L’argent dans le couple

L’argent dans le couple

Ah, l’argent, le nerf de la guerre ? C’est un sujet tabou, a fortiori quand il s’agit d’amour. A tel point que, si je connais la vie sexuelle de mes meilleures copines en détails, je ne suis pas toujours sûre de savoir comment elles gèrent ce point avec leur mari. On n’en parle pas vraiment. Celles qui font « pot commun » et gagnent mois que leur homme, voire ne travaillent pas, semble gênée d’en parler. Celles qui ont gardé leur indépendance financière, voire gagnent plus que leur moitié, n’ont pas non plus l’air de l’assumer vraiment, peut-être parce que le concept est encore trop novateur. Moi j’ai décidé de tout vous dire !

Je fais partie de la deuxième catégorie : celles qui ont gardé leur indépendance financière et ne l’assument pas vraiment. Pourquoi ?

J’ai toujours souhaité conserver mon compte en banque. J’aurais trop peur sinon de me retrouver du jour au lendemain sans rien, à la merci d’une rupture non anticipée (j’ai déjà connu, merci). Et puis je ne peux pas non plus vraiment imaginer demander à mon conjoint l’autorisation d’aller chez le coiffeur ou de m’acheter de nouvelles chaussures. Même si j’imagine que les couples faisant compte commun n’en sont pas là, je crois quand même que je me sentirais freinée dans mes dépenses, pas vraiment libre, dans ce cas de figure.

D’un autre côté, je n’ai pas vraiment eu le choix : il serait inconcevable pour Ulrich de me donner une partie de son salaire. Il a une vision très stricte de l’égalité des sexe : il fait 50% des tâches ménagères, il paie 50% des factures, c’est comme ça.

La question ne s’est donc pas posée : nous faisons comptes séparés. Chacun son compte en banque pour percevoir son salaire et un compte commun sur lequel nous versons mensuellement la même somme pour payer les dépenses communes : le loyer, les courses et désormais les dépenses liées au bébé.

Tout se passe plutôt pas mal comme ça finalement. Ce que j’apprécie, c’est ma liberté. Si j’ai envie de craquer pour une centaine d’euros de cosmétiques, je peux. Si j’ai envie de faire un énorme cadeau à ma meilleure amie, je peux. Mais si j’ai envie d’économiser une certaine somme par mois, je peux aussi. En bref, je fais ce que je veux avec mes sous. Ce que j’apprécie aussi c’est mon indépendance. Je n’ai pas besoin d’Ulrich pour vivre, c’est écrit sur chacun de mes relevés de compte mensuels. Et ça fait du bien de me le dire en fait. Et peut-être même que ça fait du bien à notre couple aussi. Je ne suis pas avec lui « pour ça », mais pour tout le reste.

Mais il y a un « mais », évidemment, même trois en fait. Le premier, c’est qu’Ulrich gagne à peu près le double de moi. Je gagne déjà très bien ma vie, largement de quoi vivre en tout cas ! Je suis cadre dans la fonction publique allemande. Mais Ulrich a un métier beaucoup plus lucratif. Il travaille beaucoup plus que moi pour ce résultat – genre 50 heures par semaine avec des horaires inhumains – alors je ne l’envie pas et c’est mérité ! Mais le fait est que parfois, nous ne sommes pas d’accord pour les dépenses communes. J’ai bien sûr tendance à être beaucoup plus économe, d’autant plus en ce moment où je suis en congé parental (quoique financé généreusement par l’état allemand). Il ne me pousse pas à la dépense et respecte généralement mes choix mais ce n’est jamais très agréable pour moi. A cause de ça, je me sens perpétuellement pauvre alors que je ne le suis pas du tout !

Le deuxième « mais », c’est que tout notre entourage part systématiquement du principe que nous faisons compte commun. Et comme ils connaissent tous le métier d’Ulrich, et les revenus qu’il implique, ils en déduisent tous forcément que je suis riche aussi ! Cela entraîne souvent des malentendus. Ainsi quand je décline une invitation parce qu’elle se situe à l’autre bout de l’Europe, que le seul voyage me coûterait 600 € et que je suis en ce moment en congé parental ils ne comprennent pas et m’accusent vite de radinerie. Ils se disent « femme de… elle peut bien se le permettre ! ». Et bien non, parce que ce qui est à Ulrich n’est pas forcément à moi.

Enfin le troisième « mais » c’est que je ne l’assume pas vraiment. Ou plutôt j’ai une position ambiguë à ce sujet. D’un côté, disons le franchement, je suis fière. Je suis une femme émancipée et libre et je n’ai pas besoin de mon mari, je m’assume financièrement. D’un autre, je trouve ça un peu honteux. Je ne peux pas m’empêcher d’avoir peur de ce que les gens pensent. Que mon mari ne m’aime pas assez pour me faire profiter de ses euros ? Que nous vivons comme des colocataires et pas comme une famille ? Finalement les jugements des autres devraient m’être égal, chacun fait comme il lui plait ! Mais j’y suis toujours très sensible.

Voilà j’ai levé le voile sur la façon dont nous gérons nos revenus ici. Je serai intéressée de savoir comment ça se passe chez les autres… Alors on lève le tabou ?

18 réactions au sujet de « L’argent dans le couple »

  1. Je vois également les mêmes choses qu’Ulrich? 50% des tâches, 50% des factures.
    Nous aussi nous vivons de la même manière. Nous avons un compte commun sur lequel nous mettons la même somme tout les mois et nous avons gardé nos comptes chacun de notre côté. Il est vrai que j’ai toujours voulu faire comme ça, car comme toi pas envie de dépendre de mon homme. Et puis mes parents avaient seulement un compte commun, ma maman étant plus dépensière que mon papa cela créait souvent des conflits. Mais comme toi quand le conjoint gagne plus c’est assez compliqué de faire comprendre à notre moitié que là c’est compliqué de faire des achats et qu’il faudra peut-être attendre le mois prochain.

    1. Alors je ne suis pas seule dans cette situation ! Finalement je me rends compte que c’est plus répandu qu’on ne pense. Mais c’est vrai que la génération de nos parents le pratiquaient moins je pense. Nous sommes des pionniers ;).

  2. Alors nous c compte commun, je pars du principe qu’à partir du moment où on est mariés on partage tout. Je ne me vois pas calculer et demander à chaque fois à mon mari de rallonger parce que j’ai dépassé le budget bouffe ou que ce mois-ci les enfants ont fait 1 poussée de croissance et que j’ai du acheter plus de vêtements que prévu!!! Il faut dire que mon mari gagne plus de 4 fois mon salaire et pourtant je gagne pas trop mal ma vie dans la fonction publique française donc je trouverai ça injuste de me priver alors que lui ne saurait pas quoi faire de son argent! Par contre nous avons 1 contrat de mariage mais ça c encore autre chose…

    1. C’est aussi une très bonne solution, finalement toutes les solutions sont bonnes du moment qu’elles conviennent aux deux ! Peut-être que notre solution s’assouplira aussi avec le temps, pour le moment nous en sommes à nos débuts de « parents » et j’imagine que ça implique des ajustements.

    2. bonjour! mais vous êtes marié smaintenant non?
      Sujet interessant en tous cas… je suis mariée à un français en Allemagne. Avant d’être mariés, on se partageait bien sûr les dépenses communes mais au proratat du salaire. Je trouve cela plus juste. Egalité oui mais si le salaire n’est pas égal… mais on est d’accord sur les depenses communes donc pas de souci à ce Niveau.
      on est marié maintenant et fini les comptes. on a fait un contrat de mariage (mais de toutes façon même sans contrat de mariage c’est le contrat le plus usité du pays qui prime en cas de séparation) donc on a plusieurs comptes, je pioche la 1e EC qui me tombe Sous la main… depuis la date du mariage tout ce qu on gagne est commun donc… plus la peine de calculer 😉
      Camille (on s’était déjà écrit des mails à propos d’un autre Sujet 😉 )

        1. Bonjour Camille ! Oui nous sommes mariés et pas en contrat de séparation de biens (communauté de biens réduise aux acquêts) mais nous gardons quand même le même système. C’est un sujet assez personnel mais c’est ce système qui continue de nous sembler le plus juste.

  3. Merci d’avoir osé lever le tabou, hihi !
    L’argent est vraiment souvent un sujet complexe au sein d’un couple… Chez nous, mon mari n’a pas de travail (et n’en trouve pas). Nous avons donc un compte commun mais il est uniquement alimenté par mon salaire. Et on se retrouve dans la situation que tu décrivais : il « dépend » de moi, n’aime pas ça du tout, et pour la moindre dépense personnelle il se sent obligé de me demander mon « autorisation » alors que je n’ai jamais voulu ça, et cela m’attriste qu’on en soit toujours là après plus d’un an de mariage…
    Bref il n’existe pas de solution miracle, à partir du moment où les deux conjoints ne gagnent pas la même chose c’est difficile de trouver un parfait équilibre.
    Votre manière de faire m’a un peu étonnée au début, je ne suis pas tellement partisante de « l’indépendance à tout prix » au sein d’un couple, pour moi le confort de la famille doit passer avant les dépenses personnelles, mais c’est une théorie difficile à mettre en pratique et qui peut même être risquée peut-être, et votre solution est somme toute assez équilibrée. Parce qu’une autre solution serait par exemple que chacun participe au pro-rata de ses possibilités (ainsi, celui qui gagne le plus gros salaire participe plus aux dépenses du foyer, et celui qui passe plus de temps à la maison participe plus aux tâches ménagères) mais ça ramènerait vite au schéma désagréablement classique (l’homme remplit le compte en banque, la femme remplit le lave-linge).
    De toute façon la question qu’on se pose là est la question de base de la vie en communauté qu’on peut même élargir au niveau national avec le système fiscal (celui qui gagne plus paye plus) ou celui de la sécu française, et on voit bien que la solution qui convient parfaitement à tout le monde n’existe pas ! Parce que le problème est toujours le même, à partir du moment où personne ne gagne la même chose, il est difficile de rétablir un équilibre sans que personne ne se sente lésé.
    Bon courage à vous en tout cas !

    1. Merci pour ta participation ! Tu as raison, et c’est vrai que ça vaut aussi en élargissant le débat, il n’y a pas de solution idéale. La solution idéale est celle qui convient le mieux aux protagonistes en fait, et c’est tout. Mais je pense aussi qu’elle peut varier dans le temps. Pour le moment nous gagnons tous les deux bien notre vie, cela a sans doute influencé notre choix. Si l’un de nous se retrouvait en difficulté, je pense bien que la solidarité primerait !

  4. Je viens de découvrir ton blog. Pour ma part, mon mari et moi-même avons conserver nos comptes en banque personnels dans deux banques différentes car plus simple au niveau des dépenses. Par contre, nous avons également un compte commun que nous avons ouvert après notre mariage car nous avions eu des chèques aux deux noms et nous nous sommes dit que ce serait pratique pour les gros achats comme un appartement lorsque le moment viendra. Sinon je suis d’accord avec toi que conserver son compte en banque perso, permets de se faire plaisir et qu’il n’y a pas de compte à rendre à l’autre pour ce genre de dépense futile.

      1. Merci. D’ailleurs, mes beaux parents font pareil (ils ont 33 ans de mariage à ce jour) et d’après mon mari, ça fonctionne très bien ce système de comptes séparés. Quoi qu’il en soit, je sais que préfère garder mon compte en banque car il m’offre plus de liberté.

  5. Oui, c’est un tabou! D’ailleurs notre organisation perso est semblable à celle de ton couple. Nous avons chacun un compte commun, le compte joint ne sert que pour le pret immo ! Et nous payons au pro rata de nos revenus 60 % / 40%, sauf l’emprunt immo qui se fait à 50/50…
    Après le mariage, certaines personnes ont été surpris que nous n’ayons pas de CB en commun…. mais pourquoi changer si ça nous va ?

  6. Ha la gestion de l’argent dans le couple… c’est un peu ZE problème.

    Avec mon mari on gère comme toi. Chacun son compte perso et un compte commun où on verse 50/50. Qu’est ce qu’on a pu se prendre la tête la dessus. Cet impression de colocation m’a souvent exaspéré. (Quand tu vas faire les courses avec ton mari et qu’il demande à la caissière de faire 50/50 ça me mettait toujours étonnamment hors de moi).

    Je persiste à penser que cette façon de procéder va devenir de plus en plus difficile à gérer avec l’arrivée de bébé. Du coup je pense que les disputes la dessus risque de revenir.

    Après là où j’ai un mari top c’est que quand on a mis en place ce système au début nos salaires étaient sensiblement équivalent. Depuis monsieur a changé d’emploi et eu une grosse augmentation de salaire (amplement mérité). Mais du coup sans avoir besoin de refaire des règles il a décidé de prendre à sa charge toutes les courses alimentaires. Je ne paye que les surgelés une fois par mois et quelques pizzas par ci par là mais la nourriture de tous les jours c’est lui qui paye. Histoire de « conserver l’équilibre ». Tout ça justement pour que l’un ne se sente pas défavorisée dans la relation. Et puis après tout on est marié sous la communauté de bien donc ce qui est à lui et à moi :-p (et inversement).

    1. J´ai découvert grace à cet article que nous n´étions pas les seuls à fonctionner comme ca ! Ici aussi, depuis notre petite remise en question de l´été les choses ont un peu évolué : mon mari prend en charge le salaire de la femme de ménaget et l´achat des boissons en plus. Ca me semble rajuster un peu l´équilibre et me convient bien comme ca.
      C ´est vrai que la sensation de colocation est désagréable parfois et d´un autre coté je crois que je préfère ce fontionnement et que je ne serais pas à l´aise si je pouvais a tout loisir dépenser « son » argent.

  7. Bon ton article a plus d’un an (…bravo) mais je me permets de réagir quand même parce qu’avant de lire ici ou sur SNT des articles sur le sujet, je n’avais jamais réfléchi un quart de seconde avec l’homme à comment répartir les dépenses. Et j’avoue que ce système de partager les dépenses strictement, de faire un compte commun en plus du compte séparé, etc. je trouve ça vraiment bizarre dans un couple :/
    Je ne dis pas qu’on fait mieux par contre ! Nous utilisons depuis toujours un système complètement anarchique où chacun paye en fonction de l’opportunité, de la facture, de l’occasion, etc., système qui n’a fait que se renforcer avec le mariage (tout ce qui est obtenu après mariage est commun, salaire compris, peu importe sur quel compte il est versé), d’autant qu’on n’a pas le même niveau de salaire. Résultat, on ne compte rien d’un côté ou de l’autre, puisque ça ne change rien. Je pense que garder chacun un compte est important pour l’indépendance financière effectivement mais que commencer à faire des comptes type 50/50 au centime près est hyper fatiguant et « pointless »…

    1. Merci de me faire replonger dans mes archives oubliées 🙂 . En fait on ne fait pas 50/50 au centime près… Pour les petites dépenses genre sorties au resto on ne regarde pas vraiment – et pour être honnête c’est la plupart du temps mon mari qui paye. Mais pour les plus grosses oui on divise… Apres tu as du voir dans les commentaires il y a beaucoup d’avis différents mais finalement pas mal qui me rejoignent ! Au final c’est un sujet personnel chaque couple doit trouver ce qui lui convient…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *