Enfin, ma grand-mère a 90 ans, autre temps autres mœurs…

    Enfin, je suis heureuse de lire que tu prends cette grossesse plutôt positivement, ou en tout cas autant que possible. J’ai l’impression que pour le coup, on est dans un état d’esprit assez similaire… même si pour ma part, les angoisses je les sens toujours au fond de moi, et d’autant plus depuis qu’elle bouge beaucoup (je pense que ça t’aidera peut-être aussi à distinguer cette grossesse de celle de Pierre, de voir ce bébé vraiment comme un bébé différent, de l’aimer pour qui il est et – pour la partie moins fun – d’avoir vraiment peur pour lui)… mais j’arrive à passer outre la plupart du temps, et c’est déjà un gros progrès par rapport à la dernière fois 😉

    1. Oui bien sûr je n’ai pas pour autant perdu de vue tout espoir que Pierre devienne un peu plus autonome dans les mois à venir. Mais disons que, comme tu le dis, je voudrais vraiment ne pas lier les deux évènements.
      Je ne sais pas encore comment ce sera quand je le sentirai bouger, la dernière fois ça m’avait quand même beaucoup apaisée… Je vous raconterai !

  7. En te lisant, je retrouve bien les angoisses que j’avais enceinte. Et meme si c’est irrationnel, c’est comme ca. Je suis admirative des Mamans enceintes et pas stressees! En revanche c’est super si tu arrives un peu mieux a approvoiser ton inquietude et que tu peux vivre ces beaux moments avec plus de serenite.
    Quant a l’annonce a Pierre, je retrouve egalement un peu de mes deux aines… En debut de grossesse, mes enfants n’y ont jamais prete attention. Meme en fin de grossesse, ca restait visiblement assez abstrait. Le coup de foudre est arrive a la naissance! (Mais quel coup de foudre!… Ca valait le coup d’attendre!)

    1. Tu n’es pas la première à me dire ça du coup je mets très peu d’attentes dans le degré de préparation éventuel de Pierre avant la naissance 😉 . On verra le moment venu, quand son petit frère ou sa petite sœur sera là !

  8. Je trouve vraiment sympa l’annonce à Pierre. C’est trop mignon.
    Moi aussi durant ma grossesse j’ai eu peur tout au long que ça se passe mal. Je précisais toujours « si tout va bien », « pour le moment tout se passe bien, mais on ne peut pas prévoir pour la suite »… Ce qui m’a beauoup aidé c’est que j’ai fait de l’haptonomie, ça m’a appris à « lacher prise » un peu plus.
    Bon ce qui me rassure pour une prochaine grossesse, c’est quand tu dis c’est que tu es plus détendue face aux changements d’humeur, d’envie… J’ai été tellement surprise quand j’étais enceinte de Miss E, que j’ai paniqué plus d’une fois. Et je te comprends face au changement de silhouette. J’ai aimé être enceinte pour ça (mais pas que hein )!!

    1. Je trouve que ça change beaucoup de choses, pour moi en tout cas, de vivre un processus déjà connu, d’autant plus que j’ai la chance jusqu’à maintenant de vivre une grossesse très similaire à la première. Je ne suis pas sure que l’haptonomie existe ici en Allemagne c’est dommage ça aurait pu m’intéresser !

  9. Je suis contente de lire que tout se passe pour le mieux :). Oui tu as encore le temps avec ton loulou. Mon 2e se rendait compte à la fin de mon ventre, mais il a seulement réellement réaliser que quand son petit frère était né. Mais il n’était pas intéressant au début ;).

    1. Ça ne m’inquiète pas que Pierre ne s’intéresse pas plus que ça a cette nouvelle je crois même que je préfère qu’il en soit ainsi, au moins il n’est pas perturbé. Il a le temps de le devenir, le jour où il se fera piquer ses jouets 😉 .

  10. J’aime beaucoup l’annonce que vous avez faite à Pierre.
    Je te rassure, de ce que je peux constater son intérêt pour le bébé viendra sans doute plus tard quand ton ventre sera vraiment proéminent et que cela se rapprochera. Le Choupi ne s’y intéresse pas tout le temps, mais maintenant il veut donner à manger au bébé via mon nombril et apparemment, il a pas trop saisi que quand on avait parlé de la poussette du bébé, elle n’était pas elle aussi dans mon ventre
    Pour ce qui est des angoisses, j’avoue que depuis que je sens le bébé quotidiennement, je m’inquiète quand même moins. En gros, quand vraiment je suis inquiète, en mauvaise mère j’essaye de la titiller et quand je la sens, je suis complètement rassurée. Je suis sûre qu’elle me le fera payer par la suite

    1. La poussette dans ton ventre ah ah ah 🙂 !!! Je faisais pareil la première fois, j’ai infligé au petit Pierre dans mon ventre un nombre important de verres de Nesquick glacés pour le faire bouger et me rassurer. Et c’est drôle parce qu’en y réfléchissant cet enfant n’aime rien de froid (glace, yaourt) qui sait si je ne l’ai pas traumatisé 😉 ?

  11. Je me suis honnêtement demandé si tu n’allais pas nous annoncer des jumeaux avec le titre que tu as choisis !

    Ne plus maitriser un corps qu’on a déjà mis du temps à apprivoiser, voilà bien un truc qui me fait peur dans la grossesse. Mais j’imagine que quand c’est la deuxième, on « maitrise » un peu mieux.

    Gérer ses angoisses c’est aussi un gros boulot, c’est aussi quelque chose contre le lequel je lutte au jour le jour (sans être enceinte) alors entre les hormones et la culpabilité vis à vis du bébé, ça ne doit pas être simple. Je te souhaite plein de courage pour ça et pour le reste, mais tu semble rester sereine, en tout cas, c’est ce qui transparait.

    1. Tu es au moins la troisième à avoir pensé à des jumeaux je vais vraiment me faire du souci sur mon tour de ventre 🙂 ! Je ne sais pas si on peut appeler ça de la sérénité, mais c’est vrai que je me sens bien, fataliste en fait peut-être…

  12. J’avais tout le temps envie de saucisson durant ma première grossesse alors que je n’en mange jamais, c’était super bizarre …. Celle-ci, c’était les clémentines… Les envies.

    Trop mignon l’annonce au grand ! Tu as raison de ne pas trop en parler, cela leur parait tellement long ! Plus ma grossesse avance, moins mon fils en parle, je pense qu’il croit que cela n’arrivera jamais !

    Bon courage pour la suite !

    1. Aaaah mais pourquoi tu parles de saucisson en plus il n’y en a pas ici c’est un supplice 🙂 ! Merci de me conforter dans l’idée qu’il ne sert à rien de trop matérialiser la chose en ce moment pour mon fils tu as raison, c’est tellement long pour lui, un tiers de toute sa vie !

  13. Je n’ai aucune leçon à donner en matière d’angoisses de grossesse. Je ne peux que compatir. Pour mon premier fils, j’ai cru avoir fait une fausse couche peu de temps après avoir appris ma grossesse. Pendant plusieurs jours, deux trois semaines peut être, j’ai cru l’avoir perdu jusqu’à ce que l’arrivée de nausées me pousse à consulter. Donc je compatis d’autant plus.
    Mais ce qui m’a le plus préoccupé pour ma deuxième grossesse, surtout vers la fin, c’était la réaction du grand frère. Je peux dire q’il y a eu pas mal de phases dans l’histoire. J’ai un début d’article à ce propos d’ailleurs, commencé quand j’étais enceinte.

    1. J’aimerais savoir pourquoi elle t’a préoccupée, parce qu’elle était inexistante, ou au contraire excessive ? En tout cas j’espère que tu trouveras le temps et l’envie un jour de nous raconter tout cela, je te lirai comme toujours avec plaisir 🙂 .

      1. Je dirai plutôt inexistante je crois (pendant la grossesse, après c’est autre chose), enfin il est difficile de savoir ce qui se passe dans la tête de nos enfants. Surtout que même si nos fils ont le même âge, le miens ne parle (toujours) pas (ou peu), du coup la communication n’est pas simple (même si je comprends le son qui désigne le ‘chocolat’)

  14. Tu as de la chance d’avoir très peu de nausées, c’est vraiment handicapant quand c’est le cas (et compliqué de garder le secret, surtout auprès des collègues!)

    « Je ressemble trop souvent à une plante desséchée. » nan mais tu rigoles j’espère?!

    En tout cas je suis contente de voir que ta grossesse se passe bien 🙂

    1. Je te rappelle que tu ne m’as jamais vue en maillot de bain 😉 . Non mais je sais bien sûr que je ne dois pas ma plaindre, que la vraie beauté est intérieure etc. Mais d’un autre côté ce n’est pas un secret : on vieillit mieux avec quelques rondeurs !

  15. Ma Bébou aussi est absolument fascinée par la grossesse. Elle me pose des questions sans cesse (parfois assez techniques, même). J’essaye de lui répondre le plus simplement et sincèrement et, l’autre jour, je l’ai entendu répondre à une dame de la crèche qui lui demandait quand sa petite soeur allait sortir du ventre de sa maman : « Maiiis nooon! Elle va pas sortir du ventre de maman… Elle va sortir de sa zezette! »… Ah ça! Elles n’en sont pas revenues!^^

    1. Hi hi hi elle est déjà très concrète dans sa représentation ! C’est super quelque part, ça lui permet déjà d’apprendre plein de choses sur son anatomie féminine 🙂 .

  16. Tiens ton article me rappelle qu’enceinte j’ai ingurgité un nombre incalculable de kiwis…
    Je trouve la réaction de Pierre très mignonne, de vouloir regarder sous ton pull 🙂
    J’espère que cette deuxième grossesse sera sereine, mais j’ai l’impression que tu es plutôt pas mal partie de ce coté là !

    1. Oui pour le moment j’arrive à ne pas me laisser dévorer par mes angoisses et c’est bien comme ça 🙂 . Les kiwis sont ma nouvelle passion j’en ai déjà mangé deux pour aujourd’hui !

  17. Bravo de mieux gérer ton stress et tes émotions! Ici mes angoisses sont moins fortes pour cette deuxième grossesse mais présentes quand même je te rassure! Peur de la fausse couche à nouveau, puis maintenant peur de la MAP comme pour la 1ere. La différence réside dans l’accompagnement des soignants qu j’ai choisi qui est beaucoup moins anxiogène pour moi cette fois ci. J’ai cette fois une sage femme en accompagnement global qui me connaît très bien et m’aide à faire la part des choses, quand pour ma 1ere grossesse un suivi classique à la maternité avec du personnel qui change tout le temps m’a beaucoup stressée: et plus je stressais, plus en face de moi l’équipe soignante stressait aussi, voulait m’hospitaliser, contrôler encore, me faire de nouveaux monito, vérification du col… J’ai remarqué que pour moi les examens sont aussi anxiogènes qu’ils sont rassurants. Bien sûr on est rassuré que tout aille bien, mais si on trouve qquchose?
    Le discours de ta maman me fait sourire, il me fait penser à ce que dit mon ostéo. Je lui dit  » mais mon col est ouvert en entonnoir », elle me répond « et s’il n’y avait pas d’écho du col on n’aurait jamais vu qu’il était ouvert en entonnoir et du coup ça ne vous aurait pas stressé! Comment faisait nos grand mères? »
    Bon bien sûr cela ne calme pas toutes mes angoisses mais je gère mieux que pour la 1ere. Sauf que se rajoute les questionnements pour l’aînée : ne va-t-elle pas se sentir abandonnée quand on sera à la maternité? et si elle est malade à ce moment là?…
    Je pense que vous avez bien raison de ne pas mettre la pression à Pierre avec le bébé. Il a bien le temps de comprendre et de s’y intéresser….Ma fille a très bien pris la chose et nous parle souvent de sa petite soeur. On a des livres, elle les réclame, elle a l’air enthousiaste mais se rend elle vraiment compte? J’espère ne pas trop en faire en disant qu’elle est « grande », mais ce n’est pas parce qu’elle va devenir grande soeur que je lui dis cela, c’est pour l’encourager dans son autonomie propre (elle veut faire seule, elle veut aller sur le pot… alors je lui dit  » bravo tu es grande tu sais faire ça!)

    1. Je pense que si j’étais en France je me serais aussi peut-être laissée tenter par un suivi plus léger. Mais ici en Allemagne j’ai préféré retrouver ce que je connaissais déjà et reprendre le même suivi que la première fois. Il est un peu anxiogène mais aussi très fiable je crois. Je crois que j’ai une vision un peu négative du mot grande car je l’ai trop entendu pour désigner ma grande soeur et j’ai toujours eu l’impression que ça n’avait pas l’air très cool 😉 . Mais c’est comme tous les mots ça dépend ce que l’ont met derrière, ça peut être aussi très valorisant d’être grand 🙂 .

  18. Nos garçons ont deux jours d’écart (le mien est du 14) et nous sommes enceintes de bb2 en même temps (et peut-être au même stade, je ne sais pour quand est-ce te concernant). Ha ha ! Troublant n’est-ce pas. 🙂

    J’ai aussi les mêmes craintes. La première échographie m’a rassuré mais pas complètement. Clairement, je ne me sens pas légitime dans cette grossesse. Et j’entends tout autour de moi de si triste histoire, que je ne peux croire en échapper. C’est ridicule, je sais.

    Je suis jalouse de ce ventre si rebondi (sérieux, tes collègues n’ont rien vu ?). Le mien reste désespérément plat. Pour mon fils, mon ventre ne s’est vu qu’à 6 mois de grossesse. Oui… Et là, cela en prend le même chemin. Autant te dire que je suis complètement frustrée. Je veux qu’il se voit ce ventre, mince !

    J’ai aussi un bola (ça légitime face à mon ventre plat).

    Pour l’annonce au grand-frère, elle a été faite tôt, un peu au hasard, un peu naturellement. Nous prenions un bain et je lui ai dit. Depuis, je ne lui en ai pas reparlé (ou vaguement). C’est si abstrait pour eux.

    Je te souhaite une belle grossesse 🙂

    1. Merci pour ton message et bienvenu par ici ! Je vois que nous avons énormément de points communs ! Je comprends ta frustration pour ton petit ventre j’espère qu’il sortira vite 🙂 . A bientôt j’espère !

  19. Je trouve ça fascinant de voir comme nos deux deuxièmes grossesses ne se ressemblent pas !
    Pour moi, comme tu le sais, des symptômes très différents de la première fois, et une angoisse accrue (bon, là, faut dire que j’ai vraiment joué de malchance, alors que je ne pense pas être extrêmement stressée en temps normal…. 🙁 ). Je me retrouve aussi à l’opposé de toi, lorsque tu te dis que ton corps a déjà réussi une fois : moi, j’ai cette tendance idiote à me dire que j’ai eu de la chance la première fois, et que, c’est sûr, ça sera plus compliqué de mener cette deuxième grossesse jusqu’au terme (faut pas chercher la logique, hormis peut-être dans le fait que je me sens beaucoup plus fatiguée que la première fois). Et encore pour l’annonce à l’aîné, très différente pour nous aussi, avec une Poupette qui parle constamment de ce petit bébé, bien que, comme toi, je fasse attention à ne jamais le mentionner pour ne pas la perturber.
    Bref, c’est rigolo toutes ces différences ! 🙂

    1. J’ai en effet pensé à toi en écrivant cet article et je suis consciente de ma chance 🙂 . D’ailleurs c’est drôle car dans mon entourage j’ai beaucoup de réflexions du type : « Alors, ça va, pas trop dur la deuxième grossesse ? C’est plus difficile que la première, non ? ». Et à chaque fois je réponds : « Mais non pas du tout au contraire ! ». En tout cas je te souhaite de pouvoir savourer la fin de ta grossesse ou ton accouchement, et puis au pire le principal reste le résultat et que tout aille bien à la sortie 🙂 . Concernant l’annonce c’est vrai que c’est drôle ces différences entre enfants, peut-être que ça évoluera avec le temps du côté de Pierre. D’un autre côté beaucoup de mamans m’ont dit que leurs ainés n’avaient vraiment réalisé qu’à la naissance… A suivre 🙂 .

  20. Ohlala mais félicitations !!!
    J’ai tellement de retard dans la lecture de mes blogs favoris que je débarque…Bref je suis très très heureuse pour toi, pour vous! Encore toutes mes félicitations et hâte de lire ton ressenti 🙂 <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *