Pierre a quatre mois (mi-fév. / mi-mars 2015)

Pierre a quatre mois (mi-fév. / mi-mars 2015)

En vrai il a cinq mois et demi, j’aurai bientôt rattrapé mon retard !!

Poids et alimentation

Les quantités bues augmentent doucement pour atteindre les 170 ml par biberon. En règle générale, Pierre boit toujours six fois par jour : toutes les trois à quatres heures en journée, puis une ou deux fois la nuit. C’est vraiment toujours plus loin des recommandations « officielles » inscrites sur le paquet mais j’essaie de ne pas m’alarmer. Il pèse maintenant 6,250 kilos et a l’air en pleine forme ! J’accepte qu’il ait un petit appétit et refuse de le forcer à finir ses biberons. Malgré les conseils insistants de beaucoup de proches, je n’épaissit pas non plus son lait pour l’aider à faire ses nuits – de toutes façons, la pédiatre qui devait se douter qu’on me soufflerait l’idée me l’a interdit. Je me dis que cela finira bien par venir et ne souhaite pas perturber son rythme.

Sommeil

J’en ai vite marre du cododo : il faut dire que c’est un peu tôt pour moi, d’aller me coucher à 20h ! Surtout les week-ends où mon mari ne travaille pas. Au cours de ce quatrième mois, je tente donc de m’échapper de la chambre du bébé. Les choses se passent finalement bien et beaucoup plus rapidement que je n’avais imaginé. Au début, j’essaie de limiter le contact physique sur notre matelas et je me rends compte que je peux de plus en plus m’éloigner. Puis j’essaie de poser Pierre dans son lit après l’avoir endormi dans mes bras. Parfois ça ne marche pas et je n’insiste pas mais parfois on y arrive ! Pour ses quatre mois, la situation est la suivante : je peux le poser sans problème dans son lit après l’avoir endormi dans mes bras en début de soirée. Mais il ne fait toujours pas ses nuits et se réveille en général au moins une fois, entre une heure et trois heures du matin. Après ce biberon de nuit, je le rejoins généralement dans sa chambre mais désormais, c’est chacun chez soi : moi sur le matelas posé par terre et lui dans son lit. Et je vais vous faire une confidence, je le fais davantage pour moi – qui suis terrorisée par les risques de mort subite et ne peux me rendormir qu’en écoutant sa respiration – que pour lui. Au final, l’expérience du cododo n’aura duré que deux mois – de un à trois mois environ. Et je crois que j’ai eu raison de le faire. Pierre en avait besoin et n’en a gardé apparemment aucune mauvaise habitude.

Caractéristiques, aptitudes et activité 

Pierre commence les cours de PEKiP et s’amuse beaucoup avec les autres bébés, je le découvre particulièrement sociable ! Il peut désormais rester de longues minutes sur le ventre pour observer les alentours. Il attrape tout ce qui est à portée de ses mains et le met directement en bouche. Il se découvre dans le miroir, c’est un de ses passe-temps favoris et il se fait d’énormes sourires.

Il rit pour la première fois ! Et ses rires font fondre mon cœur de maman. Ils s’expriment à des moments souvent inattendus : quand je lui parle notamment (il semblerait que j’aie un potentiel comique inexploité).

A part ça… il est presque toujours en pyjama. Ça ne m’a frappée que relativement tard – quand j’ai réalisé que j’étais la seule de toutes mes copines maman aux bébés du même âge -, mais j’ai laissé Pierre toute la journée en pyjama (babygro ou dors-bien comme vous voulez) jusqu’à ce qu’il ait quatre mois. Je trouvais cela tellement plus confortable pour lui ! Rien à enfiler par la tête, pas d’élastique qui serre au ventre ni de chaussette qui s’échappe. C’est vrai que ce n’était pas toujours très joli et que je me régale maintenant à lui faire porter de petites tenues chics mais bref, à quatre mois, Pierre est – presque – toujours en pyjama !

Les impressions de mamans

Je suis de plus en plus heureuse et épanouie. Je sors régulièrement avec mes copines mamans, rencontrées au cours de préparation à la naissance. Je vais aussi toutes les semaines à la gymnastique de « rééducation » – j’en parlerai dans un prochain article. Ce mois-ci, je m’octroie une première sortie entre copines. J’ai une confirmation pour une place en crèche à la rentrée, ce qui me ravit et m’angoisse à la fois. Je prépare activement le baptême de monsieur. Et… j’ouvre un blog ! Ce qui explique pourquoi je peux mettre autant de liens dans un article : pendant ce quatrième mois, j’écrivais déjà !

3 réactions au sujet de « Pierre a quatre mois (mi-fév. / mi-mars 2015) »

  1. Ah, la fameuse question du pyjama 🙂 Ma belle-soeur s’étonnait qu’on mettait des habits de jour à notre fille de 2 mois alors qu’à cet âge-là, elle laissait les siens toujours en pyjama. D’un autre côté, mes copines mamans ne pouvaient pas envisager quand Choupie est née qu’on ne différencie pas de suite le jour et la nuit par les vêtements. On a coupé la poire en deux : elle a porté des pyj non-stop jusqu’à 1 mois.

    On n’avait pas envie de l’embêter avec des vêtements (surtout que du coup on les change deux fois plus !). Et puis de toute façon, c’était un petit bébé, elle mettait de la taille naissance, et il y a très peu d’habits de jour avant la taille 1 mois. A 1 mois, on a commencé à lui faire porter des habits normaux, au moins quand on sortait (aussi l’impression d’être regardés de travers avec notre bébé en pyjama) et depuis… ben c’est une fashion victime, qui porte des treggins et des tee-shirts imprimés (quand Papa l’habille) et des robes mignonnes avec des petits collants (quand c’est Maman) (et que c’est un peu une grande occasion) (non parce qu’au quotidien, elle est très bien en leggins) 😉

  2. Ahah moi aussi j’ai tiqué sur le pyjama 🙂 Nous on l’a habillé en pyj les trois premiers mois. Franchement je voyais pas l’intérêt de l’embêter avec des vêtements, des élastiques et compagnie, il était mieux en pyjama vu qu’il dormait tout le temps! J’ai commencé à l’habiller à 3 mois-3 mois et demi quand il a commencé la crèche mais d’autres mamans laissaient leurs enfants en pyj bref ! Il grandit bien ton petit et pleins de projets pour toi c’est chouette !

  3. Hi hi la question du pyjama, LA question stratégique des trois premiers mois :). Je crois que de mon côté, bébé étant né au mois de novembre au nord de l’Allemagne, mon choix a aussi été conditionné par la météo. Dès que nous mettions le nez dehors de toute façon, il ne quittait pas sa combi-pilote alors autant le laisser en pyjama en dessous, personne ne s’en rendait compte ! Après je me demande quand même si la différence fille / garçon ne joue pas un peu… Je crois que j’ai tendance à ne pas être trop exigeante avec l’esthétique parce que c’est un garçon (oups les vilains préjugés). Et l’option robe / leggings et un bon compromis qui n’existe pas pour nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *