Pierre a deux mois (mi-déc. / mi-janv. 2015)

Pierre a deux mois (mi-déc. / mi-janv. 2015)

Poids et alimentation : ça pousse (enfin) !

Pierre grossit à vue d’œil maintenant et boit en moyenne 700 ml de lait maternel par jour répartis en 7-8 biberons. A un mois et demie il dépasse déjà les 5 kilos. A la fin de ce deuxième mois j’arrête cependant de tirer mon lait, et je commence à introduire progressivement du lait artificiel. Au début il ne semble pas faire grande différence de toute façon. De mon côté, les fuites de lait vont se poursuivre plusieurs semaines, pour disparaître finalement.

Sommeil : ça se complique…

Les deux mois sonnent l’arrivée des coliques. Enfin coliques, façon de parler, je n’ai jamais vraiment cru que mon bébé avait mal au ventre. Mais disons alors crises de pleurs nocturnes. Chaque soir ou presque à partir de 22h c’est la même chose et c’est dur. Je ne sais parfois plus quoi faire pour calmer mon bébé. Je me souviens lui avoir donné le bain a deux heures du matin, être sortie en balade avec lui et mon chien à cinq heures. Il m’est arrivé ainsi, en combinant pleurs et tirage de lait, de ne dormir que deux heures par nuit. La fatigue est vraiment dure à supporter dans ces cas là. Ulrich n’a pas toujours la patience de me seconder pendant ces nuits difficiles, même s’il fait de son mieux et trouve parfois des solutions novatrices. De mon côté, j’arrive à le prendre avec un peu plus de sérénité. Je positive presque : un bébé qui pleure, c’est un signe de bonne santé, non ?

Et puis petit à petit je commence à mieux le comprendre, mon petit monstre rugissant. Il ne veut plus dormir dans la poussette, encore moins dans son lit… Il veut dormir sur moi, ah ah ah ! Bien sûr j’ai en tête toutes les recommandations contre la mort subite du nourrisson alors je résiste, je ne veux pas. Et puis vaincue par la fatigue je commence a faire une exception, puis deux. Et bébé fini par dormir avec moi sur le canapé, calé sur mon ventre par le coussin d’allaitement. Les nuits alors s’apaisent et se régulent tout doucement. Je culpabilise un peu de dormir ainsi avec lui, je me dis ça commence mal l’éducation ! Et d’un autre côté le matin quand je me réveille et que je le trouve comme ça, abandonné au creux de mon bras, je craque.

La journée l’écharpe me sauve et Pierre y passe la plupart de son temps. Il aime particulièrement rester dans cette position quand je suis active. Interdiction de s’asseoir !

Caractéristiques, aptitudes et activités : premiers sourires

Au cours du deuxième mois apparaissent les premiers vrais sourires et c’est juste merveilleux. Pierre commence aussi à nous regarder vraiment, à suivre certains objets du regard. Son premier jouet préféré est ainsi le mobile musical offert par ma sœur. Suspendu au dessus de son lit, il peut l’observer pendant de longues minutes. C’est toujours une bonne solution quand j’ai besoin d’un peu de temps !

Les impressions de la maman : on sort la tête de l’eau !

Le deuxième mois, c’est la période que choisissent mes parents pour revenir. Encore une fois ils assurent l’intendance, passent chaque jour me faire à manger de bons petits plats qui me donnent l’énergie d’allaiter encore un peu. Je n’ai plus que mon bébé à gérer en plus et ça va.

Je reprends tout doucement une vie sociale et retrouve parfois des copines en journée au café. Je n’ai pas encore retrouvé mon poids de jeune fille, deux bons kilos s’accrochent, et j’entame pour les perdre un régime. En attendant, deux pantalons d’avant grossesse seulement me vont et ma garde-robe est dramatiquement limitée. Avec le papa, une longue explication nous permet enfin de sortir de la rancœur post-grossesse et de nous retrouver vraiment amoureux. Ulrich ne comprend cependant pas toujours mon côté mère poule, notamment en sortie. Nous reprenons ENFIN une vie intime, après dix mois d’interruption. Je le vis comme une libération, même si quelques petites douleurs ou plutôt gênes subsistent encore. Je recommence à lire, pendant les biberons, des romans qui ne parlent pas de bébé !

A la fin de ce deuxième mois, je sens que j’ai trouvé mes marques en tant que maman. Je suis plus sûre de moi, mois inquiète pour mon bébé. L’entrée dans le troisième mois a marqué une étape. Le plus difficile semble être passé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *