Une rentrée « éducative »

Une rentrée « éducative »

Je me suis rendue compte que je ne venais plus souvent ici juste pour vous donner des nouvelles et que cela me manquait. Des idées d’articles thématiques, j’en ai une dizaine en réserve, mais j’aime bien parfois aussi juste laisser courir mes doigts sur le clavier, vous raconter notre quotidien. Les articles de progrès mensuels de Pierre m’en avaient régulièrement donné l’occasion l’année dernière mais ils n’ont plus vraiment lieu d’être. J’ai donc finalement décidé de me lancer aujourd’hui sans autre sujet que celui de vous raconter notre rentrée. Et puis les mots se sont enchaînés et je me suis rendue compte que j’avais bien trop de choses à vous dire. Alors il y aura deux articles de rentrée, un sur moi, et un sur lui. Et tant pis si la rentrée est déjà passée !

img_6834_l

Pierre a fait des progrès incroyables au niveau du langage, il sait prononcer des mots complexes de plus de trois syllabes, comme « pelleteuse » et construit de plus en plus de petites phrases à trous : « attention pas tombé trou faire très mal tête » (Je ne suis pas une maman angoissée). Il continue d’enrichir parallèlement son français et son allemand et je ne saurais dire quelle langue prime sur l’autre pour le moment. Il commence doucement à différencier leur emploi en fonction des gens auxquels il s’adresse. Depuis cet été, j’essaie de faire en sorte qu’il me parle exclusivement en français. Ainsi lorsqu’il me réclame de l’eau : « Wasser », je le fais répéter : « De l’eau, tu veux de l’eau ? » pour qu’il me demande en français – ce qu’il fait généralement immédiatement. Je sais qu’il est discutable de procéder ainsi mais pour le moment il ne semble pas le prendre comme une contrainte. J’ai beaucoup d’amies dans un cas similaire au mien et dont les enfants ne parlent pas français : ils répondent en allemand aux questions en français. Je voudrais vraiment à tout prix éviter cela . Et puis je me dis qu’avec les éducatrices à la crèche, il n’a aucune chance obtenir de l’eau en demandant : « De l’eau » alors je ne fais rien d’autre que de jouer celle qui ne comprend pas l’allemand ?

Comme si chaque enfant avait sa spécialité, Pierre reste plus prudent sur le plan moteur. Il sait sauter, monter et descendre les marches avec une rampe et faire du toboggan tout seul mais il n’est pas du genre à s’aventurer en hauteur ou sur une balançoire sans dossier par exemple. Je trouve cela intéressant de l’observer et me demande si, malgré moi peut-être, je ne joue pas un rôle là-dedans : je stimule sans doute plus volontiers son langage que ses prouesses acrobatiques.

Depuis notre retour de vacances, ses repas comme ses nuits se passent incroyablement bien. Il semblerait dans les deux cas que nous ayons enfin trouvé des solutions aux problèmes que nous traînions. Concernant les repas du soir, c’est ma maman qui a tout compris. Lorsque nous étions chez elle en vacances, elle a insisté pour faire une purée de légumes à Pierre. Je n’y croyais pas du tout… Et il a tout mangé. Le lendemain et le surlendemain pareil. Le secret ? Un peu (beaucoup) d’assaisonnement – du beurre et du sel – et une consistance compacte le permettant de manger seul. C’est tellement idiot que j’ai presque honte de vous le raconter ! Depuis, chaque soir, il termine une pleine assiette de légumes moulinés. Evidemment, cela l’aide à terminer ses nuits sereinement et depuis, il ne s’est plus jamais réveillé à cinq heures du matin pour réclamer un biberon. Un soulagement ! Concernant son sommeil, nous avons également pris la décision de le réveiller de sa sieste. Je n’aime pas ça et j’avais jusqu’ici toujours pris pour principe de ne pas réveiller un bébé. Mais nous en étions arrivés au stade où il dormait trois heures l’après-midi et neuf heures la nuit… Nous n’avions plus aucun temps pour nous en soirée. Le fait de le réveiller après 1h30 de sieste a vraiment tout changé. Il va enfin volontiers au lit à 20h30 pour se lever vers 7h, je trouve cela plus que correct. Le matin il se réveille parfois plus tôt et là encore j’ai apparemment trouvé une solution ma-gi-que. Nous avons une veilleuse que nous pouvons régler à un horaire précis : chez nous elle représente une lune jusque 7h et un soleil à partir de ce moment là. J’ai bien expliqué à Pierre que tant que la lune était là, il devait rester au calme dans son lit et ça marche ! Je n’en reviens toujours pas et croise bien fort les doigts pour que cela dure. Pour terminer ce chapitre plein de réussites, Pierre a finalement abandonné sa sucette et son doudou en journée – hors sieste et nuit évidemment. A la crèche, les éducatrices ne lui donnent que dans le lit alors j’ai choisi de suivre leur exemple. Contre toute attente – et je serais incapable de vous expliquer pourquoi ni comment, cela a fonctionné sans difficultés et il a arrêté de les réclamer en permanence.

Pour le moment je ne crois pas avoir vraiment eu à faire avec le réputé « terrible two ». Bien sûr parfois il y a quelques crises et des pleurs, mais dans l’ensemble Pierre continue de se raisonner assez vite. J’ai cependant eu besoin ces dernières semaines d’instaurer une première petite mesure « punitive » (Ouh le vilain mot). Pierre a tendance à nous frapper… Du genre une vraie bonne tape en pleine figure ou sur le bras. Je ne sais pas trop bien pourquoi il le fait, il prend un petit regard provocateur mais ce comportement n’apparait pas forcément dans des situations de discorde… Je crois plutôt que c’est une manière d’attirer notre attention. Je vous rappelle au passage que nous ne l’avons nous-mêmes jamais frappé, rien de rien, pas même une mini tape… Bref, je trouve cela vraiment inacceptable et souhaite qu’il le comprenne. J’ai fait quelques recherches sur le sujet et voilà ce que je fais : lors de la première tape, je lui prends les mains, me mets bien à son niveau et lui dis fermement : « Non, on ne tape pas maman, dis-moi ce que tu veux ». S’il recommence dans la foulée je quitte la pièce où il se trouve ou l’emmène dans sa chambre – cessant donc toute activité avec lui. Je l’ignore pendant la minute qui suit, après quoi je lui propose un câlin qu’il accepte toujours avec soulagement, et essaie de revenir avec lui sur l’incident (du genre : que voulais-tu donc me dire ?). Je n’ai eu besoin de faire cela que deux fois et depuis ce comportement est devenu très marginal et il s’arrête systématiquement après le premier rappel. Ouf !

Le moment qui reste compliqué à gérer est celui où je le récupère à la crèche. Je termine en général mon travail à 14h30 et pourrais théoriquement en dix minutes passer par la crèche et être chez moi… En réalité et donc avec lui dans les jambes nous arrivons rarement à la maison avant 16h. C’est vraiment un moment tendu où il m’exaspère. Déjà, il ne veut pas partir de la crèche et je dois presque toujours après un quart d’heure de négociations l’en arracher en pleurant. Ensuite il prend mille chemins (sauf le bon) pour aller à la voiture puis à notre appartement. Je dois lui répéter 1000 fois « Pierre, viens ! ». Et quand enfin nous entrons dans notre immeuble il faut encore négocier : il veut systématiquement prendre les escaliers, appuyer sur tous les boutons de l’ascenseur, toucher les vélos entreposés dans l’entrée, garder ses chaussures pleines de terre… Je n’ai pas encore trouvé la solution pour améliorer nos arrivées, si vous avez des idées, je les prendrai volontiers !

J’ai décidé d’appeler cet article « une rentrée éducative » parce que je me suis rendue compte en l’écrivant que son fil conducteur était le fait que, petit à petit, je commençais mine de rien à donner une sorte de « direction » à Pierre – même si, en rentrant de la crèche notamment, cela ne marche pas toujours à 100% 😉 . Jusqu’à maintenant ou presque, je l’ai accompagné sans vrai projet éducatif. Je l’ai laissé mangé, dormir, agir presque comme il le voulait. Je ne me suis souciée que de sa santé et sa sécurité. Aujourd’hui je lui demande de me parler en français, de rester dans son lit jusque 7h, de limiter l’usage de sa sucette, de ne pas me frapper. Ce sont mes premières fois de maman qui prend des décisions, qui demande un comportement précis, qui cherche à apprendre, à éduquer, à se faire respecter. J’espère que je ne m’en sors pas trop mal… C’est beaucoup de responsabilité !

67 réactions au sujet de « Une rentrée « éducative » »

  1. Et ben, que de belles évolutions pour Pierre. Pour les siestes, ça fait déjà quelques semaines que je réveille Feuillet quand il dépasse 17h.
    C’est surprenant ce que tu dit sur tes amies et le langage. J’ai une cousine allemande, maman française, qui considère le français comme sa langue maternelle et qui donc l’a parler spontanément à ses enfants et ils ont toujours su utiliser les deux langues à bon escient
    Chez nous, ça y est, FeuFolet se lance et ça perturbe un peu son endormissement. Merci aux veilleuses réveils de sauver nos soirée et nos matinée
    Pour ce qui est du chemin retour, je ne peux pas t’aider. On met 30 minutes au lieu de 10 quand FeuFolet veux marcher, mais il est plutôt conciliant.

    1. Je remarque quand même que cela triple votre temps de trajet, ça me rassure presque 😉 .
      Concernant le bilinguisme, c’est vraiment particulier dans chaque famille et surtout ça évolue avec l’âge. Mais je trouve que répondre dans la langue dans laquelle la question a été posée est aussi une forme de politesse.

  2. Tu as vraiment l’air de te débrouiller super bien! Tout le monde est concerné par les soucis que tu évoques et chacun y répond comme il peut en fonction de lui-même et de son enfant. Et ta façon de gérer me semble saine et cohérente. Courage… Ce n’est que le début!^^

  3. whaou ! moi je trouve ça extra tout ce que tu as réussi a mettre en place ! en douceur en plus !! franchement bravo. et pour ta maman : comme quoi les mères ont parfois de bons conseils.. je me rappelle quand mon fils était bébé, il a commencé à se réveiller de plus en plus tôt le matin, ma belle mère m’a conseillé d’augmenter un peu le biberon du soir… c’est tellement évident ! bien sur ça a marché… pour le retour de crèche, c’est comme si il avait envie d’y rester plus longtemps.. après ça se trouve il ferait le même « manège » à 16h.. est ce que tu as essayé de lui en parler mais à d’autres moments ? lui demander pourquoi il n’a pas envie de partir, mais d’attendre un moment ou il est tranquille à la maison pour aborder le sujet ? ou le lancer un peu sur le défi : allez demain, tu essayes de rentrer gentiment en écoutant maman ! ça peut être une piste, mais je suis sure que les copines auront d’autres conseils dans les commentaires…

    1. J’ai déjà essayé de changer l’heure du retour et ça ne change pas le problème. Il est d’ailleurs toujours heureux que je vienne le retrouver à la crèche mais il pourrait passer des heures à me montrer tous les jouets sur place… Je vais essayer de lui en parler à froid c’est peut être une bonne idée !

  4. Bonjour
    Juste un petit message pour dire que je suis ton blog depuis le début, j’aime beaucoup tes articles et je me retrouve dans beaucoup d’entre eux. ( Sauf que je vis en France avec un mari français ). Nos enfants ont le même âge, j’avais déjà commenté quand j’étais encore en congé maternité puis avec la reprise du boulot j’ai arrêté d’écrire mais non pas de lire (entre autre) ton blog! C’est ton article dans sous notre toit qui m’a fait prendre conscience que je pourrai bien me fendre d’un petit commentaire vu le boulot que tu mets dans ton blog et le plaisir que j’ai a te lire! Alors bravo pour tes articles toujours intéressants et de partager avec nous l’évolution de Pierre!
    Ps : pour la sucette chapeau chez nous elle est accro et cela à tendance à me rendre dingue!

    1. Oh merci Mathou ton message me touche beaucoup ! Je comprends qu’on aie pas toujours le temps tu sais… Pour la sucette ne t’en fais pas trop il y a encore deux mois il ne voulait plus lâcher la sienne… Ca passera !

  5. Wouaw, tu te débrouille drôlement bien!
    Concernant ta réaction quand il te tape, je trouve ça très bien. Ça arrive parfois à ma fille, en effet, je pense que c’est quand ils veulent attirer l’attention ou qu’ils sont dépassés par leurs émotions. Je fait un peu comme toi mais ma fille ne maitrise pas encore aussi bien le langage. Son truc, c’est plutôt la motricité 😉
    Concernant son sommeil, c’est super qu’il reste au calme dans son lit avant 7H00.
    Et concernant les crises en sortant de la crèche, peut être veut il y rester plus longtemps pour rester avec ses copains? Mais bon, de toute manière on peut pas non plus accéder à toutes leurs demandes 😉

    1. Je viens de récupérer ce commentaire dans les indésirables alors pardon pour le délai de réponse ! Je suis rassurée de voir que Pierre n’est pas le seul à frapper, c’est quand meme très déstabilisant je trouve surtout quand on est pour une éducation sans violence justement 🙂 .

  6. Bravo pour tous ces progrès ! Je suis nouvelles et je ne sais pas quel âge a précisément Pierre mais cela me rassure de lire que chez vous aussi le départ de la crèche est difficile. Ma fille a 20 mois et depuis début septembre et sa nouvelle nounou, elle ne veut plus partir avec moi le soir, pareil à la garderie… Elle veut aussi me montrer tous les jouets, les gens, et surtout ne pas aller dans mes bras ni dans la voiture. J’imagine donc que c’est normal et fréquent, mais pas facile à gérer.

  7. Si je ne me trompe pas dans mes calculs, ton petit bonhomme n’a pas encore 2 ans, c’est bien ça ? (les soustractions à cette heure-ci…)
    Je suis très impressionnée par son développement verbal, j’ai un neveu qui dit 20 mots à 24 mois, alors un petit bilingue qui fait des phrases à propos de pelleteuses ! L’éducation bilingue me fascine, je crois savoir qu’il y a beaucoup d’écrits sur le sujet, mais ça doit être difficile d’ajouter à toutes les préoccupations de parents une vigilance consciente et constante sur la façon dont on parle à ses enfants. Comme Weena, je suis étonnée de la connotation négative qui serait rattachée à ta volonté qu’il te réponde en français ; sans rien savoir sur les mécanismes d’apprentissage derrière, ça me semblerait bizarre et dommage que ton enfant ne sache pas parler ta langue !
    Sinon, pour le retour de crèche, je te souhaites bon courage, même quand ils grandissent, ça reste difficile de convaincre un enfant d’aller où tu veux à la vitesse que tu veux s’il en a décidé autrement. Avec une de mes nièces, vers ses 2 ans, on a été obligés une fois de l’attirer de flaque en flaque (plouf !) pour la ramener à la maison, et de la soulever de terre pour l’éloigner d’un superbe camion rouge qu’elle contemplait depuis 5 minutes et aurait bien regardé toute la soirée 🙂

    1. Oui c’est bien ca, il n’a pas encore deux ans 🙂 . Il parle en effet étonnamment bien mais n’a marché qu’à 16 mois, ils ont tous leur spécialité 😉 . Et ce que tu décris avec ta nièce est exactement ce que je vis chaque jour 🙂 .

  8. Quelle belle évolution ! Ton approche avec Pierre me semble cohérente. Tu sembles aborder les choses avec sérénité. Je prends note pour la gestion des tapes : je la trouve vraiment très pertinente et adaptée.
    Tu passes un nouveau cap dans ton rôle de maman et il semble intéressant et enrichissant !

  9. Tu t’en sors comme une pro dis-moi ! Pour la purée du soir, en plus de mettre un Kiri et du beurre, je rajoute en plus du riz ou du kinoa, le truc bien bourratif, et du coup, elle tient jusqu’à 7h30.
    Nous aussi, Chucky faisait des énormes siestes et on devait également le réveiller de temps en temps. ..
    C’est bien pour le langage, tu as raison de ne rien lâcher, tu en verras les bienfaits plus tard !

  10. Bonjour,
    J’ai un peu le même souci pour partir non pas de la crèche mais de chez la nounou. Après quelques recherches il semblerait que se soit une façon de garder un peu de nous dans cet autre lieu où nous ne sommes pas, de pouvoir nous y visualiser et ainsi se rassurer.
    Bref, je ne te donne pas de solution, j’ai pris le parti d’accepter la chose

    1. Je pense en effet que cette explication est la bonne, je vois bien qu’il apprécie de me voir dans cet endroit. J’essaie donc dans la mesure du possible de l’accepter…

  11. J’adore tes articles, ces petits quotidiens c’est gai! Nono n’est pas bilingue par nature mais j’aime bien qu’il soit confronté à d’autres langues (je suis presque bilingue aussi ça aide) mais du coup tous mes amis : italiens, anglophones, hispanophones parlent à mon fils dans leurs propres langues donc parfois ça donne : allora, maman, moi z’é vu une cow dans un twuck (alors maman, moi j’ai vu une vache dans un camion ^^).
    Pour les siestes, je suis d’accord avec toi, jusqu’à un certain âge, jamais au grand jamais je n’aurais réveillé mon fils mais quand tu vois qu’il est 16h, qu’il dort depuis 3 et qu’il est censé allé au lit à 20h : no way et puis il faut voir ça comme l’occasion de faire un groooos câlin.
    Bref, je m’égare.
    Sur ce, bonne journée!!!

    1. Oooooh merci je suis touchée ! Tu as raison, leur chaleur et leur odeur au moment de les réveiller de leur sieste mmmmh on aurait tort de s’en priver !

  12. Coucou ! Pour le bilinguisme comme tu dis ça dépend énormément…moi ma maman a fait pareil, elle avait fait comme si elle ne comprenait pas le français, et ça a très bien marché, mais je connais des familles chez qui la même technique n’a rien donné. En revanche je suis moins d’accord pour ce qui est des caractères – moi aussi je fais beaucoup beaucoup d’efforts sur le langage, et résultat : pas de résultat. Pas un mot à l’horizon. En revanche il est très très sportif et beaucoup plus « fort » que tous les petits de son âge (et avait marché très tôt) ; alors que moi je suis sans doute la personne la moins sportive du monde et que, crois-moi, je n’essaie jamais de le pousser à grimper ceci ou cela. Donc j’aurais tendance à penser qu’il s’agit véritablement d’un caractère propre à l’enfant, plutôt que d’un résultat de l’éducation. En même temps, il est difficile, sinon impossible, de faire la part de ce qui relève de la nature ou de la culture…

    1. C’est très intéressant ce que tu dis sur cette distinction nature / éducation. A vrai dire je n’en sais rien du tout je me suis seulement fait cette réflexion mais je ne sais pas si elle est fondée ! C’est donc peut-être juste un beau parleur de naissance (qui a marché à 16 mois) 😉 .

  13. Bonjour,
    Eh bien que d avancées pour Pierre! et tu as l air de t y prendre vraiment bien. Je manque clairement dede patience parfois (souvent) 🙁
    Bravo pour la tetine!! Ici a 3 ans moins 1 mois elle est Plus que jamais accroc. Bon on laisse couler car n3 vient d arriver et la proprete vient d etre acquise (quoique grosse regression cette semaine…)
    bonne rentree a vous 3!

    1. Personnellement j’ai été accro au pouce jusque… huit ans. Donc c’est un domaine sur lequel je pense il ne faut pas trop stresser (je vais bien et j’ai un sourire de star 😉 ). Il faut trouver votre rythme à 5, c’est déjà un challenge suffisant !

  14. Moi je suis admirative de tout ce que tu as mis en place tout en douceur.
    Miss E a 10 mois, et je fais comme toi pour le moment en ce qui concerne les siestes, les repas… Je vais à son rythme. ça me rassure de voir que je ne suis pas la seule.
    Peut-être que Pierre est fier de te montrer tout ce qu’il a fait dans la journée, que la crèche est un endroit où il se sent bien. Et donc de profiter d’un endroit où il est bien avec toi lui plait. Peut-être lui dire de te raconter sa journée sur le chemin du retour ?
    J’avoue ne pas trop avoir ce problème pour le moment, mais bien avide de conseils si cette situation nous arrive.

    1. Je pense que ton interprétation est la bonne, Pierre est fier et excité de me retrouver aussi. Je crois que je dois l’accepter et prévoir une heure pour ce fichu retour 😉 .

  15. Encore une fois de plus un article qui m’intéresse … Dans pas longtemps ce sera mon tour de jouer les mamans d’un enfant franco-allemand … Je me pose beaucoup de questions quant à l’éducation d’un petit bilingue … Et je tiens à tout prix comme toi qu´il/elle maitrise le français ainsi que l’allemand … Comme tu dis l’allemand ça sera la langue de papa, de la crèche, et de l’école … Alors à moi de faire de mon mieux pour le français …
    Si un jour tu rédiges un article sur le sujet des enfants bilingues avec ton expérience je serais une des premières à te lire !
    Annabelle de travellingwithannabelle.com

  16. C’est impressionnant de voir le chemin parcouru! Tu gères super bien! Bien sûr je n’y connais rien mais tu as tenté de prévoir une activité ou un goûter qu’il aime en particulier pour le motiver à rentrer plus vite l’après-midi?

  17. Tout à fait d’accord avec toi, à l’approche des 2 ans, je trouve également que c’est là que les exigences éducatives à proprement parler commencent.
    Mlle Sha ne nous tappe plus comme ça a été le cas il y a quelques mois mais notre soucis ici se déroule pendant le repas. Lorsqu’elle n’a plus faim, elle prend des grosses poignées de nourriture et les jette autour d’elle. Notre solution est alors d’arrêter immédiatement le repas mais bon vu qu’elle fait ça quand elle n’a plus faim, elle s’en fiche un peu. Donc pour marquer le coup et lui faire comprendre que ce comportement n’est pas acceptable, on le lui explique bien sûre mais on supprime également le temps calme de jeux qu’il y a normalement entre le repas et la sieste et/ou le dodo du soir. Elle va donc directement au lit… On espère que cela va vite régler le problème.
    En ce qui concerne le bilinguisme, le problème ne se pose pas chez nous puisque nous parlons tous les deux français mais je commence à connaitre pas mal de couples mixtes et effectivement chez beaucoup de ces couples, les enfants répondent en allemand aux questions posées en français. Il n’y a aucun problème de compréhension du français mais la verbalisation se fait en allemand. Le seul contre exemple que je connais, c’est une maman qui pour éviter cela a un jour refusé de comprendre (et donc de poursuivre la discussion) quand son enfant lui répondait en allemand. C’est un peu difficile sur le coup bien sûr mais visiblement ça fonctionne assez rapidement. L’enfant comprend ainsi très vite qu’il doit utiliser la « bonne » langue de communication et ne pas mélanger deux langues dans une même conversation.

    1. Bon du coup concernant le bilinguisme tu valides ma technique je suis rassurée 🙂 . Concernant votre problème après repas, est-ce que tu n’as pas peur du coup que Mlle Sha associe le dodo à une punition ? Mais j’imagine bien que c’est insupportable… Est-ce que tu as déjà essayé de la faire nettoyer avec vous après manger par exemple ?

      1. Oui c’est sûre qu’on ne veut pas qu’elle associe le dodo à une punition c’est bien pour cela que la solution qu’on applique en ce moment est perfectible. Oui on a essayé de lui faire nettoyer ses bêtises mais ça ne l’empêche pas de recommencer.

        1. Ah la la pas toujours facile de trouver LA solution ! Pour les tapes j’ai aussi beaucoup essayé / cherché avant que ça marche (et c’est peut être provisoire seulement). Bon courage en tout cas, ça passera forcément un jour 😉 !

  18. C’est chouette ce genre d’article! Pour l’apprentissage de la langue allemande, moi, du haut de mes trois ans, je comprenais très bien quand et avec qui parler allemand ou français. C’était plutôt l’inverse de Pierre: je ne parlais allemand qu’avec mes professeurs, puisque j’habitais en France, avec des parents français. Et ça s’est très bien fait jusqu’à la fin de ma scolarité! (j’étais en classe bilingue). Je ne suis maman que depuis peu, mais il me reste des souvenirs de mon petit frère qui râlait lui aussi après la crèche, en étant contraire en permanence. Je me souviens que ma Maman le calmait en lui laissant le choix entre deux propositions (tu veux prendre le goûter maintenant ou à la maison?) ou l’emmenait au parc pour le laisser se défouler un peu. Mais c’est vrai que ce n’est pas toujours possible de manière logistique. En tout cas, quelles réussites et quelle évolution!

  19. Bon, ben c’est top tout ça !
    « pelleteuse »… il est rentré dans la phase réjouissante de fascination pour les pelleteuses, les trains, les tracteurs et tout ce qui a un moteur, et tu passes des heures à comparer les mérites respectifs de deux toupies à béton ? (j’ai l’impression que je pourrais me reconvertir en ingénieur travaux publics tellement j’ai acquis un vocabulaire pointu de chantier de chantier ces derniers temps !)
    Pour le fait de rester au lit tant que la lune était encore là, j’avais fait la même chose mais ça avait fini par me jouer des tours… au printemps je l’ai vu arriver TRÈS tôt, en me disant que si si si il fallait se lever vu qu’il n’y avait plus de lune dehors !

    1. Mais la lune en fait elle est artificielle et gérée par un petit réveil eh eh je suis maline 😉 . Concernant les camions tu ne crois pas si bien dire j’ai de mon coté enrichi mon vocabulaire allemand d’un coup d’un seul !

  20. Que d’évolution pour Pierre ! Si je ne me trompe pas, il va bientôt avoir 2 ans, non ? Si ça peut te rassurer (ou pas), je pense que tu n’es pour rien dans le développement moteur de Pierre (sa prudence comme tu dis). Chaque enfant avance à son rythme et s’il préfère parler, c’est son choix à lui. Sois sûre que s’il préférait escalader, c’est ce qu’il ferait quand tu l’emmènes au parc ! Il paraît qu’il faut attendre 4 ans pour que les différences entre les enfants soient gommées (en terme d’acquisition bien sûr)
    Pour la tétine, tu me fais rêver. Ernestine la réclame constamment et j’avoue que nous cédons vite alors que nous savons pertinemment que ça peut abîmer ses dents… j’espère qu’elle suivra l’exemple de Pierre.
    Pour le repas, oui, c’est vraiment bête. Mais on ne peut pas passer à tout ! Et enfermer dans la routine du quotidien, c’est dur de rester vigilants ! En tout cas, c’est mieux pour tout le monde. As-tu pensé à rajouter des pâtes (alphabet, cheveux d’anges…) ou riz ? ça permet de varier encore davantage (et la satiété est toujours au rendez-vous) !
    Enfin, pour le chemin du retour, si ça peut te rassurer c’est la même chose ici. Au lieu de 15 min de marche, on met 1h. Mais ça ne me dérange pas. C’est notre moment à nous. On s’arrête dès qu’il y a quelque chose à regarder (coccinelle, caillou, escargot…) on chante des chansons, on profite de dehors, on regarde les vélos, motos et avions… Bref les enfants aiment traîner et je les laisse faire. Après, les rares fois où je suis pressée, c’est poussette de force pour Ernestine. Elle hurle mais on avance et je lui explique sur le chemin pourquoi il faut se dépêcher. Peut-être pourrais-tu lui acheter une trottinette ou une draisienne ? Une fois qu’il saura en faire, tu pourras aller beaucoup plus vite !

    1. Il aura deux ans dans deux mois je ne réalise pas !! Pour la tétine c’est arrivé d’un coup je ne sais meme pas comment… Je crois que l’exemple des grands de la crèche a aidé. Tu as raison concernant le chemin du retour, peut-être que je dois juste l’accepter puisque j’ai la chance d’avoir ce temps avec lui !

  21. Pour le français, je crois que tu sais que je pense que c’est la bonne méthode si tu veux qu’il soit francophone actif. Cf : La langue est sociale et franchement, pourquoi se fatiguer à parler dans deux langues si la personne qui parle la langue minoritaire comprend bien quand je dis dans l’autre langue ?
    Après, c’est pas forcément cool de bloquer la communication comme ça et de « mentir » à son enfant mais si ça crée un peu de frustration (comme quand ils veulent dire quelque chose et qu’on ne comprend pas pour de vrai), il y a moyen de le faire dans la bienveillance, en évitant de créer des situations difficiles (proposer une alternative avec la bonne réponse dedans, éventuellement en montrant, quand on voit qu’il ne connait pas le mot « qu’est-ce qu’il y a ? tu veux ton jouet ? de l’eau ? ») et pour moi, le jeu en vaut la chandelle
    (Et je sais que j’ai encore un article sur DMT à écrire sur le sujet mais j’ai pas le temps et je veux le faire bien 😉 )

    1. Oh super je n’étais pas sûre que tu approuves cette méthode alors je suis très rassurée de lire que c’est le cas ! (tu es ma grande prêtresse en la matière 😉 ) Je ne lui mens pas en fait je le fais répéter en français en lui rappelant que je parle français et je le fais toujours quand il connait le mot (dans le cas contraire j’applique déjà l’astuce que tu m’avais donnée, je dis le mot en français en disant : « Oui à la crèche ont dit cela mais maman dit… »).

      1. J’avais tenté aussi la lune en version réveil, mais ca n’a jamais marché.. y’a que la vraie..
        Ceci dit maintenant c’est l’inverse, il y a des jours où il ne veut pas se lever s’il n’y a pas de soleil (juste le jour où t’es grave à la bourre bien sur, sinon c’est pas drôle) (et avec le début de l’automne, c’est pas gagné cette affaire..)

  22. C’est exactement le genre d’article que j’adore lire !! ça m’aide à me projeter pour dans quelques mois, et ça me permet de piocher des méthodes pour quand j’aurais les mêmes galères 😀
    Pour le retour de la crèche, je ne sais pas si ma méthode pourrait marcher avec Pierre puisque Crapouillou a 16 mois et que ça ne marchera peut-être plus dans 6 mois ! Mais quand il ne veut pas aller « dans mon sens » je l’attire avec quelque chose qu’il aime et je détourne son attention. Pour le coup, les trajets à vélo c’est génial, car il adore ça, et comme il adore aussi mettre son casque bah je l’attire avec ça « viens, on rentre à la maison, oh en plus regarde on va y aller en vélo c’est trop cool ! » Ou sinon tu pourrais trouver un jeu, qui permet d’avancer en même temps (comme Pokémon Go — NAANNN je déconne !!) comme avec la chanson « il était une fermière qui allait au marché ».
    Pour la veilleuse je trouve ça trop chouette comme idée, j’en avais déjà entendu parler mais je me demande à partir de quel âge il peut comprendre ? Est-ce que Pierre dort déjà dans un lit de « grand » ?

    1. Je suis contente que ce genre d’article aussi plaise 🙂 . J’essaie aussi de l’attirer mais il commence à avoir de la suite dans les idées 😉 . Il dort toujours dans son lit à barreaux et comme tout se passe au mieux je ne pense pas changer à court terme. D’autant plus que les barreaux du milieu se retirent et que cela lui donne en journée suffisamment de liberté de mouvement.

  23. Hihihi je t’en avais déjà parlé mais en effet chez nous aussi, le fait d’assaisonner un peu les repas, a rendu cette tâche beaucoup moins compliquée et en plus maintenant il se débrouille tout seul !
    Je pense que tu as le bon fonctionnement avec Pierre : l’écoute et la communication sont les meilleurs alliés pour éviter les crises et aider aux divers développement.
    Pour le retour de crèche, je ne peux pas vraiment t’aider. Le choupi, même s’il essaye de faire du rab en me montrant les jouets, accepte encore volontiers de repartir avec moi sans faire d’histoires. J’espère que c’est une phase et qu’elle va vite passer.

    1. Oui décidément l’assaisonnement nous a sauvées, il suffisait d’y penser 😉 . Pour le retour je vais prendre mon mal en patience pour le moment avec un peu de chance bientôt il aura trop froid pour traîner 🙂 .

  24. Cet article est très intéressant et les commentaires aussi d’ailleurs ! Depuis cet été, j’ai pris la mauvaise habitude de répondre en allemand à Pierre 🙁 Clairement, le français est minoritaire chez nous et il sait très bien que je comprends l’allemand et ne fait donc aucun effort … Et moi, non plus …. Surtout que nos conversations sont souvent conflictuelles (ça se termine quand le terrible two ???) et c’est la solution de facilité 🙁 C’est mal, c’est mal, c’est mal ! Moi qui étais tellement à cheval sur ça ! Heureusement depuis la rentrée, on se remet doucement sur le droit chemin ! Il se rend compte que le français est aussi indispensable. J’ai proposé à mon mari qu’on parle nous aussi français ou allemand selon les jours comme à l’école. Mais chacun devrait continuer à lui parler dans sa langue maternelle quand il ne s’agit pas d’une discussion « familiale ». Je ne sais pas si c’est une bonne idée, je ne suis pas une experte mais cela permettrait d’équilibrer les 2 langues. Et ça ne ferait pas de mal à mon mari de parler un peu plus français, haha !
    Je ne connaissais pas cette manière de réagir pour les tapes, j’admire ton sang-froid ! Ça marche pour d’autres situations ? Parce que Pierre n’écoute absolument RIEN et moi, je finis toujours par crier, ce qui ne sert à rien non plus …
    Pour la tétine, nous avons toujours limité son utilisation au sommeil, sans problème mais en ce moment, il la veut beaucoup plus ainsi que son doudou … Et il met tout dans la bouche, pire que son petit frère ! Il y a eu de gros événements ces derniers temps, propreté et école, je pense que cela a un lien. Moi qui pensais plus faire abandonner à Noël …
    Bref, je trouve que ton éducation est tout à fait cohérente et très réfléchie !
    Comment se passe le transfert Erzieherin/maman à la crèche ? A l’école, on vient chercher l’enfant à la porte de la classe mais on ne rentre pas. La maîtresse appelle l’enfant, il peut y avoir un échange mais on quitte assez rapidement les lieux. J’imagine que pour les plus petits, on veut peut-être en savoir un peu plus 🙂

    1. Pour commencer je t’envoie un immense merci pour ta jolie carte ensoleillée qui a illuminé ma semaine ! Concernant le bilinguisme, je pense que chez vous l’école va vraiment vous aider à trouver un équilibre… Pour le reste, en ce moment je crois que nous sommes dans une période « facile » pour Pierre mais je pense que cela peut vite basculer, c’est toujours un équilibre précaire. Ton Pierre n’a plus de couches, va à l’ecole, et est grand-frère, tu imagines ! Et puis je te rassure, il m’arrive de crier aussi hein… A la crèche je rentre pour le chercher et échanger avec l’educatrice mais tu me fais prendre conscience en effet que ce n’est peut-être pas une bonne idée…

  25. Oh c’est chouette d’avoir des nouvelles de Pierre ^^ Il nous avait manqué hihi !
    J’avoue que le coup de l’assaisonnement, c’est heu… ballot, on va dire :p Je ne sais pas si j’aurais sauté le pas plus facilement que toi à vrai dire ! Mon mari avait dès le départ mis de l’ail et des épices non piquantes dans les purées de Croquette, puis du sel à partir de 1 an. Ca me semble tellement normal maintenant…

  26. Bon, il y a vraiment trop de commentaires pour que j’ai le temps de tous les lire, donc pardonne-moi s’il y a des redites !

    Concernant les progrès de petit Pierre, je suis admirative ! J’ai l’impression qu’il est dans une excellente période et qu’il est très motivé et concentré en ce moment pour progresser. Cela doit être bien gratifiant pour Ulrich et toi ! 🙂
    Et je te confirme que, d’après ce que tu nous racontes et ma (petite) expérience personnelle avec Poupette, il n’est en effet pas encore entré dans la phase du Terrible Two. Nous l’avons traversée récemment (d’ailleurs, notre rentrée en est du coup beaucoup plus chaotique que la vôtre….) et ce n’était pas comparable aux petites crises antérieures. Cela dit, j’espère qu’elle passera bien vite, voire mieux, que Pierre ne connaîtra pas ça !

    J’ai un peu tiqué lorsque tu dis que peut-être que l’attrait de Pierre pour le langage plutôt que la motricité vient éventuellement de la manière dont tu le sollicites. En toute sincérité, je pense que nos petits font leur bonhomme de chemin à leur rythme et selon leurs envies, et que finalement c’est ce qui convient le mieux à Pierre. Je veux dire par là qu’en agissant exactement de la même manière avec un petit frère ou une petite soeur, tu aurais peut-être un enfant très différent.
    J’en suis d’autant plus persuadée que moi, tout comme toi, je sollicite énormément Poupette sur le langage et la parole, mais contrairement à Pierre, elle est très axée sur la motricité et je vois bien qu’elle n’aime rien tant que grimper partout. Mais enfin, c’est mon ressenti personnel ! 😉

    En ce qui concerne les purées, ma mère m’avait déjà fait le coup…. lorsque Poupette avait 6 mois ! Et oui, c’est magique, mais ça fait tellement longtemps que j’avais même oublié ! Désolée, j’aurais pu t’en parler si je m’en étais souvenue !

    C’est génial pour les nuits plus longues : Poupette aussi a commencé à retarder ses réveils le matin, à peu près au même âge que Pierre. Et ça change la vie ! 🙂

    En ce qui concerne la tape, je trouve que ton comportement est idéal, et c’est également celui qui nous mettons en oeuvre les rares fois où nous y sommes confrontés. Avec la recherche des limites un peu plus prononcées chez Poupette que chez Pierre, les résultats sont un peu moins flagrants, mais elle finit par comprendre et nous arrivons à nous faire entendre sans élever la voix, ce qui est essentiel pour nous.

    Pour finir, sur le retour de la crèche, c’est vrai que ça peut être une transition critique. Peut-être que Pierre cherche à te faire comprendre qu’il a besoin de plus de temps entre le moment où il termine sa journée de crèche et le moment où vous rentrez tous les deux à la maison pour la suite de la journée ?
    Est-ce que vous ressortez ensuite ? Est-ce que tu ne pourrais pas lui proposer un détour par le square avant de retourner à la maison ? Nous, en général, ça marche plutôt bien, mais c’est vrai que c’est plus tard dans la journée.
    Bref, dis-moi si vous trouvez une solution ! 🙂

    PS : j’ai hâte d’avoir la rentrée côté maman ! 🙂

    1. Ici c’est un blog pas un forum alors tu n’es pas du tout obligée de lire les commentaires tu sais a priori ils me sont juste adressés 🙂 . Je crois en effet que je suis en train de vivre la phase que Chat-mille avait appelée l’adorable Two, je suis préparée au changement mais pour le moment je profite !! Finalement mon histoire de sollicitation est sûrement fausse et pour tout te dire je l’ai aussi écrit pour éviter d’angoisser des mamans dont les enfants seraient moins portés sur le langage 😉 . Niveau motricité en tout cas je ne m’inquiète plus ! Lorsque nous rentrons je suis généralement pressée de rentrer à la maison pour me changer et grignoter quelque chose… Mais nous ressortons toujours après au parc ou ailleurs dans la bonne humeur ! Je vais voir comment ça évolue pour le moment je pense surtout prendre mon mal en patience… Pour finir j’ai hâte moi aussi de vous raconter ma rentrée à moi 😉 .

  27. *Je ne compare pas, je ne compare pas, je ne compare pas *

    Par contre je crois que je vais tenter ta technique de gestion des tapes que peut te faire ton fils, parce que moi en ce moment il est en plein dedans et je suis souvent déconcertée.

    Pour le retour de la crèche, pas de miracle chez moi. quand vraiment il est fatigué ou en désaccord avec moi (qu’il ne veut pas me donner la main dans la rue alors qu’il y a plein de voiture, ce qui est non négociable) il atterrit dans la poussette. Parfois s’il ne veut plus marcher et que je suis trop fatiguée pour le porter, on fait la course, c’est à dire qu’on se met à courir au lieu de marcher et ça fait beaucoup rire mon fils. On chantonne aussi parfois en balançant nos mains, ça rythme la marche. Et l’autre jour j’ai même trouvé comment le faire grimper l’escalier vers l’appartement au lieu qu’il file pour aller dans la cour de l’immeuble « oh, tu crois qu’il est en haut doudou? ». (Tout à l’heure, on a même tenté une nouvelle technique, la voisine lui a fait du charme et est monté devant lui, il l’a suivie sans m’attendre, mais il suivrait toutes les filles).

    1. Je suis rassurée de ne pas être la seule maman battue et j’espère que cette méthode marchera pour vous aussi 🙂 . Concernant le retour de crèche, j’ai les mêmes méthodes mais parfois pas la patience quand je sors du travail, que j’ai faim et que je veux rentrer, je n’ai pas toujours envie de jouer à courir grrrr !

  28. Ça me fait rire de lire que Pierre prononce des mots de trois syllabes, alors que Choupie réduit généralement les mots à leur dernière syllabe (ce qui entraîne plein d’homonymes, et notre oblige à faire du décryptage pour la comprendre). Je crois que le fait de « forcer » Pierre à répéter dans la bonne langue est en fait très bénéfique pour son apprentissage. Parce que c’est vrai que quand l’enfant n’est pas compris, il doit faire plus d’efforts (c’est un peu le souci avec Choupie : on la comprend, même si elle parle un peu n’importe comment… mais ça vient quand même petit à petit : le « ‘lat » est devenu le « ‘colat », plus qu’une syllabe et on sera au complet !).

    Quant à tout ce qui est opposition, ça va s’améliorer… puis se re-dégrader… puis re-s’améliorer… Je crois que jusqu’à 4 ans (paraît qu’il y a aussi une crise aux 3 ans), on ne sera jamais vraiment sortis d’affaire. Là ça allait un peu mieux avec Choupie, mais hier et avant-hier, elle nous a fait au moins trois crises monumentales (des hurlements et des pleurs à n’en pas finir) pour des bêtises (une histoire de montre qu’elle voulait mettre toute seule, ce qu’elle n’arrivait pas à faire, une histoire d’aspirateur dont elle voulait l’embout alors que son père était en train de le passer, et une histoire de pantalon qu’elle ne voulait pas garder sur les fesses alors qu’on allait voir mon père – oui, c’est une manie l’exhibitionnisme).

    Et félicitations pour le bon rythme de dodo ! C’est vrai qu’on a tous nos principes éducatifs, mais au final, on doit toutes se rendre au plus grand principe de tous : « ce qui marche » 😉

    Merci en tout cas pour cet article, c’est vrai que ça manquait un peu de voir les évolutions de petit Pierre 🙂

    1. Merci de valider ma méthode pro-français je suis rassurée j’ai eu un peu peur qu’on me prenne pour une tortionnaire. Mais d’un autre côté je trouve que le discours officiel du « bilinguisme non forcé dans la joie et la bonne humeur » est quand même très éloigné de la réalité.
      Je me rends compte aussi de l’alternance de ces phases d’opposition. Cet été pendant la première semaine de vacances, Pierre a failli me rendre folle. Je savoure d’autant plus le calme actuel !
      Je suis contente que cet article ait plu je ne m’y attendais pas (décidément je suis nulle en matière de prédiction bloguesque).

  29. Au niveau language je compte faire comme toi. Vraiment insister qu’elle me réponde en allemande (chez nous c’est l’inverse). Elle parlera français partout, avec la nounou, son papa, plus tard à l’école. Si je ne fais pas le forcing elle ne parlera pas allemande avec moi.

    J’ai vu chez une copine autrichienne avec deux filles et un mari français. Les petites comprennent tout en allemand mais répondent toujours en français. Elle m’a avouée elle-même qu’elle leur parle français dès qu’il y a quelqu’un d’autre autour. Elle a trop l’impression de s’isoler, de parler une « langue secrète » quand elle parle allemand parmi les français.

    Comment tu vas avec ça? Tu parles français avec Pierre quand tu es chez les beaux parents par exemple?

    1. Oui je lui parle français tout le temps et partout aussi devant les éducatrices à la crèche au parc etc. Je sais que ce n’est pas forcément agréable pour ceux qui ne comprennent pas mais tant pis je l’assume sinon je ne pense pas que ça puisse fonctionner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *