La pénurie de lait

La pénurie de lait

Aujourd’hui c’est un article un peu récréatif que je vous propose. Il fallait bien que je vous raconte avec quelle angoisse surprenante je vis depuis trois mois ! Car en Allemagne, aussi incroyable que cela puisse paraître, c’est comme ça : le lait infantile est en pénurie.

Je n’étais pas du tout au courant, personne ne m’avait mise en garde à la maternité. Je l’ai donc découvert à mes dépends. Fin décembre 2014, peu de temps avant le changement d’année, je commence l’allaitement mixte lait maternel / lait industriel. Subitement, ma production de lait commence à chuter : j’ai besoin de davantage de lait industriel pour couvrir les besoins de bébé. Je n’ai pas beaucoup de stock à la maison, je me décide donc d’en racheter une boîte, histoire de tenir jusqu’au premier janvier.

Premier magasin : rayon vide dans ma catégorie (lait premier âge hypoallergénique). Je ne m’étonne ni ne m’inquiète vraiment, je me dis que j’en trouverai le lendemain dans un autre magasin. Le lendemain, le stress commence doucement à monter : deuxième magasin, troisième magasin… Les rayons restent tous désespérément vides. Et puis je remarque soudainement des mentions étonnantes dans les rayons. Par exemple : « Le lait infantile ne peut être acheté que dans des quantités raisonnables ». Ou encore : « Trois boîtes maximum autorisées ». Certains magasins ne mettent même plus le lait en rayon. C’est comme pour l’alcool fort ou les lames de rasoirs ! Il est inscrit : « Pour l’achat de lait infantile, merci de vous adresser à la caisse ». Je commence alors à comprendre doucement que quelque chose cloche. Je cours en une journée dans toutes les drogueries et les supermarchés de la ville : rien. J’appelle en pleurant mon mari pour qu’il se lance à la recherche de la précieuse poudre dans la ville où il travaille : il n’y trouve rien non plus. Pas de lait infantile, et le jour férié du premier janvier se rapproche dangereusement. Je suis effarée je ne comprends pas, je pleure et je panique. Je serai prête à payer à prix d’or le produit recherché ! La seule chose qui parvient à me rassurer est la suivante : si vraiment je venais à manquer, je pourrai toujours aller à la maternité. Eux, ils doivent bien avoir des stocks, non ?

Finalement, le soir du 31 décembre, à 22h30, mon mari est passé à la pharmacie de garde. C’est le seul endroit où, moyennant un prix deux fois supérieur au prix du marché, nous avons pu trouver le fameux lait. Nous étions effarés et ne comprenions pas ce qui se passait. Vivions nous dans un pays en guerre, où certains produits sont en pénurie, sans le savoir ?

Depuis cette mésaventure, nous avons trouvé l’explication. Elle semble extravagante, mais elle est pourtant vraie. En 2008, vous vous en souvenez peut-être, la Chine a été victime d’un énorme scandale sanitaire. Une substance toxique présente dans le lait en poudre vendu sur place a causé la mort de plusieurs nourrissons (quelle horreur). Depuis les chinois n’ont plus confiance dans leurs produits, et on les comprend. Ils essaient donc par tout les moyens de se procurer des produits européens, réputés de très bonne qualité. Les touristes dévalisent les rayons, les industriels passent des contrats d’importation, et la production européenne a du mal à suivre : une situation de pénurie se met en place. Les pays les plus touchés seraient l’Allemagne et les Pays bas, je ne sais pas vraiment pourquoi.

Alors voilà, depuis trois mois je dois vivre avec ça. Qu’est ce que ça veut dire au quotidien ? Mon pauvre petit bébé a du déjà changer plusieurs fois de marque de lait, car lorsque j’ai déjà la chance d’en trouver, ce n’est pas toujours dans sa marque préférée. Je suis cependant de plus en plus organisée et ai su m’adapter. J’ai un stock de six boîtes à la maison, que je ne laisse jamais s’épuiser. Dès que je mets les pieds dans un supermarché ou une droguerie, je vais systématiquement voir le rayon des laits. Et même si je n’en ai pas besoin de suite, si j’en trouve, j’en achète. Je n’hésite pas à mentir pour en obtenir un peu plus que les trois boîtes autorisées : il m’est déjà arrivé de dire que j’avais des jumeaux. Je sais, c’est mal (et je me demande d’ailleurs sincèrement comment font les gens vraiment concernés), mais j’estime ne pas avoir le choix. On serait prête à tout pour nourrir son bébé !

Qui l’aurait cru n’est-ce-pas ? Je vis en Allemagne dans les années 2010 et je subis une pénurie de lait. En conclusion je dirais, euh… Vive la diversification !

9 réactions au sujet de « La pénurie de lait »

  1. Je ne connais pas la pénurie de lait (à part la mienne perso ^^) mais celle des couches !! Et chez nous, c’est les Français, les coupables ! Je suis frontalière (je peux aller acheter ma baguette à pied !) . Juste à côté de chez moi et de la frontière donc, il y a un DM qui est toujours pris d’assaut par les parents français qui font leurs stocks de couches 🙂 J’ai eu la fausse bonne idée d’y aller samedi dernier, entre un jour férié et le dimanche : 15 minutes pour se garer, 2 pauvres paquets de couches dans le rayon et encore 15 minutes d’attente à la caisse, c’est dingue ! 🙂

  2. Tiens ben justement quand je suis passée au DM l’autre jour (dévaliser leur stock de couches) je m’étonnais qu’ils aient si peu de lait infantiles.
    Mais c’est quand même bizarre cette histoire, je vois pas ce qui empêche d’en produire plus? Parce que c’est quand même compliqué de devoir faire plusieurs magasins et d’être parfois obligée de changer de marque. Comme si c’était pas déjà assez compliqué de s’occuper d’un petit!

    1. En fait je pense que ce n’est pas seulement un problème de production mais d’organisation : les distributeurs ont du mal a gerer leurs stocks et ne savent pas prévoir si un bus de touristes chinois va débarquer ou pas ! Tu es frontalière, toi ?

  3. Eh ben… je n’avais jamais entendu parler de ça…
    J’allais proposer de t’en envoyer depuis la Belgique mais tu as déjà trouvée une solution 😀

    Ici ils ont fait un truc géniale à la pharmacie, ils ont placée un distributeur de lait ! Enfin pas que de lait… il y à aussi de la crème pour les brulures, des bandages, etc
    Mais j’ai trouvé ça géniale ! Surtout pour une comme moi qui achète toujours le lait quand je me rends compte qu’il ne me reste qu’une cuillère !
    Je ne sais pas comment je ferais chez toi… je suppose que je m’adapterai 🙂

    1. Pas mal en effet le distributeur ! De mon côté oui on s’adapte c’est juste hallucinant car on ne s’attend pas à ce genre de problèmes en Allemagne je trouve ! Si je vivais dans un pays plus pauvre peut-être…

  4. Oh la la ! L’angoisse que tu as du vivre! Je t’assure que je n’avais pas lu ton article avant d’écrire le mien 😉 C’est quand même dingue, je ne m’en remets pas. Sur ce, je file acheter des boîtes de lait ! bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *