Belle-maman

Belle-maman

IMG_5674Belle-maman, c’est un drôle de mot n’est ce pas ? Je me demande pourquoi on appelle comme ça la mère de nos chéris. Ça sonne tellement faux pour qualifier cette relation souvent si difficile. En allemand on dit « Schwiegermutter ». « Schwieger » ça sonne comme « Schwierig », qui veut dire difficile justement. Ça me semble plus honnête.

Avec ma belle-mère, je n’ai pas toujours eu de très bons rapports. Je ne veux pas écrire cet article pour régler mes comptes. Cet espace n’est pas fait pour ça. Je veux écrire un article pour tenter de comprendre. Pourquoi ça n’a jamais vraiment marché ?

Ma belle-mère a des qualités, et je sais les reconnaître (elle a des défauts aussi, mais chuuuut j’ai dit qu’on n’en parlait pas). Elle est honnête, généreuse. Elle a beaucoup travaillé toute sa vie. Elle est assez moderne et porte des idées féministes. Elle est engagée politiquement. Elle est très coquette. Et puis elle aime plus que tout les deux hommes que j’aime plus que tout : mon mari et mon fils. Vu comme ça, on aurait beaucoup pour s’entendre, alors ?

Alors je crois que notre relation partait mal dès le départ. Indépendamment d’elle et de moi.

De son côté, elle m’a ouvert les yeux récemment. Nous parlions de Pierre et puis elle m’a dit : « Tu verras quand il te présentera sa première petite amie, tu vas la détester ». Elle a dit ça spontanément. Mais bien sûr j’ai relevé (au passage on peut quand même se demander pourquoi elle m’a dit ça, sachant que Pierre a tout juste six mois…). J’ai relevé et je me suis dit : « Quelle drôle d’idée ». Lorsque je pense à Pierre plus grand, si je visualise cette situation, je ne vois pas sa future petite amie comme une ennemie, au contraire. Je crois que j’aurais envie de la connaître. A priori de son côté, elle a toujours eu du mal avec cette idée, qu’une autre femme un jour, occuperait la première place auprès de son fils. D’ailleurs et ça me rassure souvent d’y penser, elle ne s’est entendue avec aucune des « ex » de mon mari.

De mon côté, je partais mal aussi. Je viens d’une grande tribu très unie : grands-parents, oncles, tantes, cousins, cousines, étaient toujours de la partie. C’est une chance et j’aime toutes ses personnes. Mais quand j’étais plus jeune, c’était parfois trop. Je me souviens que je rêvais d’avoir mes parents pour moi, et que c’était presque toujours impossible. Depuis je le dis bien haut, et je l’ai vite fait savoir à mon mari quand je l’ai rencontré : la famille, les repas du dimanche, les vacances en groupe, tout ça, très peu pour moi. Quand j’ai rencontré sa mère, ma préoccupation première a donc été de lui poser des barrières. Et de ne surtout pas la laisser rentrer, envahir notre vie. Sachant qu’elle était habituée à cogérer la vie de son fils jusque là, le choc fut sans doute dur pour elle.

Le malentendu originel, si on peut appeler ça comme ça, il part de là, j’en suis à peu près sûre. Une mère qui n’accepte pas que son fils la quitte. Une femme qui protège son couple, parfois avec excès, de toute tentative d’intrusion familiale. Finalement ça n’a rien de personnel, ce n’est pas parce que c’est elle, ni parce que c’est moi. Mais ça n’a pas empêché les choses d’évoluer comme elles devaient, entre petites piques et réelles disputes, un combat de tranchée, un peu. Avec un homme souvent agacé au milieu et qui compte les points.

J’ai beaucoup redouté que les choses empirent à la naissance de Pierre. J’avais lu de nombreux témoignages inquiétants sur le sujet. Dans mon cas étonnamment, elles se sont plutôt améliorées. Belle-maman ne m’attaque plus frontalement. Elle est même beaucoup plus douce, plus gentille avec moi. Est-ce parce qu’elle s’identifie avec la maman que je suis devenue ? Est-ce par amour pour son petit-fils ? Je ne sais pas, mais j’en profite. De mon côté, je me suis détendue aussi. Le mariage déjà avait eu cet effet, et la naissance de Pierre l’a encore amplifié. C’est comme si je n’avais plus besoin de me battre pour faire reconnaître ma place. Comme si je n’avais plus besoin de protéger ma petite famille. Je crois que le statut de femme mariée, puis de mère, m’ont donné l’assurance qui me manquait. Je n’ai plus besoin de me positionner comme un petit chien apeuré aboyant devant sa maison. Je n’ai plus peur qu’elle empiète sur mon territoire, qu’elle nous envahisse. Je sais que, auprès de mon mari et mon fils, j’occupe désormais une place définitive et irremplaçable.

Le week-end dernier, nous lui avons rendu visite. Et ça m’a fait plaisir d’y aller ! Je me suis régalée de sa cuisine. J’ai profité de mettre les pieds sous la table. J’ai même été émue de la voir jouer avec son petit-fils. Et ça m’a fait du bien, de réaliser comme cette relation s’était apaisée. Bien sûr nous ne serons sans doute jamais les meilleures amies du monde. Nous sommes bien trop différentes pour cela, et puis je ne le souhaite pas. Mais j’aime l’idée d’avoir une relation bienveillante avec une des grand-mères de mon bébé. La naissance d’un enfant peut donc vraiment faire des miracles ! Et vous, avec belle-maman : guerre froide, amour fou ou juste neutralité ?

18 réactions au sujet de « Belle-maman »

  1. C’est très intéressant tout ça ! C’est un sujet qui me questionne beaucoup, j’avais d’ailleurs bien envie d’écrire dessus, mais ça n’ira pas sur le blog, qui est lu par ma belle famille 🙂

    Pour ma part, c’est une fois que je suis tombée enceinte que les rapports sont devenus compliqués. Je l’ai tout de suite trouvé très intrusive, à parler du bébé comme d’un cadeau pour elle, à ma parler de quand elle le garderait … Et depuis la naissance il y a des hauts et des bas. je supporte très très mal ses réflexions et attitudes « intrusives », elle me lance des pics ce qu’elle ne faisait jamais avant. En revanche, elle est adorable avec ROse et c’est bien le principal !

    Bref, l’arrivée de Rose nous a mis en compétition, j’ai des pistes mais je ne saisis pas toujours tout.

    1. Je trouve aussi que c’est un sujet intéressant d’ailleurs à l’époque où nos relations étaient vraiment catastrophiques (quand j’ai emménagé en Allemagne) j’ai beaucoup lu là dessus, et ça m’a fait du bien, pour mieux comprendre ce qui se jouait entre nous. Après parfois la seule vraie solution reste une mise au point claire du mari / fils. Je n’en ai pas parlé mais dans notre cas elle a eu lieu juste avant la naissance et a sans doute joué aussi…

  2. Ici c’est plutôt neutre…Je pense qu’on ne s’est jamais détesté mais le peu de ressentiment qui émane d’elle envers moi je l’analyse comme une volonté de protection de son fils, mon chéri. Je dirais que j’ai donc plutôt de la chance…surtout de la chance d’être à 7heures de bagnole d’elle 😛

  3. Ici ça se passe plutôt bien des deux côtés. Ils me connaissent depuis mes 18 ans en même temps, ça aide à créer un bon lien. Et ils m’ont direct très gentiment accueillis ! Mais je sais que j’ai de la chance 🙂
    Mais c’est vrai que quand je pense à Lucie avec un homme ou une femme, j’ai un petit pincement au coeur de me dire qu’elle sera plus avec nous. Mais je charge pas le fusil (encore) 😛

  4. Relation cordiale mais sans plus ici.
    J’aurais vraiment aimé tomber sur une belle mère « cool » (d’ailleurs je m’entends très bien avec des collègues qui ont cet âge) mais nous sommes définitivement trop différentes et je ne suis pas la « belle fille idéale » : un peu trop franche, un peu trop « fille indépendante » , bref loin, loin, de la parfaite femme au foyer.
    La naissance de mon fils m’a fait prendre les choses avec philosophie par contre, la naissance de son 2ème petit fils (de sa fille) a tout bouleversé et j’avoue que j’ai du mal avec son comportement « partial » où mon fils n’est plus que le « grand » pas toujours sage et le petit « l’ange surdoué ».
    Je peux gérer un rapport d’adulte à adulte mais je ne veux pas que mon fils se sente lésé (et c’est pas évident).
    Bref, j’ai jamais trop eu de chances avec les belles familles…dommage.

    1. Ce que tu décris au début de ton commentaire correspond pas mal à ce que j’ai vécu au début… Je sentais bien que je n’étais pas celle qui fallait (mais je doute a posteriori que cette personne existe). Concernant le deuxième petit enfant préféré, je l’ai déjà souvent entendu, surtout quand celui-ci est l’enfant de la fille… J’espère que ton fils ne le ressentira pas. Ici je n’aurai au moins pas ce souci, mon fils est enfant unique 🙂 .

  5. Grand amour avec belle-maman! J’ai beaucoup de chance, elle est vraiment très très gentille, et moderne, et entreprenante et… bref.
    Mais pas de jalouses ici! Beau-papa n’a jamais pu me saquer! Les deux sont séparés je précise. Et malgré tous mes efforts, rien à faire, nada. Du coup on a atteint un espèce de statu quo de politesse neutre. Mieux que rien. Mais ça m’énerve de voir constater que je ne partage rien avec quelqu’un qui est aussi proche de mon mari!!

    1. Ouf tu me rassures j’ai failli être jalouse au début 😉 c’est super que ça se passe si bien avec ta belle-mère c’est vrai que ça arrive parfois ! Mais je crois quand même que ce n’est pas la majorité. Pour ton beau-père c’est plus étonnant en revanche. Tu as une idée de la cause de cette inimitié ?

      1. keine Ahnung! Franchement ça n’est pas faute d’avoir essayé. Finalement peut-être qu’il est juste (extrêmement) mal à l’aise avec moi. Il tâche d’être courtois mais fuit à chaque effort de conversation ou sourire. Il ne m’a jamais parlé de ma thèse alors qu’il est professeur d’université par exemple, ce qui aurait fait un sujet de conversation – même avec des inconnus en général -, et ce alors même que je lance parfois des perches sur le sujet, sur tel auteur qu’on a lu tous les deux. Alors il se contente de sourire furtivement et s’en va. Impossible de savoir pourquoi! J’essaye juste de me dire qu’au moins il n’est pas hostile (plutôt complètement indifférent, mais pas en mode « hostile passe à l’attaque ») et qu’on ne peut pas tout avoir (mais j’avoue je l’ai longtemps mal vécu et c’est toujours un peu coincé là).

  6. J’avais jamais fait le rapprochement entre Schwiegermutter et schwierig mais maintenant que tu le dis … 😛
    J’ai plutôt une bonne relation avec la mienne et heureusement car on habite dans le même village ! Mais je la trouve assez envahissante … J’ai eu le droit à 300 milliards de conseils depuis que mon fils est né … Je ne les écoute pas mais bon … Parfois, c’est lourd ^^ Elle appelle aussi très souvent (1 fois par jour, c’est le minimum) et vient aussi sans préavis … Mais elle est très gentille et serviable (elle nous a gardé Pierre samedi soir alors qu’on l’a prévenue à 18h00) donc ça passe ! Même si parfois, je dois dire à mon mari que là, c’est trop ^^ Les mères de mes ex étaient pires donc je relativise ^^

  7. Ne me retrouve dans ce que tu dis.
    Mes beaux parents sont très gentils avec moi mais des fois je ne partage pas leurs valeurs.
    Et j’ai toujours l’impression qu’ils veulent qu’on fasse comme eux ils auraient fait dans notre vie de tous les jours. C’était hyper difficile quand onnvivait chez eux.
    Mon statut de femme mariée est trop récent pour que je mesure une changement, néanmoins j’ai très peur pour le jour où il y aura un enfant.
    L’autre souci c’est que mon mari est fils unique et il a tendance à encourager ses parents dans leur comportement exigeant.
    Et comme je n’ai pas envie d’envenimer les choses je laisse faire même si des fois ça m’horripile !!!

    1. Mon mari aussi est fils unique et comme tu dis c’est un probleme 🙂 . J’espère que chez vous aussi le mariage et la naissance amélioreront la situation.

  8. Sur ce point là j’ai eu de la chanche car malgré un démarrage chaotique maintenant avec ma belle mère tout roule à la perfection.

    J’ai effectivement ressentie au moment de me mettre avec mon mari que je lui volais son bébé son petit dernier. Je suis arrivée moi très indépendante à demander a mon mari de prendre le contrôle de se comptes encore géré par sa mère lors de notre rencontré. Moi élevée aux légumes vapeurs face à la reine du plat en sauce avec beaucoup de beurre (qui me rendait malade à cause de mes intolérances alimentaires donc délicat….).
    Moi qui faisant les mêmes études que son fils et ne sacrifierai pas ma carrière pour lui (gros soucis ça il y a 3 ans…).

    Alors oui ça a un peu clashé forcément. Le temps de s’apprivoiser et maintenant je pense que j’ai un peu LA belle mère parfaite (sans vouloir provoquer de jalousies).
    Elle a aimé ce qu’est devenu son fils à mon contact. Et elle a appris à gérer mon système immunitaire tout moisi et à ne plus voir ça comme une envie de ma part de ne pas les voir ou de dire des méchancetés. Bon après c’est facile maintenant ils me voient comme la belle fille parfaite : saine, très famille, posée, qui gère les inquiétudes de leur fils. Donc forcément ça apaise les relations.

  9. J’avais déjà lu cet article mais je devais encore être en sous-marin. J’ai écrit un article sur le même sujet pour SNT donc je vais éviter de me spoiler mais je fais plutôt partie des chanceuses 😉
    J’espère que votre relation à continué à s’améliorer entre temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *