Deuxième étape : Camping en Isère

Deuxième étape : Camping en Isère

Isère (2)Nous passons notre deuxième semaine de vacances en Isère, au pied du Vercors. Mon mari et moi sommes tombés amoureux de cette région il y a trois ans. Nous nous y sommes alors rendus pour le mariage de ma meilleure amie. Nous avons adoré : le beau temps et la chaleur, rendus supportables par de fraîches nuits ; la campagne magnifique, chargée d’arbres fruitiers ; la vue, dégagée mais bordée par les falaises du Vercors ; les habitants, sympathiques et sans chichis.

Pour nous, l’Isère est idéalement située sur la route qui mène d’Allemagne à ma région d’origine, la côte d’azur. Avec bébé, nous trouvions par ailleurs inutile de payer au prix fort des vacances en bord de mer, la plage n’étant de toute façon pas recommandée avant un an. Nous avons donc réservé un spacieux mobil-home de trois pièces dans un camping du coin. J’aime beaucoup l’ambiance au camping, la proximité avec la nature, l’esprit nonchalant des campeurs. Un mobil-home nous semblait idéal pour conjuguer ce mode de logement avec le confort minimum requis par mon bébé. Et nous ne sommes pas trompés !

Au moment où je vous écris, nous sommes toujours sur place et comptons déjà les heures qui nous séparent du départ. Nous nous serions bien vus rester une semaine supplémentaire ! Nous goûtons ici à la détente pure. Pas de programme, rien de précis à faire, juste les paysages, la nature et la gastronomie locale à savourer à trois. Nous avons visité les villages alentours une fois. Le reste du temps, nous le passons sur notre jolie terrasse ou au bord du lac avoisinant.

Nous pouvons respecter le rythme de Pierre sans problème et il semble particulièrement épanoui ici. Il faut le voir plonger ses petites mains dans la terre ou attraper les feuilles ! Il faut l’entendre hurler de rire quand passe un tracteur ou que le chien d’à côté aboie ! Il faut aussi faire la police, un peu, pour l’empêcher d’avaler les cailloux ou les insectes se trouvant à sa portée. Il fait beaucoup de progrès et beaucoup d’apprentissages aussi. Il s’est assis pour la première fois sur le chariot à l’hypermarché. Il a croqué dans son premier quignon de pain. Et il a dégusté son premier boudoir ! La chaleur est intense la journée, la température dépasse souvent les 35°, mais je crois que nous arrivons à lui rendre supportable. Grâce à la petite baignoire que nous avons finalement emportée – j’ai dû insister pour la caser dans la voiture celle-là ! – nous lui faisons une petite piscine rafraîchissante l’après-midi. Et je dois dire que je l’envie en le regardant patauger ! En fin d’après-midi, une petite brise se lève et nous partons nous promener au bord du lac. Le soir, nous le couchons un peu plus tard et le matin, il dort davantage, profitant des derniers instants de fraîcheur avant que le soleil ne revienne.

A la tombée de la nuit, son père et moi savourons une bière fraîche. Ulrich passe des heures à allumer le barbecue, il me fait rire et quand il y parvient, quelle fierté ! Il n’y a vraiment que les moustiques pour troubler notre tranquillité. Nous avons eu une longue discussion sur la route qui nous menait ici et j’ai l’impression que nous nous sommes vraiment compris, et qu’il est prêt aussi à faire quelques efforts.

J’ai le temps de lire, des magasines un peu débiles, un bon roman. J’ai le temps de penser aussi, et comme vous avez pu le lire, je prends déjà mes premières bonnes résolutions de la rentrée.

J’imagine que ces vacances ne feraient pas rêver tout le monde, elles manquent sans doute de piment et de découverte. Mais pour la jeune famille que nous sommes, c’est un bonheur à l’état brut et un vrai bon moment. Finalement, c’est nous que nous re-découvrons !

Il y a une seule toute petite chose qui nous étonne, et soyons honnête, nous dérange un peu. Malgré la baguette fraîche croustillante du matin nous ne nous sentons pas en France mais… en Hollande ! Notre camping est peuplé à 95% d’hollandais. Paradoxal pour nous qui souhaitons que le français soit la langue exclusive de nos vacances ! Un peu frustrant aussi de ne pas pouvoir communiquer avec nos voisins… Si Claire passe par là, elle aura peut-être une explication ? L’Isère serait-elle devenue la Majorque hollandaise ? -pour ceux qui ne sont pas au courant Majorque est considérée avec humour comme le 17ème Land allemand, beaucoup y passant toutes leurs vacances. !

Samedi nous reprendrons la route pour retrouver ma famille sur la côte d’azur. J’ai hâte de retrouver les miens, de leur confier Pierre, de me laisser chouchouter. C’est toujours un moment un peu particulier pour Ulrich, qui peut rapidement se sentir exclu. Cette fois nous en avons beaucoup discuté en amont, nous arrivons détendus alors j’espère que tout va continuer à parfaitement se passer !

8 réactions au sujet de « Deuxième étape : Camping en Isère »

  1. Claire est aussi en vacances (déconnectées) en France en ce moment… Je crois qu’elle fait comme toi, un tour un peu partout ! Mais je crois que les hollandais (comme les belges flamands) sont assez friands de la France pour leurs vacances, en règle générale 🙂 (en attendant que la spécialiste confirme)

    Ben moi je les envie, vos vacances. Je suis pas globe-trotteuse dans l’âme, alors un mobil-home dans l’Isère, ça me paraît bien 🙂 Merci pour le partage de ces jolis moments !

    1. De rien pour le partage, contente que mon petit récit te plaise ! Et même pour moi qui suis une globe-trotteuse dans l’âme tu vois j’ai adoré ces vacances !

  2. Un mobil-home ou une petite maison de vacances, c’est le top pour respecter le rythme des enfants et pour les parents qui peuvent également en profiter ! Tant qu’ils sont petits et n’ont pas trop de rythme, l’hôtel c’est bien mais après, ça se complique pour les siestes, les horaires de coucher … Ou alors il faut avoir une suite ^^
    Ulrich ne parle pas français ? Mon mari le parle un peu mais il se sent également souvent exclu de nos discussions … Il faut dire qu’on ne voit pas souvent ma famille donc quand on est ensemble, il faut rattraper le retard 🙂
    Bonnes vacances sur la côte d’azur ! Vous restez combien de temps ? Ensuite, c’est le retour en Allemagne ou vous avez encore des étapes ?

    1. Ah si Ulrich parle couramment français heureusement ! Mais j’ai une grande famille et beaucoup d’amis d’enfance sur place, nous sommes toujours très heureux de nous retrouver et du coup il a parfois du mal à trouver sa place. On reste une semaine ici et encore deux étapes de 4 jours à venir : la Savoie et la Champagne !

        1. Merci pour l’invitation ! Pourquoi pas un jour ! Mais pour cette fois je ne crois pas que nous allons rajouter une étape supplémentaire d’autant plus que bébé semble en avoir bien marre de la voiture 😉 .

          1. Il tient quand même bien le coup ce petit Pierre pour un si long roadtrip 🙂 Et puis, au bout d’un moment, t’as juste envie de rentrer chez toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *